Vous êtes nombreux à avoir réussi, non sans mal, à mettre la main sur ce petit bijou que représente le double album des Jackson Five « Live At The Forum ». Bien que l’industrie du disque soit loin d’être dans une forme resplendissante, il est vraiment regrettable de constater qu’en 2010 il reste difficile d’arriver à se procurer un disque que l’on devrait pourtant trouver facilement dans n’importe quel magasin de disques digne de ce nom. A défaut de pouvoir le faire, il vous reste heureusement, et c’est un comble, les plateformes de ventes de disques par internet comme amazon.fr, fnac.com ou encore alapage.com qui annonce l’un des tarifs les moins attractifs du marché avec plus de 45 € pour ce double album. A titre de comparaison, MJFrance vous conseillerait plutôt d’aller faire un tour sur le site d’amazon angleterre ou vous trouverez votre bonheur pour moins de 15€. C’est à n’y rien comprendre.

Enfin bref, passé ce petit coup de gueule qui n’arrivera très certainement jamais jusqu’aux oreilles de ces chers vendeurs de disques qui se plaignent de ne jamais en vendre assez, étonnés parfois à se demander pourquoi, MJFrance vous propose aujourd’hui la traduction du livret de ce double album.

Si déjà, l’écoute des deux concerts permettait de comprendre comment la Jacksonmania se traduisait en ces années 70, le texte présent sur le livret aide à s’en imaginer les à-cotés. Quelle époque tout de même ! Et quel bonheur !


Le 2 mai 1970, alors que les Jackson 5 se posaient à l’Aéroport International de Philadelphie pour entamer leur première tournée officielle en tant que nouveau groupe à succès chez Motown, ils ont été accueillis par plus de 3000 fans en délire. Le Convention Hall de Philadelphie était la première étape de ce qui deviendrait un record, une tournée d’un an. Après le spectacle, le chahut régnait ; les frères ont eu besoin d’une escorte de police pour regagner leur hôtel en toute sécurité. La Jacksonmania battait son plein.Alors que les Jackson 5 se sont produits deux soirs de suite en juin au Cow Palace de San Francisco, puis au Forum d’Inglewood, dans la banlieue de Los Angeles, ils avaient fait leur deuxième apparition lors de l’émission populaire du dimanche soir de Ed Sullivan, et on les comparait déjà aux Beatles, que les Jackson Five avaient battu dans les classements grâce à ABC. Le concert du Forum lui-même avait déjà fait les gros titres puisqu’il avait été promu par la star des Lakers de Los Angeles, Elgin Baylor (à gauche sur la photo). Avec Jerry Butler en première partie (qui avait ce soir-là remplacé Ike et Tina Turner) et le groupe Rare Earth, qui avait chanté son remake plein d’énergie des Temptations, Get Ready, l’événement avait fait la sensation d’un vrai concert.Ce n’était pas la première apparition des Jackson 5 au Forum. Ils s’y étaient produits 10 mois plus tôt en première partie de Diana Ross & The Supremes, où leur bienfaitrice Madame Ross était la maîtresse de cérémonie, présentant le nouveau groupe avec le soutien supplémentaire des performances de Edwin Starr et The Edwin Hawkins Singers, qui venaient d’atteindre le top 10 avec Oh Happy Day. Alors que les J5 avaient été positivement notés, quoique brièvement, dans le Los Angeles Times, le concert a été timidement reçu par ailleurs.Quelques mois plus tard, les Jacksons 5 classaient trois titres numéro 1. Shelly Berger, la manager du groupe chez Motown, a audacieusement programmé les enfants un samedi au Forum. Quand on lui a dit à lui et à ses frères qu’ils allaient être de retour dans l’arène de 18000 places, Michael a demandé : « De qui ferons-nous la première partie ? ».

Ce gros concert n’a pas été sans son lot de problèmes. Des difficultés d’ordre technique ont entaché la chanson d’ouverture, « Stand », reprise de Sly & The Family Stone, empêchant sa sortie dans ce coffret. (Pendant un délai conséquent de 7 minutes, le maître de cérémonie Rick Holmes a partagé avec l’assistance tout ce qui concernant le signe astrologique de Michael -la vierge- ou le fait que Jackie était sorti diplômé du lycée la veille). Présageant du professionnalisme dont ils feront toujours preuve plus tard, les frères n’ont manqué aucun pas.

Avec seulement deux albums Motown à leur actif, les Jackson 5 ont mélangés des tubes, des morceaux populaires de l’album et des reprises intéressantes, en y incluant une version de « Feelin Alright » des Traffic, que Michael dédie à ses grands-parents assis au premier rang ; une reprise de « There Was A Time » de James Brown ; « It’s Your Thing » des Isley Brothers ; et un morceau d’Isaac Hayes, « Walk On By », qui deviendra bientôt un standard de ce concert. Le groupe est ensuite retourné à Sly avec « Thank You », une façon de montrer leurs harmonies mais aussi une sorte d’hommage pour Mme Ross, qui était dans l’assistance avec Berry Gordy et le producteur Deke Richards. Toutes les reprises prenaient leur sens – c’était des reprises standard pour tous les groupes de divertissements – mais les Jackson 5 n’étaient pas un simple groupe, et entre leurs mains certaines chansons, particulièrement celles de James Brown, donnaient un sentiment assez significatif de la couleur musicale du groupe.

Il est significatif aussi, que même si Motown a géré tous les aspects de leur carrière, avec des contributions créatives remarquables de la part de Suzanne de Passe, le groupe J5 qui a tourné sur le circuit tumultueux du Midwest était toujours le même ces dernières années – Jermaine à la basse, Tito à la guitare, Jackie au tambourin, Ronnie Rancifer aux claviers et Johnny Jackson à la batterie. (Le plus jeune frère Randy est arrivé aux congas en 1972). Leur funk énergique a prouvé que, au milieu de l’hystérie des fans, les J5 offraient un package complet.

Néanmoins, les gosses étaient là pour chanter des tubes et les frères Jacksons s’y sont contraints avec leurs trois singles numéro 1, en plus du tour de force de Michael, « Who’s Lovin You » et le titre solo de Jermaine « I Found That Girl ». Bien que Michael se démarque de ses frères, dans les premiers jours de la Jacksonmania il était clair que beaucoup de fans étaient là pour Jermaine, sex symbole du groupe à l’âge de 15 ans. Même MJ le savait : devant la frénésie qui augmentait il présentait « I Found That Girl » comme « la chanson que vous attendiez tous ». La frénésie atteignait son paroxysme au cours de la dernière chanson, « The Love You Save ». Un raz de marée de fans se précipitait sur la scène, obligeant le groupe à partir en courant pour sauver sa vie.
« A San Francisco et à Los Angeles, c’était comme si les murs s’effondraient, quand toutes les filles grimpaient en même temps sur scène », déclarait Michael dans Soul Magazine la même année. « Jermaine a laissé tomber sa guitare et a quitté le concert du Forum. Nous pouvions toujours obtenir une nouvelle guitare, mais il était plus difficile de le remplacer. C’est vraiment dommage, parce que nous ne pouvions pas terminer le concert tel que nous l’avions répété ».

Malgré un début chaotique et un final un peu abrupte, ils « auraient difficilement pu être plus impressionnants », écrivait Robert Hilburn dans le Times. « Les cinq jeunes frères sont plus que des artistes qui battent des records de ventes. Ils sont une comédie musicale et un phénomène de divertissement ».
Le concert du Forum a attiré plus de 18 675 fans et rapporté 105 000 dollars, ce qui était à l’époque un record pour l’endroit sur les quatre dernières années. Lorsque la tournée a repris à l’automne, et alors qu’il classait son quatrième single n° 1 avec « I’ll Be There », le groupe a continué à battre des records de fréquentation au cours des trois soirs à Boston, Cincinnatti (où ils ont chanté l’hymne national lors du premier match des World Series) et Memphis, qui avait été le théâtre deux ans plus tôt de l’assassinat de Martin Luther King Jr. Au lendemain d’une telle tragédie, la Jacksonmania montrait une nation allant de l’avant avec un quintet de frères, venant de Gary, dans l’Indiana, pour ouvrir la voie.

Quand les Jackson 5 sont retournés au Forum fin août 1972, c’était très différent. La Jacksonmania était toujours là, le dessin animé à succès du groupe diffusé le samedi matin avait débuté à l’automne 1971, la même semaine que leur émission spéciale sur ABC-TV, Goin’ Back To Indiana. Les frères étaient maintenant des stars bien établies et celui qui attirait le plus l’attention était Michael, qui était à trois jours de son 14ème anniversaire et venait de sortir son deuxième album solo. Jermaine, qui avait maintenant 17 ans, avait aussi enregistré un album solo.
Contrairement à leur dernière performance au Forum, ce samedi a été plutôt calme, bien qu’on entende clairement par endroit les changements dans la voix de Michael. Avec six albums studio à leur nom, les J5 ont dynamité le spectacle avec des tubes. En effet, « Sugar Daddy » était le seul nouveau single sur la compilation Greatest Hits, qui est sortie juste à temps pour Noël 1971.

L’une des performances mémorables est celle de Jermaine sur « I’m So Happy », qu’on a rarement entendue, et qui est la face B de style doo-wop de « Sugar Daddy ». Bien que Motown ait hautement promu Michael et Jermaine, parfois au détriment du groupe, sur « I’m So Happy » on peut entendre une unité finement réglée, avec Michael qui exécute joyeusement les choeurs. Plus tard Michael se permettait sa propre série avec des titres solo comme « Got To Be There », en passant par la profondément soul « Ain’t No Sunshine » et « Ben », qui deviendrait son premier single n° 1. Cinq semaines plus tard les J5 apparaissaient au concert Operation PUSH EXPO, filmé pour le documentaire Save The Children, une reprise du tube solo de Michael, « Wanna Be Where You Are », est d’ailleurs l’un des joyaux de cette bande sonore.

At The Forum capture l’ascension des J5 vers la célébrité et vers les sommets, et constitue la documentation la plus durable du phénomène connu sous le nom de Jacksonmania.

Le texte est de Mark Anthony Neal, professeur de la culture populaire noire à l’université de Duke. Il est l’auteur de nombreux ouvrages tels que Soul Babies: Black Popular Culture and the Post-Soul Aesthetic (2002), Songs in the Keys of Black Life: A Rhythm and Blues Nation (2003) ou encore New Black Man: Rethinking Black Masculinity (2005).

Traduction: Cat

 

Vous vous souvenez certainement du qualificatif que nous avions employé lors de la découverte du coffret Hello World, The Motown Solo Collection que nous avions alors défini comme une pure merveille.

Comment ne pas renouveller ce jugement avec ce double album des Jackson 5ive « Live At The Forum » qui a fini par atterrir dans nos mains ? Car une fois de plus, la réalisation de ce produit a été faite dans toutes les règles de l’art et du respect envers la genèse du groupe des Jackson 5 et de Michael Jackson en particulier.

Le boitier de ce double album est un boitier cartonné, au même titre que les anciennes réalisations d’Hip-O Select pour les albums In Japan! et Joyful Jukebox Music/Boogie. Une fois ouvert, il se décompose en 4 parties, une pour chacun des CD et deux parties renfermant, un livret pour l’une et une présentattion de chaque membre du groupe pour l’autre.

Nous éviterons ici de vous présenter des photos du livret afin de ne pas vous gacher le plaisir de la découverte, mais sachez que celui-ci propose des photos inédites des Jackson 5 dont certaines de Michael. Le texte est de Mark Anthony Neal, professeur de la culture populaire noire à l’université de Duke. Il est l’auteur de nombreux ouvrages tels que Soul Babies: Black Popular Culture and the Post-Soul Aesthetic (2002), Songs in the Keys of Black Life: A Rhythm and Blues Nation (2003) ou encore New Black Man: Rethinking Black Masculinity (2005).

Les deux concerts Live sont comme annoncés, « d’époque » et l’on ressent bien la ferveur du public, la fameuse jacksonmania des années 70 avec un Michael Jackson sur scène omniprésent. Les autres frères sont également bien présent et leurs interventions notables. Les Jackson 5 sont bien là, ils sont sur scène pour le plus grand plaisir du public réagissant souvent par de nombreux cris féminins, fruit du succès des cinq frères.

Comme si vous y étiez, comme si l’HIStoire se répétait, ce double Live nous transporte près de 40 ans en arrière. Et le plaisir de l’écoute est énorme. Merci aux Jackson 5, merci à Michael et merci à tout ceux qui ont permis de mettre à jour ces fabuleuses archives musicales.

N’oubliez-pas de consulter régulièrement le site officiel dédié à ce double albumhttp://j5live.tumblr.com, celui-ci vous permettra de découvrir d’autres archives.

Nombreux sont les fans qui attendent ce double album des Jackson 5 Live At The Forum qui contiendra le concert du 20 juin 1970 ainsi que celui du 26 août 1972. Ces deux concerts qui avaient lieu au Forum de Los Angeles seront proposés sur un double CD qui sortira le 29 juin 2010. Une version téléchargeable sera également proposée aux USA dès le 22 juin prochain.

Afin de vous remettre dans l’ambiance de ces deux concerts, MJFrance vous propose aujourd’hui de découvrir les compte rendus de ces deux concerts qui furent publiés par le magazine américain SOUL(America’s Most Soulful Newspaper). S’il fut un temps ou la presse américaine ne parlait que très peu de ses artistes noirs, le magazine SOUL, de son coté, fit le choix de les mettre en avant, non seulement en tant qu’artiste mais aussi et surtout en tant qu’êtres humains permettant aux lecteurs de les connaître d’avantage. C’est ainsi que dès 1969 le magazine publia sa première présentation des Jackson 5 dans son édition du 8 septembre, Jackson 5 qui firent la UNE du magazine dès le 1er juin 1970.

Le compte rendu du concert du 20 juin 1970 fut publié dans le numéro du 27 juillet 1970 ou pour l’occasion, ce fut Marlon Jackson qui fit la Une. Voici pour vous la traduction de cet article.

Les Jackson 5 battent le record de fréquentation dans deux villes.

Los Angeles, Californie – Les Jackson 5 ont battu le record de fréquentation avec leur concert au Forum de Los Angeles avec 18675 entrées payantes pour le deuxième des deux concerts joués en Californie. Pour le premier concert, au Cow Palace de San Francisco, des centaines de fans se sont vus refuser l’entrée de l’arène surchargée, dont la capacité en places assises est de 13514 sièges. Le concert de Los Angeles a rapporté 105 000 dollars aux Productions Elgin Baylor.
Dans la soirée du deuxième concert, le populaire groupe a été informé qu’il venait de devenir la premier groupe à dépasser les Beatles à la place de numéro un dans le classement des titres pop, et par deux fois.
Les Jackson 5 sont en train de gagner en popularité à une telle vitesse qu’on en est même étonné chez Motown Records. Cependant, le public est encore plus étonné. Michael Jackson est incroyablement à l’aise sur scène et est capable de contrôler le public qui vient voir le groupe en le tenant comme collé à son siège, hypnotisé par ses aptitudes innées en tant que show man.
L’ensemble du groupe a un attrait particulier pour les jeunes Noirs, surtout parce qu’ils sont eux-mêmes de jeunes Noirs ayant les mêmes origines que la plupart de leurs fans. Ainsi, le groupe représente virtuellement et de manière vibrante la plupart des gens qui les aiment et les admirent. Ces jeunes hommes sont de véritables héros vivants et leur jeunesse aide les millions de jeunes qui achètent leurs disques à s’identifier à eux plus facilement. Leur popularité grandissante laisse penser que leurs fans dépasseront aussi ceux des Beatles.
Ils ont tellement inspiré les jeunes de leur âge que beaucoup se sont mis à écrire des poèmes pour eux, à les dessiner, à composer des chansons et à former eux aussi des groupes, à les imiter aussi.
Garçons et filles sont unanimes.
En accord avec cette inspiration de la jeunesse, SOUL a demandé à l’un d’entre eux de livrer ses impressions sur le spectacle donné à Los Angeles par les Jackson 5.
Tal Hawkins est élève au lycée du Mont Carmel à Los Angeles. Il a 16 ans et il entrera en première en septembre. C’est avec une grande fierté que nous présentons ses impressions sur l’impact des Jackson 5 sur la scène musicale d’aujourd’hui.

Une soirée à garder en mémoire
par Tal Hawkins

La soirée du 20 juin 1970 restera éternellement dans les esprits de ceux qui ont assisté au concert des Jackson 5. C’est l’un des concerts les plus époustouflants de l’histoire du Forum. C’est un événement prenant qui a gardé le public totalement captivé toute la soirée malgré quelques problèmes de son. Un étalage de talent a été exposé ce soir-là sous la forme de trois actes.
Le premier avec le désormais populaire groupe Rare Earth. Le groupe est composé de six jeunes hommes avec un immense talent musical. Et ils ont pleinement exprimé leur talent ce soir-là. Ils ont chanté trois chansons, dont leur single qui vient de sortir, Get Ready, était le dernier. Tout en chantant Get Ready, ils ont chacun mis un peu de leur extravagance musicale individuelle, qui a attiré jusqu’à la fin l’attention de ceux qui assistaient au concert.
Parmi ceux qui ont contribué à cette exposition musicale, le joueur de congas a tiré son épingle du jeu lors de sa séquence. Un tonnerre d’applaudissements approprié lui a été dédié, comme reconnaissance de son talent. A la fin de leur performance le public leur a fait savoir qu’ils avaient réussi leur mission de divertissement.

Un changement soudain
A l’origine, le second acte aurait dû être tenu par Ike et Tina Turner. Mais Tina étant brusquement tombée malade, ils ont été incapables d’honorer leur engagement. Mais tout n’a pas été perdu, car un remplacement équivalent a été organisé en lieu et place de Ike et Tina Turner. J’ai nommé le très populaire Homme de Glace, Jerry Butler.
Jerry a proposé une performance composée de vieux titres et quelques chansons enregistrées par d’autres artistes. Dans son pantalon à pattes d’éléphant très à la mode, Jerry a affiché ses capacités bien connues de chanteur, démontrant à l’évidence qu’il est le seul et unique Homme de Glace.
Parmi ses nombreux hits, Jerry a chanté Moody Woman, Never Gonna Give You Up, Western Union Man, et d’autres encore. Tout en chantant ces chansons, M. Butler nous a ramené à l’époque où ces chansons ont été conçues, et à tous les souvenirs qui s’y rattachent. Tout ce que je peux dire c’est que ça n’a pas été une erreur de le choisir pour remplacer Ike et Tina Turner, et je parie que tout le monde pense la même chose.

La bonne partie
Maintenant la bonne partie arrive, la performance des Jackson 5. Une vaste présentation a été faite par le maître de cérémonie Rick Holmes. Puis les Jackson 5 sont entrés pour le troisième acte. Rien qu’en faisant ça ils ont immédiatement reçu l’impact d’un grondement infini et des hurlements provenant de tous les angles possibles.
A la fin de leur premier numéro Jermaine Jackson a connu un problème technique à cause de l’ampli de sa basse. Cet incident a causé une brève interruption du concert. Pendant cette légère pause Michael Jackson, le chanteur du groupe, a pris le micro et a dit : « Comment allez-vous ? ». Les filles du public ont répondu dans un grand chahut : « Bien ! ».
Quand le problème de guitare de Jermaine a été corrigé, le maître de cérémonie a exprimé ses regrets les plus profonds et a présenté à nouveau les Jackson 5. Sur ce, ils ont refait leur entrée et ont commencé à chanter leur deuxième chanson, vendue à plus d’un million d’exemplaires, I Want You Back.
Parmi les titres chantés, on trouve Who’s Loving You, qui a été applaudie à tout rompre, I Don’t Know Why I Love You, ABC, Zipp a Dee Doo Dah, It’s Your Thing, I Found That Girl, Stand,Walk On Bye, There Was a Time, Thank You, et le très difficile hit de Joe Cocker Feelin’ Alright.
Pour cette partie et pour les autres une lumière colorée inondait la salle pour l’égayer. La personne ou les personnes qui travaillaient sur ces lumières devraient être félicitées pour leur connaissance des effets de lumières. Les lumières égayaient les tenues des performers et les faisaient paraître vraiment bien.
Au milieu de leur performance Jermaine Jackson a chanté une chanson qui a une très belle mélodie, I Found That Girl. Jermaine a exécuté cette merveille avec un talent évident hérité de sa famille. Lui aussi a causé une immense explosion de hurlements de la part des filles, et même des garçons.
Une performance m’a tout particulièrement enthousiasmé, c’était Walk On By, dans laquelle Michael Jackson, Jackie Jackson et Marlon Jackson ont accompli une chorégraphie douce, élégante et rythmée, sur la musique de Tito Jackson, Jermaine Jackson, Johnny Jackson et Ronnie Rancifer.
Le point culminant du concert a été la prestation de danse de Michael Jackson sur There Was a Time. Il dansait comme James Brown, le Camel Walk et le Funky Chicken. Il a prouvé sans l’ombre d’un doute qu’il était véritablement un authentique show man.

Une sortie précipitée
Pour terminer le show les Jackson 5 ont chanté leur nouveau single numéro un, The Love You Save. A ce moment-là la foule a été incapable de se contenir, et avant que les Jackson 5 aient terminé la chanson, ils ont été submergés par les filles des premiers rangs, et par d’autres qui venaient de toutes les directions. Les Jacksons 5 se sont donc dépêchés de sortir par mesure de sécurité par l’arrière de la scène, pour regagner leur limousine conduite par un chauffeur, qui les a emmenés chez eux.
La foule est donc sortie, puisque le concert était terminé. Pour tout ça, je peux dire que ça a été un événement inoubliable qui restera dans l’histoire du Forum, et qui marquera l’histoire du show business.

MJFrance: Nous avons pu retrouver quelques photos de ce concert sur le tout premier livre écrit sur les Jackson 5, les voici pour vous.

Voici un autre compte rendu de ce concert, celui-ci fut publié par le journal local Gary Crusader.

Los Angeles – Le fabuleux groupe Motown, les Jackson Five, le groupe de chanteurs le plus passionnant de la nation, a battu le record de fréquentation du Forum de Los Angeles en jouant samedi soir (le 20 juin) devant un public de 18675 personnes entièrement debout. Les concerts des Jackson Five ont rapporté plus de 105 000 dollars. La performance des Jackson Five au Forum a été le point final triomphant de deux concerts consécutifs, qui avaient commencé à San Francisco vendredi (le 19 juin), où des milliers de fans ont afflué au Cow Palace, dont la capacité est de 13514 places. Les deux concerts ont rapporté 180 000 dollars.

Les deux concerts de Los Angeles et San Francisco ont été complets une semaine après la mise en vente des tickets. Juste avant l’ouverture du concert au Forum, le groupe Motown a été informé par les instances de l’industrie musicale qu’ils étaient devenus le premier groupe à avoir à deux reprises déchu les Beatles de leur place de numéro un dans les charts. Le single du moment des Jackson Five, The Love You Save, est numéro un du classement national.

Rayonnante de fierté, la star Diana Ross, qui a découvert les Jackson Five dans leur ville natale de Gary, dans l’Indiana, a été vue au concert du Forum, ainsi que le président de la Motown, Berry Gordy Jr. Le groupe des Jackson Five est composé de cinq frères : le chanteur leader, Michael, 10 ans ; Jackie, 18 ans ; Marlon, 11 ans ; Jermaine, 14 ans ; et Tito, 16 ans.

Un autre groupe Motown partageait les applaudissements, Rare Earth, dont le titre Get Ready a récemment atteint le million de ventes, et la deuxième place des charts, ainsi que The Ice Man (l’homme de glace), le chanteur Jerry Butler, qui ont donné une autre dimension à la soul pour ce concert réussi des Jackson Five.

MJFrance: Voici maintenant le compte rendu du concert du 26 août 1972 publié par le magazine SOUL le 23 Octobre 1972 qui en fait contient deux compte rendus différent dont l’un d’eux, a été écrit par David Gest que les fans de Michael Jackson connaissent bien comme ami de longue date de la famille Jackson.

Les Jackson 5 électrisent le Forum

18000 fans exposent leur âme et leur Jacksonmania

Ils ont probablement commencé à arriver vers 6h45 ce soir-là, dans une armée d’automobiles de toutes tailles et de toutes marques… certains d’entre eux avec des groupes d’amis, certains avec leur mère et leur père, d’autres étaient chargés de la garde de leurs jeunes frères et sœurs – en les réprimandant sévèrement s’il arrivait quelque chose. On jouait à guichet fermé, comme l’annonçait le fronton, mais toute personne dotée de bon sens n’en était pas surprise… car c’était le concert de l’année, en direct du Forum, de tout le pays – et peut-être même du monde entier – donné par le groupe de jeunes Noirs peut-être le plus talentueux du monde, les Jackson Five. L’heure était parfaite… 7h30… pour préserver l’heure du coucher des plus petits enfants, ainsi que les nerfs fragiles des parents pas encore convaincus, qui connaissaient le talent des Jackson, mais qui avaient peut-être juste besoin d’une « preuve » de plus pour l’être totalement.
Une fois à l’intérieur, l’espace caverneux du Forum bourdonnait de jeunes voix qui parlaient de Michael… ce qu’il allait faire et à quel point il était « supeeer » et à quel point il était « géniaaal » – en espérant qu’il chante Ben, Got To Be There et I Want You Back et tout le reste, mais principalement ces chansons-là, « Vraiment ! ». Les visages d’ébène, bruns ou beiges étaient encadrés de tresses, les corps fins vêtus de pantalons à taille haute, de blazers, de maillots de corps, de robes longues ou courtes moulantes. Les jeunes frères étaient impeccables dans leurs costumes ajustés, cool face à l’hystérie des « poulettes » mais vraiment aussi excités par le fait que ça se vérifie encore sur cette nouvelle étape pour les frères Jackson.
C’était aussi une affaire de famille… et les plus jeunes ont sans doutes dépassé leurs homologues plus âgés… il y avait des enfants de quatre, cinq, six ans, vêtus de leurs habits du dimanche, le visage rayonnant, qui serraient le main de Papa et Maman, mais en les tirant avec anxiété pour se rendre au plus vite à leur siège et regarder d’un œil vif vers la scène, s’interroger sur la présence de la rangée de micros et d’autres « trucs » sur la scène… tout en connaissant la réponse sur certaines choses mais pas toutes, en demandant à leur maman « quand Michael arriverait sur scène ». Et puis bien sûr il y avait les enfants sages, de sept, huit, neuf, et même dix ans, assis deux par deux… à qui on avait permis de sortir seuls pour aller voir leurs idoles… et qui chuchotaient malicieusement entre eux pour savoir si c’était bien Tom Cross de KGFJ qui était assis derrière eux.
C’était donc un show pour des enfants qui prouvaient leur pleine capacité de fans passionnés, dont l’indéniable allégeance et la fidélité à leurs héros était accablante ! Parés de fanions Jackson Five, d’affiches, de livrets souvenirs, ils ont afflué vers leurs sièges, faisant rapidement contrôler leurs billets et attendant avec impatience le grand moment. Jumelles et caméras ont vite été saisies pour capturer instantanément les visages de chaque membre du groupe.
Le groupe The Undisputed Truth, qui précédait les Jackson Five a reçu un accueil enthousiaste mais symbolique de leur carrière, avec leurs hits Smiling Faces et Poppa Was a Rolling Stone, mais pas autant que lorsque les cris aigus ont retenti lorsque les lumières se sont tamisées et que Johnny Soul, le maître de cérémonie, a présenté les Jackson Five.
De l’agitation ? Oui ! Les projecteurs balayaient en permanence le public tandis que les Jacksons Five entamaient leur premier morceau. On hochait la tête, on claquait des doigts et on bougeait son corps au rythme de la musique. Michael s’est éloigné, puis est revenu aux quatre coins de la scène pour taquiner les groupes de filles frénétiques qui se penchaient au balcon et tentaient désespérément de toucher sa main… et il l’a fait à plusieurs reprises tout au long du concert jusqu’à ce que ça arrive enfin… il touchait une main et des cris s’entendaient au-dessus de la foule alors que la chanceuse sautait et semblait au paroxysme de la joie, chérissant pour toujours cette main et ces doigts.
Inutile de dire que ça a été un énorme succès ; les Jackson Five ont donné un magnifique spectacle, précis et fluide dans leurs interprétations fantastiques et leur chant très juste. Mais le spectacle était dans la salle et les vagues de bons sentiments se ressentaient rien qu’en regardant les 18 000 fans en train d’observer leurs héros avec une vigueur inégalée… c’était vraiment spécial.
Rosalind Goddard

INGLEWOOD – Les Jackson Five font toujours des tubes, vendent des millions d’albums, remplissent les salles de concert et maintiennent le prestige qu’ils ont depuis 1969, quand les choses ont commencé à marcher pour ces jeunes garçons. Fin août, ils se sont produits au Forum d’Inglewood et une fois de plus la Jacksonmania a pris vie sous la forme de milliers de jeunes femmes criants les noms de Michael, Marlon, Jackie, Tito, Jermaine, et n’oublions pas le plus jeune, Randy, qui a fait sa première apparition en Californie. Leur charisme spécial n’a pas disparu.
Il n’est pas difficile de se rendre compte de la raison pour laquelle ils sont considérés comme le plus grand groupe Motown et pourquoi ils reçoivent autant d’attention. Leur prestation est bien chorégraphiée et bien répétée. Par moments leurs mouvements semblent si bien répétés qu’ils perdent un peu de la fluidité qui les rendrait un peu plus naturels. Ils caracolent sur scène de manière passionnante, mettant beaucoup de discipline dans leur prestation scénique, autant que dans leur musique.
Le concert n’a pas seulement révélé le groupe dans son ensemble, mais a aussi donné à Michael et à Jermaine une chance de faire leurs preuves en tant que chanteurs. Michael Jackson n’a aucun problème à se lamenter sur Wanna Be Where You Are et Got To Be There. Il bouge sur scène comme un petit ouragan, parcourant la scène de long en large pour chanter en direction des jeunes filles assises sur les côtés. Il a même parfois arrêté de leur serrer la main, rendant la foule déchaînée devant chaque mouvement et chaque geste qu’il faisait. La chanson la plus efficace a été Ben, où il a démontré sa puissance vocale, sa capacité, et son charisme en tant qu’artiste. Il l’a chantée de manière élégante, touchante, envoûtante, comme un vrai professionnel.
Jermaine prend aussi son propre chemin avec son premier album Motown, qui se porte plutôt bien dans les charts. Sa voix a la fraîcheur et la clarté du cristal et en même temps émet de la chaleur. Il a chanté I Found That Girl et son sigle du moment I Let Love Pass Me By. Son interprétation de Bridge Over Troubled Water a été des plus impressionnantes.
Le groupe a interprété plusieurs de ses tubes, comme ABC, I Want You Back, Never Can Say Goodbye, Goin’ Back To Indiana et Sugar Daddy. Chaque mélodie a créé un semblant de nostalgie à certains moments, à certains endroits, et à certaines personnes. Ces chansons n’ont pas perdu l’énergie et le rebond qui ont fait d’elles des classiques.
Randy Lucifer Jackson a été présenté au milieu du concert et a démontré son jeune talent pour les congas. Pour un enfant de cet âge il joue exceptionnellement bien des percussions, et a pu prouver qu’il pourrait un jour être l’attraction principale du groupe, si sa voix est aussi bonne que son jeu.
Le groupe a fait durer le spectacle pendant une heure et quart, sans aucun retard. Ils ont conclu sur The Love You Save et ont prouvé qu’ils étaient toujours aussi populaires, et si ça continue, ils deviendront probablement les nouveaux Mills Brothers.
The Undisputed Truth ont ouvert la première partie du concert avec des airs tels que Smiling Faces Sometimes et Papa Was a Rolling Stone. Leur performance contient quelques chorégraphies (le genre de chorégraphie permise par Motown pour la plupart de ses groupes) et quelques harmonies vocales très justes. Leurs voix semblaient vraiment puisantes et le groupe a montré beaucoup de potentiel.
David Gest

Sources: Universal Music / Soul / J5Collector / The Jackson 5 Ellen Motoviloff / MJFrance

Traduction: Pretty Young Cat

Voici la tracklist du double album « The Jackson 5 Live At The Forum » qui devrait sortir le 22 Juin 2010 afin de célébrer le 40ème anniversaire du concert des Jackson 5 à Los Angeles. Ce double album contiendra sur son premier CD le concert des Jackson 5 au forum de Los Angeles du 20 juin 1970 alors qu’ils débutaient leur carrière tandis que le second CD contiendra le concert du 26 aôut 1972, toujours au forum de Los Angeles après deux années de jacksonmania. Il est à noter que le premier CD contiendra une chanson bonus du concert faisant partie du TV Special Goin’ Back To Indiana tandis que le second CD contiendra une chanson bonus live provenant de la B.O « Save The Children« .

Nulle doute que ce double album est très attendu de tous les fans de Michael Jackson et des Jackson 5. Celui-ci sera accompagné de photos rares.

Tracklist:

Disc 1 – June 20, 1970

1. Introduction
2. I Want You Back
3. Feelin’ Alright
4. Who’s Lovin’ You
5. Walk On
6. Don’t Know Why I Love You
7. Zip-A-Dee-Doo-Dah
8. ABC
9. It’s Your Thing
10. I Found That Girl
11. There Was A Time
12. Thank You Falettinme Be Mice Elf Agin
13. The Love You Save

Bonus Track

14. Mama’s Pearl Live in Indiana, May 29, 1971

Disc 2 – Back @ the Forum August 26, 1972

1. Brand New Thing
2. Medley: I Want You Back/ABC/Mama’s Pearl
3. Sugar Daddy
4. I’ll Be There
5. Introduction by Michael
6. Goin’ Back to Indiana/Brand New Thing/Goin’ Back to Indiana
7. Bridge Over Troubled Water
8. I Found That Girl
9. I’m So Happy
10. Lookin’ Through The Windows
11. Ain’t Nothing Like The Real Thing
12. Introduction by Jackie
13. Ben
14. Rockin’ Robin
15. Got To Be There
16. You’ve Got A Friend
17. Ain’t No Sunshine
18. I Wanna Be Where You Are
19. Introduction by Jermaine
20. That’s How Love Goes
21. Never Can Say Goodbye
22. Walk On
23. The Love You Save

Bonus Track

24. I Wanna Be Where You Are from « Save The Children » Live from Chicago, September 1972

Sources: PR Newswire / foulecamp / forum.jackson5abc.com

Selon le site musictap.net , Hip-O Select Records commercialisera le 22 juin un CD des Jackson 5 intulé: « Live at the Forum ».

Dans un entretien accordé au magazine Vibrations en décembre 2009, Harry Weinger, responsable des rééditions de Motown, évoquait le projet :

« Concernant les « Live At The Forum », il s’agit de deux shows, enregistrés en 1970 et 1972, qui sont assez différents. En 1970, les chansons sont plus longues, le groupe parle entre les morceaux, ils font durer la soirée, tandis qu’en 1972, ils ont plus de hits, comme « Sugar Daddy » ou « Mama’s Pearl », et Michael a droit à ses propres chansons, de même que Jermaine. »

Sources : musictap.net / MJLegend / Vibrations Magazine / jackson5abc.com

Nous sommes le 29 Août et peut-être plus que jamais, les fans du monde entier auront une pensée particulière pour Michael Jackson. Ce fameux 29 Août 1958 naquit donc une légende qui deviendra la plus grande star que la terre ait jamais connue. Aujourd’hui, à travers les monde et particulièrement en France, les fans manifesteront leur amour en se réunissant à Paris au Grand Rex par exemple, ou en petit comité, voir seuls et se souvenir de ce que Michael Jackson aimait peut-être le plus au monde, c’était de les voir heureux.

Aujourd’hui MJFrance se souvient de ces jours heureux, de tout ce bonheur que Michael Jackson a pu donner au monde et vous propose de lire un passage qui lui fut consacré dans le tout premier livre publié sur les Jackson 5. Il s’agit du livre d’Ellen Motoviloff intitulé « The Jackson 5 » chez Scholastic Book Services qui fut écrit en Juin et Juillet 1971 et fut publié en Janvier 1972. Dans ce livre, l’auteur prend soin de parler de ce fameux groupe des Jackson 5 qui défie la chronique, de cette nouvelle mode que l’on appelle la Bubblegum soul ! Tito, Jackie, Jermaine, Marlon et Michael ont droit à leur présentation. Celle de Michael annonce déjà les talents du futur Roi de la Pop et cette volonté à rendre ses fans heureux…


Livre The Jackson 5 / Ellen Motoviloff / 1972

Chapitre 9 – Moving-with Michael

Voyager avec Michael

Dans les bureaux de la Motown, occupé à lire les lettres de fans, au milieu de quatre gros sacs, c’est là que l’on pouvait trouver Michael l’après-midi après l’école. Ou bien bondissant sur son trampoline, à faire des figures dans les airs. Ou encore à embêter un de ses frères. Ou à son cours de piano. Une « boule d’énergie », voilà la description que fait sa mère Katherine de son avant dernier fils.

Michael Joe Jackson qui, pour beaucoup de gens, symbolise le groupe Jackson 5 en entier, est né le 29 août 1958. Il semble sortir du lot du fait de sa capacité à chanter aussi juste à un âge aussi précoce. De fait, il a commencé à pousser la chansonnette avec ses frères à 4 ans ! L’un de ses premiers concerts a eu lieu dans un hôpital ou il partageait l’affiche avec un vrai père-noel le même jour. Depuis, il est passé aux salles immenses, jouant devant des dizaines de milliers de spectateurs et faisant des apparitions télévisées rassemblant des millions de téléspectateurs. Fort de l’énorme succès qu’ont connu les chansons des Jackson 5 au hit parade, à Londres-y compris, les promoteurs n’ont pas tardé à les faire tourner en Europe et dans le monde entier.


Michael préfère les apparitions télé aux performances live à cause du nombre important de spectateurs touchés. « Des gens du monde entier vous voient » déclare-il, et à voir son fameux rictus, il ne fait aucun doute qu’il aime ça. On peut voir quelqu’un de très précoce, qui chante un répertoire qui sied généralement aux adultes. Mais Michael donne du sens et de l’expression aux mots grâce à son imagination, pas à son expérience. Il possède un esprit vif et alerte auquel rien n’échappe. Quand de nouvelles personnes viennent chez lui, il les observe toujours, les joge, d’une certaine façon. Il est en effervescence, leur pose des questions et, naturellement attend des réponses surtout quand il s’agit de reporters de magazines ou de journalistes. Il est vraiment à l’écoute des gens, et vous donne beaucoup d’informations. Mais juste ce qu’il faut. Il est conscient de la durée de vie d’un groupe, de sa popularité, il ne faut pas être trop impatient ou aller trop vite… Michael semble savoir intuitivement que le groupe va durer longtemps. En fait, il agit comme s’il en avait toujours été ainsi.

L’un de ses plus grands talents est celui de l’imitation. Au tout début de sa carrière musicale, il se contentait simplement d’imiter à la perfection le « Père de la Soul » qui n’est autre que James Brown. Chaque glissade, mouvement que Michael faisait devait être attenué et finalement retravaillé. Aujourd’hui, Michael a vraiment son propre style. Il a sans nul doute une personnalité qui se démarque.
Sa manière de s’habiller- comme ses jeans sur lesquels sont cousus de part et d’autres un J- est imité par ses fans. Même Jermaine a repris l’idée du jean. Un des costumes de scène de Michael comprend une large ceinture de cuir avec une boucle en forme de cœur au centre. Un autre consiste en un pantalon à pattes d’éléphant en similicuir et un chapeau à bords larges. Un autre encore comprend une cape ressemblant à une toge. Aucun style ne semble trop excentrique pour Michael. Michael fait preuve d’un tel professionnalisme maintenant qu’il est difficile d’imaginer combien il était nerveux et angoissé quand il est monté sur scène pour la première fois il y a quelques années. C’était pourtant le cas. C’étaient ses parents qui, assez bizarrement, lui avaient montré comment se servir d’un micro. Il sentait la réaction du public lorsqu’il chantait d’un côté de la scène mais quand il arrivait à l’autre bout, il n’entendait plus rien. La plupart des choses que lui ont appris ses parents concernent les leçons de base de la vie-comme le fait de respecter une personne en tant que telle, quelque soit ses actes. L’une des personnes que Michael préfère, c’est Bill, l’un des gardes du corps du groupe. « Le samedi et le dimanche Bill vient nous chercher Marlon, Randy et moi et nous emmène sur un terrain de golf miniature ou au carnaval et il tient à nous payer nos tours » dit Michael.


Michael est à l’aise avec les adultes. Les enfants de l’école ne viennent pas parce que la maison des Jackson en est très éloignée. Etant donné qu’il est constamment entouré de ses frères ainés, il s’identifie à eux. Mais il ne s’intéresse pas aux filles pour l’instant. Michael est trop jeune pour s’intéresser vraiment aux filles. Néanmoins il aime discuter avec elles, il aime par-dessus tout les jolies filles qui ne sont pas enrobées et qui ont une belle personnalité.

Quand il ne travaille pas, il regarde des dessins animés à la télé, dessine des portraits, ou va à la piscine. Il préfère la piscine à l’océan. Des idées pour ses chansons peuvent surgir n’importe ou, n’importe quand. Jermaine et lui aiment s’asseoir et transformer leurs idées en chansons et en paroles. Tito et Jackie les aident également. Les garçons enregistrent leur création sur cassettes puis leur père les écoute et fait des commentaires. Peut-être qu’un jour la Motown les laissera enregistrer leurs propres chansons. Les animaux ne font pas vraiment partie de la vie de Michael en ce moment bien que ça a été le cas dans le passé. Il n’y a pas si longtemps, il avait un serpent, des souris apprivoisées et des lézards qu’il attrapait lui-même. Mais l’agenda chargé et les déplacements du groupe l’empêchaient de s’occuper de ses animaux au quotidien. La famille a deux bergers allemands-Lobo et Black girl. Ils ont été dressés pour garder la maison et effrayer les intrus. Les bêtes font très peur et s’emballent quand elles sentent des étrangers. Les fans essaient rarement d’entrer quand les chiens sont lâchés. Michael possède cette faculté qu’ont les personnes nées sous le signe Vierge d’être perfectionniste et peut ainsi travailler dans son coin pendant des heures sur une chanson jusqu’à ce qu’elle lui convienne.


Tout le monde sait que Michael chante les parties solo sur presque toutes les chansons des J5. Donc il a plus d’expériences que les autres garçons. « Cela me prend 2 heures pour faire/enregistrer une chanson entière. » affirme-t-il. « J’enregistre ma partie et eux la leur ». Il arrive parfois que Michael travaille sur les morceaux avec un producteur sans que ses frères ne soient présents dans le studio d’enregistrement. Le mixage des pistes instrumentales et vocales se fait dans le studio. Les numéros de danses du groupe sont répétés devant de grands miroirs afin que les garçons puissent prendre leurs repères les uns par rapport aux autres. Dès que Michael a quelque chose en tête, il le réussit. Il joue des percussions et apprend le piano. « Ce n’est pas difficile, vraiment. Il suffit de s’appliquer, c’est la seule chose à faire » dit-il simplement.
Un jour, s’il poursuit son rêve qui est de devenir un grand acteur, il y parviendra certainement. « dans le style de Sidney Poitier » explique-t-il. Il aimerait étudier les beaux-arts, peut-être à l’université bien qu’il soit quasiment certain de ne pas embrasser une carrière de peintre. Le show-business semble être la voie naturelle pour quelqu’un d’aussi talentueux en musique.

Ces centres d’intérêts sont très larges, et il s’inquiète même de la pollution de l’air qui émane des aciéries de Gary. Il en est venu à la conclusion qu’elles finiront par être nettoyés, mais seulement après avoir investi de grosses sommes d’argents dans ce processus. « Et les impôts vont augmenter » observe-t-il. Il connaît la valeur de l’argent et l’importance de l’épargne. En tant que moteur du groupe, qui fait que les choses se réalisent, il est indispensable.
Regardons de plus près : 32, 85, 82, 36…, ce sont le tour de cou, de poitrine, la longueur des manches, le tour de taille, soit les dernières mesures que son habilleuse a prises. Ce sont ses fans qui réclament ce genre de statistiques. Et Michael aime-comme les autres d’ailleurs-les rendre heureux.


Fin.

En ce jour anniversaire, merci Michael, merci pour tous le bonheur que tu as pu nous donner. Grace à toi, aujourd’hui, nous pouvons revivre ces jours heureux.

Source: The Jackson 5 – Ellen Motoviloff / Scholastic Book Services (1972)
Traduction : Sylvain.