Grace à l’Association On The Line, MJFrance a eu le privilège de pouvoir obtenir une interview de Brad Sundberg et ce à l’occasion de son retour à Paris les 22 et 23 mars prochain pour son séminaire « In The Studio With Michael Jackson ».

La voici pour vous :

Bonjour Brad et merci de nous accorder cette interview.

Merci !

Tu seras de retour en France les 22 et 23 Mars prochain. Quels souvenirs as-tu de la France et de Paris et quel regard as-tu sur notre pays ?

La première fois que je suis venu en France, c’était à la fin des années 90 afin de mettre en place un studio d’enregistrement pour Rod Temperton à Cannes. Nous avions géré notre agenda afin de passer quelques jours à Paris et, sincèrement, ce fut un véritable coup de foudre ! La France dans sa grande diversité est l’un des endroits les plus beaux que j’ai visités. Les gens y sont adorables, la nourriture excellente, et la culture… Et cette liste n’est pas exhaustive.

Depuis combien d’années est-ce que tu fais ainsi le tour du monde avec ton séminaire « In The Studio With MJ », 6 ou 7 ans non ? Après 145 séminaires proposés dans 32 villes et 17 pays depuis sa création comment a-t-il évolué ?

Je dirais que le séminaire a considérablement évolué, et je me sens désormais beaucoup plus à l’aise pour m’adresser à un public, que ce soit une petite ou une grande audience. Pendant un certain temps, nous utilisions deux vidéo-projecteurs et, sincèrement, c’était un peu trop superflu. Je suis revenu à l’utilisation d’un seul afin de rester concentré sur la musique et les anecdotes en studio.

Est-ce que tu as constaté un changement au niveau des fans de Michael Jackson au fur et à mesure de tes rencontres via tes séminaires ? As-tu par exemple vu un nouveau public, plus jeune, ou au contraire est-ce toujours ces fans purs et durs qui sont présents depuis toujours ?

Honnêtement, le public que j’affectionne le plus n’est pas celui des fans purs et durs. Cependant, je suis reconnaissant envers chaque personne venant au séminaire, mais c’est toujours intéressant d’échanger avec ceux qui ne savent pas grand chose au sujet de Michael. Ceci dit, j’aime également rencontrer ses fans purs et durs et entendre leurs anecdotes.

Est-ce que les fans français qui ont assisté aux précédents séminaires trouveront de nouvelles choses dans ce prochain rendez-vous parisien et de quoi s’agit-il ?

Je vais vous révéler un petit secret : je retravaille mon séminaire quasiment en temps réel d’un événement à l’autre. Il y a toujours des chansons et des anecdotes que les gens aiment beaucoup et qui perdurent un peu dans le temps, mais nous avons fait de réels changements dans la partie consacrée à HIStory cette dernière année.

Depuis la disparition de Michael Jackson les années passent et cela fera bientôt 10 ans qu’il est parti. Pour beaucoup de fans il est toujours là, dans leur coeur, leur esprit et leurs souvenirs. Mais pour quelqu’un comme toi qui a travaillé avec lui quel est ton sentiment aujourd’hui ? Est-ce qu’il t’arrive de penser encore à tout ce que tu aurais pu faire avec lui, tout ce que tu aurais du faire avec lui, tout ce que tu n’as pas eu le temps de lui dire ?

Dernièrement, j’ai pas mal repensé à Neverland. Nous y avons eu des idées, notamment de systèmes audios avec des enceintes intégrées et cachées etc… que j’utilise encore aujourd’hui. Ce serait tellement génial de refaire Neverland avec la technologie dont on dispose aujourd’hui ! Je le répète, je suis vraiment fier de ce nous avons accompli à l’époque  ! Une chose que nous avions réalisée était de mettre de la musique dans une calèche, et les invités de Michael pouvaient parcourir le ranch en écoutant sa playlist à bas volume. Et c’était une calèche sans électricité ! Les projets de ce genre étaient vraiment amusants et les conversations que nous avions avec Michael lorsque nous peaufinions les détails me manquent beaucoup..

Comment était Michael dans son travail et quelle écoute était la sienne avec ses collaborateurs ? Avec toi par exemple ou de ce que tu as pu voir avec d’autres, est-ce que vous vous permettiez des critiques sur telle ou telle chose ou des conseils à propos d’une chanson si tant il était possible d’en avoir avec lui ? Etait-il réceptif ou n’en faisait-il qu’à sa tête, ou plutôt à son instinct ?

Il était très ouvert pour être certain que la chanson sonnerait le mieux possible. Le plus souvent, il avait ses propres idées sur comment il voulait que la chanson soit produite mais il aimait essayer d’autres variations. C’est pourquoi certaines chansons ont de nombreuses versions alternatives.

Avec plusieurs chansons de son répertoire et Earth Song en particulier, nous savons à quel point Michael donnait de l’importance à certains sujets de société à aborder et à quel point il avait raison de le faire. Comment vois-tu aujourd’hui et après tant d’années, les répercussions de son message ? La chanson Earth Song, par exemple, est-elle encore plus forte aujourd’hui que par le passé ?

J’aimerais le penser ! La chose fascinante à propos des chansons à message de Michael, c’est leur grande puissance musicale. Beaucoup d’artistes chantent des chansons pour des causes importantes, mais elles sont en général plutôt ennuyeuses à écouter.

Nous savons que tu es croyant et Michael l’était aussi. Est-ce qu’il vous arrivait de parler de votre foi, est-ce que Michael en faisait état ou est-ce qu’il gardait cela pour lui ?

Bonne question ! J’étais très ouvert au sujet de mon implication dans mon église et de ma foi etc… Nous n’avons pas réellement discuté de notre foi mais il y avait un profond respect entre nous et le sens moral qu’elle nous apportait.

Nous avons lu ta réaction par rapport au documentaire fallacieux sorti ce mois-ci au Festival du Film de Sundance. Comment expliques-tu que l’Estate ne puisse pas faire interdire la diffusion d’un tel documentaire ?

Aux USA, nous avons une totale liberté d’expression, ce qui, bien entendu, est une bonne chose, mais cela a également un prix. Michael a dû lui-même se défendre face aux tabloïds pensant des années. Il n’y a vraiment rien que l’Estate puisse faire pour empêcher la diffusion de ce film.

Quel est ton avis sur le travail de l’Estate dans la préservation de l’héritage artistique de Michael Jackson ? (le scandale des titres Cascio, un hologramme d’un sosie présenté comme si c’était celui du Roi de la Pop…)

Honnêtement, j’ai été très déçu de l’album «  Michael  », comme beaucoup de fans. Michael n’étant plus là, il n’y a personne aux manettes qui ait son génie créatif. Et c’est triste.

As-tu été contacté par l’Estate et sur quels projets ?

Non.

Revenons à ce qui fait l’un des attraits de tes séminaires  : les titres inédits et les choses que le public n’a jamais entendus. Combien de titres inédits exploitables existe-t-il selon toi ? Et qu’est-ce qui fait qu’ils ne sont pas exploités ?

C’est une autre question très difficile. C’est très compliqué car beaucoup de mélodies dans les coffres n’ont pas de paroles ou bien ne sont clairement pas finalisées. Je rappelle toujours aux gens que les «  bonnes  » chansons ont déjà été commercialisées. Il n’y a pas d’autres «  Man In The Mirror  » ou «  Earth Song  » cachés dans les coffres. Ceci dit, il y a vraisemblablement des centaines d’idées de chansons dans les coffres.

Quelle est pour toi la plus belle chanson de Michael dans le sens de l’émotion ? Quelle est celle qui porte le mieux l’un des messages de Michael ? Et quelle est celle qui te donne envie de danser ou au moins de taper du pied ?

C’est presque impossible de répondre à ces questions. Je pense que ma favorite pourrait être «Human Nature  ». Même si je l’ai entendue un nombre incalculable de fois, elle sonne toujours comme une évidence et une pureté à chaque fois.

En termes purement émotionnels, je pourrais citer «  Stranger In Moscow  ». C’était une période très difficile de la vie de Michael, et l’émotion s’entend clairement dans sa voix.

Pour ce qui est du meilleur message, c’est dur de choisir. «  Man In the Mirror  » était un bon départ (après «  We Are The World  ») alors que sa voix est encore si jeune et sa portée si intense. Après cela, c’est difficile de lutter face à la puissance de «  Earth Song  ».

As-tu envisagé d’écrire un livre autobiographique ou qui serait uniquement destiné à raconter ton HIStoire avec Michael ?

Ecrire un livre est beaucoup plus difficile que je ne l’avais pensé au départ. J’ai entamé l’écriture d’un livre de souvenirs et d’anecdotes mais il reste encore pas mal de travail.

Je te laisse le mot de la fin et te remercie de nous avoir accordé cette interview. Aurais-tu quelque chose à dire aux fans francophones qui liront ces lignes ou aurais-tu quelque chose à rajouter dans un sujet que nous n’aurions pas abordé ?

Au risque de me répéter, c’est toujours un plaisir de revenir à Paris. C’est une poignée de fans français de MJ qui m’ont lancé dans ce parcours à raconter et partager mes souvenirs avec Michael. Je leur en serai toujours reconnaissant, et envers chacune des personnes qui prennent un billet, afin de me donner l’opportunité de leur présenter quelqu’un avec qui j’ai vraiment aimé travailler et qui était mon ami : Michael Jackson. J’espère vous voir en Mars !

Sachez que les tarifs vont de 55 à 215$ selon que vous assisterez à une ou plusieurs formules que vous pouvez consulter sur le site officiel inthestudiowithmj.com. Les réservations se font sur la page spéciale prévue à cet effet.

Vous pouvez également consulter régulièrement la page Facebook : www.facebook.com/inthestudiowithmj.

Notez que les téléphones cellulaires, les enregistreurs audio et vidéo de tout type ne seront pas autorisés dans l’événement, mais peuvent être vérifiés à la porte.

Dans le cas improbable où le séminaire serait annulé, le prix du billet sera remboursé.

Aucune possibilité de remboursement ou d’échange.

Lien utile: SAE Studios.

Voir également notre info du 25 janvier dernier.

Après le succès de plusieurs séminaires « In The Studio With Michael Jackson » à travers le monde, dont plusieurs ayant eu lieu en France ces dernières années, sachez que Brad Sundberg sera de retour les 22 et 23 mars prochain à Paris.

Crédit photo @ Music First

Tous les fans de Michael Jackson connaissent bien Brad Sundberg et ces rendez-vous auront lieu aux SAE Studios, Bâtiment 229, Rue du Miel à 93300 Aubervilliers.

Pour ceux qui le connaîtraient moins, nous vous rappelons que Brad Sundberg est ingénieur du son de formation et qu’il a travaillé pendant 18 ans aux cotés de Michael Jackson.

Parmi ses nombreuses missions :

  • Il a participé aux enregistrements des mythiques albums Bad, Dangerous, History et Blood on the Dance Floor en tant que directeur technique et ingénieur du son.
  • Il a sonorisé la totalité du Ranch Neverland, tant en extérieur dans les allées du parc et ses fabuleuses attractions, qu’à l’intérieur dans chaque pièce de la maison et surtout, le studio d’enregistrement personnel de Michael Jackson.
  • Il a également travaillé sur la sonorisation de courts métrages et des tournées mondiales données par Michael.

Voici le message de Brad Sundberg à propos de ce nouveau séminaire parisien :

Vous connaissez Michael Jackson, mais est ce que vous savez vraiment ce que c’était que de travailler avec lui ?

J’ai rencontré Michael pour la première fois en 1984, lors d’un projet appelé « Captain EO ». Je ne savais pas à l’époque qu’au cours des 18 prochaines années, je passerais d’innombrables heures avec lui à travailler sur des projets tels que « Bad », « Dangerous » et « HIStory ».

Il était mon patron.
Il était mon client.
Il ne ressemblait à personne que j’ai rencontré.
Il s’appelle Michael Jackson et j’aimerais vous le présenter.

J’ai été directeur technique de Michael pendant de nombreuses années, travaillant côte à côte avec lui et l’équipe du studio. Au cours de mon séminaire, je propose à mes invités un parcours musical riche, vous permettant de venir en studio et d’entendre comment ces disques ont pris vie.

Ces projets gigantesques (y compris la production, la préparation de tournées et d’innombrables remixes) ont duré plus de 16 mois chacun. Vous verrez et entendrez ce que c’était que d’être en studio avec Michael et l’équipe d’ingénieurs et de producteurs qui ont créé ces chansons, à travers une chronologie soigneusement élaborée de musique, de vidéos et d’informations dans les coulisses. De « Captain Eo » à « Man In The Mirror » à « Smile ».

Michael a-t-il conduit lui-même ou est-il arrivé en limousine?
Pourquoi les projets ont-ils pris si longtemps?
Combien ont été enregistrés?
Y avait-il des invités spéciaux?
A quoi ressemblaient les journées ?
Qui a écrit les chansons?

Le séminaire multimédia comprend de nombreux nouveaux segments, de la musique et des vidéos pour vous amener en studio comme vous ne l’auriez jamais cru possible.

Curieux ?

Une soirée en studio avec Michael Jackson (Vendredi soir).
Les jus créatifs commencent à couler à la nuit tombée dans le studio. « Une soirée au studio avec MJ » est un avant-goût du séminaire complet, touchant aux trois albums qui m’ont profondément impliqué: Bad, Dangerous et HIStory. Plus court en termes de longueur, mais plein de musique et d’histoires sur mes années avec Michael. Croyez-moi, c’est une soirée que vous n’oublierez pas de si tôt!

Le séminaire complet (Samedi).
Le séminaire d’une journée a considérablement augmenté au fil des ans, et je suis très heureux de vous présenter la version complète de 2019! Entrez dans les chansons, l’écriture, les techniques d’enregistrement, les équipes de production et la vie quotidienne de « In The Studio With MJ ».

The Tour Of Neverland et The Extended Remix (Samedi soir).
Neverland – Michael est incroyable chez lui. Michael m’a demandé d’aider dès le début de la conception et de la construction de Neverland Valley Ranch. Le ranch était rempli de manèges, de musique et de surprises à découvrir. Il souhaitait que j’apporte de la musique partout où il ou un invité pouvait se rendre, et c’est ce que j’ai fait pendant dix-huit ans. Michael était très précis sur les listes de lecture et les sons de certaines zones du ranch, pour créer la bonne humeur. Le Tour Of Neverland vous donnera une idée de la taille, de l’attention portée aux détails et de la magie créative de la maison de Michael.

The Extended Remix est une chance unique d’essayer de mixer en pratique certaines de vos chansons préférées. Pensez-y comme si vous traîniez dans un studio – ou même dans une salle familiale – pendant que je lisais des mix, des clips vidéo, des photos, tout ce qui ne rentre pas dans mon séminaire. Tentez votre chance pour créer un mélange de danse. Plongez profondément dans le catalogue et écoutez la musique de Michael comme si c’était la première fois. Plus grand et meilleur que jamais – The Extended Remix est un événement que vous n’oublierez pas de si tôt!

Vraiment une expérience très unique pour les fans de Michael, ainsi que pour ceux qui aiment la musique et veulent jeter un œil «derrière le rideau».

Brad Sundberg.

Sachez que les tarifs vont de 55 à 215$ selon que vous assisterez à une ou plusieurs formules que vous pouvez consulter sur le site officiel inthestudiowithmj.com. Les réservations se font sur la page spéciale prévue à cet effet.

Vous pouvez également consulter régulièrement la page Facebook : www.facebook.com/inthestudiowithmj.

Notez que les téléphones cellulaires, les enregistreurs audio et vidéo de tout type ne seront pas autorisés dans l’événement, mais peuvent être vérifiés à la porte.

Dans le cas improbable où le séminaire serait annulé, le prix du billet sera remboursé.

Aucune possibilité de remboursement ou d’échange.

Lien utile: SAE Studios.

Notez que l’association « On The Line« , qui avait organisé le MJ Music Day de 2017 avec Brad Buxer et Michael Prince est partenaire de l’événement.

L’association On The Line a mis en ligne 157 photos du MJ Music Day qui a eu lieu à Lille le 18 novembre dernier.

Vous pouvez visionner ces photos sur Facebook ici ou via la page Facebook de l’association.

Brad Buxer et Michael Durham Prince devant le public.

A noter que des T-shirt Let’s Make History, le livre de Brice Najar, ont été créé par Marisa Ramirez, la traductrice de l’ouvrage en espagnol. Ils sont en vente sur bricenajar.com au prix de 20 (+ frais de port) et les bénéfices iront à des oeuvres caricatives.

L’ Association On The Line qui vous propose pour son premier événement de rencontrer Brad Buxer (directeur musical) et Michael Durham Prince, tous deux collaborateurs privilégiés et amis du King of Pop, vient de mettre en ligne une troisième vidéo sur You Tube avec un message spécial de Michael Durham Prince qui fut un ingénieur du son ayant collaboré avec Michael Jackson de 1995 à 2009 depuis le concert HBO en passant par l’album Invincible et pour finir jusqu’aux répétitions de This Is It.

Ici Michael Durham Prince dans le studio d’enregistrement de Neverland.

Pour rappel, le MJ Music Day qui aura lieu le 18 novembre prochain vous proposera une visite exceptionnelle et sans précédent en France, au cours de laquelle vous plongerez dans l’intimité de la musique de Michael Jackson et ou vous pourrez partager (en bénéficiant d’une traduction directe et interactive) des anecdotes uniques sur ses chansons, sur sa personnalité et sur sa vie.

Revivez le HIStory Tour depuis les coulisses et découvrez les secrets du son Jackson en assistant, en avant-première, à la diffusion du film « King of Sound », de Gareth Maynard, dédié à Bruce Swedien.

Mieux qu’une master classe ou qu’une conférence, une véritable chance, celle de vivre un temps d’amitié, d’échange et de partage avec deux proches de Michael Jackson, de l’après-midi jusqu’au dîner.

Sans oublier la présence des auteurs Brice Najar, Isabelle Petitjean et Hector Barjot (qui proposera quelques exemplaires de son livre « The Ultimate Collecor Book Volume VI, Invincible 2001-2008« , et d’exposants jacksoniens comme Cédric, qui vous proposera quelques collectors en vente sur place.

Infos et commande de billets sur mjmusicday.com.

Page Facebook: facebook.com/associationontheline.

Adresse de l’événement Facebook :
https://www.facebook.com/events/2007961452758592 que vous pouvez utiliser par exemple pour faire appel à d’autres fans pour co-voiturages et autres tarifs groupés.
Source: MJFrance

Après la diffusion de Thriller 3D qui a eu lieu au Grand Rex de Paris ce lundi 16 octobre, le prochain gros événement jacksonnien en France est fixé au 18 novembre prochain pour le MJ Music Day qui aura lieu à l’hôtel Mercure de Lille.

Comme nous vous en parlions dans nos précédentes informations à ce sujet, le MJ Music Day aura lieu avec la présence exceptionnelle de Brad Buxer et de Michael Durham Prince. Vous assisterez également à la projection du film « King Of Sound » de Gareth Maynard et à la rencontre des auteurs Brice Najar et Isabelle Petitjean ainsi que du célèbre collectionneur et youtubeur Hector Barjot.

Brice Najar, Jennifer Batten et Isabelle Petitjean

Yann Merlevede, qui sera le maître de cérémonie a accordé une interview chez nos amis du MJBackstage dans laquelle il révèle quelques détails supplémentaires de cette journée. On y apprend que Brad Buxer aura un clavier et qu’avec Michael Durham Prince ils emèneront leurs ordinateurs. Ce qui laisse penser que l’on peut donc s’attendre à de belles surprises et que l’on pourra entendre des documents inédits jamais proposés auparavant !

Brad Buxer, qui a été le directeur musical des tournées Dangerous et History a travaillé avec Michael Jackson pendant près de 20 ans tandis que Michael Durham Prince était présent aux cotés du Roi de la Pop depuis HIStory jusque This Is It. Ce sera alors une occasion unique des les écouter nous raconter leurs histoires et toutes les anecdotes possibles aux cotés de Michael Jackson. Naturellement une interaction aura lieu avec les fans qui pourront poser leurs questions et échanger avec ces deux grands professionnels. Une traductrice sera présente pour faciliter les échanges et pour toutes les personnes qui ne parlent pas anglais.

Ce rendez-vous exceptionnel et incontournable est donc sur vos tablettes. Pour ceux qui n’auraient pas encore réservé leurs places, vous pouvez le faire sur mjmusicday.com.

Matt Forger, ingénieur du son sur les albums Thriller, Bad, Dangerous et HIStory vous encourage d’ailleurs à venir au MJ Music Day dans une vidéo publiée sur You Tube que vous pouvez voir ci-après.

 

Il reste donc maintenant 30 jours à attendre pour que se réalise ce rêve que l’ Association On The Line a fait depuis maintenant longtemps: Rassembler en France des professionnels ayant travaillé avec Michael Jackson pour le plus grand plaisir des fans.

« Je pense que ça va être un formidable événement. Je suis très à l’aise pour faire ce genre de choses désormais.
Je l’ai connu mieux que quiconque dans ce monde et je pense que c’est une façon pour le public d’être au plus proche de lui
. »

Brad Buxer, 11 octobre 2017

Rendez-vous au MJ Music Day !
Source: MJFrance

L’ Association On The Line qui vous propose pour son premier événement de rencontrer Brad Buxer (directeur musical) et Michael Prince (ingénieur du son), tous deux collaborateurs privilégiés et amis du King of Pop, vient de mettre en ligne une vidéo sur You Tube avec un teaser pour ce rendez-vous incontournable de ce dernier trimestre 2017. Le MJ Music Day qui aura lieu le 18 novembre prochain vous proposera une visite exceptionnelle et sans précédent en France, au cours de laquelle vous plongerez dans l’intimité de la musique de Michael Jackson et ou vous pourrez partager (en bénéficiant d’une traduction directe et interactive) des anecdotes uniques sur ses chansons, sur sa personnalité et sur sa vie.

Revivez le HIStory Tour depuis les coulisses et découvrez les secrets du son Jackson en assistant, en avant-première, à la diffusion du film « King of Sound », de Gareth Maynard, dédié à Bruce Swedien.

Mieux qu’une master classe ou qu’une conférence, une véritable chance, celle de vivre un temps d’amitié, d’échange et de partage avec deux proches de Michael Jackson, de l’après-midi jusqu’au dîner.

Sans oublier la présence des auteurs Brice Najar, Isabelle Petitjean et Hector Barjot, et d’exposants jacksoniens.

Infos et commande de billets sur mjmusicday.com.

Page Facebook: facebook.com/associationontheline.

Adresse de l’événement Facebook :

https://www.facebook.com/events/2007961452758592
que vous pouvez utiliser par exemple pour faire appel à d’autres fans pour co-voiturages et autres tarifs groupés.

Source: MJFrance

Suite à notre info du 29 juin dernier concernant les promos d’été pour le MJ Music Day qui aura lieu le 18 novembre prochain à l’hôtel Mercure Aéroport de Lille avec la présence exceptionnelle de Brad Buxer et Michael Prince et la projection du film « King Of Sound » de Gareth Maynard, sachez qu’il ne vous reste que quelques jours pour en bénéficier.

En effet, ces promos ne sont valables que jusqu’au 15 août 2017 et vous pouvez jusque là profiter d’une première promotion « A deux, c’est mieux » avec 30% de remise sur le second billet et une seconde promotion « Groupons-nous » afin de payer 4 place et venir à 5 ! Les commandes* se passent sur le site de MJ Music Day.

* Si vous voulez un lot de 2 places avec la promo, il faut cliquer sur 1 dans le menu déroulant. Et ensuite vous pourrez choisir vos deux sièges sur le plan de la salle. L’offre est pour un lot de deux. C’est valable également pour l’offre du lot de 4 billets achetés, venez à 5. Il faut compter en nombre de lots et non en nombre de places lorsque vous souhaitez profiter de la promo.


Lien utile: Page Facebook: facebook.com/associationontheline.
Source: MJFrance

Des promos d’été sont en cours jusqu’au 15 août 2017 pour le MJ Music Day qui aura lieu le 18 novembre prochain à l’hôtel Mercure Aéroport de Lille avec la présence exceptionnelle de Brad Buxer et Michael Prince et la projection du film « King Of Sound » de Gareth Maynard.

En effet, une première promotion « A deux, c’est mieux » propose 30% de remise sur le second billet et une seconde promotion « Groupons-nous » propose de payer 4 place et de venir à 5 !

Les commandes se passent sur le site de MJ Music Day.

* Si vous voulez un lot de 2 places avec la promo, il faut cliquer sur 1 dans le menu déroulant. Et ensuite vous pourrez choisir vos deux sièges sur le plan de la salle. L’offre est pour un lot de deux. C’est valable également pour l’offre du lot de 4 billets achetés, venez à 5. Il faut compter en nombre de lots et non en nombre de places lorsque vous souhaitez profiter de la promo.


Lien utile: Page Facebook: facebook.com/associationontheline.
Source: MJFrance

Comme vous avez pu le suivre dans l’actualité jacksonienne et annoncé ici même, Isabelle Petitjean a sorti son deuxième livre consacré à Michael Jackson qui s’intitule cette fois-ci « Il était une voix« .

Auteure également de l’ouvrage « La culture pop au panthéon des Beaux-Arts, Dangerous, de Mark Ryden à Michael Jackson » sorti en 2015, la musicienne de formation classique, professeure d’éducation musicale, universitaire spécialisée dans la production de Michael Jackson, auteure d’une thèse de doctorat en musicologie à la Sorbonne sur MJ, nous a accordé une interview afin d’en savoir un peu plus sur ce nouveau livre rédigé par une passionnée du Roi de la Pop.

MJFrance: Bonjour Isabelle. Après la sortie de ton premier livre sur Michael Jackson, pourrais-tu nous raconter justement comment as-tu vécu cette première expérience ? La sortie du livre, les dédicaces, les interviews, la réaction des fans et du public en général, comment as-tu vécu cela ?

Je pense avoir bien vécu la sortie de ce premier ouvrage et les événements liés ou consécutifs, comme les conférences, la traduction anglaise (même si cela a été compliqué) et les invitations à Gary, pour l’anniversaire de Michael, Washington ou au Canada où j’ai donné ces conférences en anglais. La bonne réception et même, je dirais, l’attente du public francophone et anglophone vis-à-vis de ce type d’ouvrage m’a confortée dans l’idée que j’avais des choses à faire dans ce domaine, et m’a donc donné envie de poursuivre, parallèlement à la voie purement universitaire.

Qu’est-ce qui t’a décidé à remettre le couvert et continuer à écrire sur Michael Jackson ?

En réalité je n’arrête pas d’écrire sur Michael Jackson. Ni de lire, d’étudier et d’analyser. C’est ma vie. J’ai terminé les 1200 pages de ma thèse à la Sorbonne sur lui, et il est fondamental pour moi que ces écrits, quel que soit leur avenir, ne restent pas dans des tiroirs, des disques durs ou qu’ils ne soient destinés qu’à des universitaires. J’ai à cœur de partager avec tout le monde le fruit de mes pensées, de mes ressentis et analyses sur Michael, de faire avancer, à mon niveau, la réflexion sur ce génie et de proposer, comme d’autres, des bases qui serviront, à leur tour, de support de réflexion pour les générations suivantes.

Pourquoi ce choix de vouloir parler de sa voix ? Est-ce enfin lui rendre hommage ?

En ce qui me concerne, «Dangerous et la culture pop» pouvait déjà être vu comme un hommage-témoignage, au même titre qu’ «Il était une voix». Témoignage dans le sens objectif, parce qu’il s’agit de propos et d’analyses argumentés, qui s’appuient également sur l’expérience de ses proches collaborateurs; et hommage dans le sens subjectif de la valorisation, puisqu’il est difficile, même si on le voudrait, de parler négativement du travail de Michael Jackson. Il faut en effet se rendre à l’évidence, nous parlons d’un artiste hyper-professionnel, hyper-travailleur, respectueux du public, talentueux et perfectionniste, bref, une perle rare et le rêve assumé de tout producteur. D’autre part, de nombreux hommages lui sont rendus et d’excellents livres sont publiés régulièrement. Il existe tant de manières différentes de lui rendre hommage, par des écrits, des spectacles, des master-classes, des chansons. Le monde de la musique et celui de l’industrie du disque lui doivent tant… et nombreux sont ceux qui lui rendent hommage, soit en revendiquant son influence, soit plus inconsciemment, en prolongeant ses apports culturels.

Des livres de toutes sortes sont sortis concernant Michael mais extrêmement peu parlent de son art, des qualités qui étaient les siennes et des énormes talents qui étaient en lui. Nous nous réjouissons de lire le genre de livre que tu écris mais d’un autre coté nous ne pouvons être que navrés d’avoir constaté pendant toutes les années passées que cela n’avait malheureusement pas été déjà fait. Nous te remercions donc de lui rendre enfin hommage mais pourquoi d’autres musicologues n’ont pas écrit cela auparavant ? Penses-tu qu’il y avait une sorte de honte ? Ou est-ce parce que personne n’y avait pensé avant ?

Je suis d’accord avec toi. Et Bruce Swedien m’avait posé la même question lors d’une de nos premières rencontres en Floride : «Pourquoi maintenant ? Michael n’attendait que cela, que l’on parle de sa musique. Il aurait adoré et t’aurait aidée, tu sais…» Dur à entendre, quand on sait, comme je le lui ai alors expliqué, qu’il y a 20 ans, lorsque j’ai terminé ma maîtrise et voulu embrayer sur une thèse pop, on m’avait répondu, non sans cynisme: «Mais enfin, mademoiselle, soyons sérieux, ce n’est pas de la musique ! Il n’y a rien à en dire ! Et certainement pas dans le cadre d’une thèse !» Sans doute je n’étais pas entourée par les bonnes personnes. Et plutôt que de faire une thèse pour faire une thèse, j’ai laissé tomber. En fait, il a fallu attendre le début des années 2000 pour voir réalisés, en France, les premiers mémoires sur les Beach Boys ou les premières thèses sur les Beatles. Alors qu’Outre-Atlantique, des personnes comme Susan Fast ou David Brackett étudiaient la question depuis bien longtemps ! Je déplore un certain conservatisme dans nos institutions et un élitisme mal placé, qui ne sont malheureusement pas encore complètement dissolus aujourd’hui.

Sans entrer dans les détails de ton livre, pourrais-tu nous dévoiler tout de même ce qui faisait que la voix de Michael était si particulière ?

La nature de sa voix, son timbre, son panel émotionnel, sa virtuosité technique, ses capacités à s’exprimer dans des esthétiques totalement différentes, en font un particularisme incroyable dans l’histoire des voix pop. La fascination qu’elle a toujours exercée sur le public en dit long sur sa singularité. Et puis la manière dont elle a été conservée authentiquement dans l’enregistrement par Bruce Swedien, essentiellement, créant une promiscuité avec l’auditeur, est pour beaucoup dans le ressenti, en termes d’intimité, d’attachement, de confidence, de sincérité, de viscéralité.

La voix de Michael Jackson ne fait pas qu’accompagner nos vies. Elle est entrée dans nos vies. Véritablement.

Lorsque de nombreux artistes tentent de reprendre ses chansons et surtout lorsque de jeunes amateurs dans des émissions comme « The Voice » ou autres essaient de s’attaquer à des classiques du Roi de la Pop, on s’aperçoit alors qu’ils s’attaquent souvent à des sommets de l’Everest et qu’ils n’y arrivent pas tellement il y a de subtilités dans ses chansons. Penses-tu que le public en général est passé à côté de ces difficultés et n’a pas réalisé à quel point certaines de ses prestations sur des chansons étaient vraiment le fruit d’un travail acharné ?

Oui, je le pense, et je pense que c’est normal, autant que voulu, même si tout cela a un revers.

Un artiste qui laisse entrevoir les difficultés et les souffrances n’est pas crédible. Pour que l’art fasse son effet et subjugue, il faut que le résultat soit totalement naturel et semble naturel. C’est pour cela que Michael, même s’il était capable, en dansant comme en chantant, de produire ou de restituer spontanément une mélodie ou une chorégraphie avec une qualité initiale que beaucoup pourraient lui envier, était un travailleur acharné, prêt à passer 4 heures sur 2 mesures pour que le résultat soit extraordinairement naturel, évident et semble facile.

La contrepartie à ce perfectionnisme est que l’on n’imagine pas, en effet, tout le travail qu’il s’infligeait en coulisse et la réelle difficulté de prouesses chorégraphiques ou vocales qui semblent faciles lorsqu’on le regarde et l’écoute.

C’est aussi le lot de Mozart. Dont la musique sonne de manière si pure, si perlée, si divinement naturelle – au point que certaines pièces sont qualifiées, à l’oreille, de simplistes – alors que pour que l’interprète parvienne à restituer ce degré de pureté, à broder cette fine dentelle, il lui faut fournir un travail d’orfèvre : le moindre appui ou accent involontaire brise immédiatement l’équilibre et fait retomber la magie et le divin sur le plancher des vaches.

Beaucoup de fans considèrent la voix de Michael Jackson enfant comme celle d’un ange. Et l’on sait à quel point il avait ce don d’empathie pour chanter. Comment expliquer cela dès son plus jeune âge ? Qu’est-ce qui selon toi a fait qu’il a pu ainsi absorber le talent des autres et en faire une recette interne qui a donné le rendu de sa voix sur certains titres ?

C’est vraiment un don. Inexplicable, comme il le disait lui-même. Son organe vocal est un don, mais également la gestion qu’il a su en faire durant toute sa croissance, naturellement et sans professeur de technique vocale. Il aurait pu s’abîmer la voix avec la mue: il a su ne pas le faire, parce qu’il la plaçait naturellement juste où il faut. Sans doute les modèles vocaux de Motown, parmi lesquels il évoluait, lui fournissaient de sains exemples. Et comme il était une éponge… Mais tout cela n’a rien à voir avec la fantasmagorie récurrente vis-à-vis des enfants-stars qui auraient subi des traitements hormonaux pour diverses raisons. Tout cela n’est que délire et histoires à sensations. Cela fait vendre davantage que la notion de don, face à laquelle nous ne sommes pas tous égaux et celle de travail, qui ne fait rêver personne… Enfin, Michael aurait pu être doté d’une voix d’adulte totalement différente, mais la nature devait avoir vraiment une idée en tête puisqu’elle en a décidé autrement.

Son hypersensibilité s’est adjointe à ce don physique. Cette capacité à s’imprégner des émotions, des histoires relatées par les textes des chansons jusqu’à les vivre de l’intérieur pour les faire partager, constitue vraiment une autre particularité de cet être humain.

Et puis, Michael Jackson avait des qualités d’observation indéniables. Un œil aiguisé, un regard analytique, bref, une source d’imprégnation fondamentale pour lui.

Bref, il semble que la nature avait réuni chez lui toutes les conditions, tout le terreau pour que les plus belles fleurs artistiques puissent y pousser et y éclore.

Etait-ce tout simplement un don dont la terre entière aurait pu passer à côté ou obligatoirement, un jour ou l’autre, Michael Jackson se devait de chanter ?

Il aurait été dommage de passer à côté. Mais la vie, et les circonstances de vie (l’ère des Droits Civiques et la quête de dépassement des afro-américains, le succès de Hitsville, la personnalité de Michael) ont créé une brèche dans l’histoire, un point de conjonction favorable à son émergence et à son épanouissement. Mais l’Univers sait appeler ce(ux) dont il a besoin…

On a lu souvent à quel point certains artistes surtout période Motown, avouaient être subjugués par la voix de Michael et d’un autre côté, Bea Swedien raconte dans « In The Studio With Michael Jackson » que les pontes de chez Sony, après l’écoute de l’album HIStory devant Michael n’eurent aucune réaction, se levèrent et quittèrent la pièce sans dire un seul mot. Comment expliques-tu cette attitude d’un monde de la musique qui semble à des années lumières de celui de la réalité artistique ?

Tu parles de réalité artistique et tu fais bien. La bien-nommée «Industrie du Disque» n’est pas une œuvre philanthropique ni une fondation dédiée au mécénat artistique. Elle fait du business c’est tout. L’art ou la qualité des artistes, en 1995 mais déjà bien avant, n’a pas grand-chose à faire avec la visibilité qui leur est accordée et qui n’est calculée qu’en fonction de créneaux commerciaux à faire fructifier et de publics-cibles à atteindre. Michael Jackson a toujours été un ion libre, difficile à canaliser, avec qui il fallait composer en raison de son incroyable talent, de son autonomie créative et des retombées financières qu’il engendrait. Il ne faisait pas forcément ce qu’on attendait de lui, ce qui correspondait aux attentes marketing, et cela dérangeait.

Lorsque tu fais écouter des chansons de Michael pour parler de sa voix, lesquelles choisi-tu et pourquoi ? Sur quelles chansons est-ce que tu mets l’accent sur telle ou telle chose concernant la voix de Michael ?

J’aime faire écouter des a cappella de la période Motown, les démos multitracks de certains titres emblématiques qui permettent d’expliquer ses techniques (vocales) de composition et l’architecture de certaines chansons, et puis des titres comme «We’ve had enough», pour son polyglottisme vocal et le panel progressif d’émotions et de styles qu’il met en œuvre, ou encore «Lady in my life», pour l’incroyable impro qui envoie au firmament la moitié du titre. Entre autres, bien sûr…

Sur son dernier album Invincible, n’a-t-on pas la sensation que Michael a voulu justement mettre en avant sa voix ?

Certains titres renouent, en effet, avec les ballades soul, comme «You are my life», «Speechless», «The lost children». Elles donnent à l’entendre dans une tessiture inhabituellement grave et c’est intéressant. D’autres titres comme «Whatever happens» ou «Butterflies» sont également subjugants sur le plan vocal. Il aimait expérimenter et surprendre, et voulait certainement montrer qu’il n’était pas qu’une référence, certes incontournable, mais académique et liée à un certain passé, mais qu’il était toujours en lice, qu’il faudrait encore compter avec lui, au sein de la nouvelle génération.

On a découvert avec This Is It que Michael pouvait et avait d’autres possibilités artistiques à développer comme par exemple sur un titre comme « I Just Can’t Stop Loving You » dont on se demande ou est-ce qu’il aurait pu encore l’amener. Est-ce que l’on peut dire qu’il pouvait créer et créer encore à l’infini ce qui aurait pu être une nouvelle version de chaque chanson ? Et d’un autre coté n’était-ce pas un piège pour lui que de croire qu’un titre n’était jamais assez parfait ?

Michael Jackson possédait, tel le phénix, un potentiel de création et de re-création permanent. Sans doute aurait-il pu apporter encore d’autres versions, d’autres adaptations, voire développements à des titres préexistants, en plus de nouvelles compositions. Mais je ne pense pas que la musique ait une fin. Même si notre société, par l’enregistrement, grave, en quelque sorte, dans la pierre, une version V à un instant T, tout cela n’est pas naturel. La musique est un art vivant, qui est fait pour être interprété, réinterprété, refaçonné à l’infini. Il n’y a pas de version parfaite. Juste des nécessités de calendriers de productions et un système figé que l’homme a inventé et qui est l’enregistrement. Celui-ci semble remplacer la partition classique en termes de référence à laquelle se fier. Mais la partition avait cet avantage réaliste qu’elle n’était pas une musique. Pour vivre, elle avait besoin de l’interprète et de sa part personnelle d’interprétation. Tout n’était donc pas écrit au pied de la lettre. La perfection n’existe pas. Et je crois que Michael ne pensait pas en ces termes, en tous cas pas en termes de finitude.

On a pu avoir la sensation entre chaque album de Michael qu’il aurait pu faire des pauses. Est-ce qu’il travaillait tous le temps sa voix ou est-ce qu’il lui arrivait de ne pas le faire et de reprendre le travail après des mois d’absence ?

Il est difficile de dire ce que Michael Jackson faisait dans la réalité de son intimité et de son quotidien. Sans doute entretenait-il sa voix régulièrement, car il avait vraiment à cœur de rester au top, et la voix n’est pas un instrument que l’on peut se permettre de négliger pendant de longues périodes. Il avait ce qu’il fallait autour de lui, techniquement, pour travailler sa voix, et Seth Riggs à portée de téléphone. Mais il n’arrêtait jamais de travailler, de composer, de créer. Il était, comme le disent Bruce Swedien et Matt Forger, en création permanente. Tout fourmillait et fusait dans sa tête. Il prenait des notes, enregistrait des idées musicales sans arrêt. Rien ne l’arrêtait. Tout l’inspirait.

Qu’est-ce que les fans vont découvrir dans ton livre ? est-ce une analyse de sa voix ou allons-nous également découvrir le témoignage de personnes ayant travaillé avec lui en studio et ailleurs ?

Il est très difficile d’aborder la voix de Michael Jackson de manière isolée, sans évoquer son corps, son message, son panel émotionnel ou la restitution sonore enregistrée. Cependant, la voix est au cœur de son univers, dans le sens où la musique est au cœur de son univers : sans musique, pas de danse, pas de vidéo, pas de texte. Il le disait lui-même, la musique est la source, avant tout le reste. Et au cœur de cette musique, il y a sa voix, son instrument principal (avec son corps pour la danse). Une voix qui chante, certes, mais qui, en amont, est le crayon du compositeur, puisqu’il compose avec elle et transmet non seulement, par son intermédiaire, les mélodies et les harmonies à ses musiciens et producteurs, mais également les timbres instrumentaux. La voix est donc l’artère qui nourrit le cœur musical jacksonien, lequel nourrit, irrigue et fait vivre le corps artistique de Michael Jackson. La voix est fondamentale.

Des témoignages il y en a toujours car j’ai à cœur d’argumenter mon travail et de faire partager les propos et vécus dont me font part ses proches collaborateurs. Les lecteurs pourront donc, au fil de ce livre, suivre l’évolution de la voix de Michael Jackson depuis l’enfance, comprendre l’intérêt des vocalises qu’il pratiquait, cerner ce qui faisait sa capacité vocale physiologique extraordinaire et les sources de cette hypersensibilité qui nourrissait ses interprétations. J’aborde également ce statut d’ «acteur» qu’il revendiquait en priorité et les questions de sincérité émotionnelle. Une partie est dédiée à la manière si particulière dont Bruce Swedien, qui a préfacé le livre, a enregistré cette voix unique pour lui conserver son authenticité et son intégrité, à contrepied des pratiques d’épuration mises en œuvre généralement dans le monde pop. Enfin, j’aborde le message porté par cette voix. Ce message missionnaire et éclairant qui est au cœur de sa philosophie.

Le livre est illustré de photographies, mais également de tableaux réalisés par l’artiste québecoise Dominic Renée Paul que certains fans connaissent, et qui porte un regard tellement unique et particulier sur Michael Jackson, loin des calques et photoshops qui, s’ils ont leur intérêt et leurs objectifs, oeuvrent dans un domaine différent. Il s’agit ici d’une sorte de co-création. D’une écriture à 4 mains. Elle avec ses coups de crayon, moi, avec mes mots.

J’avais envie que ce livre soit différent. Ni musicologique, ni biographique ou linéaire. Il comporte des propos personnels, des flashs un peu plus lyriques sur Michael Jackson, et des analyses et approches objectives, mais accessibles à tous, fans ou non, amateurs de chant, de musique lyrique ou de pop, et même aux curieux, qui auraient envie de gratter sous le vernis médiatique pas toujours reluisant et généralement erroné, distillé par les ondes, pour aller à la rencontre d’une réalité bien plus riche.

S’il y a quelques séances de dédicaces de prévues et quelques interview en radio de toi, une actualité particulière semble également te concerner. Il s’agit du MJ Music Day organisé par l’Association On The Line qui aura lieu le 18 novembre prochain à l’hôtel Mercure de l’aéroport de Lille. Est-ce que tu peux nous en dire plus à ce sujet et est-ce que tes livres y seront en vente ?

Oui, tout à fait, je serai présente avec mes livres et les vidéos de mes conférences. Brice Najar et moi avons fondé cette association pour continuer de permettre à des collaborateurs de studio et musiciens de Michael de venir nous enrichir, nous instruire et témoigner. Il est important de prendre les informations à la source et c’est là une occasion unique. Brad Buxer et Michael Prince ne sont encore jamais venus en France, et le reportage de Garrett Maynard sur Bruce Swedien sera une première. Sans oublier la présence de Brice Najar, d’Hector Barjot et de notre talentueux et sympathique ami Yann Merlevede. Tout sera traduit en live par Laetitia Latouche, donc pas d’inquiétude à avoir pour la compréhension. De plus, les invités nous gratifieront d’anecdotes et d’écoutes inédites qui ne pourront être retrouvées ailleurs.

C’est vraiment l’événement de l’Automne, et un temps de partage pour le public, avec nos guests, en petit comité, durant la soirée.

Nous te remercions pour cette interview et espérons te voir très bientôt, surtout le 18 novembre prochain à Lille ou nous encourageons les fans à venir très nombreux afin de t’y rencontrer. Est-ce que tu veux leur rajouter quelque chose ?

Je remercie MJFrance pour son intérêt et son soutien. Merci pour cette belle interview et cette possibilité, offerte, de répondre à de belles questions.

Le lien de la billetterie : mjmusicday.com
La page Facebook de l’événement : facebook.com/events/2007961452758592/

Vous pouvez acheter le livre aux éditions Delatour, ici.
Liens utiles pour le livre: michaeljacksonfrancemusicologie.com / La page Facebook d’Isabelle / La page Facebook du livre.

Source: MJFrance

Bonjour Brice,

MJFrance est très heureux de pouvoir t’interviewer aujourd’hui et parler du MJ MusicDay, un événement incontournable pour les fans de Michael Jackson en France, fixé au 18 Novembre à Lille.

A voir l’affiche de cet événement, il semble que tout soit au rendez-vous pour en faire une journée assez exceptionnelle. Nous sommes ravis, pour vous avoir soutenu depuis toujours, de voir qu’Isabelle Petitjean et toi-même êtes également au programme. Nous avons ressenti en vous cette passion qui nous est commune pour Michael Jackson et n’avons aucun doute sur vos intentions.

De gauche à droite, Isabelle Petitjean (de dos), Brice Najar et Yann Merlevede.

Est-ce que tu peux nous dire comment est venue cette idée de créer l’association « On The Line » et qui en sont les créateurs ?

L’association On The Line est née suite à de nombreux échanges que j’ai eus avec Isabelle Petitjean. Nous nous sommes croisés de nombreuses fois et au fur à mesure de nos discussions, nous nous sommes rendus compte que nous avions chacun l’envie de nous investir, en complément de nos livres, par des événements pouvant contenter la communauté des fans. On a donc songé à unir nos forces au point d’être les deux membres fondateurs d’On The Line. Bien entendu, nous avons également convié quelques proches à nous rejoindre afin de nous apporter leurs compétences. Je pourrais citer Laetitia, notre traductrice, qui sera bien évidemment sur la scène du MJ MusicDay, tout comme Yann Merlevede qui confirmera ses talents d’animateur.

De gauche à droite, Yann Merlevede (de dos), Isabelle Petitjean et Brice Najar.

Comment avez-vous réussi à convaincre des personnes comme Brad Buxer et Michael Prince de participer à un tel événement ?

J’ai eu l’honneur d’obtenir la participation de Brad Buxer pour mon dernier livre, Let’s Make HIStory. Ce fut une bien agréable surprise, d’autant que nous avons bien sympathisé, au point de laisser la porte ouverte à d’autres collaborations. Il était donc logique de le convier au premier événement organisé par l’association. Sa réaction a été très enthousiaste, et c’est lui qui nous a proposé de venir avec son ami Michael Prince. J’avais eu très peu de contacts avec ce dernier jusque-là mais après quelques mails et échanges téléphoniques, nous pouvons vous assurer une joie et motivation similaire à celle de Brad pour venir expliquer le processus créatif du Roi de la Pop en studio, ainsi que raconter des anecdotes liées aux concerts. Malgré la jeunesse de l’association, ces grands professionnels nous font confiance et nous offrent, pour la première fois, une conférence sur le sol français. C’est un très beau geste de leur part afin de contenter les fans et je souhaite que ces deux artistes puissent recevoir les acclamations qu’ils méritent en novembre prochain.

De gauche à droite, Brad Sundberg (qui lui, ne sera pas présent lors du MJ Music Day), Brad Buxer, Brice Najar et Michael Prince.

Pourquoi ce choix de faire le MJ MusicDay à Lille ?

Au niveau de la logistique, il nous fallait un partenaire avec des compétences à ce niveau. Jusqu’ici, la seule personne que je connaissais pouvant nous apporter son expérience est Pierre Failly de Blue Box Prod’ car il avait fait venir Steve Lukather (le guitariste de Toto) en France pour un Clinic Tour. Il a bien gentiment accepté de nous donner un coup de main, et vivant sur Lille, il est plus aisé de faire l’événement là-bas. Pour l’occasion, ce sera au Mercure Lille Aéroport de Lesquin dans le Nord.

Tu as depuis toujours, comme Isabelle, privilégié le contact avec des gens qui étaient derrière les tables de mixage ou en studio, ceux qui aux yeux des fans restent les seuls véritables témoins de l’HIStoire. Pourquoi les fans se tournent-ils logiquement vers ce genre de personnes et pas l’Estate, voire la maison de disque Sony ?

Bonne question ! Je ne peux pas répondre à la place de l’Estate et de Sony mais j’ai le sentiment que nous voyons les choses différemment. En tant qu’auteurs, nous avons la volonté de rendre hommage à l’artiste avec une vision globale sur sa carrière et l’héritage qu’il nous a laissé. Tandis qu’une maison de disques cherchera toujours à faire d’un chanteur, même disparu, un produit pouvant apporter des bénéfices. Dans notre démarche de fans et d’auteurs, contacter des collaborateurs de Michael pour recueillir des témoignages est donc plus légitime que de demander un remix au producteur en vogue du moment pour un prochain album posthume comme le ferait Sony. En organisant ce MJ MusicDay, notre démarche reste similaire aux travaux liés à nos livres : nous sollicitons des collaborateurs de Michael mais cette fois-ci, tout un public pourra en profiter dans les joies du direct.

Qu’est-ce que les fans vont trouver dans les interviews et anecdotes des intervenants qu’ils ne connaissent déjà ?

Chose importante, Brad Buxer aura un clavier à portée de main et pourra expliquer le processus créatif de nombreuses chansons et leurs évolutions de démos à versions finalisées à l’aide de son instrument. Bien entendu, la séance des questions/réponses avec le public apportera son lot de secrets enfin dévoilés. Brad Buxer a travaillé avec Michael de 1989 à 2008 tandis que Michael Prince a collaboré avec lui du concert HBO qui n’a jamais eu lieu jusqu’aux répétitions de This Is It. Ils ont forcément des choses à raconter d’autant qu’ils ont (ce qui n’est pas si fréquent chez les collaborateurs de MJ) cette double casquette d’être à la fois des compagnons de studio et de scène. Des écoutes inédites sont prévues mais il faudra que tout le public joue le jeu en ne trahissant pas la confiance que nous font nos invités.

Est-ce que tu pourrais nous en dire plus ainsi que le système d’écoute que l’Hotel Mercure propose ?

Le son sera diffusé sur la sono qui sera utilisée et elle n’est pas propre à l’hôtel : elle sera installée par un prestataire de Blue Box Prod’ qui gère l’aspect logistique comme je l’ai expliqué plus haut. C’est ainsi que vous entendrez les intervenants et le clavier de Brad. La salle ne sera pas transformée en auditorium mais l’écoute sera de bonne qualité. Nous aurons également des écrans pour diffuser des photos/vidéos liés à notre programme du jour. Que demande le peuple ? (rires)

Qu’est-ce que les fans vont trouver d’autres que ces interviews ?

Isabelle, Hector Barjot et moi-même ouvriront le MJ MusicDay en tant qu’auteurs pour présenter et échanger sur nos travaux respectifs et interragir également avec le public.
Nous avons l’honneur de recevoir Gareth Maynard, journaliste de la BBC, qui va projeter en avant-première l’intégralité de son documentaire « King Of Sound ». Il s’agit d’une réalisation rendant hommage au travail de l’ingénieur du son Bruce Swedien. Gareth a accompli un travail titanesque et a eu l’opportunité d’interviewer du beau monde. On pourrait citer Greg Phillinganes et Siedah Garrett, mais c’est également l’occasion d’entendre des témoignage récents de Quincy Jones (qui ne participe pas aux projets de l’Estate) et de Rod Temperton, qui nous a malheureusement quitté il y a quelques mois. L’occasion de voir le dernier témoignage du compositeur de Rock With You,Thriller et j’en passe… On se prépare à travailler sur les sous-titres afin que le public français du MJ MusicDay profite de ce documentaire de 75 minutes.

De gauche à droite, Brice Najar et Hector Barjot.

Pensez-vous que ce genre de rendez-vous fera se déplacer les fans de Michael Jackson qui semblent se disperser un peu dans la nature au vue de la pauvreté de l’actualité jacksonienne ?

On le souhaite en tout cas ! En créant l’association, on a beaucoup entendu dire qu’il n’était pas évident de se lancer dans un événement lié au Roi de la Pop, les fans semblant se disperser en effet. On pense que les choix hasardeux de l’Estate contribuent à cet essoufflement mais que ce n’est pas une fatalité. Pour nous, Michael Jackson est le plus grand artiste de tous les temps et on n’imagine pas que sa popularité puisse s’étioler. Avec un programme de qualité comme celui du MJ MusicDay, nous pensons que les fans européens répondront présents et feront mentir les plus sceptiques à ce sujet. A tous les déçus de l’actualité jacksonienne, vous pouvez conjurer le sort et de bien belle manière !

Avez-vous déjà d’autres projets ou attendez-vous de voir comment le public répondra à ce rendez-vous ?

Il s’agit-là de notre premier événement et, forcément, on se sait attendus. Nous avons de nombreuses idées pour les prochaines années car on aimerait vraiment que le MJ MusicDay devienne un concept qui reviendrait tous les ans. Et si les fans sont au rendez-vous en novembre, il n’y a aucune raison pour que ce ne soit pas le cas. On a vraiment le souhait de s’investir sur du long terme afin que les membres de la communauté Jackson aient le moyen de se rassembler pour vivre ensemble leur passion.

Est-ce que vos livres respectifs seront en vente lors de cet événement et est-ce qu’il y aura d’autres choses à vendre pour les fans qui aimeraient revenir avec un souvenir de ce rendez-vous ?

L’hôtel Mercure a plusieurs salles dont l’une sera dédiée à des stands avec des exposants qui vendront des disques et collectors. Nous aurons également notre propre stand avec nos livres pour les fans qui n’ont pas eu l’occasion de les découvrir jusque-là. Au niveau des souvenirs, vous pourrez également avoir votre photo avec Brad Buxer et Michael Prince ainsi que des signatures à partir de l’option « Meet & Greet ». D’autres salles serviront également à l’apéritif puis au repas (en présence des invités) avec une soirée dansante pour conclure l’événement en beauté et aussi un moyen de prolonger le plaisir en toute convivialité.

Est-ce que tu désires rajouter quelque chose que l’on n’aurait pas abordé ?

Cet événement est pour tous les fans en Europe et pas seulement ceux du Nord de la France. On précise qu’à l’exception de Yann, aucun membre de l’association ne vit dans cette région. Nous sommes conscients que faire un long déplacement peut être un gros investissement, mais n’hésitez pas à profiter des réseaux sociaux pour vous organiser. Il existe une page événement sur Facebook, et vous pouvez l’utiliser pour organiser des covoiturages et des hébergements communs. D’ailleurs, sur le site de la billetterie du MJ MusicDay, vous pouvez également réserver des chambres au Mercure avec un tarif fixe, les prix du site internet de l’hôtel étant variables.

Brad Buxer et Michael Prince auront traversé l’océan et fait plusieurs milliers de kilomètres pour venir à vous, donc nous souhaitons que vous puissiez faire les centaines restant pour passer ce moment tous ensemble.

Merci beaucoup pour ces informations précieuses et donc à très bientôt pour partager ensemble cette passion commune qui anime nos visiteurs et l’ensemble des fans français.

Le lien de la billetterie : mjmusicday.com
La page Facebook de l’événement : facebook.com/events/2007961452758592/

Photos: L.Myreil, Reza Cifuentes, Hector Barjot.
Source: MJFrance