La plainte de l’Estate contre HBO au sujet de la diffusion du docu-menteur « Leaving Neverland » fera bien l’objet d’un arbitrage.

En effet, si l’Estate avait déjà obtenu de la justice que cette affaire fasse l’objet d’un arbitrage, HBO avait fait appel de cette décision. Hier, un panel de trois juges de la 9ème Circuit Court of Appeal a confirmé la décision du tribunal et un arbitrage aura bien lieu.

L’Estate poursuit HBO suite à la diffusion du docu-menteur « Leaving Neverland » qui viole une clause de non-dénigrement qui avait été signée lors de la diffusion du concert du Dangerous Tour en 1992.

Les trois juges ont ainsi décidé qu’une clause compromissoire peut encore lier les parties, même si les parties ont pleinement exécuté le contrat il y a des années.

Selon le système judiciaire américain, HBO peut faire appel de la décision de ces trois juges ou présenter maintenant son argumentation devant un arbitre.

Source: Variety.com

Lien utile: Les news HBO sur MJFrance.

HBO a décidé de faire appel de la décision d’arbitrage dans le litige qui l’oppose à l’Estate au sujet de la diffusion de Leaving Neverland.

Qualifié de très risqué par les médias américains, cet appel sera examiné par la Cour d’Appel du neuvième circuit qui correspond à une Cour d’Appel fédérale américaine devant laquelle sont interjetés les appels provenant de plusieurs cours de district des Etats-Unis.

En réaction à cette appel, Bryan Freedman, avocat de l’Estate, a fait la déclaration suivante:

« Cet appel bidon n’est rien de plus que la dernière tentative désespérée de HBO de dissimuler la vérité sur son journalisme de mauvaise qualité. Depuis sept mois, HBO a tenté sans succès d’éviter un arbitrage public. Cet appel, qui est sa dernière tentative de prière, est encore plus pathétique que toutes ses autres tentatives visant à éviter un examen public. Si HBO voulait vraiment éviter un jugement, il aurait dû penser à cela avant d’aider et d’encourager un documentaire unilatéral sans intégrité journalistique et dans lequel les sujets ont une énorme motivation pour mentir – à savoir les millions de dollars pour lesquels ils poursuivent la succession. Notre client ne s’arrêtera jamais tant que la justice ne sera pas rendue. »

Notre précédente info à ce sujet.

Sources: The Hollywood Reporter / MJVIBE / MJFrance.

Suite à notre information du 31 mai dernier concernant la plainte déposée par l’Estate contre HBO, sachez que le juge George H. Wu a rendu hier une décision provisoire rejetant la demande de la part de HBO de classer l’affaire.

Qualifiant cette affaire d’unique et de désordonnée, le juge George H. Wu a déclaré qu’il s’attendait à ce que les deux parties fassent appel de sa décision, mais que peu importe, la question serait finalement tranchée par une cour supérieure, peut-être même la Cour suprême.

« Cette affaire est intéressante  » , a déclaré Wu. « Peu importe qui gagne ou perd, cela sera repris en appel. Peu importe ce que je fais. »

Le juge a enfin déclaré à HBO: « Vous êtes une grande entreprise et l’Estate est très riche… C’est un choc de titans. » Il devrait rendre sa décision finale d’ici la fin du mois de septembre.

De son côté, Bryan J. Freedman, un avocat de la succession, a publié une déclaration critiquant HBO pour sa « conduite illicite »:

« HBO a essayé tout ce qui était possible pour éviter que le juge se prononce sur leurs actes répréhensibles… Si HBO estime que ses actions étaient appropriées, il n’ya aucune raison pour elle d’essayer de se cacher derrière des détails techniques de la procédure pour éviter un arbitrage ou un procès. Que ce soit dans un arbitrage, un tribunal fédéral, un tribunal d’État ou une cour d’appel, la succession de Michael Jackson obligera HBO à être tenue pour responsable de sa conduite illicite. La succession ne s’arrêtera jamais tant que justice n’aura pas été rendue. »

Sources: Variety / Billboard / MJFrance

Suite à la plainte déposé par l’estate contre HBO au sujet de Leaving Neverland, un juge fédéral à refusé la semaine dernière de laisser un arbitre se prononcer sur la question de savoir si le documentaire a dénigré Michael Jackson.

En effet, au vu de la particularité de la législation américaine, l’Estate ne souhaitait pas réellement plaider en audience publique mais a plutôt invoqué une clause d’arbitrage dans l’ancien accord entre HBO et Michael Jackson et visait à ce qu’un juge de la Cour supérieure de Los Angeles impose une confrontation devant la American Arbitration Association (AAA). En réponse, HBO a renvoyé l’affaire devant un tribunal fédéral en Californie.

À partir de là, les parties se sont livrées une bataille juridique pour résoudre la question de savoir où le litige serait réglé. Bien qu’il s’agisse d’une question ennuyeuse, elle peut potentiellement trancher l’affaire dans son ensemble, car si la disposition relative à l’arbitrage est inopérable, les clauses de confidentialité et de non-séparation qui fondent les réclamations de l’Estate sont tout aussi probables.

HBO a fait valoir qu’en vertu de la loi fédérale sur l’arbitrage, le juge fédéral devait décider des « questions de la passerelle en matière de validité et d’arbitrabilité ». Selon les avocats du réseau, une telle analyse aurait pour objectif de déterminer si HBO avait clairement exprimé l’intention, en 1992, de confier la compétence à un arbitre. HBO a également évoqué les anciennes règles (modifiées depuis) ​​de l’AAA en ce qui concerne l’invocation de la compétence.

L’Estate a qualifié ces arguments de « tautologie classique », affirmant dans un dossier d’audience qu’il « présumait de la conclusion même que HBO souhaitait qu’un arbitre parvienne au litige dans le présent différend, c’est-à-dire qu’il ne reste aucune obligation en vertu de l’Accord ».

Le juge George H. Wu de la Cour de district des États-Unis ne voit pas de preuves claires et incontestables concernant l’arbitrage. Il a nié les requêtes en renvoi de l’affaire devant un tribunal d’État ainsi que l’arbitrage forcé.
Si cela pourrait représenter une première victoire pour HBO, le juge a cependant ordonné aux parties de tenir un briefing supplémentaire sur la question de l’arbitrage.

Dans les prochains mois, les deux parties exploreront le sens de l’accord de 1992. Le juge Wu prendra alors une nouvelle décision sur la perspective d’un arbitrage. Si HBO l’emporte, il n’aura probablement même pas à se demander si Leaving Neverland a causé des dommages à Michael Jackson.

Source: Hollywood Reporter

Pour soutenir leur thèse d’abus par Michael Jackson, Wade Robson et James Safechuck utilisent dans le film Leaving Neverland, le nom d’un autre garçon ayant côtoyé Michael Jackson dans les années 1990. Il s’agit de Brett Barnes. Wade Robson, affirme dans le film que M. Barnes « l’a remplacé » comme victime de Michael Jackson, affirmant au passage que ce dernier aurait été une autre « victime » de Jackson.

Mais Brett Barnes nie catégoriquement tout acte déplacé par Michael Jackson et continue de clamer l’innocence de la star, comme il l’a fait durant le procès de 2005 ayant conclu à l’innocence de Michael Jackson. L’avocat de Brett Barnes vient de faire parvenir un courrier officiel aux dirigeants de HBO les mettant en demeure de retirer toute allusion à Brett Barnes de ce documentaire. « Que vous produisiez un film laissant clairement entendre que M. Barnes avait été agressé sexuellement par l’un de ses meilleurs amis est scandaleux. Le fait que personne n’ait même tenté de le contacter pour lui poser des questions à propos de ces accusations est encore plus grave. » a-t-il mentionné dans le courrier dont vous pouvez lire la traduction ci-après.

Grodsky & Olecki LLP

2001 Wishire Blvd
Suite 210
Santa Monica
February 26,2019

BY E-MAIL AND FEDERAL EXPRESS

Richard Pleper
Chief Executive Officer
Home Box Office, Inc
1100 Avenue of the Americas, 15th FI.
New York, NY 10036

RE: Leaving Neverland – Demande de suppression des noms de Brett Barnes et de toutes apparence

Cher M. Pleper,
Ce cabinet est l’avocat de Brett Barnes. Nous avons appris que le film Leaving Neverland, qui devrait bientôt être diffusé sur les ondes de HBO, Channel 4 et d’autres, laisse la fausse impression que M. Barnes a été agressé sexuellement dans son enfance par le chanteur Michael Jackson. M. Barnes n’a pas été consulté et n’a pas consenti à son inclusion dans le film. Il ne veut rien faire du tout avec le film. Si le film est diffusé et qu’il le représente sous cette fausse lumière, il en souffrirait beaucoup.

En conséquence, je vous écris pour demander que le nom et toute apparence de M. Barnes soient immédiatement retirés du film.

En décrivant les premières projections de Leaving Neverland au Festival du film de Sundance, nous avons appris que Leaving Neverland affirmerait que M. Jackson avait eu un comportement sexuel sordide avec des enfants. Nous avons également appris que le film mentionnait à plusieurs reprises que M. Barnes avait été ami avec M. Jackson dans son enfance et qu’il contenait également des images de M. Jackson et de Mr Barnes ensemble. D’autre part, le film affiche un bandeau à l’écran disant que Mr Barnes nie que Mr Jackson ait fait quoi que ce soit d’inappropri Nous apprenons également que l’un des hommes qui prétendent avoir été agressés par M. Jackson, Wade Robson, affirme dans le film que M. Barnes « l’a remplacé » et que le film présente ensuite M. Barnes et M. Jackson en tournée. Aucun texte ne va contredire une telle allégation. En décrivant M. Barnes comme un enfant aux côtés de M. Jackson dans un film consacré à des allégations d’agression sexuelle contre M. Jackson, le film laisse aux téléspectateurs la fausse impression que M. Barnes a en fait été agressé par M. Jackson, ce que Mr Barnes dénie tout simplement .

HBO, Channel 4 et tous ceux qui envisagent de diffuser le film ne doivent pas diffuser le film sous sa forme actuelle, sinon ils encourent la responsabilité de dommages importants. Décrire M. Barnes comme ayant été victime d’agression sexuelle et de dénégation à son sujet l’exposera à « la haine, le mépris, le ridicule ou l’opprobe » et constitue donc une action pouvant constituer une fausse vérité, une atteinte à la vie privée. MG v Time Warner, Inc, 89 Cal.App.4th 623, 636 (2001) (allégation de fausse allégation alléguée où un reportage sur l’entraîneur accusé d’avoir molesté l’équipe sportive de l’enfant a inclus une photo de l’équipe parce qu’elle « pourrait raisonnablement être interprétée comme indiquant que certains ou tous les joueurs de la photo avaient été agressés « ). M. Barnes mène une vie privée et tranquille depuis de nombreuses années et veut que cela reste ainsi.

Bien que M. Barnes ait témoigné lors du procès de M. Jackson il y a près de 15 ans, il a visiblement évité le regard de l’opinion publique et n’a pas mentionné son amitié avec M. Jackson à ses proches – son employeur, ses collègues et de nombreux amis proches sont totalement ignorant.

Cependant, en raison des premières projections du film et de l’impression fausse et extrêmement blessante qu’il laisse, M. Barnes a déjà subi un stress considérable et des douleurs émotionnelles. M. Barnes et sa famille ont reçu des demandes d’informations et des visites non souhaitées de la part de la presse et d’étrangers cherchant à lui parler de M. Jackson.

Cette douleur et ce stress seront certainement minimisés par le tourment qu’il devra subir si le film est diffusé dans le monde entier et que tout le monde a la fausse impression que M. Barnes a été agressé sexuellement par l’un des célèbres musiciens de tous les temps. Si vous ne changez pas de cap, le préjudice que vous causerez à M. Barnes est amplifié par le fait que M. Barnes et sa famille considéraient Mj Jackson comme un ami de la famille depuis près de vingt ans et M. Barnes le considérait toujours comme l’un des meilleurs amis qu’il ait jamais eu. Que vous produisiez un film laissant clairement entendre que M. Barnes avait été agressé sexuellement par l’un de ses meilleurs amis est scandaleux. Le fait que personne n’ait même tenté de contacter M. Barnes pour lui poser des questions à propos des accusations est au-delà de tout.

Certainement que s’il y avait un quelconque intérêt à vérifier la véracité des allégations sérieuses formulées à propos de M. Barnes, M. Barnes aurait été contacté. En termes simples, M. Barnes ne veut rien avoir à faire avec le film, ne consent pas à l’utilisation de son image et de sa ressemblance dans le film, et souhaite qu’on le laisse tranquille.

Par conséquent, je vous écris pour vous demander de retirer le nom et l’apparence de M. Barnes de Leaving Neverland et d’accepter de ne plus jamais distribuer, diffuser ou afficher toute version de Leaving Neverland contenant le nom ou l’image de M. Barnes.

Veuillez confirmer que vous le ferez avant 17h00. PST le 27 février 2019.

Maison Box Office, Inc
26 février 2019

Cette lettre est sans renonciation à aucun des droits et recours de M. Barnes qui sont tous réservés.
Sincèrement votre,
Allen B. Grodsky

MJOnline nous informe que le président de l’organisation américaine des droits civiques Southern Christian Leadership Conference, une organisation fondée par le Dr. Martin Luther King Jr, a écrit une lettre à HBO, Time Warner et AT&T concernant la décision de diffuser Leaving Neverland.

Le Dr Charles Steele, président-directeur général, a invoqué le Dr Martin Luther King Jr., fondateur de l’organisation de défense des droits civiques, pour défendre Michael Jackson contre le documentaire, qu’il a qualifié « d ‘affront à son héritage » et de « lynchage posthume ».

La lettre du SCLC fait écho aux sentiments de Tito, Marlon, Jackie et Taj Jackson, qui, le 26 février, ont accordé une interview à Gayle King, de CBS, pour se porter garant de leur croyance en l’innocence du Roi de la Pop.

Voici pour vous la traduction de cette lettre du 27 février 2019 dont vous pouvez trouver l’originale ici.

Chers Messieurs,

En tant que président national et PDG de la Southern Christian Leadership Conference, je trouve que le lynchage posthume, Leaving Neverland, est à la fois injuste et inacceptable.

Cela me dérange que HBO / AT & T / Warner Media mettent en avant des allégations contre quelqu’un qui est décédé et incapable de se défendre. Ces mêmes allégations, lorsqu’elles ont été soulevées en procès devant un tribunal pendant la vie de Michael Jackson, qui a affirmé son innocence.

En outre, les personnes du documentaire ont montré de nombreuses histoires contradictoires et ont été largement discrédité. De plus, le documentaire est manifestement à sens unique, n’offrant aucune chance de réfutation.

Essayer de juger Michael devant le tribunal de l’opinion publique est un affront à son héritage, une atteinte à sa réputation, et incompatibles avec les principes de justice et de réconciliation que notre président fondateur, le Dr Martin Luther King, Jr. a professé dans sa philosophie de la non-violence.

J’exprime ces préoccupations à la demande des fidèles partisans de la famille Jackson. En tant qu’être humain et leader des droits civiques, je trouve le concept de ce documentaire offensif. Dans l’esprit du Dr King et de sa philosophie de la non-violence, nous vous demandons de reconsidérer votre décision de diffuser ce documentaire.

Nous sommes disponible pour vous rencontrer ou discuter de cette question importante et sensible dès que possible.

Cordialement,
Dr. Charles Steele
Président et PDG
SCLC national

Ce matin, la succession de Michael Jackson a déposée plainte contre HBO. HBO n’est pas simplement un distributeur, mais un coproducteur de ce soi-disant documentaire intitulé Leaving Neverland.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, en 1992, HBO a signé un accord portant sur la diffusion du concert de Michael Jackson « Live From Bucharest », qui est devenue la meilleure émission spéciale de HBO.

Dans le cadre de cet accord, HBO avait accepté certaines dispositions de non-dénigrement et l’Estate a estimé que vu que le documentaire à venir est la quintessence du dénigrement il y a par conséquent, rupture de contrat.

Même s’il ne s’agit pas d’une demande en diffamation, il s’agit d’une obligation contractuelle.

L’Estate tient à affirmer ainsi que la diffusion de mensonges est une erreur et que la succession continuera à se battre pour protéger l’héritage de Michael devant les tribunaux.

Concernant la France et M6, nous ne connaissons pas les termes des contrats réalisés par la chaîne française avec Michael Jackson, ses sociétés et sa maison de disque mais la chaîne française était sponsor du HIStory Tour en France. Des anciens accords fructueux que beaucoup semblent oublier aujourd’hui. Nul doute que les fans n’hésiteront pas à aviser l’Estate de cet état de fait.

Voici pour vous la traduction et la retranscription du courrier envoyé le 7 février 2019 par Howard Weitzman à Richard Plepler, directeur général de HBO. Ce courrier fait suite à la programmation par la chaîne HBO du documentaire « Leaving Neverland » pour le 3 mars 2019.

La traduction :

Howard Weitzman
Direct Dial: (310) 566-9811
Direct Fax: (310) 566-9871
E-Mail: hweitzman@kwikalaw.com

7 Février 2019

VIA E-MAIL AND OVERNIGHT DELIVERY

Richard Plepler
Chief Executive Officer
Home Box Office, Inc.
1100 Avenue of the Americas – 15th Floor
New York, NY 10036
(212) 512-1960
E-Mail: richard.plepler@hbo.com

Re: Michael Jackson

Cher Mr. Pleper:

Nous représentons les co-exécuteurs de la succession de Michael J. Jackson, ainsi que diverses entités en propriété exclusive détenant des droits de propriété intellectuelle et d’autres droits immatériels liés au défunt Michael Jackson (collectivement «la succession» ou la «succession de Jackson»).

Nous vous écrivons au sujet de Leaving Neverland, un programme sensationnaliste certes unilatéral – qualifié de «documentaire» par HBO et d’autres – qu’HBO aurait apparemment financé et projeté ce printemps. La succession a appris l’existence de ce programme début janvier lorsque son lancement à Sundance a été annoncé par la presse. Comme vous le savez sûrement, contrairement à toutes les normes du cinéma documentaire, le prétendu «documentariste», Dan Reed (ou toute autre personne associée au programme) n’a jamais contacté la succession pour lui faire part de son point de vue et avoir des réponses aux revendications qui font l’objet du programme. De même, comme l’a reconnu publiquement Dan Reed, aucune autre personne susceptible de présenter des éléments de preuve allant à l’encontre du principe du programme n’a été consultée.

Lorsque le programme a été annoncé pour la première fois, HBO et ses partenaires producteurs n’ont pas révélé l’identité des deux sujets du documentaire, mais les ont qualifiés de « deux hommes ». Cependant, même à partir des brèves descriptions des « deux hommes » dans l’annonce, le domaine savait exactement qui ils étaient: Wade Robson et James Safechuck. La succession le savait, non pas parce qu’elle contenait des «sources» internes au documentaire – elle n’en avait aucune – mais parce que ces deux hommes colportent leur fausse «histoire» depuis des années, notamment dans une série d’actions en justice infructueuses contre la succession. La succession n’a pas hésité à informer les médias de son identité. La succession était à cent pour cent confiante que ce documentaire ne pourrait faire l’objet d’autres «victimes» présumées (parce que, contrairement aux prédictions des avocats de Robson et de Safechuck lors du premier recours en justice pour des centaines de millions de dollars en 2013, aucune «avalanche» d’autres «victimes» identifiables se sont manifestées au-delà de ces deux) HBO et ses partenaires producteurs ont alors été contraints de reconnaître que le domaine avait «deviné juste» et que les deux sujets du film étaient bien ces deux parjures avérés qui avaient intenté des poursuites contre le domaine, lesquelles ont maintenant tous été rejetées avec préjudice ( mais comme indiqué ci-dessous sont en instance en appel).

La succession a passé des années en procès avec Robson et Safechuck et a eu quatre procès différents intentés par ces deux hommes, qui ont été renvoyés avec préjudice. (Aujourd’hui, Robson doit à la succession près de soixante-dix mille dollars en frais de justice, et Safechuck doit plusieurs milliers de dollars également.) Lors de ces litiges, le domaine a découvert de nombreuses informations sur Robson et Safechuck, prouvant sans équivoque qu’elles n’avaient aucune crédibilité. Nous discutons de certaines de ces informations ci-dessous, mais les informations discutées dans cette lettre ne sont que la pointe de l’iceberg sur ces deux-là. Si HBO s’était en fait conformée à la plus fondamentale des éthiques journalistiques – plutôt que d’accepter ses allégations salaces -, elle aurait découvert cela bien avant de s’impliquer dans ce projet scandaleux. Pour cette raison, il est évident que Dan Reed et les partenaires producteurs de HBO ont d’abord tenté de cacher l’identité de Robson et de Safechuck. Cette embuscade a été commise parce que Dan Reed savait que la famille et les amis de Michael Jackson, son domaine et ses millions de fans qui connaissent très bien l’affaire auraient discrédité Robson et Safechuck avant le début du tournage.

HBO est utilisé dans le cadre de la stratégie de litige de Robson et de Safechuck

Robson et Safechuck ont formé des recours contre les jugements rendus à leur encontre, appels qui seront probablement entendus cette année. Robson, Safechuck et leurs avocats partagés ont depuis longtemps engagé une campagne délibérée pour faire connaître l’affaire dans les médias, le plus souvent par le biais de fuites de fausses informations à certaines personnesou via les tabloïds en ligne les plus salaces. Si HBO avait effectué des recherches à ce sujet, il aurait facilement découvert que, chaque année environ, tant que le litige était en cours, avant qu’un problème majeur ne soit réglé, les journaux à scandale seraient tout à coup remplis de fausses déclarations colportées par les avocats de Robson et Safechuck à propos de Michael Jackson. Le tribunal de première instance n’a jamais laissé cette avalanche de fausses réclamations l’affecter, et nous ne doutons pas que la Cour d’appel n’en sera pas affectée non plus. Cela dit, les avocats de Robson et de Safechuck continueront d’essayer de juger leurs affaires dans les médias.

Comme indiqué précédemment, Robson et Safechuck font maintenant appel du rejet de leurs poursuites de plusieurs millions de dollars. Ce n’est pas un hasard si leurs appels sont susceptibles d’être entendus plus tard cette année. Le «documentaire» de HBO n’est qu’un simple outil supplémentaire dans son plan de procédures, qu’ils utilisent manifestement dans un effort (très peu judicieux) pour influer d’une manière ou d’une autre sur leurs appels. Malheureusement, il semble que HBO – un réseau autrefois très réputé et respecté – a été réduit à la version de la télévision payante Hard Copy (avec un petit mélange de The Jerry Springer Show). Le plus pathétique est qu’HBO a été réduit au simple rôle de pion dans une partie de la stratégie de litige des avocats de Robson et Safechuck.

HBO et Dan Reed ont délibérément choisi de ne pas interviewer qui que ce soit qui gènerait de leur histoire

Dans Leaving Neverland, on reproche à Michael Jackson de commettre les crimes les plus odieux dont on puisse accuser une personne dans la société moderne. Étant donné la gravité de ces allégations, on aurait pu s’attendre à ce que HBO et ses partenaires producteurs contactent: 1) la famille Jackson; (2) les personnes qui ont travaillé avec Jackson au cours de la période considérée; (3) d’autres jeunes hommes et femmes qui ont passé du temps avec Jackson pendant son enfance (y compris ceux mentionnés nommément dans le «documentaire»); (4) amis de Michael Jackson qui l’ont connu toute sa vie; (5) les nombreuses personnes qui connaissent bien Safechuck et Robson mais ne les croient pas; (6) Tom Mesereau et son enquêteur, Scott Ross, que Robson a heureusement rencontrés pendant des heures en 2005 pour leur raconter ses expériences avec Michael. Mesereau avait trouvé Robson si crédible qu’il avait fait de Robson le premier témoin à décharge du procès de Jackson en 2005. ; et (7) la succession, qui a passé des années à défendre les mêmes revendications évoquées dans le «documentaire» de Safechuck et Robson. Pourtant, HBO et ses partenaires producteurs n’ont jamais tenté de contacter ces personnes. Le fait que HBO et ses partenaires producteurs n’aient même pas daigné contacter l’une de ces personnes pour explorer la crédibilité des fausses histoires racontées par Robson et Safechuck viole toutes les normes et l’éthique en matière de réalisation de documentaires et de journalisme. C’est une honte.

En fait, Dan Reed a admis lors de la séance de questions-réponses chez Sundance qu’il n’avait jamais tenté de contacter beaucoup d’autres jeunes hommes et femmes qui avaient passé du temps avec Jackson dans son enfance, et qui continuent à le défendre aujourd’hui. Et au moins deux de ces jeunes hommes sont nommément cités dans le film, ce qui implique qu’ils ont « remplacé » Robson et Safechuck en tant que « victimes d’abus » de Jackson. Tous deux ont affirmé publiquement depuis l’annonce du documentaire qu’ils n’ont jamais été maltraités. par Jackson. L’un d’eux, que Robson a explicitement affirmé dans le film comme celui «qui l’a remplacé», a publié plusieurs «tweets» dénonçant le documentaire comme une œuvre de fiction. Pourtant, Dan Reed et HBO n’ont jamais approché aucun d’eux – parmi les nombreux autres enfants qui ont passé du temps avec Jackson.

En d’autres termes, le «documentaire» de HBO est basé uniquement sur les mots de deux parjures révélés. HBO et son partenaire, Dan Reed, n’ont même jamais tenté de déterminer si ces deux hommes ne diraient peut-être pas la vérité. Nous avons lu des reportages selon lesquels ces deux hommes sont supposés être « crédibles » dans le documentaire parce qu’ils racontent leur histoire de manière si fluide. Pourtant, ils pratiquent leurs histoires et répètent leurs répliques (qui ont changé tout au long du litige, comme indiqué ci-dessous) depuis des années. Il n’est donc pas surprenant que ces deux hommes – qui ont également agi de manière professionnelle – racontent bien leur fausse histoire. En fin de compte, tout réalisateur à mi-parcours qualifié peut réaliser un « documentaire » racontant toute histoire scandaleuse sur un homme décédé s’il ne peut trouver que deux personnes prêtes à raconter cette histoire et à ne pas les contester du tout. C’est particulièrement le cas lorsqu’un des hommes – Wade Robson – est un soi-disant «maître de la supercherie»; et sa propre mère a témoigné sous serment qu’il aurait «dû avoir un Oscar» étant donné sa qualité de menteur (comme expliqué ci-dessous).

Dans les entrevues, Dan Reed utilise HBO pour renforcer la crédibilité du programme en dépit de fausses déclarations flagrantes lors de ces mêmes entrevues.

Notamment, la réputation de HBO est l’une des principales raisons pour lesquelles le «documentaire» devrait être pris au sérieux. Le producteur de cette émission, Dan Reed, dit aux médias que l’une des principales raisons pour lesquelles le documentaire est crédible est la réputation de HBO. Lorsqu’on lui a demandé si un avocat avait vérifié le film, il a répondu: «C’est ce qui se passe dans chacun de mes films ou, à ma connaissance, que tout le monde réalise, certainement pour HBO.» 1 Les vérificateurs habituels des réalisateurs sont éthiques et normatifs, telles que la vérification des faits (par exemple, leurs histoires sont-elles cohérentes? voir ci-dessous), l’enquête sur les motivations des personnes (par exemple, ont-elles une motivation financière pour dire ce qu’elles disent?), parler à d’autres personnes avec des connaissances qui peuvent avoir quelque chose de différent à dire, etc. Mais comme il ressort de notre discussion ci-dessous, HBO ne se soucie apparemment plus de ces contrôles éthiques et normatifs sur la réalisation de films documentaires et le journalisme. Si HBO se soucie de ces choses, ce documentaire ne sera jamais diffusé sur HBO.

Dans les mêmes interviews où il affirme que la participation de HBO est une des raisons de la « supposée » crédibilité de son documentaire, M. Reed a également fait des déclarations manifestement fausses au sujet de Robson et de Safechuck dans le but de renforcer leur crédibilité. Par exemple, dans la même interview du Huffington Post évoquée ci-dessus, M. Reed convient avec l’intervieweur que «l’un des aspects les plus marquants du documentaire est la manière dont les histoires de [Robson et de Safechuck] s’alignent… même s’ils ne se connaissaient pas. Dans une autre interview, Reed «confirme» que «pour des raisons juridiques, [Robson et Safechuck] ont été séparés, bien avant qu’il ne les aborde pour faire le film.» Reed explique ce qui suit. «Ils ne pouvaient pas échanger d’histoires. Sundance était la première fois [à l’âge adulte] où ils se rencontraient. C’est la première fois qu’ils ont passé un bon moment ensemble. »2 C’est totalement faux. Dans sa déposition de 2016, Robson a déclaré avoir parlé à Safechuck en 2014, année au cours de laquelle Safechuck avait engagé des poursuites contre la succession. Lorsqu’on lui a demandé de quoi les deux hommes avaient parlé, Robson a refusé de répondre à la question. Son avocat lui a ordonné de garder le silence, car les avocats de Robson et de Safechuck étaient impliqués dans les conversations entre les deux hommes en 2014. Par conséquent, nous ne pouvons jamais savoir ce qu’ils ont fait ou parlé et comment ils ont aligné leurs histoires avec l’aide de leurs avocats. Étant donné qu’ils cherchaient tous les deux des centaines de millions de dollars contre la succession, ils avaient des centaines de millions de raisons pour aligner leurs histoires.

1 https://www.huffingtonpost.com/entry/leaving-neverland-michael-jackson-dan-reed_us_5c500044e4b0d9f9be689ab0

2 https://www.rollingstone.com/movies/movie-features/leaving-neverland-director-dan-reed-michael-jackson-interview-785817/

En tout état de cause, l’idée selon laquelle deux hommes qui sont représentés par les mêmes avocats au cours des six dernières années auraient des histoires «alignées» n’est guère surprenante. Vous ne pouvez vraiment pas être si naïf pour ne pas comprendre cela.

Enfin, nous devons noter que nous ne pouvons que supposer que la légendaire Sheila Nevins n’a rien à voir avec la décision d’aller de l’avant avec ce «documentaire». Il est dommage qu’elle ne soit plus impliquée dans ce type de décisions pour HBO. Que HBO, le réseau jadis emblématique, finance, produise et distribue ce moyen pathétique et mensonger permettant à ces menteurs admis de revenir sur de fausses allégations dans le cadre de leurs efforts pour faire revivre leurs poursuites rejetées est tout simplement triste.

Robson et Safechuck ont régulièrement été pris en train de mentir au cours de leur procès en faillite contre le domaine de Jackson

Wade Robson a témoigné en détail à l’âge adulte devant un jury en 2005 que Michael Jackson n’avait jamais rien fait de mal avec ou contre lui. Il a ensuite été soumis à un contre-interrogatoire cinglant par Ron Zonen, l’un des procureurs les plus chevronnés de la Californie. Pourtant, malgré cela, Wade Robson n’a jamais hésité. De plus, même après son témoignage, il existe de nombreuses vidéos de lui (facilement disponibles en ligne) dans lesquelles il loue Michael Jackson comme source d’inspiration et nie que Michael l’ait jamais agressé.

Mais même en mettant cela de côté, Robson a également été pris à plusieurs reprises dans les litiges rejetés avec la succession. Par exemple, afin d’essayer de contourner le délai de prescription pour les réclamations pécuniaires contre la succession, Robson a déclaré sous serment que « avant le 4 mars [2013] », il n’avait pas compris ou même su qu’une succession [de Michael Jackson] avait été ouvert à l’administration. C’était un mensonge. En vérité, Robson avait personnellement rencontré John Branca, l’un des exécuteurs testamentaires du domaine, au bureau de M. Branca en 2011 dans le cadre d’une tentative (ratée) de solliciter le travail avec le domaine dans le cadre d’un spectacle du Cirque du Soleil consacré à Michael Jackson. Avant de rencontrer M. Branca, l’agent de talent de Robson lui avait dit qu’il devait contacter «John Branca, responsable de la succession de MJ». Il n’est donc pas surprenant que le juge du procès ait rejeté les prétentions de Robson contre la succession, estimant qu’aucune personne rationnelle ne pourrait croire que Robson a déclaré ne pas être au courant de la succession de Michael Jackson avant le 4 mars 2013, date à laquelle il avait en fait rencontré John Branca, le co-exécuteur testamentaire de la succession. En clair, le juge a conclu que Robson avait menti dans sa déclaration sous serment. (Il est difficile de prendre au sérieux l’idée selon laquelle Robson voudrait passer des années de sa vie à créer et à diriger une émission sur le thème de Michael Jackson, alors qu’il était en réalité victime d’abus horribles commis par Jackson.)

La rencontre entre Robson et M. Branca n’était pas la première fois ou il tentait de tirer profit de sa relation avec Michael Jackson après la mort de Michael, alors qu’il pensait que cela lui permettrait de gagner de l’argent. Dans les jours qui ont suivi la mort de Michael, Robson a publié une déclaration dans laquelle il faisait l’éloge de «l’une des principales raisons pour lesquelles je crois en la pure bonté de l’humanité». Il a ensuite tenté de solliciter le travail de Kenny Ortega, directeur du film This Is It de Michael Jackson, pour aider à travailler sur le film. Robson a pu travailler avec Janet Jackson dans le cadre de son hommage rendu en 2009 aux MTV Video Music Awards au défunt frère de Janet, Michael. Dans les vidéos des coulisses de l’émission hommage (que l’on trouve facilement en ligne), Robson fait l’éloge de Michael Jackson dans les termes les plus effusifs.

Au cours du litige avec les sociétés de Jackson, Robson a également été surpris en flagrant délit de tentative de dissimulation de preuves avant le classement de son dossier. Par exemple, Robson a menti sous serment et a déclaré que, hormis un bref courriel de fin 2012, il n’avait eu «aucune communication écrite» avec qui que ce soit (autre que ses avocats) au sujet de ses allégations nouvellement concoctées selon lesquelles il aurait été maltraité par Jackson. Cela s’est avéré être un mensonge complet et total. Robson avait en fait écrit un livre sur ses allégations au cours de l’année précédant le dépôt de sa plainte, un livre qu’il tentait de dissimuler à la succession. Ce livre racontait une histoire complètement différente de la façon dont il avait été abusé par Jackson. Interrogé sur certaines de ces divergences lors de sa déposition, Robson a expliqué que ses souvenirs avaient «évolué» depuis la rédaction du projet de livre à la fin de 2012 et au début de 2013. Il a expliqué qu ‘«après la révélation de l’abus en 2012 et le début de son parcours de guérison, ils ont évolué dans la mesure où je me souviens de plus de détails sur les scénarios. Au fur et à mesure, vous savez, cela évolue et des détails sont ajoutés. »3

En outre, bien qu’il ait juré dans son procès qu’il n’avait eu «aucune communication écrite» avec quiconque au sujet de ses supposés abus, le tribunal de première instance lui a finalement ordonné de produire tous ces documents. Robson a produit des centaines (voire des milliers) de communications écrites (courriels, textes, etc.) avec sa famille et ses amis au sujet de ses fausses allégations de mauvais traitements. Il n’a jamais expliqué pourquoi il avait menti et a dit qu’il n’avait pas de telles communications.

Plus particulièrement, beaucoup de ces communications ont eu lieu avec sa mère, où il a certes essayé de reconstituer ses propres «souvenirs» de la période où il aurait été maltraité – c’est-à-dire, dans ses propres mots, pour «ajouter» les «détails» qu’il ne connaissait pas quand il était en train de rédiger son livre. Dans un courriel, il énumère plus de vingt questions différentes à poser à sa mère pour lui demander des précisions sur ses interactions avec Michael Jackson. Parmi celles-ci: «Pouvez-vous expliquer tout ce dont vous vous souvenez de cette première nuit à Neverland? Que s’est-il passé quand nous sommes arrivés en voiture, qu’avions-nous fait? Et ce premier week-end à Neverland? »Notamment, dans le« documentaire », Robson raconte maintenant« ses »supposés« souvenirs »de ces événements de manière très détaillée. Mais M. Reed et Robson n’ont jamais expliqué qu’il devait d’abord poser à sa mère une foule de questions avant de pouvoir raconter son histoire. En effet, bien qu’il raconte l’histoire de sa première nuit à Neverland dans le documentaire comme si c’était sa propre mémoire, lors de sa déposition, il a admis qu’il « ne savait pas » si son souvenir de cette nuit « venait de [son] propre souvenir. ou [si] quelqu’un d’autre l’a dit à [Robson].  »

En termes simples, Robson est un parjure reconnu qui s’est fièrement qualifié de « maître de la tromperie » (dans son brouillon). Robson est un si bon menteur que sa propre mère a témoigné sous le signe de sa déposition qu’elle ne pouvait pas dire quand il mentait. ; elle s’est même portée volontaire pour dire «qu’il aurait dû avoir un oscar» compte tenu de la force de ses mensonges. Il se peut qu’il mérite également un Oscar pour le «documentaire» de HBO.

3 Nous serions heureux de vous fournir tous les documents sources, tels que les dépositions, les documents produits par découverte, etc. Il est dommage que M. Reed et vos collègues de HBO ne s’intéressent pas à ces documents lors de la production de leur «documentaire».

L’histoire inventée de Robson, bien sûr, est que les abus de Jackson lui ont valu deux dépressions nerveuses qu’il a décrites en 2011 et 2012. Ces dépressions, selon Robson, lui ont fait comprendre qu’il avait été agressé par Jackson des décennies auparavant. Mais il existe une explication beaucoup plus simple pour les dépressions de Robson. Il a des antécédents familiaux de dépression majeure suicidaire du côté de son père. Le père de Robson s’est suicidé en 2002. Le cousin germain de son père s’est suicidé en 2012. Malheureusement, la dépression majeure est une maladie très héréditaire. Il n’est donc pas surprenant que Robson ait eu ces dépressions. Et il est encore moins surprenant qu’il ait continué à avoir des dépressions étant donné que, lorsque Robson a consulté un psychiatre en 2011, on lui a prescrit un antidépresseur. Mais il a refusé de prendre ce médicament. Pour être clair, nous n’attribuons aucune «faute» ou «faiblesse» à ceux qui souffrent ou ont souffert de dépression clinique. Cela dit, nous devons prendre note de la maladie mentale de Robson et de son refus abject et obstiné d’obtenir un traitement médical approprié, car Robson prétend que ses «dépressions nerveuses» sont une preuve évidente de son agression par Jackson. Mais ces crises s’expliquent beaucoup plus facilement par les antécédents familiaux de dépression majeure de Robson et par son propre diagnostic (apparent) de dépression, pour lequel il refusa obstinément et irrationnellement de prendre les médicaments qui lui avaient été prescrits par un médecin.

Quant à Safechuck, de son propre aveu, il n’a «pas réalisé» qu’il avait été maltraité avant d’avoir vu Robson à la Today Show de mai 2013 en train d’être interviewé par Matt Lauer à propos de la nouvelle histoire d’abus inventée par Robson. Soudain, Safechuck s’est rendu compte qu’il avait été maltraité. Il a ensuite contacté les avocats de Robson et déposé des actions en justice contre la succession pour des millions de dollars. Et comme Robson, lui aussi avait témoigné sous serment que Jackson n’avait jamais fait quelque chose d’inapproprié avec lui. Ses deux affaires contre la succession ont également été classées.

Les poursuites frivoles de Safechuck ont ​​été classées si tôt au début de la procédure qu’une découverte importante n’a jamais eu lieu, et il a pu éviter que sa déposition ne soit prise en charge et ne produise des documents. Mais même dans ses déclarations sous serment dans les litiges, il existe des signes évidents qu’il ment et qu’il tente de construire une fausse histoire d’abus à partir de ses souvenirs vagues de ses interactions avec Jackson. Par exemple, Safechuck a affirmé dans sa déclaration sous serment qu’il avait été agressé pour la première fois lors de l’étape du Bad Tour à Paris, qu’il a correctement identifiée comme ayant lieu à la fin du mois de juin 1988 (comme le révélerait une simple recherche sur Wikipedia). Il dit plus tard qu’après la fin de la tournée de Bad, Michael l’a emmené à New York «en février 1989», où Michael se produisait au Grammy’s. Safechuck déclare dans sa déclaration qu’il a été maltraité lors de ce voyage à New York pour les Grammy’s. Cependant, les Grammy n’étaient pas à New York en 1989; ils étaient à Los Angeles cette année-là (et en 1990). Et Michael n’a pas joué au Grammy’s en 1989. Cependant, Michael a joué au Grammy’s de New York en février 1988, c’est-à-dire avant que Safechuck ne prétende avoir été agressé pour la première fois en juin 1988. Pourtant, il prétend en quelque sorte avoir été victime de violence. Le voyage de York à la Grammy s’est produit avant qu’il ne prétende avoir été abusé pour la première fois. L ’« erreur »de Safechuck ici est évidemment le reflet d’un effort pour créer une histoire d’abus à partir de rien. Ou, en d’autres termes, Safechuck ne fait que s’améliorer au fur et à mesure.

Dans le «documentaire» et dans sa déclaration de procédure, Safechuck explique de quelle manière il a refusé de témoigner pour Jackson en 2005, malgré les menaces de Jackson et de son équipe juridique. Laissant de côté l’absurdité de Jackson et de son équipe juridique sophistiquée qui tentent de convaincre un témoin peu disposé et instable de témoigner sur une question aussi délicate, l’histoire de Safechuck est manifestement fausse. Safechuck a notamment déclaré que Michael et son équipe d’avocats l’avaient appelé « vers la fin du procès pénal », en essayant de faire pression sur lui pour qu’il témoigne. Mais cette affirmation ne peut être vraie. Au début du procès, le juge a empêché l’accusation de permettre la présentation d’éléments de preuve concernant l’agression sexuelle alléguée de Safechuck et d’autres personnes, car les « éléments de preuve » de cette agression n’étaient pas fiables. Les exceptions étaient que le juge avait permis à certains travailleurs mécontents de témoigner qu’ils avaient entendu dire que Michael avait molesté Wade Robson, Macaulay Culkin et Brett Barnes. C’est la raison pour laquelle ces trois personnes ont témoigné de manière spécifique, et toutes ont nié la molestation (y compris Robson bien sûr) et ont fait l’objet d’un contre-interrogatoire par les procureurs, sans toutefois hésiter. Et c’est pourquoi Jackson et ses avocats n’auraient jamais tenté de faire pression sur un Safechuck réticent et instable, en particulier «vers la fin du procès pénal», comme le prétend si faussement Safechuck dans le documentaire et sous serment.

* * *

Compte tenu de tout cela, qui sont des faits facilement accessibles à quiconque fait preuve d’une diligence raisonnable minimale, pourquoi HBO voudrait-elle produire un documentaire basé uniquement sur les paroles de ces deux menteurs et du réalisateur / producteur Dan Reed? Pourquoi HBO voudrait-elle produire ce documentaire sans même chercher à obtenir des commentaires et une réponse de la part de l’Estate, qui a passé des années à mener avec succès des poursuites contre ces fausses allégations avec Robson et Safechuck? Y at-il un autre artiste à qui HBO ferait cela? Existe-t-il un autre artiste pour lequel HBO n’aurait même pas besoin de commenter des accusations aussi graves?

Michael Jackson a été soumis à une enquête qui a duré une dizaine d’années par le procureur du comté de Santa Barbara, Tom Sneddon, très zélé, aux règles éthiques et finalement déshonoré, qui a cherché partout et partout des supposées «victimes» de Jackson. Pourtant, il n’a jamais trouvé ces «victimes». En effet, le procès criminel de Jackson en 2005 était une farce complète et Michael Jackson a été complètement innocenté. Comme le savent tous ceux qui ont étudié ce procès, le jury a totalement rejeté les arguments de l’accusation. Dans ses déclarations liminaires et finales, l’avocat de Jackson, Tom Mesereau, a pris l’inhabituel sens du jury d’acquitter Jackson, car Mesereau et son équipe avaient prouvé son innocence. En d’autres termes, il n’a pas jugé l’affaire en tant que «doute raisonnable». M. Mesereau a jugé l’affaire dans le but de prouver l’innocence de Jackson. Et il a fait exactement cela. En 2017 encore, plusieurs jurés ont été interrogés à nouveau à propos de l’affaire à la lumière de la volte-face de Robson. Ils ont tous convenu qu’ils acquitteraient encore Jackson aujourd’hui. Les jurés ont été interviewés à plusieurs reprises. Ce sont des gens intelligents et articulés, et non pas les idiots crédules que Dan Reed tente de décrire comme dans son «documentaire». Pourtant, HBO s’appuie sur les récits non corroborés de deux parjures avérés sous le poids du système de justice américain.

Bien sûr, la fascination des médias tabloïd pour Michael Jackson et ses récits de plus en plus ridicules n’est pas nouvelle. Le grand intellectuel américain James Baldwin a parlé de «la cacophonie de Michael Jackson» depuis 1985, lorsque les médias ont commencé à le soumettre à «la gueule d’un succès carnivore». Selon Baldwin, Michael ne «sera pas prompt pardonné pour avoir tourné tant de tables, car il a très certainement attrapé la bague en laiton, et l’homme qui a cassé la banque à Monte Carlo n’a rien contre Michael. « En 1985, lorsque Baldwin écrivit ces mots, Michael Jackson avait 27 ans vieil Afro-Américain de Gary, Indiana, qui avait «renversé» toutes les structures de pouvoir dans le secteur de la musique. S’appuyant sur son succès sans précédent, Michael a insisté pour que MTV et la radio grand public jouent sa musique et celle d’autres artistes afro-américains comme lui. Michael a également insisté pour que sa maison de disques lui attribue la propriété de ses propres enregistrements maîtres. En d’autres termes, le jeune artiste Michael Jackson a tenu à contrôler son propre art et à ne pas le laisser aux caprices des grandes entreprises. Et plus encore: Michael, âgé de 27 ans, ne possédait pas seulement sa propre maison d’édition musicale, il avait le culot de surenchérir sur d’autres acteurs plus établis du secteur pour l’un des joyaux de l’édition musicale, le catalogue ATV (qui incluait Catalogue des Beatles).

Nous soupçonnons que même James Baldwin n’aurait pas pu imaginer que ses paroles sonneraient encore si vrai aujourd’hui, plus de trente ans plus tard. Michael Jackson doit encore « se faire pardonner d’avoir tourné tant de tables » même dix ans après avoir quitté ce monde pour toujours. Même le grand acteur HBO, qui a connu un succès immense avec Michael, soumet le défunt Michael Jackson à « la gueule d’un succès carnivore » dans la mort, consacrant quatre heures de sa programmation aux paroles de deux parjures en série, dont l’unique intention a été d’extraire de l’argent des héritiers légitimes de Jackson et des bénéficiaires choisis.

Cette chaîne HBO a rejoint la «cacophonie de Michael Jackson» des médias du tabloïd, dix ans après sa mort et c’est vraiment triste. Nous savons que HBO est confrontée à de sérieuses pressions concurrentielles de Netflix, Amazon et d’autres fournisseurs de contenu plus modernes, mais s’abaisser à ce niveau pour retrouver un public est honteux. Nous savons que HBO et ses partenaires de ce documentaire ne réussiront pas. Nous savons que cela restera l’épisode le plus honteux de l’histoire de HBO. Nous savons que les fans dévoués de Michael, et tous les braves gens du monde, ne pardonneront pas rapidement HBO pour sa conduite.

Monsieur Plepler, comme vous l’avez vous-même dit à la fin de 2017: «Un mensonge parcourt le monde avant que la vérité ne se dévoile» 4. La seule couverture médiatique de ce «documentaire» scandaleux a prouvé que vous aviez raison.

Nous serions heureux de rencontrer HBO pour discuter d’une solution. Nous avons beaucoup d’informations supplémentaires et de témoins qui exposeraient ces deux personnes comme elles sont. Si HBO veut maintenir sa position dans le secteur en tant que source valide d’informations et de faits, il lui incombe d’obliger le public – sans parler du défunt Michael Jackson avec lequel HBO s’était déjà associé de son vivant – à enquêter sur ces questions.

À part cela, ce «documentaire» en dira beaucoup plus sur HBO que sur Michael Jackson.

 

Sincèrement votre,
/ s /
Howard Weitzman


Version originale :

Howard Weitzman
Direct Dial: (310) 566-9811
Direct Fax: (310) 566-9871
E-Mail: hweitzman@kwikalaw.com

February 7, 2019

VIA E-MAIL AND OVERNIGHT DELIVERY

Richard Plepler
Chief Executive Officer
Home Box Office, Inc.
1100 Avenue of the Americas – 15th Floor
New York, NY 10036
(212) 512-1960
E-Mail: richard.plepler@hbo.com

Re: Michael Jackson

Dear Mr. Plepler:

We are counsel to the Co-Executors of the Estate of Michael J. Jackson, as well as various wholly-owned entities which own intellectual property and other intangible rights associated with the late Michael Jackson (collectively the “Estate” or the “Jackson Estate”).

We write regarding Leaving Neverland , an admittedly one-sided, sensationalist program—referred to as a “documentary” by HBO and others—that HBO apparently funded and intends to air this Spring. The Estate first learned about this program in early January when its premiere at Sundance was announced in the press. As you must know, contrary to all norms of documentary filmmaking, the Estate was never contacted by the supposed “documentarian,” Dan Reed (or anyone else associated with the program) to provide the Estate’s views on, and responses to, the absolutely false claims that are the subject matter of the program. Likewise, no one else who might offer evidence to contradict the program’s premise was consulted either, as Dan Reed has publicly admitted.

When the program was first announced, HBO and its producing partners did not disclose the identities of the two subjects of the documentary, but referred to them only as “two men.” However, from even the brief descriptions of the “two men” in the announcement, the Estate knew exactly who they were: Wade Robson and James Safechuck. The Estate knew this not because it had any inside “sources” about the documentary—it had none—but because these two men have been peddling their false “story” for years now, most notably in a series of failed legal actions against the Estate. The Estate did not hesitate to advise the media of their identity. The Estate was one-hundred percent confident that there were no other purported “victims” who this documentary could be about (because, contrary to Robson’s and

Richard Plepler
February 7, 2019
Page 2

Safechuck’s lawyers’ predictions when they first filed their lawsuits for hundreds of millions of dollars in 2013, no “flood” of further identifiable “victims” ever came forward beyond these two). HBO and its producing partners were then forced to acknowledge that the Estate had “guessed right” and that the two subjects of the film were indeed those two admitted perjurers who had filed lawsuits against the Estate, all of which have now been dismissed with prejudice (but as noted below are pending on appeal).

The Estate spent years litigating with Robson and Safechuck, and had four different lawsuits by these two men dismissed with prejudice. (Today, Robson owes the Estate almost seventy thousand dollars in court costs, and Safechuck owes the Estate several thousand dollars as well.) In those litigations, the Estate discovered troves of information about Robson and Safechuck that made it unequivocally clear that they had no credibility whatsoever. We discuss some of that information below, but the information discussed in this letter is just the tip of the iceberg on these two. Had HBO actually complied with the most basic of journalistic ethics—rather than just accept their salacious allegations at face value—it would have discovered so much more long before it ever got involved in this disgraceful project. Obviously, that is the reason that Dan Reed and HBO’s producing partners initially tried to hide the identities of Robson and Safechuck. This ambush was carried out because Dan Reed knew that Michael Jackson’s family and friends, his Estate, and his millions of fans who are deeply knowledgeable about the case would have discredited Robson and Safechuck before filming began.

HBO Is Being Used As Part of Robson’s and Safechuck’s Litigation Strategy

Robson and Safechuck are pursuing appeals of the judgments against them, appeals that will probably be heard this year. As many other press outlets noted when their lawsuits were still pending in the trial court, Robson, Safechuck, and their shared attorneys have long engaged in a deliberate campaign to try their case in the media, most often through leaks of false information to some of the most salacious online tabloids. Had HBO done any research into this, it would have easily discovered that every year or so while the litigation was pending, before a major issue was to be decided, the tabloids would suddenly be full of false claims being peddled by Robson’s and Safechuck’s attorneys about Michael Jackson. The trial court never let this avalanche of false claims affect it, and we have no doubt that the Court of Appeal will not be affected by it either. That said, Robson’s and Safechuck’s lawyers will continue attempting to try their cases in the media.

As noted, Robson and Safechuck are now appealing the dismissal of their multi-million dollar lawsuits. Not coincidentally, their appeals are likely to be heard later this year. HBO’s “documentary” is simply just another tool in their litigation playbook, which they are obviously using in a (very misguided) effort to somehow affect their appeals. Sadly, it appears that HBO—a once great and respected network—has now been reduced to the pay television version of Hard Copy (with a little mix of The Jerry Springer Show ). Most pathetically, HBO has been reduced to a pawn in part of Robson’s and Safechuck’s attorneys’ litigation strategy.

Richard Plepler
February 7, 2019
Page 3

HBO and Dan Reed Intentionally Chose Not to Interview Anyone Who Would Detract From Their Story

Leaving Neverland rehashes accusations against the late Michael Jackson of committing the most heinous crimes any person can be accused of in modern society. Given the seriousness of those allegations, one would have expected that HBO and its producing partners would contact: (1) the Jackson family; (2) persons who worked with Jackson during the relevant time period; (3) other young men and women who spent time with Jackson as children (including ones mentioned by name in the “documentary”); (4) friends of Michael Jackson who knew him for his whole life; (5) the many persons who know Safechuck and Robson well but do not believe them; (6) Tom Mesereau and his investigator, Scott Ross, who Robson happily met with for hours in 2005 to tell them about his experiences with Michael, with Mesereau finding Robson so credible that he made Robson the first witness for the defense in Jackson’s 2005 trial; and (7) the Estate, who spent years litigating the very claims discussed in the “documentary” by Safechuck and Robson. Yet, shockingly, HBO and its producing partners never attempted to contact any of these people. The fact that HBO and its producing partners did not even deign to reach out to any of these people to explore the credibility of the false stories Robson and Safechuck told violates all norms and ethics in documentary filmmaking and journalism. It is a disgrace.

In fact, Dan Reed admitted in the question and answer session at Sundance that he never even attempted to contact the many, many other young men and women who spent time with Jackson as children, yet continue to defend him to this very day. And at least two of these young men are referenced by name in the film with the implications that they “replaced” Robson and Safechuck as Jackson’s “abuse victims.” Both have gone on record since the documentary was announced to explain that they were never abused by Jackson. One of them, who Robson explicitly claimed in the film “replaced” him, has released several “tweets” denouncing the documentary as a work of fiction. Yet neither of them—among the many others who spent time with Jackson as children—were ever approached by Dan Reed and HBO.

In other words, HBO’s “documentary” is based solely on the word of two admitted perjurers. HBO and its partner, Dan Reed, never even attempted to explore whether these two men might not be telling the truth. We have read reports that these two men are supposedly “credible” in the documentary because they tell their story so fluidly. Yet they have been practicing their stories and rehearsing their lines (which changed throughout the litigation as discussed below) for years now. Thus, it is no surprise that these two men—who have also both acted professionally—tell their false story well. The bottom line is that any halfway skilled filmmaker could make a “documentary” telling any outrageous story about a dead man if they can just find two people willing to tell that story and then not challenge those two at all . That is particularly the case when one of the men—Wade Robson—is a self-described “master of deception”; and his own mother testified under oath that he should “have had an Oscar” given how good a liar he is (as discussed below).

Richard Plepler
February 7, 2019
Page 4

In Interviews, Dan Reed Is Using HBO in Order to Bolster the Credibility of the Program Despite Making Blatantly False Statements in Those Same Interviews

Notably, HBO’s reputation is being used as one of the main reasons that the “documentary” should be taken seriously. The producer of this program, Dan Reed, is telling the media that one of the principal reasons the documentary is credible is because of HBO’s reputation. When asked whether an attorney had vetted the film, he responded, “that’s what happens on every single film I make or, to my knowledge, that anyone makes, certainly for HBO.” 1 The usual checks on filmmakers are ethical and normative ones, such as fact-checking (e.g., are their stories consistent? see below), investigating the motivations of people (e.g., do they have a financial motivation to say what they are saying?), talking to others with knowledge who may have something different to say, etc. But as is apparent from our discussion below, HBO apparently no longer cares about these ethical and normative checks on documentary filmmaking and journalism anymore. If HBO does care about such things, this documentary will never air on HBO.

In the same interviews where he touts HBO’s involvement as a reason for his documentary’s” supposed “credibility,” Mr. Reed has also made blatantly false statements about Robson and Safechuck in an effort to bolster their credibility. For example, in the same Huffington Post interview discussed above, Mr. Reed agrees with the interviewer that “one of the most impactful things in the documentary is the way [Robson’s and Safechuck’s] stories align … even though they didn’t know each other until now.” In another interview, Reed “confirms” that “for legal reasons, [Robson and Safechuck] were kept apart, long before you even approached them about making the movie.” Reed expands on that and says that this was done so “they couldn’t exchange stories. Sundance was the first time [as adults] that they’d met. It’s the first time they’ve had any significant time together.” 2 This is utterly false. In Robson’s 2016 deposition, he testified that he had spoken to Safechuck in 2014, the year Safechuck filed his lawsuit against the Estate. When asked what the two men had spoken about, Robson refused to answer the question—his attorney instructed him to remain silent because Robson’s and Safechuck’s common attorneys were involved in the conversations between the two men in 2014. Accordingly, we can never know what they talked about and how they aligned their stories with their attorneys’ help. Given that they were both seeking hundreds of millions of dollars against the Estate, they had hundreds of millions of reasons for aligning their stories.

1 https://www.huffingtonpost.com/entry/leaving-neverland-michael-jackson-dan-reed_us_5c500044e4b0d9f9be689ab0
2 https://www.rollingstone.com/movies/movie-features/leaving-neverland-director-dan-reed-michael-jackson-interview-785817/

Richard Plepler
February 7, 2019
Page 5

In any event, the idea that two men who are represented by the same attorneys for the last six years would have stories that “align” is hardly surprising. You really cannot be so naïve that you would not understand this.

Finally, we must note that we can only assume that the legendary Sheila Nevins had nothing to do with the decision to go forward with this “documentary.” It is a shame that she is no longer involved in these types of decisions for HBO. That HBO, the once iconic network, would fund, produce and distribute this pathetic and untruthful vehicle for these admitted liars to revisit false allegations made as part of their effort to revive their dismissed lawsuits is just plain sad.

Robson and Safechuck Were Repeatedly Caught Lying During Their Failed Lawsuits Against the Jackson Estate

Wade Robson testified in detail as an adult before a jury in 2005 that Michael Jackson never did anything wrong with or to him. He was then subjected to a withering cross-examination by Ron Zonen, one of California’s most-seasoned prosecutors. Yet, despite that, Wade Robson never wavered. Moreover, even after his testimony, there are many videos of him (readily available online) where he praises Michael Jackson as an inspiration and denies that Michael ever molested him.

But even setting that aside, Robson was also caught lying repeatedly in the dismissed litigations with the Estate. For example, in order to try to get around the statute of limitations for monetary claims against the Estate, Robson testified under oath that “[p]rior to March 4, [2013,] I did not understand or was even aware that an Estate [of Michael Jackson] had been opened for administration.” That was a lie. In truth, Robson had personally met with John Branca, one of the Estate’s executors, at Mr. Branca’s office in 2011 in a (failed) effort to solicit work with the Estate on a Michael Jackson-themed Cirque du Soleil show. Prior to meeting with Mr. Branca, Robson’s talent agent told him that he had to contact “John Branca, the person in charge of MJ’s estate.” Not surprisingly, the trial judge dismissed Robson’s claims against the Estate, finding that no rational person could believe Robson’s declaration that he did not know about Michael Jackson’s Estate until March 4, 2013 when he, in fact, had met with John Branca, the Co-Executor of the Estate. In plain English, the judge found that Robson had lied in his sworn declaration. (The idea that Robson would want to spend years of his life creating and directing a Michael Jackson-themed show, when he was in fact a victim of horrendous abuse by Jackson, is itself hard to take seriously.)

Robson’s meeting with Mr. Branca was hardly the first time that he tried to capitalize on his relationship with Michael Jackson after Michael’s death when he thought it would help him make money. In the days after Michael’s death, Robson released a statement praising Michael as “one of the main reasons I believe in the pure goodness of human kind .” He then tried to solicit work from Kenny Ortega, the director of Michael Jackson’s This Is It, to help work on the movie. Robson was able to secure work with Janet Jackson, in her 2009 MTV Video Music Awards tribute to Janet’s late brother Michael. In videos behind the scenes

Richard Plepler
February 7, 2019
Page 6

of the tribute show (easily found online), Robson is seen praising Michael Jackson in the most effusive terms.

During the litigation with Jackson’s companies, Robson was also caught trying to hide evidence before his cases were dismissed. For example, Robson lied under oath and stated that, other than one brief email in late 2012, he had had “no written communications” with anyone (other than his attorneys) about his newly-concocted allegations that he was abused by Jackson. This turned out to be a complete and utter lie. Robson had actually shopped a book about his allegations in the year prior to filing his lawsuit—a book he tried to hide from the Estate. That book told a completely different story of how he was first abused by Jackson. When asked about some of these discrepancies at his deposition, Robson explained that his memories had “evolved” since writing the draft of the book in late 2012 and early 2013. He explained that “post disclosing the abuse in 2012 and beginning that healing journey, they’ve evolved as far as I remember more details about scenarios. As it goes along, you know, it evolves, details get added to.” 3

Moreover, despite lying under oath in his lawsuit that he had had “no written communications ” with anyone about his supposed abuse, he was eventually ordered by the trial court to produce all such documents. Robson produced hundreds (if not thousands) of written communications (emails, texts, etc.) with his family and friends about his false abuse allegations. He never explained why he lied and said he had no such communications.

Most notably, many of these communications were with his mother where he admittedly was trying to reconstruct his own “memories” of the time period when he was supposedly abused—i.e., in his own words, to “add” the “details” that he did not know when he was drafting his book. In one email, he lists over twenty different questions to his mother asking her about the specific details of his interactions with Michael Jackson. Some of these include: “Can you explain all that you remember of that first night at Neverland? What happened when we drove in what did we do? And that first weekend at Neverland?” Notably, in the “documentary,” Robson now recounts “his” supposed “memories” of these events in great detail. But Mr. Reed and Robson never explain that he had to first ask his mother scores of questions before he could tell his story. Indeed, despite telling the story of his first night at Neverland in the documentary as if it is his own memory, at his deposition, he admitted that he “did not know” if his memory of that night “came from [his] own recollection or [if] it was told to [Robson] by someone else.”

Simply put, Robson is an admitted perjurer who proudly called himself (in his draft book) a “master of deception.” Robson is such a good liar that his own mother testified under

3 We would be happy to provide you with any source documents, such as depositions, documents produced in discovery, etc. It is a shame Mr. Reed and your colleagues at HBO were not interested in such documents when producing their “documentary.”

Richard Plepler
February 7, 2019
Page 7

oath at her deposition that she could not tell when he was lying; she even volunteered that “ he should have had an Oscar” given how convincing his lies were. It may just be that he deserves an Oscar for HBO’s “documentary” as well.

Robson’s fabricated story, of course, is that Jackson’s abuse caused him to have two self-described nervous breakdowns in 2011 and 2012. Those breakdowns, according to Robson, caused him to realize that he had been abused by Jackson decades before. But there is a much more simple explanation for Robson’s breakdowns. He has a family history of suicidal, major depression on his father’s side. Robson’s father committed suicide in 2002. Robson’s first cousin on his father’s side committed suicide in 2012. Unfortunately, major depression is a very heritable disease. Thus, it is no surprise that Robson had these breakdowns. And it is even less surprising that he has continued to have breakdowns given that when Robson saw a psychiatrist in 2011 he was prescribed anti-depressant medication. But he refused to ever take that medication. To be clear, we ascribe no “fault” or “weakness” whatsoever to those who suffer or who have suffered from clinical depression. That said, we must note Robson’s mental illness, and his abject and stubborn refusal to get appropriate medical treatment for it, because Robson’s claim is that his “nervous breakdowns” are strong evidence of his abuse by Jackson. But those breakdowns are much more easily explained by Robson’s family history of major depression and his own (apparent) diagnosis of depression for which he stubbornly and irrationally refused to take the medication prescribed to him by a medical doctor to treat it.

As for Safechuck, by his own admission, he did not “realize” that he had been abused until after he saw Robson on the Today Show in May 2013 being interviewed by Matt Lauer about Robson’s newly-concocted story of abuse. All of a sudden, Safechuck realized that he had been abused. He then contacted Robson’s lawyers and filed copycat lawsuits against the Estate for millions of dollars. And like Robson, he too had testified under oath that Jackson never did anything inappropriate with him. His two cases against the Estate were also dismissed.

Safechuck’s frivolous lawsuits were dismissed so early in the proceedings that significant discovery was never taken in his case, and he was able to avoid having his deposition taken and producing documents. But even in his sworn declarations in the litigations, there are clear signs that he is lying and trying to construct a false story of abuse from his vague memories of his interactions with Jackson. For example, Safechuck claimed in his sworn declaration that he was first abused on the Paris leg of the Bad Tour, which he correctly identifies as taking place in late June 1988 (as a simple Wikipedia search would reveal). He later says that after the Bad tour ended, Michael flew him out to New York “in February 1989” where Michael was performing at the Grammy’s. Safechuck states in his declaration that he was abused on this New York trip for the Grammy’s. However, the Grammy’s were not in New York in 1989; they were in Los Angeles that year (and in 1990). And Michael did not perform at the Grammy’s in 1989. However, Michael did perform at the Grammy’s in New York in February 1988, i.e., before Safechuck claims he was first abused

Richard Plepler
February 7, 2019
Page 8

in June 1988. Yet he somehow claims that he was abused on a New York trip to the Grammy’s that occurred before he claims he was first abused . Safechuck’s “error” here is obviously reflective of an effort to create a story of abuse out of whole cloth. Or in other words, Safechuck is just making it up as he goes along.

In the “documentary” and in his declaration for the litigation, Safechuck spins a tale about how he refused to testify for Jackson in 2005, despite threats from Jackson and his legal team. Setting aside the absurdity of Jackson and his sophisticated legal team trying to convince an unwilling and unstable witness to testify on such a sensitive issue, Safechuck’s story is demonstrably false. In particular, Safechuck declares that Michael and his legal team called him “towards the end of the criminal trial ” trying to pressure him to testify. But this statement cannot be true. Early on in the trial, the Judge precluded the prosecution from allowing evidence regarding alleged molestation of Safechuck and others because the “evidence” of such molestation was unreliable. The exceptions were that the Judge did allow testimony from certain disgruntled workers that they had heard that Michael had molested Wade Robson, Macaulay Culkin and Brett Barnes. That is why those three specifically testified, and all of them denied the molestation (including Robson of course), and were subject to cross-examination by prosecutors but did not waver. And that is why Jackson and his attorneys would not have ever tried to pressure an unwilling and unstable Safechuck to testify, particularly “towards the end of the criminal trial” as Safechuck so falsely claims in the documentary and under oath.

* * *

Given all of this, which are facts readily available to anyone doing minimal due diligence, why would HBO produce a documentary based solely on the words of these two liars and director/producer Dan Reed? Why would HBO produce this documentary without even seeking comment and response from the Jackson Estate who spent years successfully litigating these false allegations with Robson and Safechuck? Is there any other artist who HBO would do this to? Is there any other artist who HBO would not even seek comment from when making such serious accusations?

Michael Jackson was subjected to a decade-long investigation by an overly-zealous, ethically-challenged, and ultimately disgraced prosecutor in Santa Barbara County, Tom Sneddon, who looked anywhere and everywhere for supposed “victims” of Jackson’s. Yet, he never found those “victims.” Indeed, the 2005 criminal trial of Jackson was a complete farce, and Michael Jackson was completely exonerated. As anyone who has studied that trial knows, the jury utterly repudiated the prosecution’s case. In both his opening and closing statements, Jackson’s attorney, Tom Mesereau, took the unusual step of telling the jury that they should acquit Jackson because Mesereau and his team had proven Jackson innocent . In other words, he did not try the case as a “reasonable doubt” case. Mr. Mesereau tried the case with the purpose and goal of proving Jackson innocent. And he did exactly that. As recently as 2017, several jurors were re-interviewed about the case in light of Robson’s about-face, and they all agreed that they would still acquit Jackson today. The jurors have been interviewed many

Richard Plepler
February 7, 2019
Page 9

times; they are articulate bright people, not the gullible idiots that Dan Reed tries to paint them as in his “documentary.” Yet HBO is relying on the uncorroborated stories of two admitted perjurers over the weight of the American justice system.

Of course, the tabloid media’s fascination with Michael Jackson and telling more-and-more ridiculous stories about him is nothing new. The great American intellectual, James Baldwin, wrote about “the Michael Jackson cacophony” all the way back in 1985 when the media first began subjecting him to “the jaws of a carnivorous success.” As Baldwin saw it, Michael “will not swiftly be forgiven for having turned so many tables, for he damn sure grabbed the brass ring, and the man who broke the bank at Monte Carlo has nothing on Michael.” By 1985, when Baldwin wrote those words, Michael Jackson was a 27-year-old African-American from Gary, Indiana who had “turned the tables” on the entire power structure in the music business. Leveraging his unprecedented success, Michael insisted that MTV and mainstream radio play his music and that of other African-American artists like him. Michael also insisted that his record company assign him ownership of his own master recordings. In other words, Michael Jackson, the young artist, insisted on controlling his own art and not leaving it to the whims of big business. And more still—the 27 year-old Michael did not just own his own music publishing, he had the gall to outbid other more established players in the industry for one of the crown jewels of music publishing, the ATV catalogue (which famously included the Beatles catalogue).

We suspect that even James Baldwin could not have imagined that his words would still ring so true today, over thirty years later. Michael Jackson has yet to “be forgiven for having turned so many tables” even ten years after he left this world forever. Even the once great HBO—who had partnered with Michael to immense success—is subjecting the deceased Michael Jackson to “the jaws of a carnivorous success” in death, devoting four hours of its programming to the words of two serial perjurers, whose sole agenda has been to extract money from Jackson’s rightful heirs and chosen beneficiaries.

That HBO has now joined the tabloid media’s “Michael Jackson cacophony”—ten years after his death—is truly sad. We know that HBO is facing serious competitive pressures from Netflix, Amazon and other more modern content providers, but to stoop to this level to regain an audience is disgraceful. We know HBO and its partners on this documentary will not be successful. We know that this will go down as the most shameful episode in HBO’s history. We know that Michael’s devoted fans, and all good people in the world, will not swiftly forgive HBO for its conduct.

Richard Plepler
February 7, 2019
Page 10

Mr. Plepler, as you yourself said in late 2017: “A lie goes halfway around the world before the truth puts its boots on.”4 The media coverage alone of this disgraceful “documentary” has proven you right.

We would be happy to meet with HBO to discuss a solution. We have plenty of further information and witnesses that would expose these two for who they are. If HBO wants to maintain its industry position as a valid source of news and fact, it owes an obligation to the public—not to mention the deceased Michael Jackson with whom HBO had previously partnered with during his lifetime—to actually investigate these matters.

Barring that, this “documentary” will say a lot more about HBO than it ever could about Michael Jackson.

 

Very truly yours,
/s/
Howard Weitzman

HW/JPS

cc: Jonathan P. Steinsapir, Esq.
Bryan Freedman, Esq.
Eve Konstan, Esq. General Counsel, HBO
Glenn Whitehead, Esq., EVP, Business & Legal Affairs, HBO
10386.00347/618197

4 https://deadline.com/2017/10/hbo-richard-plepler-confederate-backlash-vanity-fair-summit-1202181519/

Depuis plusieurs jours, certains médias et les journaux à scandales plus particulièrement, s’en donnent à cœur joie dans ce que l’on pourrait appeler des articles absurdes et obscènes concernant Michael Jackson.

L’Estate, via leur avocat Jonathan Steinsapir, a envoyé un courrier à Radar Online, l’un parmi tant d’autres de ces sites qui font tout pour plaire aux instincts les plus primaires de l’humanité et qui méritent à peine la désignation de tabloïd.

Dans ce courrier qui répond entre autres à un article qui révélait que sois-disant, le corps de Michael Jackson pourrait être exhumé ou encore qu’il y aurait 11 victimes de nouvelles agressions sexuelles, l’Estate explique une fois de plus que le Bureau du procureur du district de Santa Barbara a consacré plus de dix ans à essayer de prouver que Michael Jackson était un agresseur et ce sans succès tout simplement parce qu’il n’en était pas un, et que cette « armée de victimes choquées » n’avait jamais été trouvée. Peut-être que la source des révélations présentes dans les articles de Radar Online devrait travailler avec les forces de l’ordre et trouver de véritables agresseurs d’enfants.

Après avoir conseillé plusieurs fois de citer et vérifier les sources des auteurs de ces articles, l’Estate a suggéré à Radar Online d’essayer quelque chose de différent à l’avenir en parlant de sources réelles et crédibles et de retirer cet « article » ridicule.

D’un autre coté, l’Estate à envoyé un courrier de 10 pages à la chaîne HBO qui a programmé le documentaire « Leaving Neverland », ce « programme à charge unilatéral et sensationnaliste qui ignore l’éthique journalistique » pour le 3 mars prochain.

Dans ce courrier de l’avocat Howard Weitzman, l’Estate explique entre autre que Le fait que HBO ait rejoint « la cacophonie sur Michael Jackson des médias tabloïd » – dix ans après sa mort – est vraiment triste… Nous savons que HBO est confrontée à de sérieuses pressions concurrentielles de Netflix, Amazon et d’autres fournisseurs de contenu plus modernes, mais s’abaisser à ce niveau pour reconquérir un public est honteux. Nous savons que HBO et ses partenaires dans ce documentaire ne réussiront pas. Nous savons que cela restera l’épisode le plus honteux de l’histoire de HBO. 

HBO a envoyé vendredi une déclaration en réponse à cette lettre: « Nos plans restent inchangés. Le documentaire en deux parties, LEAVING NEVERLAND, sera diffusé comme prévu les dimanche 3 et lundi 4 mars » affirmant que les gens devraient réserver leur jugement jusqu’à ce qu’ils voient le film.

Nul doute que cette chaîne ne porte aucune considération aux décisions de justice passée, ni à la moindre investigation concernant des allégations portées dans un documentaire, soit en contactant la famille Jackson, soit en contactant des personnes autres que les accusateurs et ayant été en contact avec Michael Jackson pendant la soi-disante période ou aurait eu lieu ce que l’on pourrait appeler le pire crime qui puisse exister.

Source: MJOnline, The Official Online Team of The Michael Jackson Estate™ / Hollywood Reporter / MJFrance

Sixteen11 Media est heureux de vous annoncer la prochaine sortie du livre HIStory: The Ultimate Collector Book – 25TH Anniversary Edition.

Le contenu de cette édition sera le même que pour la première édition sortie en 2015 et contiendra 200 références supplémentaires, une couverture spéciale 25ème anniversaire couleur argent et une préface de Rob Hoffman, ingénieur du son, guitariste et programmeur de synthétiseur, qui était l’assistant de Bruce Swedien à l’époque HIStory. Il avait travaillé également sur l’album Blood On The Dance Floor, sur Ghosts ainsi que sur le programme HBO.

Les pré-commandes devraient débuter le 16 juin 2020.

Liens utiles: Sixteen11 / Facebook.