Après un article paru hier sur le Figaro.fr ou enfin, la parole est donnée à autre chose qu’une information à sens unique, le site du célèbre journal met aujourd’hui en ligne une interview d’un français qui a aussi dormi à Neverland.

Souhil Giroud qui avait alors 19 ans, donne les détails de sa recontre et explique l’ambiance à Neverland. Une vidéo dont la presse devrait s’inspirer pour essayer de comprendre, un peu tardivement, qui était Michael Jackson.


Vous pouvez voir la vidéo sur le site du Figaro. Ensuite, vous pourrez découvrir son témoignage en entier ici.

Charles Thomson est un journaliste anglais primé à plusieurs reprises dont la dernière récompense fut un Ray Fitwalter Award pour le journalisme d’investigation en 2018. S’il a souvent reçu des éloges pour son journalisme d’investigation ainsi que ses reportages judiciaires, ses récits ont été publiés par des médias tels que The Sun , The Mirror , The Guardian , MOJO , Wax Poetics et Huffington Post .

A l’occasion de la sortie de Leaving Neverland, il a été interviewé par la radio BBC dans le cadre de l’émission BBC Radio Kent The Wake Up Call dans laquelle il est abordé sur le fait de savoir s’il est toujours correct de diffuser la musique de Michael Jackson mais surtout sur ce qu’il pense de cette histoire.

Si vous pouvez écouter l’interview dans sa version originale sur You Tube, nous vous en proposons la traduction ci-après :

Le débat fait rage à savoir s’il est correct de diffuser la musique de Michael Jackson, de l’écouter ou de l’apprécier après les accusations selon lesquelles il aurait abusé de jeunes enfants. Parlons-en maintenant avec Charles Thomson, journaliste d’investigation qui a fait des recherches sur les affaires accusant Michael Jackson depuis 2005, en interviewant des membres de la défense, et trois membres du jury pendant ces procès. 

Donc aujourd’hui vous en savez beaucoup Charles, et je suppose qu’il est juste de dire que ces accusations ne sont pas nouvelles à l’encontre de Michael Jackson, elles surviennent encore et encore, donc pourquoi cette fois ces accusations changent tout au regard de sa musique ?

Et bien c’est exactement cela, ces accusations ne sont pas nouvelles, ces hommes poursuivent la succession de Michael Jackson pour essayer d’obtenir des centaines de millions de dollars depuis ces six dernières années, et ce procès qui dure maintenant depuis six ans a généré des milliers de pages de documents juridiques qui au fil de l’eau ont sévèrement discrédité ces deus hommes, qui n’ont cessé de changer leur récit. Wade Robson a donné au moins quatre versions contradictoires du moment où il a soi-disant été agressé pour la première fois. En réalité Wade Robson a été pris en flagrant délit de mentir sous serment pendant ce procès, de manière si flagrante que le juge a rejeté son témoignage tout entier, disant qu’aucun juré rationnel ne pourrait croire son récit…

Le fait qu’il ait à peu près cinq ans quand c’est arrivé n’est-il pas une sorte d’argument pour dire qu’il pourrait avoir les idées confuses, ou que sa mémoire pourrait être un peu confuse ?

Non, non, cela va bien au-delà, par exemple il a été forcé, dans le cadre de sa plainte, de fournir en tant que preuves tous ses e-mails, et ces e-mails révèlent qu’alors qu’il était en train de construire sa plainte, il recherchait d’autres personnes qui auraient pu accuser Michael Jackson, il leur envoyait des e-mails. Il a aussi trouvé un vieux tabloïd qui racontait une histoire sur lui, il l’a envoyé par e-mail à sa mère en lui demandant si elle s’en souvenait et si tout cela était vrai, et sa mère a répondu par e-mail, mot pour mot, « et bien, rien de tout cela n’est vrai », alors que plus tard Robson a inclut cette histoire dans son récit malgré tout, il y a donc des preuves évidentes que ces types ne disent pas la vérité. Comme je l’ai dit nous ne parlons pas d’histoires qui changent en quelques décennies, nous parlons de quelqu’un qui est arrivé très récemment, ces dernières années, et qui change régulièrement son histoire, et c’est d’ailleurs valable aussi pour l’autre accusateur.

Charles, cette affaire est encore en cours aux Etats-Unis n’est-ce pas ? Quand cette affaire sera-t-elle conclue ? Quand ces preuves seront-elles étudiées ?

Ces deux hommes ont vu leurs plaintes rejetées à deux reprises devant les tribunaux, mais ils sont en pleine procédure d’appel, et il est important de noter que Leaving Neverland omet toutes ces informations, il dure quatre heures dans sa durée originale, et à aucun moment au cours de ces quatre heures, il n’évoque même pas pendant cinq secondes le fait que ces hommes poursuivent actuellement la succession de Michael Jackson pour des centaines de millions de dollars. Le réalisateur s’appelle Dan Reed, il a donné de nombreuses interviews où il a admis que le documentaire était extrêmement partial, qu’il avait décidé de ne raconter que l’histoire de ces deux hommes et de ne pas enquêter sur leurs accusations, de ne prendre en compte aucune espèce d’opposition, mais d’inclure dans son documentaire ces hommes que Robson a particulièrement nommés d’autres garçons, qui selon lui étaient destinés à les remplacer, et ces garçons sont maintenant des hommes, et ils réfutent absolument tout cela, à tel point que l’un d’entre eux envisage de poursuivre le réalisateur, il a en tous cas annoncé qu’il allait porter plainte, ils disent on ne nous a donné aucun droit de réponse, ce que vous avez dit sur nous dans ce documentaire n’est pas vrai.

Que vous croyiez ou non ces dernières accusations, vous savez qu’ils sont venu avec leur histoire, et je sais que vous avez fait des recherches, pensez-vous que la réputation de Michael Jackson soit ternie au point que nous ne devrions plus diffuser sa musique sur BBC Radio Kent ?

Non, non, nous vivons dans une société civilisée, avec un système judiciaire, nous croyons en un système du jury, et si nous ne croyons pas en un système de jury, alors nous vivons en anarchie. Michael Jackson a été examiné minutieusement pendant un procès public long de cinq mois qui l’a presque tué, et qui en définitive l’a vraiment tué par le traumatisme qu’a été ce procès. Et il a été complètement innocenté par un jury impartial. Pendant ce procès ils ont parlé des accusations de Jordie Chandler, et il a été innocenté de tous les chefs d’accusation. Ces deux hommes n’ont pas d’accusations crédibles, leurs accusations ne soutiennent aucun examen minutieux, il existe énormément de dossiers publics qui fournissent des informations qui les affaiblissent. Aucune culpabilité n’est supposée sans preuve et sans le très fameux doute raisonnable.

Il est en effet très intéressant d’avoir discuté avec vous ce matin, merci Charles Thomson.

Traduction: PYC

M6 a finalement décidé de diffuser le documentaire Leaving Neverland dans une soirée spéciale présentée par Nathalie Renoux le Jeudi 21 Mars à partir de 21h00.

Comme cela avait été suggéré dans la lettre du collectif MJ Factuel adressée à la chaîne française, nous attendons de sa part un minimum d’investigation au regard des accusations portées contre Michael Jackson dans ce documentaire à charge.

Contre toute attente, M6 avait alors décidé d’intituler ce documentaire « Michael Jackson: La parole des victimes ».

On y découvrait donc l’intention que donnait la chaîne et l’effet qu’elle comptait produire avec ce titre choisi. En effet, ce titre bien réfléchi et présenté ainsi, ne laissait aucune place à une quelconque présomption d’innocence digne de toute déontologie journalistique.

Au lieu de cela, c’est une fois encore le sensationnel qui primait et l’on est en droit de se demander si M6, à l’image de nombreux médias semblant s’embaler sur la toile, n’était pas en train de faire l’erreur, une fois de plus dans l’histoire de la vie et maintenant après la mort de Michael Jackson, de faire parti intégrante de cette machine médiatique qui a par le passé, et encore aujourd’hui, voulu à tout prix faire du sensationnel avec Michael Jackson.

Entre temps, les fans se sont organisés, ici avec MJ Factuel et là par des initiatives multiples dont l’une d’entre elles consistait et consiste encore à contacter le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) afin de demander à ce que ce documentaire ne soit pas diffusé puisqu’il est uniquement accusatoire. Ailleurs, à Londres par exemple, les fans ont manifesté devant la chaîne de télévision anglaise qui diffusera le documentaire.

M6, qui n’explique pas son choix, a décidé aujourd’hui de modifier son titre de départ pour reprendre le titre original du documentaire Leaving Neverland. Une marche arrière qui a peut-être été dictée par un tout petit bruit de musique provenant de l’action des fans ou, nous le préférerions, de quelques investigations que la chaîne aurait pu faire. Malheureusement, la chaîne M6 persiste à présenter ce film comme « Le documentaire événement qui raconte la face cachée de Michael Jackson. »

Quoiqu’il en soit, le communiqué de dernière minute concernant la diffusion de Leaving Neverland sur M6 le Jeudi 21 mars à partir de 21h00, annonce le titre définitif des émissions programmées :

  • 21h00 : Michael Jackson : Leaving Neverland – 1ère partie
  • 22h50 : Michael Jackson : Leaving Neverland – 2ème partie
  • 00h35 : Michael Jackson : Leaving Neverland – le débat

Les horaires présentés prenant en compte les coupures publicitaires, le documentaire ne sera donc pas diffusé dans son intégralité et nul ne sait encore quelles parties seront supprimées ni pour quelles raisons. Par contre, nous apprenons par un article du Parisien, qu’ M6 va déconseiller cette soirée aux moins de 12 ans et que le débat ne devrait durer qu’une trentaine de minutes. Il va sans dire que ces trente minutes seront largement insuffisantes pour qu’un réel débat puissent se réaliser convenablement.

En effet, après environ 3 heures d’images accusatoires dans un documentaire à charge ne proposant aucune présomption d’innocence, comment un débat de trente minutes peut essayer de faire en sorte que la balance de la justice soit équilibrée ?

Nous rappelons que dans ce documentaire ne figure aucun spécialiste de la criminalité enfantine, aucun analyste et que le réalisateur a fait le choix de proposer un langage extrêmement cru (dont on se demande comment M6 va oser pouvoir en diffuser les détails). Le choix d’une diffusion le jeudi n’est pas anodin car c’est un jour de la semaine où ce type de programme est autorisé avant 22h, contrairement aux mardi, vendredi, samedi et veilles de jours fériés.

Si nous ne connaissons pas encore la liste des invités à débattre de ce documentaire, il aurait été « juste » de donner la parole à plusieurs invités prenant la défense de Michael Jackson ou au moins, apporter des éléments contradictoires. Le temps imparti étant manifestement insuffisant, des doutes sur les intentions d’M6 persistent malheureusement.

N’oubliez pas de suivre MJ Factuel sur Facebook.

Brad Sundberg, qui a travaillé longtemps pour Michael Jackson, a posté hier un message sur sa page Facebook personnelle. S’il n’écrit pas souvent des choses à propos de Michael Jackson sur cette page, il a tenu à faire part de ses réflexions sur le documentaire Leaving Neverland, au moment ou les médias et Oprah Winfrey lancent leurs engins destructeurs à sens unique, car il sait que de meilleurs jours sont à venir.

Voici pour vous la traduction de son message:

Un petit mot spécialement destiné à mes amis qui ne se considèrent pas comme des fans de Michael Jackson et qui pourraient être curieux de savoir si son nom fera de nouveau la une des journaux.

Beaucoup d’entre vous savent que j’ai passé 18 ans de ma vie à travailler avec ce gars en studio, chez lui, lors de tournages de films, etc.

Au cours des sept dernières années, j’ai organisé environ 170 événements, conférences et séminaires sur le style de travail, les techniques de composition, d’enregistrement et de mise en scène de Michael, devant près de 6000 invités dans 17 pays.

Je suppose que de manière légèrement inattendue, Michael continue de faire partie de ma vie, même une décennie après sa mort.

HBO a malheureusement décidé de diffuser un film ce week-end avec de terribles allégations, de la part de deux hommes qui affirment avoir été maltraités par Michael. On prétend même que cela s’est passé dans un studio où j’étais présent. Il va sans dire que les cinéastes n’ont pas demandé à me parler – ni à aucune des équipes de cette époque.

Je ne suis pas ici pour vous convaincre de l’innocence de Michael ou pour vous prier de ne pas regarder le film. Je vous épargne de longs paragraphes sur les enfants de Make-A-Wish et sur les victimes de brûlures qui étaient des invités réguliers à Neverland. Ou les tweets méchants qui m’ont été envoyés la semaine dernière.

En tant qu’ami, je veux simplement que vous sachiez ceci: s’il y avait une cellule dans mon corps qui croyait d’une manière ou d’une autre que Michael pouvait causer un préjudice irréparable à un enfant, je mettrai immédiatement fin à mes séminaires et me placerai côte à côte avec ces deux hommes. Ce n’est pas le cas.

Michael est une blague médiatique, je comprends.
Il avait une grande roue dans son jardin et était ami avec un chimpanzé.
Il aimait Disney, les films et le maïs soufflé à la sauce piquante.

Il était aussi bon pour moi et pour ma famille.
Il était doux, généreux et remarquablement talentueux.
Il avait un code moral inhabituel dans l’industrie de la musique, et je pense que cela fait partie des raisons pour lesquelles il s’entend si bien avec moi.

Je n’étais pas avec lui 24/7.
Je ne peux pas prétendre connaître son cœur, pas plus que je ne pourrais le faire avec aucun de vous, mes amis.

J’en sens le poids – c’est une cible facile, à l’époque et maintenant.

Mais je le soutiens, après mes innombrables heures passées en studio, chez lui, dans des bandes-annonces, des tournages vidéo et dans les coulisses.

J’ai témoigné en son nom devant un tribunal fédéral – et je le referais demain.

Je le soutiens non pas parce qu’il était célèbre, mais parce qu’il était mon ami.

Au cours de ces 18 années, il n’y a jamais eu un seul moment où j’ « ai détourné les yeux ». Pas une seule fois.

Au cours de ces 18 années, je n’ai jamais vu, entendu ou même senti un soupçon de quelque chose d’assez inapproprié. Rien.

Si je pensais que lui – ou quiconque – faisait du mal à un enfant, j’aurais été le premier à appeler la police.

Merci d’avoir pris le temps d’entendre mon point de vue. Je serai heureux de discuter plus en détail si cela vous intéresse, mais mes séminaires se poursuivront comme prévu et je suis fier et reconnaissant de l’amitié que j’avais avec lui.

Merci encore

Brad

Comme vous le savez, Brad Sundberg sera de retour à Paris les 22 et 23 mars prochain pour son séminaire « In The Studio With Michael Jackson ». Les réservations se font sur la page spéciale prévue à cet effet.

Pour soutenir leur thèse d’abus par Michael Jackson, Wade Robson et James Safechuck utilisent dans le film Leaving Neverland, le nom d’un autre garçon ayant côtoyé Michael Jackson dans les années 1990. Il s’agit de Brett Barnes. Wade Robson, affirme dans le film que M. Barnes « l’a remplacé » comme victime de Michael Jackson, affirmant au passage que ce dernier aurait été une autre « victime » de Jackson.

Mais Brett Barnes nie catégoriquement tout acte déplacé par Michael Jackson et continue de clamer l’innocence de la star, comme il l’a fait durant le procès de 2005 ayant conclu à l’innocence de Michael Jackson. L’avocat de Brett Barnes vient de faire parvenir un courrier officiel aux dirigeants de HBO les mettant en demeure de retirer toute allusion à Brett Barnes de ce documentaire. « Que vous produisiez un film laissant clairement entendre que M. Barnes avait été agressé sexuellement par l’un de ses meilleurs amis est scandaleux. Le fait que personne n’ait même tenté de le contacter pour lui poser des questions à propos de ces accusations est encore plus grave. » a-t-il mentionné dans le courrier dont vous pouvez lire la traduction ci-après.

Grodsky & Olecki LLP

2001 Wishire Blvd
Suite 210
Santa Monica
February 26,2019

BY E-MAIL AND FEDERAL EXPRESS

Richard Pleper
Chief Executive Officer
Home Box Office, Inc
1100 Avenue of the Americas, 15th FI.
New York, NY 10036

RE: Leaving Neverland – Demande de suppression des noms de Brett Barnes et de toutes apparence

Cher M. Pleper,
Ce cabinet est l’avocat de Brett Barnes. Nous avons appris que le film Leaving Neverland, qui devrait bientôt être diffusé sur les ondes de HBO, Channel 4 et d’autres, laisse la fausse impression que M. Barnes a été agressé sexuellement dans son enfance par le chanteur Michael Jackson. M. Barnes n’a pas été consulté et n’a pas consenti à son inclusion dans le film. Il ne veut rien faire du tout avec le film. Si le film est diffusé et qu’il le représente sous cette fausse lumière, il en souffrirait beaucoup.

En conséquence, je vous écris pour demander que le nom et toute apparence de M. Barnes soient immédiatement retirés du film.

En décrivant les premières projections de Leaving Neverland au Festival du film de Sundance, nous avons appris que Leaving Neverland affirmerait que M. Jackson avait eu un comportement sexuel sordide avec des enfants. Nous avons également appris que le film mentionnait à plusieurs reprises que M. Barnes avait été ami avec M. Jackson dans son enfance et qu’il contenait également des images de M. Jackson et de Mr Barnes ensemble. D’autre part, le film affiche un bandeau à l’écran disant que Mr Barnes nie que Mr Jackson ait fait quoi que ce soit d’inappropri Nous apprenons également que l’un des hommes qui prétendent avoir été agressés par M. Jackson, Wade Robson, affirme dans le film que M. Barnes « l’a remplacé » et que le film présente ensuite M. Barnes et M. Jackson en tournée. Aucun texte ne va contredire une telle allégation. En décrivant M. Barnes comme un enfant aux côtés de M. Jackson dans un film consacré à des allégations d’agression sexuelle contre M. Jackson, le film laisse aux téléspectateurs la fausse impression que M. Barnes a en fait été agressé par M. Jackson, ce que Mr Barnes dénie tout simplement .

HBO, Channel 4 et tous ceux qui envisagent de diffuser le film ne doivent pas diffuser le film sous sa forme actuelle, sinon ils encourent la responsabilité de dommages importants. Décrire M. Barnes comme ayant été victime d’agression sexuelle et de dénégation à son sujet l’exposera à « la haine, le mépris, le ridicule ou l’opprobe » et constitue donc une action pouvant constituer une fausse vérité, une atteinte à la vie privée. MG v Time Warner, Inc, 89 Cal.App.4th 623, 636 (2001) (allégation de fausse allégation alléguée où un reportage sur l’entraîneur accusé d’avoir molesté l’équipe sportive de l’enfant a inclus une photo de l’équipe parce qu’elle « pourrait raisonnablement être interprétée comme indiquant que certains ou tous les joueurs de la photo avaient été agressés « ). M. Barnes mène une vie privée et tranquille depuis de nombreuses années et veut que cela reste ainsi.

Bien que M. Barnes ait témoigné lors du procès de M. Jackson il y a près de 15 ans, il a visiblement évité le regard de l’opinion publique et n’a pas mentionné son amitié avec M. Jackson à ses proches – son employeur, ses collègues et de nombreux amis proches sont totalement ignorant.

Cependant, en raison des premières projections du film et de l’impression fausse et extrêmement blessante qu’il laisse, M. Barnes a déjà subi un stress considérable et des douleurs émotionnelles. M. Barnes et sa famille ont reçu des demandes d’informations et des visites non souhaitées de la part de la presse et d’étrangers cherchant à lui parler de M. Jackson.

Cette douleur et ce stress seront certainement minimisés par le tourment qu’il devra subir si le film est diffusé dans le monde entier et que tout le monde a la fausse impression que M. Barnes a été agressé sexuellement par l’un des célèbres musiciens de tous les temps. Si vous ne changez pas de cap, le préjudice que vous causerez à M. Barnes est amplifié par le fait que M. Barnes et sa famille considéraient Mj Jackson comme un ami de la famille depuis près de vingt ans et M. Barnes le considérait toujours comme l’un des meilleurs amis qu’il ait jamais eu. Que vous produisiez un film laissant clairement entendre que M. Barnes avait été agressé sexuellement par l’un de ses meilleurs amis est scandaleux. Le fait que personne n’ait même tenté de contacter M. Barnes pour lui poser des questions à propos des accusations est au-delà de tout.

Certainement que s’il y avait un quelconque intérêt à vérifier la véracité des allégations sérieuses formulées à propos de M. Barnes, M. Barnes aurait été contacté. En termes simples, M. Barnes ne veut rien avoir à faire avec le film, ne consent pas à l’utilisation de son image et de sa ressemblance dans le film, et souhaite qu’on le laisse tranquille.

Par conséquent, je vous écris pour vous demander de retirer le nom et l’apparence de M. Barnes de Leaving Neverland et d’accepter de ne plus jamais distribuer, diffuser ou afficher toute version de Leaving Neverland contenant le nom ou l’image de M. Barnes.

Veuillez confirmer que vous le ferez avant 17h00. PST le 27 février 2019.

Maison Box Office, Inc
26 février 2019

Cette lettre est sans renonciation à aucun des droits et recours de M. Barnes qui sont tous réservés.
Sincèrement votre,
Allen B. Grodsky

MJOnline nous informe que le président de l’organisation américaine des droits civiques Southern Christian Leadership Conference, une organisation fondée par le Dr. Martin Luther King Jr, a écrit une lettre à HBO, Time Warner et AT&T concernant la décision de diffuser Leaving Neverland.

Le Dr Charles Steele, président-directeur général, a invoqué le Dr Martin Luther King Jr., fondateur de l’organisation de défense des droits civiques, pour défendre Michael Jackson contre le documentaire, qu’il a qualifié « d ‘affront à son héritage » et de « lynchage posthume ».

La lettre du SCLC fait écho aux sentiments de Tito, Marlon, Jackie et Taj Jackson, qui, le 26 février, ont accordé une interview à Gayle King, de CBS, pour se porter garant de leur croyance en l’innocence du Roi de la Pop.

Voici pour vous la traduction de cette lettre du 27 février 2019 dont vous pouvez trouver l’originale ici.

Chers Messieurs,

En tant que président national et PDG de la Southern Christian Leadership Conference, je trouve que le lynchage posthume, Leaving Neverland, est à la fois injuste et inacceptable.

Cela me dérange que HBO / AT & T / Warner Media mettent en avant des allégations contre quelqu’un qui est décédé et incapable de se défendre. Ces mêmes allégations, lorsqu’elles ont été soulevées en procès devant un tribunal pendant la vie de Michael Jackson, qui a affirmé son innocence.

En outre, les personnes du documentaire ont montré de nombreuses histoires contradictoires et ont été largement discrédité. De plus, le documentaire est manifestement à sens unique, n’offrant aucune chance de réfutation.

Essayer de juger Michael devant le tribunal de l’opinion publique est un affront à son héritage, une atteinte à sa réputation, et incompatibles avec les principes de justice et de réconciliation que notre président fondateur, le Dr Martin Luther King, Jr. a professé dans sa philosophie de la non-violence.

J’exprime ces préoccupations à la demande des fidèles partisans de la famille Jackson. En tant qu’être humain et leader des droits civiques, je trouve le concept de ce documentaire offensif. Dans l’esprit du Dr King et de sa philosophie de la non-violence, nous vous demandons de reconsidérer votre décision de diffuser ce documentaire.

Nous sommes disponible pour vous rencontrer ou discuter de cette question importante et sensible dès que possible.

Cordialement,
Dr. Charles Steele
Président et PDG
SCLC national

Dans le générique final du documentaire Leaving Neverland, on peut voir Wade Robson brûler un gant à paillettes et une veste « Thriller ».

Dan Reed, le réalisateur du film a accordé une interview au site Vice.com qui lui a posé une question à ce sujet: « S’agissait-il du vrai gant à paillettes et de la veste « Thriller » que Robson était en train de brûler dans le générique final du film ? »

A laquelle il a répondu: «  Je n’étais pas là quand Wade a brûlé ces objets, mais les preuves photographiques suggèrent que c’était les vraies affaires, oui. »

Quand on sait que Wade Robson a vendu des affaires que Michael Jackson lui avait offert et ce en 2011 via l’intermédiaire de la célèbre maison de ventes aux enchères Julien’s Auctions, on est en droit de se poser des questions sur le fait qu’il ait pu garder un gant à paillette et une veste de Thriller !

Pour rappel, en 2011 Wade Robson n’avait pas encore accusé Michael Jackson et d’après ses dires il ne s’était donc pas rendu compte du mal qui lui avait été fait. Donc en 2011, Wade Robson, en recherche d’argent, vend des affaires de Michael Jackson. Et donc quelques années après, et après l’avoir accusé, il aurait gardé les affaires de quelqu’un qui aurait commis le crime le plus abject qui soit, et n’aurait plus du tout besoin d’argent au point de brûler ces affaires tout en filmant cet acte ?

De plus, Julien’s Auctions, la célèbre maison de vente aux enchères, a dialogué sur les réseaux sociaux par rapport à cette ancienne vente aux enchères de Wade Robson dans laquelle figuraient un chapeau du clip Smooth Criminal vendu 49 920$, des gants pour avant bras tirés du clip Bad vendus 31250$ et des gants pour avant bras portés par Michael Jackson pendant le Bad Tour vendus 41600$.

Julien’s Auctions a dit ceci: « Wade nous a directement envoyé sa collection. Il était la personne que nous avons payée lorsque nous avons vendu sa collection. Il avait besoin d’argent… Wade a demandé à rester anonyme et a déclaré qu’il ne souhaitait pas que quiconque sache que c’était lui qui vendait en 2011. Mais nous n’étions pas d’accord avec cela et l’avons répertorié comme étant la collection Wade Robson. Il a consigné plusieurs articles et voulait que nous vendions tous ses articles qui avaient de la valeur.« 

La chaîne française ne diffusera pas le documentaire dans sa nouvelle émission « contre-enquête » mais sous un autre format. Elle compterait adopter un angle moins « journalisme », plus « fiction » pour obtenir plus d’audience. Admettrait-elle que Leaving Neverland ne répond pas à ses obligations déontologiques ? Aurait-elle (enfin) mené sa propre contre-enquête ou, à l’inverse, projette-t-elle de le diffuser dans une case à part, pour tenter de créer le buzz ?

Annoncé à grands coups de clairons par M6, le documentaire Leaving Neverland ne passera finalement pas au début du mois de mars 2019, alors que la chaîne française a acheté les droits exclusifs de cette émission choc. Mais à une date ultérieure.

Le plan initial de M6 était de diffuser ce film très controversé comme premier reportage de sa nouvelle émission de reportage « contre-enquête ». Pour s’assurer une belle promotion avant la diffusion, la chaîne avait convié la presse française à une diffusion exclusive le jeudi 21 février à 9h30 à Paris. Mais surprise : deux jours avant, les journalistes ont été informés d’un changement de dernière minute. « Leaving Neverland » sera diffusé à une date… non définie. A la place, la chaîne placera dans l’urgence un « Contre-enquête » spécial « Nordhal Lelandais ». Les journalistes qui se sont présentés le 21 n’ont donc pas vu le documentaire sur Michael Jackson.

Pourquoi cette « marche-arrière » étonnante alors que les réseaux sociaux et certains médias ne parlent que de Leaving Neverland et que les premières images du trailer sont diffusées ?

Construit à charge seulement

Le projet de M6 avec cette nouvelle émission (contre-enquête) est de proposer « un magazine qui revient sur des affaires connues, des faits divers, des faits de société et qui apporte un éclairage nouveau » avait déclaré aux médias Frédéric de Vincelles, le directeur des programmes de M6.

Seulement voilà, Leaving Nerverland ne donne la parole qu’aux deux accusateurs et leur famille, sans vérification des faits, sans interviews de proches ou de jeunes qui démentent tout acte répréhensible par la star. Comme le souligne Richard Roeper, journaliste du Chicago Sun Time, ce reportage ne contient « aucune preuve audio ou vidéo de crime » et « par moment, il ressemble plus à une déposition à charge qu’à un documentaire, puisqu’il ne donne la parole qu’à une partie, encore et encore »… Les deux accusateurs ont longtemps défendu Michael Jackson, y compris à l’âge adulte et sous serment devant les tribunaux américains. Et ils ont intenté une action pour gagner des millions auprès de la succession du Roi de la Pop. Une action jugée peu crédible par la justice américaine.

« Pas assez déontologique »

Il semblerait donc que M6 ait pris conscience que le documentaire Leaving Neverland est une propagande gigantesque pour les deux accusateurs et ne tient pas la route en tant que tel. Trop à charge, pas assez de vérifications, pas de points de vue différents. Bref, Leaving Neverland serait l’inverse des grands standards du journalisme et n’entrerait donc pas dans le format de « Contre-Enquête » qui se la joue « grand journalisme ». M6 pourrait bien l’avoir compris et préférer ne pas prendre le risque d’une diffusion du film dans une case « enquête ». Mais comme M6 a acheté le documentaire, la chaîne chercherait à le diffuser dans une case spéciale pour, éventuellement le rendre encore plus sensationnel. Peut-être en prime-time, tout comme la diffusion d’un (mauvais) téléfilm de fiction. Car avec ce revirement de situation, c’est bien ce que M6 semble admettre : que Leaving Neverland n’est qu’une fiction, jouée par deux acteurs. Et pas une (contre-)enquête…

MJ Factuel

(MJStreet, MJBackstage, MJLegend, On MJ Footsteps, l’Association On The Line, les youtubeurs Hector Barjot, Salut les fans ! et MJFrance)