Crédit photo @ SAE Institute

Le rendez-vous avec Brad Sundberg pour ces 22 et 23 mars prochain approche à grand pas. La bonne nouvelle du jour est que vous pouvez utiliser un code promo afin de pouvoir bénéficier de 33% de réduction sur les quatre premières formules et ce, si vous n’avez pas encore acheté vos tickets.

Pour se faire, il vous suffit d’aller sur la page de réservation et entrer le code promotionnel (Promotional Code) suivant: MusicLover.

Liens utiles: inthestudiowithmj.com / facebook.com/inthestudiowithmj / SAE Institute.

Les fans du Roi de la Pop connaissent bien Christophe Boulmé, comme étant celui qui a immortalisé Michael Jackson via de sublimes photographies qui firent le bonheur des lecteurs du magazine Black & White pendant plus d’une décennie.

Son livre intitulé « Michael par Christophe Boulmé » qui sortira le 9 mai prochain (maj: ce sera finalement le 5 juin) chez Harper Collins, s’annonce déjà comme un beau livre que tous les fans du Roi de la Pop ne manqueront pas de posséder. Il promet des photos inédites de Michael Jackson. Vendu au tarif de 29,90€, les dimensions de ce livre seront de 23 x 28 cm.

Sortie le 9 mai 2019 chez Harper Collins.

Christophe Boulmé, à qui l’on doit non seulement les photos de Michael Jackson en Live des plus belles, mais également une collaboration artistique sur des projets comme le coffret Ghosts ou encore la pochette de Stranger In Moscow, vous présente son livre via l’argumentaire proposé par la maison d’édition:

Christophe Boulmé: Michael Jackson est parti il y a dix ans. Pourquoi avoir attendu tant d’années avant de publier ces photos de lui ? Peut-être qu’inconsciemment, j’ai toujours préféré rester en retrait. Je n’ai jamais voulu faire partie de la cour. Je n’ai jamais voulu être le photographe « employé », l’ « officiel » qui suivait Michael Jackson sur toutes les scènes, dans tous les studios qu’il installait dans ses chambres d’hôtel, d’un bout à l’autre de la planète.

Je n’ai jamais voulu le considérer avec pragmatisme et recul, ni le voir comme une créature surnaturelle. Je le voyais à ma façon et j’ai pu le photographier à ma façon, en toute liberté. C’est comme ça que j’aime la photo: sans obligation, sans contrainte.

J’étais avant tout un admirateur, un fan du plus grand artiste du monde, comme il y en eut des légions. Et moi, le gamin parti de rien, l’enfant introverti de la banlieue parisienne, j’ai eu la chance, inconcevable, d’observer et de photographier, sur une période de plus de quinze ans, le géant qui a fait rêver des millions de gens.

J’ai rencontré Michael Jackson à plusieurs reprises. J’ai lu dans ses yeux qu’il aimait mon travail. Il a validé mes créations, au point que j’ai vu mon nom apparaître sur ses albums et ses pochettes de single. Une forme bénévole et concrète de reconnaissance. Je n’espérais rien de plus.

Quand il est parti, le tourbillon qu’était devenu ma vie s’est brutalement arrêté et j’ai préféré rester dans l’ombre, où je m’étais toujours senti plus à ma place. Je pensais que Michael Jackson était éternel. D’une certaine façon, c’est vrai. On ne tue pas un mythe.

Les années ont passé. La douleur s’est adoucie et j’ai pensé qu’il était dommage que ce travail dorme au fond de mes tiroirs. Il existe, et j’en suis très fier. Et j’ai eu envie de le partager avec ceux qui, comme moi, ne cessent d’admirer Michael Jackson.

Le Roi de la Pop, c’est ma vie, c’est une partie de moi. Il est l’artiste avec lequel je me suis senti, naturellement, le plus en osmose. Celui, parmi tous ceux que j’ai côtoyés, que j’ai le mieux compris, au-delà de ses masques, au-delà de ses prétendues excentricités. Je n’ai jamais cherché à l’expliquer. C’était Michael Jackson. C’était comme ça que je le voyais.

Je vais vous raconter comment tout cela a été possible. Ce livre, ce sera notre façon, la mienne mais aussi la votre, de lui dire merci.

Liens utiles: Harper Collins / Christophe Boulmé

Sources: Harper Collins / MJFrance

Voici pour vous le communiqué de presse des associations de fans qui intentent un procès contre les deux accusateurs du film Leaving Neverland réalisé par Dan Reed.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE MJ COMMUNITY – MJSTREET – ON THE LINE

Paris, le 15 mars 2019 – Les associations MJ COMMUNITY, MJ STREET et ON THE LINE intentent une action contre Wade Robson et James Safechuck, les deux hommes qui accusent Michael Jackson de pédophilie dans le film « Leaving Neverland ».

Le film « Leaving Neverland », présenté au festival Sundance le 25 janvier 2019, diffusé aux USA sur la chaîne HBO les 3 et 4 mars 2019, et programmé le 21 mars 2019 en France sur M6, crée la polémique. Il met en scène deux hommes, James Safechuck et Wade Robson, anciens proches de Michael Jackson, et leur donne la parole de façon unilatérale pour porter des accusations sans preuve contre le chanteur.

Le film réalisé par Dan Reed, qui opère ici un virage dans le monde des tabloïds, propose pendant 4 heures de découvrir les témoignages de Safechuck, Robson, et de leurs entourages respectifs, sans donner la parole à d’autres intervenants. Cette vision unilatérale et biaisée de leurs relations avec Michael Jackson s’inscrit comme une réécriture de l’histoire d’une personne décédée qui ne peut plus se défendre.

Au cours de sa vie, Michael Jackson a été le sujet de deux accusations pour agressions sexuelles sur mineurs. La première, en 1993, contre Jordan Chandler, est soldée par un arrangement à l’amiable afin d’éviter un long procès au civil : Michael Jackson suit les conseils de ses producteurs et partenaires inquiets, et les assurances versent plusieurs millions de dollars à la famille du jeune garçon. Cet accord stipule clairement qu’il n’est en rien un aveu de culpabilité du chanteur. Alors qu’elle en a les moyens, la famille Chandler n’intente pourtant aucune action au pénal par la suite.
En 2003, Gavin Arvizo porte plainte pour des faits similaires en faisant appel dans un premier temps au même avocat que celui de Jordan Chandler. Michael Jackson est inculpé pour 10 chefs d’accusation. Un procès fleuve se tient au premier semestre 2005 devant un jury populaire dans le comté de Santa Maria. Le 13 juin 2005, Michael Jackson est innocenté. La famille Arvizo ne fait pas appel.

Les trois associations portent plainte aujourd’hui pour atteinte à la mémoire d’un mort. Au delà de l’euro symbolique réclamé à travers cette procédure, elles souhaitent que les deux hommes (Wade Robson et James Safechuck) s’expliquent devant la loi et apportent des preuves concernant leurs accusations. Les trois associations ont étudié le passé des deux accusateurs présentés dans « Leaving Neverland », et il apparaît qu’ils ont menti à plusieurs reprises dans le passé, que ce soit devant la justice ou lors de déclarations publiques.

Wade Robson et James Safechuck ont tous les deux porté plainte contre la succession de Michael Jackson pour des agressions sexuelles qu’ils affirment avoir subies, leur réclamant plusieurs millions de dollars en compensation. Ils ont tous les deux été déboutés par le juge en 2017. Ils avaient alors annoncé faire appel, ce qu’ils ont fait le 20 février 2019 pour James Safechuck et le 06 mars 2019 pour Wade Robson. Alors que le réalisateur Dan Reed déclare que les deux hommes n’ont pas été payés pour le film et n’ont aucune motivation financière, cette demande en appel prouve, de toute évidence, le contraire.

Les associations MJ COMMUNITY, MJ STREET et ON THE LINE, représentées par Maître Ludot, et soutenues par d’autres plateformes non regroupées en association Loi 1901 : MJFrance, On MJ Footsteps, MJLegend, Hector Barjot et MJBackstage (Belgique), entendent par cette action discréditer ces accusations avancées sans aucune preuve et sans fondement. Il s’agit d’une action de principe et un moyen de responsabiliser les personnes et entités qui portent atteinte à la mémoire des morts sans preuve et en s’appuyant sur une stratégie de communication unilatérale.

Contact :
mjfactuel@gmail.comcontact@cabinetludot.com
https://www.facebook.com/MJFactuel
https://twitter.com/MJfactuel

Dans un tweet du 7 février dernier, Jeff Wald, président d’Opus Media Group a demandé à ce que l’on ne croit pas Wade Robson dans ses allégations portées contre Michael Jackson dans le film Leaving Neverland.

En effet, après la mort de Michael Jackson en 2009, la célèbre maison d’édition de livres luxueux Kraken Opus avait sorti un magnifique livre-hommage au Roi de la Pop de 400 pages, pesant pas moins de 12kg et contenant en plus de superbes photos, le témoignage de personnes célèbres ayant côtoyé Michael Jackson comme Quincy Jones, Smokey Robinson, Lionel Richie et bien d’autres dont un certain Wade Robson qui y possède deux pages entières à l’attention de Michael Jackson sur son texte intitulé: « Mon mentor ».

Voici le message que Jeff Wald a laissé dans un tweet:

« Lorsque nous avons fait le livre Michael Jackson Opus, nous avons fait un chapitre à Wade Robson, qui s’est vanté de ses 20 années de relation avec son mentor Michael. Je ne crois pas que ce soit dans ce film trash. Notre livre a examiné tous les aspects de la vie de Michael. Ne croyez pas Wade. »

– Jeff Wald, president of OPUS Media Group.

Voici la traduction du message de Wade Robson présent dans ce livre sorti en 2009 :

Mon mentor par Wade Robson:
Je parlais à Michael trois heures par jour. Je n’ai jamais vraiment compris comment il en était venu à trouver autant de temps parce qu’il semblait si occupé, mais il m’appelait et nous parlions et parlions et parlions. Quand il a un téléphone portable, il appelle et envoie des SMS tout le temps. Cela faisait partie d’une incroyable amitié qui a duré 20 ans.

J’avais rencontré Michael pour la première fois en 1987, alors qu’il commençait sa tournée le Bad Tour. J’avais cinq ans, mais la compagnie de Michael organisait un concours de danse dans tous les pays et j’ai participé à celui de Brisbane. Je me souviens d’être un enfant et d’avoir dansé sur sa
vidéo dont la première que j’ai vu était Thriller quand j’avais deux ans. C’était la cassette de ma mère et j’ai eu un coup de foudre. J’avais l’habitude de courir dans la cuisine effrayé chaque fois que le loup-garou venait. À l’âge de trois ans, j’avais appris à peu près toute sa chorégraphie.

J’ai fini par gagner le concours de danse. Nous sommes allés voir Michael à Brisbane et lors d’une rencontre, j’ai été salué. Je me souviens d’avoir porté une tenue personnalisée de «Bad» – la ceinture de ma mère était enroulée autour de moi cinq fois environ. Michael a été impressionné et m’a demandé si j’avais dansé. Je lui ai dit que je l’avais fait et il a dit « Voulez-vous jouer avec moi dans le spectacle demain soir? »

Je ne pouvais pas y croire. Il devait jouer à Brisbane le lendemain soir. Son idée me concernant était pour la dernière chanson de la série qui était « Bad ». Il emmenait des enfants orphelins, donc il pensa que ce serait cool de me faire sortir dans la tenue «Bad». À la fin de la chanson, nous étions
tous sur scène. Stevie Wonder était là aussi et Michael est venu et a dit «Come on». Je l’ai pris pour lui, ce qui signifiait «Venez maintenant». Je me suis déplacé en coulisses et jeté mon chapeau dans la foule et j’ai commencé à devenir fou. Quand je me suis retourné, Michael disait au revoir à la
foule, les autres enfants étaient partis et Stevie Wonder était escorté. Ce qu’il voulait dire, c’était «Allez, on y va, c’est fini»

Quand j’ai réalisé, je me suis enfui. Après ma mère et moi avons passé deux heures avec Michael dans son hôtel et nous sommes devenus amis. Il nous a montré des extraits du nouveau film Moonwalker sur lequel il travaillait et nous avons discuté. Nous ne sommes pas vraiment restés en contact, mais j’ai rejoint une compagnie de danse – littéralement le lendemain et deux ans plus tard, j’étais en Amérique pour jouer à Disneyland. J’ai contacté Michael par ses gens, il s’est souvenu de moi. Ma famille et moi sommes allés au studio Record One où il était en train de mixer l’album Dangerous. Je lui ai montré certaines de mes vidéos de danse et il m’a dit. « Vous et votre famille
voulez-vous venir à Neverland ce soir »? Nous avons tous accepté et avons fini par rester deux semaines.

Notre amitié s’est épanouie. Pendant deux semaines, il m’emmenait dans son studio de danse, mettait de la musique et nous dansions pendant des heures. Nous regarderions des films comme Teenage Mutant Ninja Turtles. À un autre moment, nous quittons Neverland et partons en voiture en écoutant de la musique très forte.

Il m’a même appris à faire le moonwalk. Nous étions dans son studio de danse. Il m’a appris pied par pied. Je ne pouvais pas dormir de toute la nuit. Le frisson de sortir du bar et de glisser en arrière dans un moonwalk avec le gars qui l’a rendu célèbre était si excitant.

Plus tard, ma mère et moi voulions partir en Amérique pour poursuivre mes rêves de devenir danseuse et il nous a aidés. Il m’a donné un bon départ en me mettant dans certaines de ses vidéos comme «Black or White». Le rôle qu’il a joué était celui d’un mentor.

Quand j’avais sept ans, il m’a dit que je serais réalisateur et c’est ce que je suis devenu. Il a créé en moi une soif de connaissances. Une fois, un mini-studio d’enregistrement est arrivé à ma porte, mais ce qui était cool, c’est qu’il m’a empêché de devenir un gamin gâté. Il disait: «Ceci est pour vous,
mais je veux vous voir faire quelque chose avec. Ne le prenez pas pour acquis ou je le reprendrai ».

La dernière fois que je l’ai vu, c’était en juillet 2008. J’étais à Vegas pour un spectacle et il vivait là-bas. Moi, ma femme, lui et ses trois enfants, avons fait un barbecue. C’était la chose la plus normale au monde. Ma femme et moi étions allés à Whole foods et avaient acheté des choses à cuisiner.
Mais quand nous sommes arrivés, il nous avait fourni des tonnes de nourriture. J’ai dit: «Mec, pourquoi as-tu apporté des tonnes de nourriture? Nous avons de la nourriture régulière ici ». Je me souviens d’avoir cuisiné à l’extérieur pendant que Michael était assis sous un parapluie.

Nous avons eu de bons moments parce qu’il était une personne très attentionnée. Surtout, ces conversations téléphoniques me manqueront. J’ai toujours mon téléphone portable avec son numéro dessus. Je ne peux tout simplement pas supporter l’idée de supprimer ses messages.

Wade Robson

Alors que les chaînes de télévision américaines se régalent à inviter sur leurs plateaux les deux protagonistes du documentaire Leaving Neverland et son réalisateur, elles ne veulent manifestement pas de la présence de Brandi, la nièce de Michael Jackson qui fut en couple avec Wade Robson, l’un des accusateurs.

Bien que des chaînes comme CBS ou l’émission Good Morning América sur ABC l’aient approché pour avoir son témoignage, bizarrement et certainement parce qu’il ne correspondait pas à leurs attentes malicieuses, elles ont ensuite tout annulé.

John Ziegler, journaliste, auteur-réalisateur de film documentaire et animateur d’émissions radio a fait un article le 5 mars dernier sur Madiaite au sujet de la diffusion de Leaving Neverland sur HBO.

Brandi et John Ziegler.

John Ziegler, à l’inverse de très nombreux journalistes, s’étonne que le public n’ait pas été informé de quelques éléments pouvant corroborer ou non les revendications des accusateurs, et ce avant qu’ils puissent avoir cette vaste tribune sans aucune contradiction.

Il a donc fait la démarche de contacter Brandi, qu’il a interviewé pendant environ une heure pour son podcast hebdomadaire axé sur les médias. Ainsi, dans un article publié toujours sur Mediaite, mais cette fois-ci le 9 mars dernier, John Ziegler en vient à penser qu’à son avis, si vous écoutez simplement l’entretien avec un esprit ouvert, la crédibilité de la nièce de Michael Jackson parle d’elle-même.

John Ziegler y déclare: « Il y aura toujours des gens qui, naturellement, croient encore à la version de Robson, mais il ne fait aucun doute que le récit de Brandi a beaucoup plus de sens. Encore une fois, la question principale est de savoir pourquoi son existence a été écartée de Leaving Neverland et pourquoi n’a-t-elle pas été interviewée à la télévision à ce sujet ?« 

MJFrance, grâce au travail remarquable de PYC en matière de retranscription et de traduction de cette interview audio, vous en propose le contenu ci-après :

Wade Robson à la droite de Michael Jackson et Brandi à sa gauche.

John Ziegler: Vous êtes la nièce de Michael Jackson, avez-vous passé beaucoup de temps avec lui ?
Brandi: Oui, surtout pendant mon enfance. Quand j’étais adolescente il était souvent à l’étranger, donc je le voyais moins, mais oui, j’ai toujours passé beaucoup de temps avec lui.

Que diriez-vous de votre oncle ?
C’est quelqu’un de très doux, authentique, c’est le meilleur. Tous ceux qui le connaissaient vous diraient la même chose, pour être honnête il n’y en avait pas deux comme lui.

Vous êtes sa nièce, pouvez-vous être tout à fait objective quand vous parlez de votre oncle Michael Jackson ?
Absolument oui. Oui je suis sa nièce, mais je suis aussi quelqu’un qui a pu l’observer avec d’autres personnes, j’ai vu comment il les traitait, c’était vraiment une personne authentique et attentionnée, pas seulement avec la famille, avec tout le monde.

On a beaucoup dit que la famille Jackson dépendait de Michael.
C’est tout à fait inexact. Nous avons tous nos propres activités. J’ai un métier, je travaille régulièrement. Je travaille avec des animaux, je suis photographe. Mon père et mes oncles sont toujours sur les routes pour faire des concerts, je ne saurais pas dire depuis combien d’années d’ailleurs, personne n’a jamais vécu à ses crochets, seuls ses enfants en profitent car c’est leur héritage.

Quand vous défendez Michael, votre motivation n’est pas l’argent, alors qu’es-ce que c’est ?
La vérité. Laver le nom de mon oncle, il ne mérite pas ce qui lui arrive. Comme je l’ai dit c’était quelqu’un d’authentique, il a besoin que des gens se lèvent pour le défendre, parce qu’il n’est plus là pour le faire.

Pour être clair avec le contexte de cette interview, ce n’est pas vous qui êtes venue me chercher, ce n’est pas un plan qui a été monté par la famille Jackson.
Non, pas du tout, pas du tout. Comme vous l’avez dit, c’est vous qui êtes venu me chercher. J’espérais donner des interviews à la télévision ou à la radio, mais étonnamment on est venu m’approcher, pour ensuite tout annuler. S’ils n’avaient pas annulé, je les aurais faites.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?
Je déteste faire ça mais… il y a différentes chaînes. Il y a eu Good Morning America, sur ABC, une interview sur CBS…

Quand étaient-elles censées avoir lieu ?
La même semaine… le documentaire a été diffusé dimanche, donc la semaine précédente.

Ils vous ont demandé de venir, mais vous ont-ils donné une explication quant à ces annulations ?
Des explications très confuses, ça devait avoir un rapport avec le fait qu’ils ont préféré choisir d’interviewer Wade, mais ça n’a aucun sens pour moi.

Pour vous l’explication n’était pas convaincante.
Non, on ne m’a donné aucune explication cohérente.

Ils ne voulaient pas donner votre version de l’histoire.
C’est tout à fait cela. J’aurais voulu pouvoir donner ma version. Par exemple Oprah. Dan Reed et Oprah ont raconté les versions de Wade et James, mais sans raconter l’histoire d’autres protagonistes. Et comme mon interview a été annulée, personne n’a encore eu ma version de l’histoire.

Et pourtant votre version est importante, puisque l’un des accusateurs, Wade Robson, que l’on voit dans Leaving Neverland, a eu deux heures pour donner sa version de l’histoire. Mais en ce qui vous concerne ce n’est pas seulement important parce que vous êtes la nièce de Michael Jackson, mais aussi parce que vous connaissez très bien Wade Robson, vous avez eu une relation très proche.
Oui, absolument.

Racontez-nous.
Wade et moi nous sommes rencontrés en 1991. Nous avons dansé sur plusieurs projets avec mon oncle Michael, notamment sur le clip de Black or White. Après le tournage, il a eu un coup de cœur pour moi, et il a demandé à Michael s’il pouvait faire en sorte que nous puissions nous connaître un peu mieux. Donc Michael a invité Wade, sa mère et sa sœur, ainsi que moi et mon frère au ranch. Nous avons passé de 5 à 7 jours là-bas pour faire connaissance. Nous nous sommes rapprochés. ET à la fin du séjour il m’appelait gentiment sa « petite-amie ». C’était très mignon. Nous devions avoir une douzaine d’années.

Vous aviez le même âge ?
Oui, il a quelques mois de moins que moi, je suis née en février 1982, lui en septembre.

Vous aviez 9 ans en 1991.
Oui, quand nous nous sommes rencontrés.

Et ça s’est passé trois ans après.
Oui, j’avais à peu près 12 ans.

Quand il a eu ce coup de cœur pour vous, Wade a littéralement demandé à Michael de vous mettre en contact.
Oui.

Et à l’époque, vous avez passé à peu près une semaine ensemble à Neverland, c’était un long séjour à cet âge.
Oui mais c’était en décembre, nous n’avions pas école, mais oui le séjour a duré à peu près une semaine.

Et bien sûr vous n’avez jamais rien vu de bizarre entre Wade et Michael.
Non.

Et pourtant à en croire Wade, c’est l’époque où il était sexuellement brutalisé.
Absolument.

Et il dit dans le documentaire que Michael lui avait dit de ne surtout pas faire confiance aux femmes. Mais il pense quand même à vous, et à douze ans, il vous demande d’être sa petite-amie et vous dîtes oui. Pouvez-vous nous dire ce que cela signifiait pour vous, ce terme « petite-amie » ?
C’était une relation d’enfance. Nous étions des amis, des amis très proches, nous étions tout le temps ensemble, nous passions beaucoup de temps au téléphone quand nous étions chacun de notre côté. A douze ans il n’y avait rien de sexuel. Nous regardions des films.

C’était un amour d’adolescence.
Exactement, c’est comme ça que tout a commencé.

Vous souvenez-vous a quel âge votre relation a pris une tournure sexuelle ? Oui. Je n’ai pas eu de relations sexuelles avec Wade avant mes 18 ans. Pour moi, il était important d’attendre un moment spécifique. Ma mère est décédée quand j’avais 15 ans, presque 16, et elle m’avait toujours recommandé d’attendre un âge approprié. Et malgré tout il est resté avec moi, il a attendu, il était d’accord avec ça.

Vous étiez ensemble depuis six ans.
Exactement.

Et savez-vous si c’était sa première expérience aussi ? En avez-vous parlé ?
A l’époque, j’ai supposé que c’était aussi sa première fois. Parce que nous étions ensemble depuis six ans, et parce que nous étions vraiment très proches. Plus tard, j’ai appris que ce n’était pas le cas. Avant qu’on ait des relations sexuelles, je l’ai questionné plusieurs fois. Il avait commencé à produire plusieurs artistes comme Mandy Moore, je crois que c’était en 1999, Mandy Moore… Britney Spears… plusieurs artistes avec qui il avait fait des chorégraphies. Et je lui ai demandé : « est-ce que tu couches avec ces filles ». Il a répondu : « Mais non, de quoi tu parles, je ne ferai jamais ça. Ce sont des relations professionnelles ».

Vous aviez des doutes.
On sent bien quand une personne proche est en train de commencer à changer. Tout son comportement était en train de changer. Quand il avait un boulot de chorégraphe, il était très secret à ce sujet, il n’en parlait pas en rentrant. Il ne voulait pas me dire qui était là. Il était devenu bizarre, je sentais que quelque chose n’allait pas.

Vous n’avez aucun doute sur le fait que Wade est hétérosexuel.
J’en suis certaine à 100%.

Vous ne pensez pas qu’il soit bisexuel.
Non, j’en suis sûre à 100%. Quand notre relation a évolué sexuellement, quand j’avais 18 ans, j’ai senti qu’il changeait et j’ai commencé à le questionner, spécialement quand il a commencé à travailler avec Britney, parce que son comportement a changé spécifiquement avec elle.

Britney Spears.
Oui, Britney Spears.

Vous aviez tous les deux 18 ans.
Oui, et c’est à ce moment là que j’ai commencé à lui poser des questions.

Vous pensez maintenant qu’il avait une relation avec Britney Spears avant même que les choses évoluent sexuellement entre vous.
Oui. Il la poursuivait. Mais je pense honnêtement qu’il la poursuivait juste pour se positionner sur son projet, et sur ceux de Justin Timberlake, pas en tant que chorégraphe mais en tant que producteur. C’est à ce moment-là que Wade et Britney se sont rapprochés et qu’ils ont commencé à coucher ensemble.

Il y avait des rumeurs, sur quoi vous basiez-vous ?
Quand les médias ont commencé à en parler, j’ai encore posé des questions à Wade. Je lui ai demandé si c’était vrai. Il m’a dit : « je te jure que ce n’est pas vrai ». J’ai appelé un ami commun, qui était très proche de moi et très proche de Wade, qui m’a confirmé que Wade couchait avec Britney, mais aussi avec la femme d’untel, avec une fille mineure…

Une fille célèbre, très célèbre.
Absolument. Cette personne est très crédible, j’ai donc su que Wade me mentait. J’ai immédiatement appelé Wade et je l’ai confronté à tout ce que je savais. Il a commencé à pleurer. Il m’a demandé comment je savais, qui me l’avait dit.

Il n’a jamais nié.
Il n’a jamais nié puisqu’il savait que j’étais au courant. Je lui ai donné les noms, donc il savait que j’avais toutes les informations.

Vous avez rompu.
Oui. Je ne pouvais pas continuer à être ne serait-ce qu’amie avec lui. C’était en 2000 ou 2001.

Vous aviez à peu près 20 ans. Vous aviez une relation de nature sexuelle depuis à peu près deux ans. J’essaie de comprendre l’histoire de Wade. S’il dit la vérité au sujet de Michael Jackson qui aurait abusé de lui de l’âge de 7 à 14 ans… personne ne sait vraiment comment peut réagir une victime d’abus sexuels… mais on ne parle pas de quelque chose de ponctuel, on parle d’une période qui aurait duré sept ans. Au moment où votre relation a évolué d’une façon qui semble normale et innocente, il a attendu six ans, alors qu’il aurait appris ce qu’était le sexe à l’âge de 7 ans.
Absolument, surtout que dans sa version Michael lui aurait dit que c’est ce que font les gens qui s’aiment. Donc je suis comme vous, j’aurais tendance à penser qu’il n’aurait pas attendu, puisque nous nous aimions. Nous étions très proches, nous nous aimions comme des amis, nous nous aimions comme… je ne voudrais pas utiliser des termes qui pourraient sembler exagérés… mais nous nous aimions.

Et selon votre expérience, votre relation n’était pas compatible avec ce qu’il disait avoir vécu avec Michael.
Oui, et c’est pour cela que j’ai du mal à accepter ce documentaire.

Dites m’en plus sur la raison pour laquelle c’est si difficile à accepter.
Parce que d’après ce que je sais de Wade, et d’après ce que j’ai su quand nous avons grandi ensemble, rien ne montrait qu’il pouvait être victime d’abus sexuels de cette nature, et quand il a commencé à changer, à faire des choses qui n’étaient pas bien, j’ai été capable de m’en rendre compte immédiatement.

Vous pensez que vous auriez pu vous rendre compte qu’il lui arrivait quelque chose comme ça ?
Absolument, j’en suis sûre à 100%.

Vous parliez de choses intimes.
Oui.
Et il ne vous a jamais donné aucune indication.
Rien du tout.

Je n’ai jamais été victime d’abus sexuels, mais des études disant que quand un homme a été victime d’un autre homme, surtout pendant son jeune âge, il y a un impact fort sur le psychisme, sur la confiance, et plus particulièrement sur la confiance sexuelle, mais d’après ce que vous dites de lui il avait l’air tout à fait normal, il a fait rompre Britney Spears et Justin Timberlake, et le fait d’aller vers une grande célébrité comme Britney, c’est signe d’une grande confiance.
Il l’a toujours été, extrêmement confiant, il en a toujours eu conscience, à la limite de l’égocentrisme, d’une certaine façon. Quand il veut quelque chose, il fait tout pour l’obtenir. Il n’a jamais ressenti d’insécurité ni de barrière pour obtenir ce qu’il veut.

Vous n’avez donc aucun doute sur le fait qu’il n’a jamais été agressé sexuellement.
Je n’ai aucun doute. Dans mon esprit c’est parfaitement clair, il n’a jamais été agressé sexuellement.

Pensez-vous qu’il a été agressé par Michael Jackson ?
Il n’a jamais été agressé sexuellement par mon oncle.
Jusqu’à quel point en êtes-vous sûre ?
J’en suis certaine à 100%.

Sur quoi vous basez-vous ?
Premièrement, sur mon oncle. Je connais très bien mon oncle, il n’aurait jamais pu faire ce dont l’accuse Wade. Et deuxièmement sur Wade. Je connais Wade également, je connaissais son comportement, je sais que Wade est un menteur, un manipulateur, et qu’il n’a jamais été victime d’abus. Il n’a jamais donné aucune indication allant dans ce sens. D’ailleurs ni sa mère ni sa famille n’ont jamais rien suspecté quand il était avec Michael, ils étaient là eux aussi, rien d’approprié ne s’est jamais passé, qui aurait pu mettre les gens mal à l’aise.

On pourrait vous dire que vous adorez votre oncle, que vous n’avez pas su voir les signes, que dites-vous à ce genre de personnes ?
Je leur dirais que je ne suis pas aveugle. Je ne suis pas du tout aveugle. J’étais au collège quand les premières accusations sont arrivées, en 1993, et je ne me suis jamais posé de questions, parce que je le connaissais. S’il y avait eu quoi que ce soit, quelqu’un en aurait déjà parlé et donné l’alerte. Personne n’avait encore accusé mon oncle de telles choses.

Les gens se disent que quand c’est arrivé les signes n’ont peut-être pas été interprétés, mais quand en 2013 il est sorti de nulle part et a commencé à porter ces accusations contre votre oncle Michael dans le Today Show, quelle a été votre réaction ?
J’ai été complètement choquée, c’est comme si j’avais été heurtée de plein fouet, c’est quelque chose que je n’ai pas vu venir, et je suis sûre que personne ne l’a vu venir, tout le monde savait que Wade adorait mon oncle, à quel point ils étaient proches, tout ce que mon oncle avait fait pour lui en tant que mentor ou associé, c’est quelque chose qui n’avait aucun sens. Il y a aussi le fait que Wade a postulé sans succès pour le spectacle du Cirque du Soleil, et juste après, il a sorti ces accusations.

Dans votre esprit ces deux événements sont liés ?
J’en suis sûre à 100%.

Vous avez dû vous repasser les images de cette époque où vous étiez avec lui et où selon lui les faits se seraient déroulés.
Bien sûr, l’esprit se met en marche et essaie de rassembler les choses, mais en même temps il disait s’en être toujours rappeler sans réaliser que c’était mal jusqu’à ce qu’il ait un fils. Il a parlé aussi de dépression nerveuse, je n’en avais pas entendu parler avant le Today Show, même les gens qui le connaissaient n’en avaient jamais entendu parler, mais tout le monde savait qu’il était aussi en difficulté financière. Je me souviens quand il a donné cette interview dans le Today Show. Et ce que peu de gens savent, c’est que peu de temps après la mort de mon oncle en 2009, la première semaine, sa mère m’a appelée, je ne lui avais pas parlé depuis plusieurs années…

La mère de Wade ?
Oui. Joey m’a appelée. Je n’avais plus parlé avec aucun d’entre eux depuis plusieurs années, nous nous étions quittés en mauvais termes donc je n’avais plus du tout de contacts. Quand elle a réussi à me joindre, elle pleurait, elle m’a dit être très triste que mon oncle soit décédé, qu’elle l’avait vu quelques mois auparavant pour déjeuner, et qu’elle voulait m’en faire part. Je ne trouvais pas que c’était très approprié d’aller déjeuner avec eux, je me sentais mal à l’aise, même si je respectais totalement ses sentiments et même si comprenais qu’elle se sente triste, et avant de raccrocher, elle m’a dit qu’elle voulait que je les mettre en contact avec Prince, Paris et Blanket, qu’elle pensait que les enfants devraient être avec elle, et non pas avec ma grandmère. Quand elle m’a dit ça, j’ai raccroché, mais avant je lui ai dit que les enfants devaient être auprès de leur grand-mère. Elle a essayé de me convaincre que Michael lui aurait dit que les enfants ne devaient pas rester avec leur grand-mère, ce qui n’est absolument pas vrai.

Selon vous, qu’est-ce qui se passait, c’est tellement étrange…
Elle essayait de se positionner pour rester dans la famille. J’ai raccroché, et deux ou trois heures plus tard, Wade m’a appelée. Il a été très gentil au téléphone, c’était bizarre, entendre le son de sa voix était bizarre je ne lui avais pas parlé depuis des années. « Salut Brandi, c’est Wade, comment vas-tu ? ». J’ai dit : « Ça va bien et toi comment vas-tu ? », et il m’a dit : « Tu m’as beaucoup manqué, si nous allions dîner tous les deux, nous avons vraiment besoin de nous asseoir toi et moi pour discuter, est-ce que je t’ai manqué depuis tout ce temps ? ». Je n’étais pas mariée à l’époque mais je lui ai répondu très poliment et sans agressivité : « Non tu ne m’as pas manqué, et tu es marié n’est-ce pas ? » Je ne lui ai pas caché que je savais qu’il était marié, il a pris une pause, il s’est repris et a répondu : « Oh, oui, oui, je suis marié, tu devrais rencontrer ma femme un de ces jours ». Immédiatement j’ai su ce qu’il était en train de faire. Il était en train d’essayer de me manipuler pour revenir à Prince, Paris et Blanket. Plus tard j’ai découvert qu’après m’avoir appelée ils ont appelé Taj, pour essayer d’avoir leurs entrées pour les funérailles. C’est ce genre de personnes, il ne s’arrêtent jamais, quand ils ont quelque chose en tête ou quand ils veulent obtenir quelque chose, ils font tout pour l’obtenir et empruntent tous les chemins possibles pour l’obtenir.

Laissez-moi interpréter ce que vous dites. C’est vraiment fascinant, et important pour comprendre la crédibilité de Wade et celle de sa mère dans le film Leaving Neverland, ce que vous dites, c’est que quand Michael est mort ils ont paniqué, parce qu’ils ont toujours eu une relation avec Michael, c’était la personne qu’ils allaient voir quand ils avaient des problèmes ou besoin d’un travail, et à sa mort tout cela a disparu, personne ne s’attendait à ce qu’il ne soit plus là, et ils essayaient désespérément de trouver un moyen de rester dans les parages.
Absolument.

C’est comme ça que vous interprétez les choses.
Oui, à 100%, je l’ai immédiatement interprété de cette façon à l’époque, et encore plus maintenant. Quand j’ai entendu il y a quelques années qu’il avait des problèmes d’argent je n’étais pas surprise. Il n’avait pas eu le poste qu’il voulait, et il ne savait pas comment approcher Prince, Paris et Blanket.

Les portes s’étaient fermées au niveau professionnel, Michael n’était plus là pour l’aider, évidemment il ne pouvait pas se tourner vers vous puisqu’il vous avait trompée, et quand cette histoire est arrivée avec le Cirque du Soleil, il y a une vidéo de lui où il dit qu’il a le job.
Oui, il dit que c’est dans la poche.

Savez-vous pourquoi il n’a pas eu le poste ?
Non je ne sais pas. Honnêtement je ne sais pas pourquoi.

OK. Michael Jackson était le fil rouge de sa carrière… il s’est grillé auprès de Justin Timberlake, il s’est grillé auprès de Britney Spears… il n’a pas pensé que le fait qu’il vous ait trompé puisse avoir un impact négatif sur Michael ?
Il n’y a pas pensé, il ne réfléchissait pas, quand il faisait quelque chose il ne savait même pas qu’il le ferait cinq minutes avant.

Avez-vous dit à Michael ce que Wade vous avait fait ?
Non. Non, je ne l’ai pas fait parce que je savais qu’ils avaient une relation professionnelle, parce que je ne voulais pas interférer dans les affaires des autres. Mais j’aurais dû le faire. J’aurais vraiment dû le faire, parce que l’une des choses les plus importantes que mon oncle m’a toujours dite, c’est de veiller à ce qu’on me traite bien, et il m’a toujours dit que si un homme ne me traitait pas bien, s’il n’était pas respectueux, il n’avait rien à faire là. C’est le genre de conversations qu’on avait mon oncle et moi.

Les conseils d’un oncle.
Absolument.

Wade a dit que Michael était amoureux de lui. Alors que Michael a organisé votre rencontre, à vous et à Wade, quand Wade lui a dit qu’il avait un coup de cœur pour vous. Est-ce que cela a du sens ?
Non, aucun. Et c’est pour cette raison qu’il a intentionnellement omis d’en parler dans le documentaire. C’est pour ça qu’il a choisi de ne pas parler de moi, parce que cela anéantit tout ce qu’il dit.

Clairement, vous pensez que vous auriez dû être interviewée pour ce documentaire ?
Absolument. Si … pour être claire, est-ce que je veux avoir un lien avec ce documentaire ? Absolument pas. Mais pour que ce soit juste, oui, ils auraient dû. Pour un point de vue généraliste, oui c’est ce qu’ils auraient dû faire.

Je ne sais pas s’il connaissait votre histoire…
Je me pose la même question.
Je suis sûr que non. Je pense qu’il ne s’est même pas demandé s’il y avait d’autres éléments et une autre version de l’histoire.
Probablement pas.

Que diriez-vous… avez-vous reparlé à Wade depuis cette interview de 2013 dans le Today Show ?
Non.
Pourquoi ne lui avez-vous pas dit : « Hey mec, mais qu’est-ce qui se passe ? », pourquoi ne pas avoir fait ça avec Wade ?
Parce que je n’ai plus aucun contact avec lui.
Vous n’avez pas son numéro de téléphone.
Non, je suis sûre que je pourrais l’avoir mais je n’ai plus aucun contact avec lui. Je vois très bien quelles sont ses motivations, quel est son but. C’est l’argent. Et avec les gens qui ont cette mentalité, il n’y a rien que l’on puisse faire. Je pourrais l’appeler tous les jours pour lui dire : « Tu devrais avoir honte de toi ». Mais il ne décrochera jamais son téléphone, il fera toujours en sorte de l’éviter.

Vous pourriez lui laisser un message vocal [rires]
J’ai toujours grandi avec des gens comme ça, des gens qui essaient de se positionner dans notre entourage, dans nos vies, c’est quelque chose dont j’ai l’habitude.

Je comprends ce que vous voulez dire, ce que ça doit être de vivre cette vie, ce n’est pas une vie normale, on essaie toujours de tirer avantage de votre nom de famille. Si vous aviez l’opportunité de parler à Wade, que lui diriez-vous maintenant ?
Je lui demanderais vraiment s’il n’a pas honte de lui. Je lui dirais qu’il a tort de faire ça, que s’il avait besoin de quelque chose il aurait pu demander, au lieu de gâcher la vie de tout le monde.

Beaucoup ont trouvé sa performance… je ne sais pas si on peut parler de performance… plutôt son témoignage, très convaincant, il se montre très ému, il raconte une histoire très très détaillée, que diriez-vous aux personnes qui ne connaissent pas Wade et qui se diraient : « Wow, personne ne peut mentir avec autant de détails, et mentir en étant si convaincant pendant si longtemps face à une caméra« , que leur diriez-vous ?
Qu’ils ne connaissent pas Wade. Ils ne savent pas de quoi il est capable. J’ai aussi trouvé intéressant qu’il n’y ait aucune preuve dans tout ce documentaire, rien de substantiel, ils ont un scénario avec une mise en scène très graphique parce qu’ils ont quelque chose à vendre. Et je leur dirais qu’ils ne connaissent pas Wade, qu’à plusieurs reprises je l’ai vu en train d’essayer de ne pas rire, je dis bien non pas en train d’essayer de ne pas pleurer, mais essayer de ne pas rire, parce que ce qu’il disait était incroyablement ridicule.

Vous l’avez vu.
Oui, et j’en suis sûre à 100%.
Vous vous êtes dit là, il essaie de ne pas rire.
Oui, à 100%.

Vous vous rappelez de quelque chose en particulier ou en général ?
Spécifiquement, au moment où il faisait référence à quand il était un jeune garçon, il donne deux exemples, quand il évoque une pénétration anale, rien que de voir l’expression de son visage, quand on le connait on sait que cette déclaration n’est pas sérieuse. Mais il est capable de vendre son histoire à ceux qui ne le connaissent pas. Et beaucoup de gens ne connaissent pas mon oncle, ils le voient comme ce personnage de Mickey Mouse, ce n’est pas une personne réelle pour beaucoup de gens, donc il est très facile d’avaler tout ce que dit Wade.

J’ai eu un problème particulier avec cette histoire de sous-vêtements…
Je suppose oui, quand il avait 14 ans ?

Oui, quand il avait 14 ans, pour son soi-disant dernier rapport sexuel, et Michael l’entraîne dans le studio pour s’assurer qu’il s’est débarrassé de sous-vêtements qui l’incriminent, que pensez-vous de votre histoire ?
C’est absolument ridicule. A l’époque, Wade chorégraphiait plusieurs danseurs et participait à beaucoup de cours de danse, il dansait énormément, plusieurs fois par semaine, et il dit qu’à 14 ans il a subi une pénétration anale jusqu’à ce que son rectum saigne, au point d’avoir du sang sur ses sous-vêtements…

C’est bizarre, toute cette histoire est étrange, parce que premièrement si votre oncle était si terrifié à l’idée que l’on trouve les sous-vêtements, pourquoi les lui laisser, pourquoi le laisser les emporter au risque que sa mère les trouve, ça n’a pas de sens, et je ne suis pas sûr mais je crois que quand on lui demande à qui est le sang sur les sous-vêtements, il dit qu’il s’agit de celui de Michael…
Cette histoire n’a aucun sens.

Toute cette histoire… Puis le réalisateur donne une interview à Piers Morgan, et Piers lui demande quelle nouvelle preuve il a, et il fait référence aux sousvêtements comme s’il les avait réellement en sa possession.
Oui c’est vraiment très intéressant [rires]. Très très intéressant.

Pour le public, je garantis que le public s’est dit « Wow, il y a des sous-vêtements avec l’ADN de Michael Jackson dessus« 
Ce qui est intéressant c’est que Wade ne s’occupe pas de son linge, il ne l’a jamais fait, même à l’époque où nous avons rompu sa mère lavait son linge, donc sa mère l’aurait forcément trouvé il y a longtemps.

Les sous-vêtements sales sont toujours mis au centre de ce genre d’histoires, il me semble qu’on les aurait trouvés si ça avait été le cas.
Pour en revenir à la danse, il n’y a aucune chance qu’il ait pu danser comme il le faisait s’il avait été agressé de la façon dont il l’a décrit.

Vous parlez de sa mère. Sa mère est un personnage très important, elle a clairement facilité la mise en relation entre Wade et Michael, elle l’a clairement fait dans un but professionnel, ils la décrivent dans ce documentaire comme quelqu’un qui était très excité à l’idée de la relation proche entre Wade et Michael, à la fin du film elle est dévastée parce qu’elle dit avoir facilité les abus sur son fils, que pensez-vous de son rôle dans tout cela.
Honnêtement, je pense qu’elle l’a fait comme une actrice, tout comme Wade, je ne pense pas qu’elle croit cette histoire. Je me base sur le fait qu’elle était là pour voir les interactions entre Wade et Michael, Wade dit toujours qu’il était seul avec Michael et mis à l’écart de sa famille, ce qui n’était pas le cas. Elle était très impliquée avec Wade, et elle n’autorisait pas que des décisions concernant Wade se prennent sans elle. Donc elle en sait plus qu’elle veut bien le dire, et elle sait qu’il ne s’est jamais rien passé d’inapproprié. Elle a toujours aimé Michael, et j’aimerais dire que selon moi, elle était amoureuse de Michael, elle pensait que Michael avait un coup de cœur pour elle, juste parce qu’il a toujours été très doux et très gentil et elle l’a pris pour quelque chose de plus, mais il était tout le temps comme ça, et je pense que Joey sait que rien de tout cela n’est vrai.

Quand ils parlent dans le film du début de leur relation, elle semble très heureuse qu’ils aient eu cette relation.
Absolument.
Vous pensez la même chose.
A 100%. Elle ne peut pas le cacher.

Je suis père, et en tant que mère, après avoir appris que son fils a été victime d’abus pendant sept ans, elle ne peut pas se montrer aussi heureuse ! Donc vous pensez qu’elle joue la comédie à la fin du film quand elle prétend être horrifiée par ce que Michael a fait.
Absolument.

A mon avis, personne n’a anticipé l’impact de cette affaire, pas même HBO.
Au début quand cette affaire est sortie en 2013, je ne pensais pas que ça irait si loin. Je n’avais pas du tout connaissance de ce documentaire avant qu’il soit diffusé au festival de Sundance et que HBO annonce sa diffusion. Mais j’ai su immédiatement qu’il n’y aurait qu’une seule version de l’histoire. L’Estate et la famille ont pensé que l’affaire s’éteindrait toute seule, qu’il ne fallait pas y accorder trop d’attention. Wade n’a aucune preuve, rien de ce qu’il dit ne peut être prouvé. Maintenant, je pense différemment parce que je connais bien Wade, et j’ai senti qu’il était temps de parler. Je veux que Wade sache que les gens veulent la vérité.

Pouvez-vous dire en quelques mots pourquoi Wade ment.
Honnêtement, pour dire les choses rapidement, parce que Wade est un menteur. Il l’est absolument. Je ne vous demande pas de me croire, faites des recherches sur Michael et faites des recherches sur Wade. Beaucoup ne se rappellent pas de 1993, ou de 2005, quand il a été innocenté de toutes les charges, beaucoup portent de l’intérêt à ce que dit Wade aujourd’hui. Je leur demande de remonter le temps et de faire des recherches.

Vous croyez à 100% que Wade est un menteur et vous croyez à 100% que votre oncle n’était pas un pédophile.
Absolument.

Votre oncle a eu une vie unique, personne n’a vécu ou expérimenté la même vie que lui. Comment expliquez-vous au gens le fait qu’il dorme avec des enfants, qu’il ait eu des relations très proches avec de jeunes garçons, comment l’expliquez vous à ceux qui ne connaissaient pas votre oncle ?
C’est quelque chose de très difficile à expliquer. J’ai grandi à ses côtés donc pour moi c’est quelque chose de facile à comprendre, comme tous ceux qui ont grandi dans cet environnement et qui l’ont côtoyé. J’ai participé à ces soirées pyjamas, il y avait beaucoup d’enfants, nous regardions des films d’horreur, tout le monde se mettait au lit pour regarder le film. Cela n’aurait pas été pareil s’il y avait eu un enfant dans une chambre, un autre enfant dans une autre chambre. Mon oncle était comme un enfant lui-même, quand il y avait une table où les adultes s’asseyaient ensemble pour manger et une autre table pour les enfants, Michael allait toujours à la table des enfants, il restait avec ses neveux, il était très enfantin, il voulait s’amuser, il était comme ça. Pour ceux qui le connaissaient, c’est comme ça qu’il était normal. Nous regardions des films, il ne se passait rien de bizarre. Tout le monde finissait par s’endormir, et tout allait bien. Wade lui-même l’a dit deux fois, dans le cadre de deux enquêtes, il ne s’est jamais rien passé d’étrange.

Au moment où Wade a témoigné, il avait 22, 23 ans, il était déjà adulte. Il témoigne sous serment que votre oncle n’avait pas un comportement bizarre. Il sait qu’en proférant des accusations, vraies ou fausses, il y a de l’argent à gagner.
A l’époque il a résisté à la tentation. Si Michael était toujours vivant, il n’aurait jamais fait ça. Aujourd’hui, il n’a plus à se sentir désolé pour lui puisqu’il n’est plus là.

Il aurait pu mettre son agresseur derrière les barreaux, il aurait été un héros pour beaucoup de monde.
Je pense qu’il était fiancé à l’époque, il était très excité à l’idée de présenter sa fiancée à Michael, et il voulait se marier au ranch, là où les abus auraient selon lui eu lieu.

Une fois que Michael est décédé en 2009, il a essayé de s’assurer que la famille Jackson n’allait pas l’abandonner. Mais selon moi, une fois que son agresseur est mort, c’est terminé, on ne rappelle pas.
Absolument. Je suis d’accord à 100%.

Merci de m’avoir accordé votre temps, et pour nous avoir donné votre version de l’histoire. Que diriez-vous pour conclure ?
S’il-vous-plaît, avant de croire quoi que ce soit, faites des recherches par vous-mêmes. Vérifiez les faits.

Un documentaire est défini comme un genre cinématographique et télévisuel d’un film qui a pour but de restituer des preuves de l’existence de faits historiques afin d’en établir une description minutieuse.

Dan Reed, le réalisateur de Leaving Neverland, a de son côté fait le choix de balayer d’un revers de main la définition de l’art auquel il s’est attaché pour ne proposer, avec ce film, qu’une narration à sens unique et orientée.

En effet, et il le reconnait dans diverses interviews, Dan Reed a réalisé ce documentaire sans faire appel à des analystes, des spécialistes de la police ou de la justice et encore moins toute personne pouvant aller à l’encontre de son choix et des affirmations des protagonistes présents dans son film.

Pire! Une information écrite en une seule phrase sur deux petites lignes, apparaît à la fin de la première partie du documentaire afin de préciser que deux enfants nommés, à savoir Brett Barnes et Macaulay Culkin, ont constament dit qu’ils n’avaient jamais eu un seul contact sexuel avec Michael Jackson et ce sans montrer leur témoignage à l’écran.

Si Dan Reed avait réellement voulu démontrer la culpabilité de Michael Jackson, la moindre des choses voudrait qu’il ait pris contact avec les deux enfants devenus adultes qu’il nomme dans son film. Or, nous avons appris, via la lettre de l’avocat de Brett Barnes à HBO, qu’à aucun moment, Dan Reed, ni aucune personne derrière la réalisation de ce film, n’a essayé de prendre contact avec Brett Barnes afin de savoir si sa version des faits pouvait avoir changé !

Si cette manière d’agir est très surprenante, elle l’est d’autant plus que Dan Reed a déjà réalisé un film documentaire au sujet de la pédophilie en 1994 (The Paedophile Hunter) dans lequel on retrouve parmi la liste des personnes présentes dans le film:

– Jim Gamble, qui a plus de trente années d’expérience dans le secteur de la protection de l’enfance au Royaume-Uni. Il a même été le directeur général du centre contre l’exploitation des enfants et la protection en ligne.

– Hugh Davies, dont sa spécialité est le droit pénal et renommé comme possédant une vaste expérience dans la poursuite et la défense d’infractions les plus graves. Hugh Davies avait été chargé de conseiller l’enquête sur le décès d’Alexandre Litvinenko, cet ancien officier russe du KGB qui aurait été empoisonné par du polonium 2010 à Londres en 2006. Et en ce qui concerne sa spécialité dans la matière qui nous regarde, Hugh Davies a été récompensé en 2011 pour services rendus à des enfants et à des adolescents, ce qui témoignait de son rôle de conseiller juridique volontaire auprès du Centre de lutte contre l’exploitation et de protection en ligne des enfants (CEOP).

-Jon Brown, qui fut directeur opérationnel des services à l’enfance avec Action for Children. Depuis avril 2010, il était responsable de la stratégie et du développement au sein de la NSPCC, contribuant à faire avancer la nouvelle stratégie organisationnelle en matière de violence sexuelle. Depuis octobre 2015, il est responsable du développement et de l’impact.

– Corine de Ruiter, qui est professeure de psychologie judiciaire à l’Université de Maastricht et dont les recherches portent sur la relation entre les troubles mentaux et la violence, le développement et la prévention du comportement antisocial chez les jeunes, le traitement des troubles du comportement antisocial chez les enfants et les adultes, et l’évaluation du risque de violence future, y compris la violence domestique, sexuelle et les abus envers les enfants.

Si dans le premier documentaire de Dan Reed, on peut lire la présence d’analystes et des professionnels de la sécurité, absolument rien de cela n’a été réalisé pour Leaving Neverland, ce qui porte à questionnement.

Pourquoi Dan Reed n’a-t-il pas intentionnellement fait appel à ces spécialistes, qui plus est sachant qu’il avait déjà fait appel à de telles personnes par le passé ?

Mais ce n’est pas tout. Non seulement Dan Reed n’a pas fait appel à des spécialistes ou des professionnels de la police, du milieux médical voir des services sociaux, mais il n’a fait appel à aucun juriste, aucun avocat, et surtout à aucune personnes parmi les nombreuses personnes ayant fréquentés Michael Jackson par le passé dont Brett Barnes qui est pourtant référencé dans le documentaire.

Quand aux procès intentés par Wade Robson et Jales Safechuck contre l’Estate, MJJ Productions Inc et MJJ Ventures Inc, pas une phrase ni une seule explication ne figure dans le film.

Est-ce qu’il n’aurait pas été interessant d’avoir le témoignage des personnes qui ont auditionné Wade Robson ou James Safechuck lorsqu’ils avaient soutenu que Michael Jackson ne leur avait jamais rien fait de mal ?

Est-ce qu’il n’aurait pas été interessant, même en se mettant dans l’aspect accusatoire de la question, de savoir si ces personnes présentes lors de l’audition n’avaient rien décelé sur une attitude des deux protagonistes qui aurait pour révéler un doute sur leur sincérité à l’époque ?

Est-ce qu’il n’aurait pas été interessant, toujours dans le cadre des auditions des enfants ayant fréquenté Michael Jackson, de savoir si les personnes présentes aux auditions auraient décelé une attitude chez les autres enfants pouvant laisser croire qu’il puisse y avoir le moindre doute dans le fait qu’ils innocentent eux aussi Michael Jackson ?

Tant de questions encore qui auraient pu être posées mais qui ne l’ont pas été, préférant délibérément, proposer une narration à charge et contenant, non pas des analyses ou des témoignages de professionnels en la matière, mais plutôt une description minutieuse d’actes de pédophilie dans un langage tellement cru qu’aucun autre documentaire ne l’a certainement déjà fait auparavant.

On en viendrait presque à croire que la manière dont ce documentaire est présenté, devrait elle aussi, faire l’objet d’un examen minutieux des organismes et autres spécialistes en la matière.

Dans une interview accordée à ABC News, Grace Rwaramba a déclaré que Wade Robson voulait se marier à Neverland.

Grace Rwaramba

Après avoir défendu Michael Jackson en 1993 et en 2005, après avoir fait des pieds et des mains pour que lui et sa famille puissent assister aux funérailles télévisées du Roi de la Pop, après avoir eu une page entière dans le livre luxueux The Official Michael Jackson Opus ou il rend hommage à son mentor Michael Jackson, après avoir voulu être le chorégraphe du spectacle du Cirque du Soleil en hommage au Roi de la Pop voilà qu’on apprend encore une incohérence en rapport aux accusations qu’il porte aujourd’hui dans le documentaire Leaving Neverland: Wade Robson voulait se marier à Neveland avec celle qui allait être sa future femme, Amanda Rodriguez.

Grace Rwaramba qui a déclaré: « Pourquoi quelqu’un qui prétend avoir été agressé pendant plus de sept ans voudrait-il avoir l’un des événements les plus sacrés de sa vie se dérouler dans la même propriété que les attaques qui auaient eu lieu contre lui ? » raconte que Wade Robson avait demandé l’autorisation d’organiser son mariage à Neverland, en plein procès pénal de Michael Jackson en 2005.

L’ancienne nourrice des enfants de Michael Jackson qui travailla pour lui pendant quelques 17 ans donne des précisions sur la famille Robson et cette épisode non négligeable :

Je connais bien Wade Robson et sa famille. J’ai rencontré Joy Robson pour la première fois au début des années 90, lorsque j’étais chez MJJ Productions. Fin 1994, j’ai assisté à la soirée de sortie du premier album de Wade en Californie. Je me rappelle distinctement que Joy a dirigé cet événement comme si sa vie en dépendait. Après cette soirée de sortie, je n’ai plus revu les Robson avant le début de 1997, lorsque Wade a rejoint plusieurs autres familles à Neverland après la naissance de Prince.

Au fil des ans, j’ai appris à connaître les Robson lors de leurs nombreuses visites au ranch. Neverland était un endroit enchanteur où les majordomes, les cuisiniers, les femmes de chambre, les gardiens de zoo, les jardiniers et les autres membres du personnel faisaient en sorte que chaque client se sente comme un roi, et que tous les chanceux le visitent!

La seule chose qui a été constante chez les Robsons au fil des ans, c’est la détermination acharnée de Joy à transformer Wade en une star … Quand tous les autres enfants, y compris Michael, partaient en bagarre ou en regardant un film au théâtre, Joy entraînait Wade en danse et demandait de temps en temps à Michael de lui donner des conseils.

À une de ces occasions, Michael était assis à côté de moi alors que je regardais Prince et que nous regardions la pratique de Wade sous l’inspection ciblée de Joy. Il m’a dit: « Elle me rappelle Joseph », se référant à l’obsession de son père pour la perfection. À l’insu de Joy, c’était son surnom. Michael avait un surnom pour tout le monde. C’est la seule fois où je l’ai entendu comparer quelqu’un à son père. En outre, malgré son passé compliqué avec Joseph, il considérait cette observation comme un compliment.

L’ambition et l’intérêt personnel des Robson étaient sans bornes… Plusieurs mois avant l’acquittement de Michael pour toutes les accusations le 13 juin 2005, il est rentré chez lui après son procès et m’a informé que je devrais m’attendre à un appel de Wade. Lorsque Wade a appelé le ranch, la sécurité a passé l’appel vers la chambre de Paris où Michael et moi avons passé la majeure partie de notre temps à nous préparer pour le lendemain.

Je l’ai mis sur le haut-parleur du téléphone. Il m’a informé que Michael lui avait conseillé de me contacter pour savoir si son mariage avec Amanda, pourrait se réaliser à Neverland à l’automne. J’ai été choqué de voir à quel point la demande était insensée. Michael était assis à côté de moi.

Vous savez Grace, Neverland est si spéciale pour ma famille et pour moi… Michael a été comme un père pour moi, et cela signifierait beaucoup si Amanda et moi pouvions se marier à Neverland. J’ai dit à Wade que ce n’était pas le bon moment, lui rappelant que Michael était au milieu du combat pour sa vie.

Quelques jours plus tard, j’étais à Santa Barbara en train de faire des courses lorsque Joy a appelé avec la même demande. Auparavant, j’avais aidé Wade à obtenir l’autorisation de filmer une vidéo musicale à Neverland, ce qui était un grand avantage compte tenu de la politique stricte relative à l’absence de caméra. Je me souviens d’avoir répondu avec une sévérité « vous attendez-vous sérieusement à ce que je demande à Michael, tout de suite – pendant le procès – si vous pouvez utiliser le ranch pour le mariage de Wade? » Après un moment de tension inconfortable, elle a cédé et a raccroché au téléphone.

Grace Rwaramba, que les fans de Michael Jackson connaissent bien, a travaillé en tant que directeur du personnel et assistant du Roi de la Pop en 1992 et est devenu la nourrice de ses enfants à partir de la naissance de Prince. Elle soulève enfin l’incohérence de l’attitude de Wade Robson en rapport avec les accusation d’aujourd’hui: « Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi Wade continuerait volontairement et systématiquement à revenir et à amener ses amis et ses proches dans un lieu propice aux attaques présumées jusque dans sa vie adulte?« 

Source: ABC News

Brian Oxman, l’avocat qui avait pris la déposition de Wade Robson lors du procès de Michael Jackson en 2005 affirme que le danseur australien et son co-accusateur James Safechuck mentent et recherchent simplement « la gloire et l’argent ».

Brian Oxman, à la droite de Michael Jackson le 25/03/2005.

Dans une interview accordée à DailyMailTV, celui qui fut l’un des avocats de Michael Jackson raconte comment il avait eu de nombreux entretiens téléphoniques avec Wade Robson, afin de faire entendre son témoignage avant le procès de 2005 ou il déclarait alors à plusieurs reprises « Michael n’a jamais abusé de moi. »

Brian Oxman a déclaré qu’à chaque moment de sa déposition à la barre, Wade Robson était inflexible sur le fait que Michael Jackson ne l’a jamais touché ni à aucun enfant. « Wade et moi avons discuté des détails explicites des allégations et de tout ce qu’il aurait pu juger inapproprié, mais il a toujours gardé le récit de son histoire selon lequel Michael était innocent de ces accusations. »

Brian Oxman insiste sur le fait qu’aucun accord monétaire secret n’a été conclu avec Robson, mis à part le paiement des frais de voyage : « Il s’agissait simplement du paiement des frais raisonnables engagés par un témoin pour assister à la réunion, ce qui est prévu par la loi et nous nous en tenons aux limites éthiques, » a-t-il déclaré. « Cela a été strictement arrangé par des avocats, pas par Michael… Michael, ni aucun membre de l’équipe juridique ne lui a payé un centime pour témoigner ou pour parler positivement de Michael. »

« Et toute suggestion selon laquelle Michael aurait eu un contact avec le témoin à ce moment-là pour le contraindre est également absurde, car ce serait une influence indue. Sous mes instructions, ils ne se sont pas rencontrés ni discutés. »

En rapport au témoignage de 2005 Brian Oxman affirme que « Cela montre clairement que les deux hommes sont des menteurs. Robson a dit à la cour la même chose qu’il m’avait dite plusieurs fois auparavant et qu’il avait juré sur la Bible. Donc, pour qu’il change cette histoire toutes ces années plus tard, il nous a tous menti, y compris le tribunal – et c’est un parjure. Mais c’est un cas tellement ancien que la police n’agira pas. Et je compte au moins six crimes s’il dit vraiment la vérité maintenant. Je ne le crois tout simplement pas. Même s’il avait maintenant raconté sa version des faits, il aurait été mis en accusation parce qu’il avait déclaré à la police en 1993 que Michael ne l’avait pas maltraité.

J’aurais adoré le regarder dans ses yeux et le contre-interroger pour une émission de télévision. »


L’avocat a également déclaré que ce documentaire n’est pas équilibré car c’est une attaque contre un homme mort et c’est une honte qu’ils aient la garantie que personne ne les affrontera.

« Le Michael Jackson que je connaissais n’était pas un abuseur d’enfants et je l’ai connu tout au long de sa vie. » a-t-il déclaré.

Concernant le procès de 2005, Brian Oxman a déclaré que l’épreuve et le bilan du procès ont entraîné Michael Jackson dans une spirale descendante qui s’est terminée par son décès le 25 juin 2009. « Michael ne s’est jamais remis du procès de 2005. C’était le début de la fin pour lui… Il a été acquitté et innocenté de chaque chef d’accusation, mais les dégâts ont été causés mentalement et physiquement… Michael ne pouvait s’empêcher d’y penser; ça le tourmentait tous les jours comme il a revécu ces moments de la cour… »

Cela l’a détruit – son esprit, son étincelle, sa vision de la vie, ses amitiés… et a accru sa dépendance aux médicaments pour échapper à ces flashbacks… Les dommages psychologiques et psychiques ont été trop important et il est mort au bout de quatre ans… Michael était innocent dès le début. Il n’aurait même jamais dû être à la barre.

Source: MSN.