Un concert hommage à Michael Jackson vous sera proposé par l’orchestre LSP (Light Sound Production) le 27 avril prochain à 20h30 dans la salle de spectacle espace Pagnol à Gignac la Nerthe (13180).

Composée de professionnels et d’intermittents du spectacle, l’équipe de LSP sera formée de plusieurs artistes tels qu’un chanteur, quatre musiciens (guitare, basse, batterie, clavier) et quatre danseuses.

Infos et réservations au 06 32 46 54 83
Tarif: 15€
Courriel: lightsonprod13@orange.fr

Liens utiles: Info-flash / LSP (Light Sound Production) / Facebook / You Tube.

Merci Elisa pour l’info.

La célèbre série de compilations Now That’s What I Call Music sortira le 17 mai prochain une compilation du meilleur de la musique des années 80 intitulée NOW Eighties Dancefloor R&B & Funk.

En édition double vinyle coloré en blanc et rouge, elle contiendra 30 chansons des années 80 parmi lesquelles figure la version 45 tours de Somebody’s Watching Me de Rockwell (2ème disque, face A).

Source et tracklist: Now That’s What I Call Music.

Le 29 juin 2024 , les PRN IAM Awards organiseront leurs premiers Independent Artist Music Awards au Hilton Hôtel Los Angeles-Universal City. Avec plus de 600 célébrités et invités présents, cet événement promet d’entrer dans l’histoire en honorant le travail acharné et le dévouement des artistes indépendants de l’industrie du divertissement.

Parmi les nominés figurent des artistes comme Anita Baker , Babyface, Big Daddy Kane, Bobby Brown , Bruno Mars , Britney Spears , Busta Rhymes , Chaka Khan , Doug E Fresh, Dr. Dre, E-40, 50 Cent , Erykah Badu , Fred Hammond , George Clinton , Marvin Sapp , Shirley César et bien d’autres.

S’ils ont été invités à assister à la cérémonie pour recevoir leurs prix distingués, ils ne se produiront pas lors de l’événement.

Cependant, le clou de la soirée mettra en vedette Michael Jackson . Malgré le manque de reconnaissance de la part des autres grandes cérémonies de remise de prix, les PRN IAM Awards sont déterminés à rendre hommage au légendaire Roi de la Pop, Michael Jackson . Même si le chanteur emblématique est décédé il y a plus de dix ans, son héritage musical perdure. C’est pourquoi PRN prévoit une performance live spéciale lors de sa cérémonie cette année pour saluer l’immense contribution de Michael Jackson à la musique et à la culture pop.

Mais plutôt que de demander à une célébrité de premier plan d’interpréter l’un des succès de Michael Jackson, PRN a décidé de présenter un artiste indépendant prometteur reprenant « Thriller ». Cet hommage unique donnera à un nouveau venu talentueux une opportunité de faire carrière tout en rappelant au public le talent et le sens du spectacle intemporels de Michael Jackson . En célébrant « Thriller », l’un des albums les plus vendus et les plus révolutionnaires de tous les temps, PRN espère inspirer la prochaine génération d’artistes qui repoussent les limites.

Parmi les artistes qui devraient être présents lors de cette cérémonie figurent Missy Eliott, Ludacris, Snoop Dogg, Teddy Riley, Mya, Kendrick Lamar, Lil Kim, Ice Cube et bien d’autres encore.

Liens utiles : 2024iamawards.com / Billetterie.
Source: PR Newswire

France 3 Côte d’Azur nous apprend qu’un nouveau film sur Michael Jackson et sa relation avec Dieu, intitulé « A Gift From God » est actuellement en préparation dans la ville de Menton. Il s’agit d’une coproduction entre Condor Pictures (une branche de Liamar Multimedia) et HFC TV. Le film est écrit et réalisé par la monégasque Liana Marabini.

Pendant douze jours, 43 acteurs et une équipe de tournage de 25 personnes ont investi les chambres et les locaux du Grand hôtel des Ambassadeurs de la ville. Grâce à ses recherches et des contacts auprès d’anciens proches de l’artiste, la réalisatrice Liana Marabini veut montrer un « côté méconnu » de Michael Jackson : son rapport à Dieu.

Pour ce film, Liana Marabini a fait de nombreuses recherches d’archives et a contacté deux anciens collaborateurs de l’artiste comme sa maquilleuse « qui était aussi sa confidente » , des gardes du corps, son chauffeur… « J’aime le fait que son côté spirituel soit complètement méconnu » , a-t-elle déclaré. « Michael Jackson connaissait la Bible par cœur et en utilisait des phrases pour souligner ce qu’il disait. Il enseignait ses collaborateurs à prier… Il est important de montrer l’aspect spirituel de cet artiste très spécial, qui a passé une grande partie de sa vie à souffrir, mais qui a donné tant de beauté, d’harmonie et de joie pour les gens, et qui a été injustement accusé, mais heureusement acquitté dans tous les domaines. Malheureusement, tout le monde se souvient de l’accusation, mais peu de l’acquittement. »

Liana Marabini souhaite ainsi le « réhabiliter, en tant que chanteur, mais aussi en tant qu’homme » . « A gift from God » aborde également le combat de l’artiste contre le vitiligo. Lors de la tournée Bad Tour à Rome, en 1988, le Roi de la Pop découvre l’Ave Maria de Schubert et s’intéresse au catholicisme. « Il commence à admirer beaucoup le pape Jean-Paul II » , poursuit la réalisatrice, et il considérait son talent comme « un don de Dieu » . Dans le film, l’image d’un portrait peint par Michael Jackson et dédié à l’homme d’Église sera révélée pour la première fois.

L’acteur qui jouera le rôle de Michael Jackson est Joshua Consigli, un acteur et danseur italo américain de 28 ans. Celui-ci a déclaré: « C’est un honneur de jouer Michael Jackson. Moi aussi, je suis croyant, j’ai pu entrer dans la peau du personnage facilement parce que je le comprends. »

Si ce film sera présenté le 14 mai prochain lors du marché international du film de Cannes, des projections sont ensuite prévues à Monaco et au Vatican au mois de juin. Le long métrage sera visible sur Amazon et Apple TV.

Liens utiles: Lire l’article complet de France 3 / Liamar Multimedia / Qui est Liana Marabini ?

Le site deadline.com nous apprend que le producteur Graham King était présent aujourd’hui lors de la clôture de la Lionsgate CinemaCon afin de présenter une première bande annonce émouvante du biopic de Michael Jackson intitulé « Michael ».

Graham King a déclaré à cette occasion: « J’ai hâte de donner au public un frisson comme il n’en a jamais vu auparavant. »

Il a promis que le film couvrirait la carrière de Michael Jackson, sa vie personnelle, son talent artistique et son héritage musical. « C’est une histoire digne d’une présentation cinématographique » , a déclaré le producteur. « Pour la première fois, des fans et des générations de cinéphiles se réuniront pour découvrir l’artiste le plus prolifique de tous les temps. »

Le film devrait aborder pas moins de 30 chansons couvrant la carrière du Roi de la Pop et il s’agirait d’un « long long métrage ».

Sans dévoiler le contenu de cette bande annonce qui n’est pas encore disponible pour le public, sachez que certaines des images présentées aujourd’hui à la foule des exposants au Caesars Colosseum semblent se dérouler à l’époque d’Off the Wall ainsi qu’à celle de Bad. « Man in the Mirror » étant une chanson clé entendue tout au long de la bande annonce.

La page You Tube « Celebrity Classified » propose depuis le 2 février des extraits d’une conversation de trois heures entre Michael Jackson et un biographe. L’enregistrement date des années 80 et ce bien avant la réalisation de son autobiographie Moonwalk.

Si le 3 février dernier nous vous proposions la traduction du volume un, le 13 février le volume deux, le 22 février le volume 3, le 7 mars le volume 4, le 13 mars le volume 5 et le 21 mars le volume 6, voici pour vous aujourd’hui la traduction de la septième partie dont l’audio se trouve sur You Tube.

Avez-vous pu voir Purple Rain ?

Pas encore. Et vous ?

Comme je vous l’ai dit précédemment, j’ai trouvé les scènes de musique formidables, mais Prince n’est pas un bon acteur.

J’ai entendu plusieurs critiques.

Je suppose que les gens vous disent de faire la même chose.

[Photo de MJ et  Brooke Shields] Nous sommes si bien ensemble.

Comment avez-vous rencontré Brooke ?

Je lui ai parlé aujourd’hui.

Ce que les gens demandent souvent, c’est est-ce qu’il s’agit d’une relation sérieuse ? Et c’est évidemment ce que je vais vous demander. Comment vous êtes-vous rencontrés ?

A la cérémonie des Oscars.

Qu’est-ce qui fait que vous vous êtes senti à l’aise avec elle ?

Juste elle. Je l’aime beaucoup. Emmanuel l’aime aussi. Nous l’aimons tous les deux. Aux Oscars, quand elle est entrée dans la pièce, elle m’a regardé, et toute la soirée je me suis dit : « Oh mon Dieu », et finalement à la fête après la cérémonie… en fait j’étais avec Diana. Diana était ma cavalière.

C’était il y a deux, trois ans ?

C’était lors de la cérémonie où Raging Bull a remporté l’Oscar.

Avec De Niro ?

Où sont les photos de moi avec les autres célébrités ? Je ne sais pas ce que c’est. Mais bon… Je suis à la fête, je suis assis à ma table avec Diana…

Vous parlez de cette photo ? Ce n’est pas au même moment…

Si ! Donc elle arrive et elle me dit : « J’aimerais danser avec toi plus tard ». Et je me dis : « Oh mon Dieu ».

Parce que vous aviez vu ses films ?

Parce que je l’aimais bien de toute façon. Je l’aimais bien, je l’ai toujours aimée. Je lui ai répondu : « Bien sûr ! ». Mais ils avaient mis une espèce de vieille musique pour grabataires, un vrai truc lent à la Tommy Dorsey. Je ne dis pas que ce n’est pas bon, mais ça me rendait dingue qu’ils ne passent rien qui soit un peu plus boogie. Donc je me disais qu’on irait danser quand ils passeraient quelque chose de bien. Mais ils ont continué à passer cette vieille musique folk. J’étais plutôt… énervé.

C’était donc à la fête d’après-cérémonie des Oscars.

Oui, toutes ces personnes aux cheveux gris envahissaient la piste de danse. Oui. Et je savais que sa table était quelque part dans cette direction, donc je n’arrêtais pas de regarder, et finalement je l’ai trouvée. Je suis allé vers elle et je lui ai dit : « Es-tu prête à danser ? ». Ils étaient en train de jouer un vieux morceau ennuyeux. Je l’ai cherchée et je l’ai trouvée, et nous sommes allés ensemble sur la piste. Nous avons dansé, et nous avons passé un bon moment. Puis je l’ai raccompagnée vers la sortie. C’était génial. Je ne sais plus quand nous nous sommes revus.

Les journaux ont commencé à en parler juste après ?

Non, pas tout de suite après. Je n’ai pas vu ces photos depuis si longtemps !

Quand les journaux ont commencé à écrire sur vous, qu’avez-vous ressenti ?

Ça ne me dérangeait pas du tout, parce que je l’aime. C’est l’une de mes photos préférées. J’adore cette photo. J’adore la lumière sur sa peau. La femme de Jackie et son fils…

Concernant vos sœurs… nous n’en avons pas du tout parlé. Pourquoi ne pas parler de Janet ? Quelle est votre relation avec Janet ? Etes-vous plus proche d’une sœur en particulier ?

Janet est vraiment talentueuse. C’est juste qu’elle ne développe pas son talent. J’aimerais qu’elle se concentre davantage et qu’elle fréquente plus de gens issus du même domaine de prédilection. Mais elle fera quelque chose de vraiment spécial, vraiment. Je pense qu’en tant qu’actrice, elle sera… vraiment puissante. Je pense que Latoya le sera aussi, en tant qu’actrice. Pas en tant que chanteuse, mais en tant qu’actrice.

Est-ce plus difficile à cause de votre succès, où est-ce plus facile pour elles ?

Je pense que c’est plus facile pour elles dans la mesure où ça leur ouvre des portes, mais c’est aussi plus difficile parce que les gens s’attendent à plus.

Et votre sœur Maureen, que fait-elle ? Comment sera son avenir selon vous ?

Elle a du talent. Elle danse et elle chante.

Pensez-vous qu’elles ont plus de chances d’être actrices ?

Je pense que Latoya et Janet feront de grandes actrices. Maureen est plus faite pour le spectacle. Janet aussi est faite pour la scène. Latoya, juste la comédie, strictement.

Que pensez-vous de The Wiz, de la façon dont les choses ce sont passées, étiez-vous content ?

Non. Je pense que c’était une merveilleuse pièce de théâtre, parce que c’était une version branchée d’un film fantastique, une version des rues. Mais Oz, ce n’est pas Harlem, ce n’est pas le ghetto. Oz est un endroit magique, un endroit comme Neverland, il vous emmène dans un autre monde, là où tout le monde voudrait être. On ne veut pas être à Harlem. Donc il n’y a pas cet esprit imaginaire réconfortant. Quand on l’a fait je voulais faire appel à plus d’imaginaire. Plus de fantaisie. Le truc du singe volant était sympa.

Qu’avez-vous pensé de votre rôle ?

Je n’étais pas aussi mûr que je l’aurais voulu. J’ai découvert et appris des choses à ce moment-là. J’ai beaucoup appris. Pendant ce film je me suis dit : « Mon Dieu, je sais ce que je veux vraiment faire, je veux faire du cinéma ».

Des incidents se sont-ils produits pendant le film ? Vous souvenez-vous de quelques bons souvenirs en particulier ?

J’ai trouvé méchant le fait que lorsque j’étais devant la caméra et que j’essayais de faire une scène sérieuse, l’un des personnages principaux a décidé de me faire des grimaces pour essayer de me faire rire.

Mais ils essayaient d’être drôles ou…

Ils essayaient de m’empêcher de bien faire mon travail. Je ne savais pas que ça existait. J’ai trouvé que c’était vicieux. J’ai trouvé que c’était très vicieux.

Avez-vous essayé de faire en sorte que cette personne arrête ?

Non, j’ai parlé au réalisateur, et je pense que le réalisateur lui a parlé. Je prenais mon rôle tellement au sérieux. Je n’arrivais pas à croire que cette personne puisse faire ça. Je n’arrivais pas à y croire.

Vous essayez d’être une bonne personne, autant que possible. Avez-vous déjà été tenté d’être méchant en retour ? Si quelqu’un vous fait du mal ?

Des personnes qui le méritent. Principalement des personnes qui me représentent. Des avocats, des comptables…

S’ils sont méchants envers vous ?

Non, s’ils ne font pas ce qu’ils sont censés faire. Ou des secrétaires…

Et ces personnes sur le projet dont nous parlions, s’ils étaient méchants avec vous, avez-vous essayé de leur rendre la pareille ?

Je me contente de suivre mon petit bonhomme de chemin… J’adore cette photo [photo où MJ porte la veste rouge de Thriller].

Cette photo a beaucoup été utilisée n’est-ce pas ? Qu’aimez-vous dans cette photo ?

J’avais terriblement marre de cette photo.

Vous aimez beaucoup les costumes n’est-ce pas ? Pensez-vous qu’ils vous aident à faire passer un message ? Quelque chose d’imaginaire ? Une période ?

C’est amusant de se déguiser.

Est-ce que ça a toujours été vrai pour vous ?

Non… j’ai toujours aimé les costumes. Je n’ai jamais vraiment aimé les vêtements de tous les jours. J’aime porter des vêtements de tous les jours le matin, mais je n’aime pas en porter autrement, il faut qu’il y ait quelque chose d’un petit peu inhabituel, quelque chose de différent.

Ce look militaire, comment l’avez-vous développé ?

Je pense que le comble du chic, c’est de porter des vêtements qui ont l’air royaux. Et pour moi le costume cravate est le plus ringard, le look le plus ridicule. [Costume de Captain Eo]. Là on est au-dessus, c’est de l’art, rien qu’en le regardant on rêve. [Photo avec Bubbles]. Ce petit coquin était infernal. Mais il est mignon malgré tout.

Avez-vous toujours aimé les animaux ?

Les chats errants, les chiots, etc.

Vous souvenez-vous du premier animal que vous avez eu ?

Un chaton.

Vous souvenez-vous comment il s’appelait ?

Il s’appelait Tom. [Photo de MJ avec un koala]. Ce serait tellement sympa d’en avoir un comme animal domestique. Vous aimeriez en avoir un ?

C’est possible…

[Photo de Captain Eo] Aimeriez-vous avoir ça comme ami ? N’y pensez pas comme un animal mécanique, mais comme d’un animal vivant. Vous aimeriez ?

Avez-vous toujours eu beaucoup d’animaux autour de vous, chez vous à Encino ? Comment avez-vous eu tous ces animaux ? Comment les avez-vous obtenus ?

[Photo de Louie le lama] Louie… Il est très beau n’est-ce pas ?

Je ne l’ai pas vu. Je ne l’ai jamais vu dans la maison.

Vous ne l’avez jamais vu dans notre maison ? Je vais devoir vous présenter à Louie.

Oui, exactement. Comment avez-vous eu Louie ?

J’ai eu un lama avant Louie. Il y avait un magasin d’animaux exotique en bas de notre rue, qui s’appelait Casa de Pets. S’ils ne l’ont pas, ils peuvent s’arranger pour l’obtenir. Et j’avais un lama blanc comme neige, magnifique. Et il est mort. Les chiens l’ont tué. Mais Louie… il y avait cette dame qui travaillait dans un cirque, elle possédait Louie. Et elle voulait le vendre. Il faisait faire des tours aux enfants de moins d’une trentaine de kilos. Il est vraiment doux. Regardez-le. Il est génial, j’ai hâte de le revoir. Je lui parle.

Vous trouvez de la joie même dans les serpents, alors que la plupart des gens n’aiment pas du tout les serpents.

J’adore les serpents, parce qu’ils sont inhabituels. J’aime les animaux exotiques. Les choses inhabituelles qu’on n’est pas amené à voir tous les jours. Mais je n’aime pas quand les animaux sont dangereux. J’aime les félins mais je n’aimerais pas en posséder.

Comme les tigres ?

Oui, parce qu’ils peuvent sérieusement vous bousculer même s’ils sont en train de jouer. Ils peuvent faire la même chose avec un enfant et lui arracher le visage. Il suffit d’un coup de patte. Ils sont connus pour être vraiment vicieux. Et pourtant ils ne font que jouer. [Photo avec le tigre de la pochette de Thriller]. Cette petite chose était un petit coquin, il faisait tellement de bruit dans le studio, il renversait tout, il s’agitait, il me griffait. Il nous a fallu du temps pour le dompter.

Traduction: PYC.

Le site deadline.com nous apprend que sept acteurs ont été rajoutés au casting du biopic « Michael ». De gauche à droite sur la photo ci-dessus et dans le sens des aiguilles d’une montre, en voici la liste :

  • Larenz Tate jouera le rôle de Berry Gordy.
  • Kat Graham jouera le rôle de Diana Ross
  • Jessica Sula jouera le rôle de La Toya Jackson
  • Liv Symone jouera le rôle de Gladys Knight
  • Kendrick Sampson jouera le rôle de Quincy Jones
  • Keilyn Durrel Jones jouera le rôle de Bill Bray
  • Kevin Shinick jouera le rôle de Dick Clark

Nos autres infos au sujet du biopic « Michael ».

La chaîne You Tube « Celebrity Classified » a publié le 1er volet d’une nouvelle interview de Katherine Jackson, qui s’exprime sur Conrad Murray et son procès. Voici la traduction de la vidéo qui a été publiée sur You Tube.

Katherine Jackson: Le procès a été très dur à vivre pour moi. Et je priais pour que le jury prenne la bonne décision. Et c’est ce qu’il a fait. Je me sens plutôt bien à ce sujet. Maintenant nous attendons la condamnation. Mais même si je me sens plutôt bien à propos de la victoire, ou devrais-je dire la culpabilité, rien ne me rendra mon fils. Je suis toujours triste, donc…

Que ressentiez-vous chaque jour en vous retrouvant face à Conrad Murray ?

C’était difficile de lui faire face. Je ne pense vraiment pas qu’il ait souhaité ce qui est arrivé, mais il savait mieux que personne ce qu’il aurait fallu faire, et s’il avait été présent quand Michael a arrêté de respirer, Michael serait encore vivant aujourd’hui. Il est une cause de la mort de Michael, et je ne pense pas qu’il ait souhaité cette issue, mais il a été négligent. Il a pris un risque, et il était bien placé pour le savoir.
Certains jours, je ne suis pas allée au tribunal. Il y a des jours où j’ai dû aller chez le médecin. J’avais des rendez-vous chez le médecin. Mais en dehors de ça, j’ai essayé de m’y rendre autant que possible. Certains jours je me suis reposée.

Ce devait être difficile pour vous.

C’était très difficile.

Certaines choses que vous avez entendues au tribunal vous ont-elles surprise, à propos de l’affaire, à propos de Michael ?

Ce qui m’a surprise, c’est le Propofol qu’ils administraient, que le médecin administrait. Et il y a autre chose : j’ignorais que Michael avait ce problème d’insomnie.
A la lecture du verdict, je ne sais pas si je peux dire que je me suis sentie bien, mais c’était le cas. Mais s’ils avaient dit « non coupable », je ne sais pas ce que j’aurais fait. Pour être tout à fait honnête, j’ai pensé à sa mère. Parce que je suis une mère, et je sais comment elle a pu se sentir. Mais je me sens encore plus mal parce que je ne reverrai plus jamais mon fils. Après qu’ils ont lu le verdict de culpabilité, je me suis dit qu’au maximum il risquait quatre ans, mais qu’il était possible qu’il ne soit pas condamné à quatre ans.

A combien aurait-il dû être condamné ? Selon vous, quelle aurait été la sentence la plus juste pour lui ?

Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est que Michael est parti pour toujours. Alors qu’il soit condamné à quatre ans, à deux ans, ou à n’importe quelle durée, il sera à nouveau libre de se promener dans la rue. Je ne peux pas comparer. On ne peut pas comparer ça à la mort de quelqu’un. Alors que l’autre ne prend que quelques années.

Quand vous avez entendu l’enregistrement que Murray a fait de Michael, qu’avez-vous ressenti ?

J’étais vraiment bouleversée d’entendre cet enregistrement, parce que c’était bien avant le décès de Michael. Et je me suis demandée quelle idée il avait derrière la tête, ce qu’il planifiait. Donc à ce moment-là j’ai pensé que ce n’était pas un homme bien, qu’il planifiait quelque chose.

Qu’avez-vous ressenti quand vous avez su qu’une photo de votre fils serait présentée à la cour ?

Le Procureur nous avait conseillé de ne pas venir au tribunal ce jour-là à cause de ce qu’ils prévoyaient de montrer. Le Procureur nous a dit de ne pas venir parce qu’ils allaient montrer une photo de mon fils après son décès. Je trouvais qu’il n’était pas nécessaire de montrer cette photo, parce que tout le monde savait qu’il était mort. Mais pourquoi l’ont-ils fait… je ne sais pas.

Que ressentez-vous au sujet de Murray, qui aujourd’hui va de l’avant, qui crée un documentaire ou qui parle de son expérience ?

Je ne pense pas qu’il devrait être en mesure de faire ça. Je ne pense pas que le juge aurait dû l’autoriser. Je ne sais pas s’il essaie de gagner de l’argent, mais je ne pense pas qu’il devrait gagner de l’argent à partir de ses actes terribles. Je ne pense pas que Murray devrait être autorisé à sortir quoi que ce soit, à faire des déclarations ou à faire un documentaire sur la période où il a été le médecin de Michael. Parce qu’il a fait quelque chose de terrible en négligeant Michael et en le laissant mourir. Pourquoi devrait-il en tirer un gain quelconque ? Il a négligé Michael, c’est une négligence de sa part. Et peu importe la façon dont on considère les choses, il est coupable. Mais j’ignore ce qu’il essaie de prouver.

Il est donc coupable. Vous sentez-vous soulagée ? Vous sentez-vous libérée d’un poids ? Avez-vous un sentiment de victoire ? Ou pensez-vous qu’il y a bien plus, que d’autres personnes devraient être considérées responsables ?

Je ne peux pas répondre à cette question. Parce que je… je ne sais pas. J’y pense tout le temps, et j’entends certaines personnes dire certaines choses. Mais les gens parlent. Je ne sais pas quoi dire. Je préfère ne pas répondre et dire ce que je ressens. Et même si je dis ce que je ressens, ce ne seront que des spéculations, donc je préfère ne rien dire.

Quand vous le voyez menottes aux poignets et derrière les barreaux, que ressentez-vous ? Michael ne reviendra pas, que vous reste-t-il ?

Qu’il soit condamné, menotté, et emmené en prison ne me rend pas mon fils. Je regarde ses enfants tous les jours et je pense à ce qu’ils doivent ressentir.

Comment le reste de votre famille traverse tout ça ?

Ils vont bien.

Sont-ils satisfait de ce qu’il s’est passé, ou se disent-ils qu’il y a encore pas mal de choses à faire ?

Certains de mes enfants pensent qu’il y a encore pas mal de choses à faire, qu’il y a plus qu’il n’y paraît dans cette histoire. Et les autres, même s’ils peuvent avoir le même avis, n’expriment pas leurs sentiments ou ce qu’ils pensent. Et nous ne connaîtrons jamais la vraie réponse. Je ne le pense pas. Je n’en suis pas sûre.

Comment les enfants de Michael traversent-ils cette épreuve ?

Ils vont bien. Nous n’en parlons pas. Je pense qu’ils ne veulent pas en parler. Mais un jour nous serons capables d’en parler.

Ils sont évidemment au courant que vous vous levez tous les matins pour aller au tribunal.

Ils savent que nous allons au tribunal tous les matins. Avant que nous partions ils sont déjà debout pour aller à l’école. Ils m’ont dit qu’ils savaient que j’allais au tribunal.

Les enfants de Michael vous encouragent-ils, ou vous apportent-ils leur soutien pendant cette période difficile ?

Le jour du verdict, je crois que Paris est venu me voir et elle m’a fait un gros câlin. Et elle m’a juste dit : « Je sais grand-mère ». Puis elle est allée dans sa chambre, et c’est à peu près tout. Et je pense qu’ils ont appris qu’il était coupable, qu’il avait été reconnu coupable.

Donc ils savent… je veux dire, les enfants de Michael sont évidemment très intelligents, des enfants très vifs. Ils sont au courant du verdict.

Oui.

Vous ont-ils exprimé leur émotion à ce sujet ?

Non. Paris… les enfants n’ont exprimé aucune émotion à propos du verdict auprès de moi. Et je pense qu’ils comprennent qu’un jour nous pourrons en parler davantage. Mais pour le moment, je pense que tout le monde est encore un peu ému à ce sujet. Donc ça viendra avec le temps. Un jour nous serons capables d’en parler, je n’aime pas en parler non plus.

Quelles étaient les relations entre les enfants et Conrad Murray ?

Ils n’en parlent pas tellement. Il a été engagé pour être leur médecin, quand ils avaient un rhume, il venait à la maison pour les examiner. C’est tout ce qu’ils savaient de lui. Mais ils pensaient qu’il était un homme bon, un homme gentil, et je n’en doute pas. Mais il est juste malheureux qu’il n’ait pas fait son devoir, qu’il ait négligé leur père, et que leur père soit mort à cause de ça. Et c’est là tout l’enjeu de cette affaire.

Que pensez-vous du fait que le Dr Murray a demandé à Prince, 12 ans, de monter dans la chambre pour lui montrer Michael, son père, allongé sur le lit ?

Je pense que la raison pour laquelle le Dr Murray a demandé à Prince de monter dans cette chambre pour lui montrer que son père était mort est que… c’est ce que je pense, même si je n’aime pas parler de ce que je pense parce que je ne sais vraiment pas. Mais je pense qu’il était coupable, et il voulait que Prince vienne pour qu’il puisse voir de ses propres yeux qu’il essayait de réanimer leur père. Et quand Prince est entré, il l’a mis sur… son père était déjà sur le lit. Donc il a essayé… il a fait un massage cardiaque. Il est cardiologue. Il sait pertinemment qu’il faut faire un massage cardiaque sur une surface dure. Prince m’a dit que quand il est monté, au début il n’a même pas reconnu son père, parce que son visage était enflé, ses mains étaient enflées. Donc évidemment, les deux minutes dont parle Murray, celles où il dit s’être absenté aux toilettes, ce sont des mensonges. Il faut plus de deux minutes pour être aussi enflé, pour qu’une personne gonfle à ce point. Donc il est évident que Michael était déjà mort depuis un moment.

Selon vous, dans quelle mesure Prince a-t-il été affecté ?

Il l’a été. Et il y a toujours des effets sur lui aujourd’hui.

Prince a été affecté par le fait d’avoir vu son père mourir dans sa propre maison…

Vous savez quoi ? Je ne veux pas parler de ça, parce que même Paris… ils en ont parlé au tribunal, mais il faut savoir que Paris aussi est entrée, et elle l’a vu. Et c’est bien dommage qu’il ait dû… je ne sais pas à quoi ils pensaient en laissant ces enfants voir Michael dans cet état. Donc oui, il y a des effets sur eux, vraiment.

Qu’auriez-vous à dire à Murray, sur le fait qu’il a mis vos petits-enfants dans cette position alors que ce n’était pas nécessaire ?

Je n’ai pas compris la question, qu’avez-vous dit ?

Qu’auriez-vous à dire à Murray, sur le fait qu’il a mis vos petits-enfants dans cette situation…

Je suis en colère contre lui. Je suis en colère que le Dr Murray ait appelé Prince, et que plus tard ils aient fait venir Paris. Je ne sais pas ce qu’il en est pour Blanket, mais ils ont aussi parlé du fait que Paris était aussi entrée dans la chambre, qu’elle l’a vu dans cet état, et qu’elle a commencé à hurler, à se rouler par terre en pleurant, à pleurer à chaudes larmes. Je pense qu’il a eu tort de faire ça. Ce qu’il aurait dû faire, c’est qu’il aurait dû appeler le 911 au lieu de perdre tout ce temps. Mais je pense qu’ils savaient que Michael était déjà parti, et je ne sais pas pourquoi ils ont fait ce qu’ils ont fait avant de finir par appeler le 911. Je pense que s’il avait appelé le 911 dès qu’il a découvert Michael, il ne serait par mort depuis si longtemps. Même les ambulanciers n’ont rien pu faire. C’est ce que je ressens, et pourtant je ne devrais pas parler de ce que je pense.

Vous avez raison de dire ce que vous pensez, parce que tout le monde veut savoir comment vous…

C’est ce que je pense, je pense… je pense que le Dr Murray a été négligent, je pense qu’il est resté au téléphone bien plus longtemps que ce qu’il dit. Je pense qu’il est possible qu’il se soit endormi. Mais il était en train de parler à ses petites-amies, qui étaient toutes des strip-teaseuses. Nous l’avons découvert lors des audiences préliminaires. Elles ont été appelées à témoigner au tribunal, ce sont toutes des strip-teaseuses. Donc il fréquentait beaucoup de clubs de strip-tease, et il est possible qu’il ait laissé Michael pour aller là-bas pendant trois, quatre heures. On ne peut pas savoir ce qu’il s’est passé. Je ne devrais même pas dire ça, ce ne sont que des spéculations. Mais…

Pensez-vous que Michael, quand il a engagé le Dr Murray… selon vous, qu’est-ce qui lui est venu à l’esprit concernant… vous voyez, du fait d’avoir un médecin qui à l’évidence ne prenait pas bien soin de lui ? Selon vous, pourquoi l’a-t-il engagé ?

Je ne pense pas que Michael aurait engagé le Dr Murray s’il ne lui avait pas fait confiance. Je pense qu’il a mis toute sa confiance en lui. Il pensait qu’il veillerait sur lui.

Avez-vous rencontré le Dr Murray avant de…

Non.

Aviez-vous entendu parler de lui ?

J’en ai entendu parler par la baby-sitter, Grace. Elle m’avait parlé de ce médecin que Michael avait engagé pour les enfants s’ils attrapaient un rhume ou quelque chose comme ça. Le Dr Murray était censé être le médecin qui viendrait à domicile pour soigner les enfants. C’est tout, je ne l’ai jamais rencontré jusqu’au jour du décès de Michael. Et je ne pense pas que j’étais… je ne sais pas si je peux m’en rappeler. Je ne me rappelle plus rien de cette journée. C’était une journée difficile dans ma vie, quand je suis allée à l’hôpital et que j’ai vu cet homme se pavaner… non, je ne dirais pas se pavaner, mais faire les cent pas. Je ne savais pas qui il était, jusqu’à ce que… je ne sais plus si mon neveu a demandé, mais ils ont dit que c’était le Dr Murray. C’est tout ce que je sais. C’est tout ce qu’on m’a dit quand je l’ai rencontré à l’époque. Si je repense à l’année qui vient de s’écouler, je pense que ça n’en finira jamais, parce qu’il ne se passe pas un jour sans que je pense à mon fils. Il ne se passe pas un seul jour où les larmes ne coulent pas. Je ne dis pas que Murray a souhaité que ça arrive. Je sais que ce n’est pas le cas… mais il a été négligent. Et on ne doit pas être négligent quand la vie de quelqu’un est en jeu. Le Dr Murray est toujours là. Qu’il fasse quatre ans, un an ou deux ans, sa mère peut le regarder et lui dire : « Je t’aime mon fils ». Moi je ne peux pas. Donc pour moi ce ne sera jamais fini.

Traduction: PYC.

RadarOnline.com nous apprend que selon des documents judiciaires, Blanket s’est opposé à la demande de sa grand-mère d’être remboursée des frais de justice, dans l’affaire qui l’oppose à l’Estate au sujet du rachat d’une participation dans le catalogue du Roi de la Pop par Sony Music.

Il l’avait pourtant soutenu lors de l’audience du tribunal concernant la vente du catalogue mais selon son avocat, il n’a pas voulu faire appel de la décision de la Cour car les chances d’un renversement en appel est plutôt mince et il ne souhaitait pas engager de dépenses supplémentaires.

RadarOnline précise que Blanket a déclaré que Katherine devrait recevoir ses frais juridiques avant l’appel, mais pas pour le travail effectué dans le cadre de l’appel – ce avec quoi il n’est pas d’accord.