Lors de périodes de doutes, il est souvent agréable et serein que de se replonger sur de véritables archives de l’histoire. Il y a tout juste 40 ans, jour pour jour, le 30 Novembre 1970, le magazine américain « SOUL » faisait une fois de plus sa UNE avec les Jackson Five. Si cette année 2010 aura été marquée par la sortie du double album « Live At The Forum » des J5, il n’en demeure pas moins que l’année 1970 fut elle, synonyme de jacksonmania.

MJFrance vous propose donc un retour 40 ans en arrière et découvrir, un peu comme si vous l’aviez dans les main, le magazine « SOUL » de cette fabuleuse année 1970. Vous y découvrirez le récit d’un certain Bob Jones, décrivant la folie de cette période, les problèmes de sécurité dus à la jacksonmania et les chiffres de cette tournée record. Même 40 ans après, il est encore difficile de s’imaginer le poids qui pesait sur les épaules de ces cinq jeunes garçons et d’un certain Michael Jackson en particulier. Bonne lecture…

Les Jackson Five ont ébloui 100 000 fans en adoration.

Dans un souci permanent d’apporter à nos lecteurs une couverture vivante des événements importants qui se produisent dans le monde de la soul, le magazine SOUL vous présente l’histoire de la tournée record à un demi million de dollars des Jackson Five, tournée qui a traversé tout le pays, et qui nous est racontée par le journaliste qui a accompagné le groupe pendant son voyage. Bob Jones est chroniqueur pour les journaux « 80 Black » au niveau national et publiciste pour le groupe Rogers, Cowan & Brenner (qui sponsorise la plupart des shows Motown). Monsieur Jones a rapporté, dans le détail, les événements survenus pendant le voyage passionnant qu’il a fait avec les Fabulous Five, à la rédactrice en chef de SOUL, Judy Spiegelman.

La sécurité était la préoccupation première

Fatiguée et épuisée comme on peut l’être après un travail bien fait, la famille la plus soul d’Amérique, les Jackson Five, est rentrée à la maison sous la chaleur ensoleillée du Sud de la Californie après deux week-ends à parcourir le pays avec un spectacle qui a battu des records de fréquentation à l’échelon national, et qui a rapporté plus d’un demi million de dollars.

Les jeunes garçons étaient accompagnés à travers tout le pays par leur père, Joe Jackson, le personnel de la Motown, des tuteurs, des publicistes, des techniciens, et bien sûr leurs cousins Ronnie Rancifer et Johnny Jackson, soit au total un entourage de 17 personnes.

La sécurité était la préoccupation première lors de cette tournée et pour cette raison l’heure des vols et les réservations d’hôtels ont été gardées secrètes jusqu’au départ et jusqu’à l’arrivée dans chaque ville. Avant de partir pour la tournée, les solutions d’évacuation de la scène ont été planifiées à partir de dessins des différents stades où le groupe devait jouer, de façon à ce que si le groupe était pris d’assaut sur la scène, tout le monde saurait comment les faire sortir.

Le premier concert a eu lieu le 9 octobre, à Boston, dans le Massachusetts, et tout s’est déroulé comme prévu. Les garçons ont pris un vol direct à destination de Boston et ont pu se rendre à l’hôtel sans incident. Pendant ce temps au Boston Gardens, des charpentiers érigeaient une plateforme de 5 mètres de haut qui ferait office de scène pour le concert du soir. Les forces de polices étaient postées autour de la scène et à l’entrée de l’arrière-scène.

La foule de 16 000 jeunes, principalement composée de jeunes filles et de quelques parents, a commencé à remplir la salle. A chaque fois que quelqu’un venait près de la scène, un cri s’échappait de la salle, pensant que c’était l’un des Fabulous Five. L’équipement du groupe était mis en place. La première partie, Yvonne Fair et Little Charles and the Sidewinders, ont joué, puis les Jackson Five sont apparus. Devant une foule tumultueuse et rugissante ils ont interprété leurs plus grands succès.

Sans aucun doute, à Boston, comme dans toutes les autres villes visitées par le groupe, les deux chansons préférées du public étaient I Found That Girl avec Jermaine au chant, et leur single du moment I’ll Be There, avec Michael à la barre.

Avant d’avoir pu finir leur dernière chanson et même avec le système de sécurité et la protection fournie par la hauteur de la scène (plus grande que deux hommes d’1,80 mètre), le groupe a été envahi par une foule trop zélée, et bien qu’ils aient été évacués en toute sécurité, on a appris à cette occasion qu’il serait nécessaire de renforcer le système de sécurité pour le reste de la tournée.

Un voyage dans le brouillard

Le brouillard a perturbé le trafic aérien ce soir-là dans la région de Boston, et après une rapide concertation lors de la préparation des bagages, on a pris la décision qu’au lieu de quitter Boston en avion, il était préférable d’aller jusqu’à Newark, dans le New Jersey, en limousine, pour prendre un avion jusqu’à Cincinnati, pour que les garçons puissent chanter à l’ouverture des World Series. C’était le temps fort du voyage pour tous les garçons, mais plus particulièrement pour Jackie, le baseball étant son sport favori.

Il était environ une heure du matin, le 10 octobre, quand le cortège de limousines a conduit les chanteurs endormis sur les autoroutes englouties par le brouillard le long de la Côte Atlantique, en direction de l’aéroport de Newark, où ils ont attrapé un vol pour Cincinnati. Ils sont arrivés à 9h30 du matin.

A leur arrivée à l’hôtel les jeunes hommes ont été immédiatement reconnus et emmenés dans leurs chambres. L’enregistrement devait être fait avant que les garçons aillent au lit. Ils étaient épuisés et bien qu’ils aient voulu parler avec les fans qui les attendaient dans le hall, c’était techniquement impossible parce qu’ils devaient prendre le temps de faire une sieste avant d’aller au Riverfront Stadium pour chanter l’hymne national et ouvrir les World Series 1970.

Ils sont arrivés au stade pour chanter pour un public de supporters des Cincinnati Reds et des Baltimore Orioles, mais il ne faisait aucun doute que les deux camps étaient tous des fans des Jackson Five jusqu’à ce que le groupe ait fini de chanter. Ils ont interprété La Bannière Etoiléesous le brillant ciel bleu de l’Ohio, accompagnés par le Lemon-Monroe High School Marching Band. Ils ont aussi visité le vestiaire des Cincinnati Reds et ont rencontré tous les joueurs individuellement avant le match.

Jackie, Tito et Jermaine sont restés pour assister au match, mais Michael et Marlon sont rentrés à l’hôtel pour dormir un peu, ils étaient les plus fatigués du groupe, et ils voulaient donner le meilleur d’eux-mêmes pour le spectacle de ce soir.

Sécurité renforcée

Pendant ce temps au Cincinnati Gardens, l’arène qui accueillerait le concert du samedi soir, des ouvriers écoutaient la retransmission du match à la radio en installant rapidement non seulement la scène de 5 mètres de haut qui avait été prévue dès le début, mais aussi une barricade de contremarches pour encercler la scène, pour plus de précautions. Les forces de police avaient laissé leurs radios pour établir les grandes lignes d’une stratégie qui prévoyait un cordon d’officiers autour de la barricade pour protéger les jeunes chanteurs de tout mouvement de foule.

Le concert se jouait à guichet fermé, et des milliers de jeunes ont dû être refoulés. Le plus gros des fans était resté devant le stade, mais sans billet, espérant entendre le concert de l’extérieur ou peut-être avoir un aperçu des garçons à leur arrivée ou à leur départ, causant un gros problème de sécurité.

14 000 jeunes ont eu ce pour quoi ils avaient payé à l’intérieur, et quand Jermaine a commencé à chanter I Found That Girl, des membres du service d’ordre ont commencé à évacuer jusqu’à 14 filles qui s’étaient évanouies pendant la chanson. Les allées ont été prises d’assaut et l’animateur de la soirée a dû faire un appel au calme. La standing ovation à la fin de la prestation s’est transformée en mouvement de foule et les garçons ont été évacués de la scène vers des voitures qui attendaient, avant que la foule puisse les atteindre, ce qui servirait de leçon pour le reste de la tournée.

Dans l’avion en route pour Memphis, dimanche matin, les Jackson Five ont appris que Cincinnati était la seule ville de leur itinéraire qui avait l’épouvantable réputation d’être une ville difficile pour les concerts. Même James Brown avait eu des difficultés à remplir le Gardens, alors que les billets pour le concert des Jackson Five étaient tous vendus bien avant le jour du concert.

Le concert de Memphis s’est déroulé calmement et sans incident. Les 12 000 sièges du Mid-South Coliseum étaient tous occupés, et encore une fois la foule s’était massée à l’extérieur du bâtiment pour avoir un aperçu des superstars. La police a escorté les limousines jusqu’à l’hôtel, et les jeunes hommes ont rapidement fait leurs valises pour le vol du retour à la maison.

A leur arrivée à la maison, ils ont décidé de garder les tuteurs pour les trois heures d’école quotidiennes requises par la loi, plutôt que de retourner à l’école privée, parce que la tournée allait recommencer le week-end suivant.

Le vendredi 16 octobre, le groupe reprenait la route à partir de l’aéroport international de Los Angeles, et cette fois leur destination était New York. A l’hôtel Tito a célébré son 17ème anniversaire en faisant la fête avec quelques amis, quelques membres de la famille, et quelques membres du fan club. Plus tard dans la soirée ils ont diverti 20 000 personnes au Madison Square Garden, générant le plus gros montant de la tournée, avec 122 000 dollars.

Comme à la maison

Samedi ils ont pris la direction de Detroit pour le concert le plus chaleureux. Ici dans la ville natale de la Motown, la foule était très aimante et l’atmosphère comme celle d’un retour à la maison. Le groupe savait qu’il était très important de venir à Detroit et le comportement des fans a fait qu’ils n’ont pas regretté leur décision. Le stade Olympia était rempli de 16 000 fans reconnaissants et le public enthousiaste a une fois de plus envahi la scène dans l’espoir de voir, de toucher ou de parler aux jeunes hommes.

Dimanche 18 octobre, la troupe est arrivée à Chicago, pour deux concerts, en vue de satisfaire la demande de milliers de fans, qui avaient acheté en une semaine tous les billets pour le premier concert. Après qu’un deuxième concert ait été organisé, 22 000 natifs de la « Ville des Vents » ont finalement pu voir les frères Jackson se produire lors de deux concerts ce dimanche, et ils hurlaient encore pour réclamer plus alors que l’avion des garçons quittait l’aéroport. Même les Five Stairsteps étaient dans le public pendant le concert.

Cependant les Jackson Five ne sont pas rentrés de Chicago à Los Angeles directement, car étant près de leur ville natale de Gary, ils ont profité de l’occasion pour rendre visite à des membres de la famille. La nouvelle s’est vite répandue qu’ils étaient en ville et la maison où ils se sont rendus pour quelques heures a été entourée par des fans. La rue a été inaccessible pendant plusieurs heures.

A Gary ils ont eu la chance de se rappeler des souvenirs avec leur ancien professeur de musique et ils se sont rendus à la Roosevelt High School de Gary, où Jackie et Tito étaient allés en classe. Là bas ils ont discuté avec les lycéens de leurs activités. C’était l’un des temps forts du voyage des garçons.

Quand on a fait les comptes après la fin de la tournée, le résultat a été des plus étonnants. Une fois tous les totaux réalisés, on a annoncé que les garçons avaient joué devant 100 000 personnes et rapporté 508 000 dollars, sans compter toutes les personnes qui avaient assisté au match des World Series !

De retour à Los Angeles le groupe s’est reposé et est retourné à l’école, puis a continué les répétitions pour les futurs concerts ou les apparitions à la télévision. Ils étaient de retour dans leur école privée, et soucieux des mêmes choses que leurs contemporains dans tout le pays, à savoir faire la fête, ou se poser la question de quoi faire pour Halloween.

Des lettres ont déjà commencé à arriver à SOUL à propos de la fantastique tournée des Jackson Five. Voici quelques réactions du Midwest.

Cher SOUL,
Je viens juste d’assister au concert des Jackson Five à Chicago. Ils étaient totalement et sans équivoque ensemble. La façon dont ils ont exécuté chaque pas était remarquable.
La force de Michael sur scène révèle réellement son vrai talent.
Marlon était très naturel dans sa façon de chanter et de danser.
La capacité de Jermaine à la basse était tout simplement trop.
Et la guitare de Tito a amené de la vie.
En regardant Jackie on trouve aussi qu’il brille pour la danse en comparaison de ses mauvaises capacités au chant.
Et j’espère que les Jackson Five se dépêcheront de revenir.
Garrick Dedeaux
Chicago, Illinois

Cher SOUL,
Le 16 octobre 1970 a été une soirée mémorable. J’ai vu les Jackson Five au Madison Square Garden. Le spectacle était convivial. J’ai adoré. Michael, Marlon, Jermaine, Tito, Jackie, merci pour ce grand spectacle.
J’espère que Motown fera un album live des Jackson Five au Garden.
E.C.
Bronx, New York

Cher SOUL,
Les Jackson Five ont vraiment donné un bon concert quand ils sont venus à Chicago. J’étais désolé qu’ils ne viennent que pour un soir et j’espère qu’ils reviendront vite. Où qu’ils puissent jouer, j’y serai.
Je ne peux pas oublier leurs cousins, Ronnie et Johnny, qui ont aussi joué.
A vous tous, habitants de Chicago ou de la banlieue qui avez raté ce concert, vous avez raté quelque chose.
Pat Smith
Chicago, Illinois

Cher SOUL,
Je reviens tout juste du concert des Jackson Five et je n’ai qu’un mot pour décrire ce concert: ensemble ! J’avais lu quelques témoignages mais voir c’est croire.
Michael est clairement un show à lui tout seul. J’aimerais ne l’avoir que pour moi. Toriano est venu danser. Marlon est venu danser. Jackie a jeté un petit coup d’œil et est venu se joindre à eux.
Aux Jackson Five: revenez à Detroit. Nous vous aimons.
Ometress Schuman
Detroit, Michigan

Cher SOUL,
Je suis étudiante à Chicago et j’aimerais faire un commentaire sur le concert des Jackson Five qui vient de se jouer ici devant une foule immense. J’ai eu assez de chance pour avoir les 6,50 dollars nécessaires et j’ai pris un peu de temps sur mes études pour aller voir les Jackson Five. Bien que je les aies déjà vus à Chicago avant, quand ils sont devenus aussi populaires que maintenant après avoir sorti I’m a Big Boy Now, j’avais le sentiment qu’ils seraient encore meilleurs maintenant qu’à l’époque (et ils ont été très cool déjà).
La foule regardait le début du concert avec anxiété et inattention, avec Little Charles et un autre chanteur de la Motown.
Après cette première partie, le spectacle a commencé. La foule est devenue de plus en plus tendue en attendant l’annonce de l’arrivée des Jackson Five.
Et c’est arrivé ! L’animateur a annoncé « les Jackson Five » et la foule dans son ensemble est entrée dans une totale frénésie.
Je me sens assez qualifiée pour dire que ces gars ont fait quelque chose de terrible ! Il devrait y avoir une loi contre ces artistes qui vont sur scène avec tant de finesse et qui exécutent leur performance siiiii parfaitement. Je suis de ces personnes qui vont voir un concert et qui exigent le meilleur. Je suis très critique et je peux réellement dire que je n’ai trouvé aucun défaut à ce concert des Jackson Five.
Du plus profond de mon cœur, je me sens vraiment fière et je considère comme un privilège d’être noire et de voir comment Berry Gordy a pris en main un groupe de frères noirs et d’en faire quelque chose (un phénomène) à quoi nous pouvons nous identifier.
Dieu les bénisse, qu’il y ait du succès et encore du succès pour les Jackson Five.
Linn Rodgers
Chicago, Illinois

 

 

Source: Soul Magazine / MJFrance
Traduction: CAT

Jeudi 11 Novembre, le site MJJCommunity annonçait avoir reçu un message officiel d’Howard Weitzman avocat représentant les gestionnaires de la succession de Michael Jackson (l’Estate), concernant le titre « Breaking News ». A la lecture de ce communiqué, beaucoup de questions se posent et des réponses, voir des explications, seraient les bienvenues. MJFrance vous en proposent quelques unes à la relecture de ce communiqué qui nous l’espérons, est bien officiel. Nul doute que les réponses n’arriveront jamais, mais certaines interrogations et observations resteront alors sans réponses…

Mise à jour du 13 novembre: Taryll Jackson, le neveu de Michael Jackson, qui ne cautionne pas les titres des Cascio et doutait initialement de l’authenticité de ce communiqué, indique via son Twitter avoir obtenu confirmation qu’il provenait bel et bien de Howard Weitzman. Il précise néanmoins que ce communiqué contient « des erreurs et des oublis ».

Communiqué: À tous les fans,

Pendant la préparation de l’album « Michael », Teddy Riley a été engagé pour travailler sur plusieurs chansons, y compris « Breaking News », un morceau que Michael a enregistré avec Eddie Cascio et James Porte fin 2007 alors qu’il séjournait chez la famille Cascio avec ses enfants. Riley a produit le titre et l’a soumis à Sony en vue de l’inclure sur l’album.

MJFrance: Il est dit que Teddy Riley a été engagé pour travailler sur plusieurs chansons y compris Breaking News. Il a produit le titre et la soumis à Sony. Mais qui a engagé Teddy Riley ? L’Estate ou Sony ? Quel était l’état de ces enregistrements audios ? Sur quels supports avaient-ils été enregistrés ? Etaient-ils vraiment exploitables ? D’une exploitation digne de ce nom ?

Communiqué: À l’époque personne n’a jamais exprimé de doutes quant à l’authenticité de la voix de Michael sur les chansons de Cascio, qui étaient à l’état de démo. Nous savions par contre que les chœurs étaient un mélange des voix de Michael et de James Porte.

MJFrance: James Porte intervient uniquement dans les choeurs ? 

Communiqué: Après avoir reçu les morceaux de Cascio, Sony en a sélectionné trois pour l’album, dont « Breaking News ». Ce n’est que le lendemain de cette sélection que, pour la première fois, l’authenticité de la voix de Michael sur ces chansons a été remise en question.

MJFrance: Lorsque Sony a reçu les morceaux de Cascio ils n’avaient pas été travaillés par Teddy Riley ? Il est dit ci-dessus qu’à l’époque ou Teddy Riley a soumis le titre à Sony personne n’a jamais exprimé de doutes. Et maintenant il est dit que le lendemain de la sélection des morceaux de Cascio, un doute a été relevé non ? Contradictoire non ?

Communiqué: Suite à ces interrogations, les deux exécuteurs testamentaires de Michael, John Branca et John McClain, m’ont immédiatement demandé d’enquêter sur cette affaire.

MJFrance: Qui posaient ces interrogations ? Des personnes légitimes ? Des noms ? Comment, au moindre doute concernant l’héritage de la musique de Michael Jackson, l’Estate, ou Sony, ne prennent-ils pas la précaution d’écarter un tel titre ? Des tas de titres inédits existent. Pourquoi prendre ce risque avec le Roi de la Pop, une telle légende de la musique ?

Communiqué: Six producteurs et ingénieurs du son ayant travaillé avec Michael au cours des trente dernières années – à savoir Bruce Swedien, Matt Forger, Stewart Brawley, Michael Prince, Dr. Freeze et Teddy Riley – ont été invités à venir écouter la version a cappella des titres en question et à émettre leur avis. Toutes ces personnes ont confirmé que la voix était bien celle de Michael.

MJFrance: Comment en sont-ils arrivés à confirmer que la voix était bien celle de Michael ? Généralement, à l’écoute d’une version a capella d’un artiste, il est rare que quelqu’un exprime en dehors d’un avis personnel sur un titre, que la voix du chanteur est bien la sienne !!! Ou sont leurs déclarations officielles concernant cette étape ?

Communiqué: Greg Phillinganes, directeur musical et pianiste sur plusieurs albums de Michael sur une période de vingt ans, a joué la partie piano sur l’un de titres enregistrés avec Cascio et produit pour l’album, et a estimé que la voix était sans nul doute celle de Michael. Dorian Holley, directeur vocal des tournées solo de Michael pendant plus de vingt ans (y compris pour les concerts à l’O2) et qui apparaît dans le fim « This Is It », a entendu les morceaux et m’a dit que la voix principale était celle de Michael Jackson.

MJFrance: Autant de personnes et à chaque fois le doute qui ferait qu’on leur pose la question ?

Communiqué: Tous ces ingénieurs du son, producteurs et musiciens ont travaillé avec Michael en tournée et/ou en studio pendant l’enregistrement de Bad, Thriller, Off The Wall, Dangerous, Invincible, HIStory et Blood On The Dance Floor. Ils ont tous maintenu que d’après eux la voix principale était bien celle de Michael sur les chansons mises en cause.

MJFrance: Le moindre doute, le moindre soupçon, aussi infime soit-il, aurait du laisser la place au principe de précaution. Celui d’écarter le ou les titres douteux lorsqu’il s’agit de la musique de Michael Jackson.

Communiqué: L’Estate a alors fait appel à l’un des experts musicologues les plus renommés du pays pour écouter les voix sans accompagnement instrumental (dit « a cappella ») et les comparer aux versions a capella d’autres chansons de Michael. Cet expert a effectué une analyse de forme d’onde – une analyse scientifique et objective permettant de déterminer l’authenticité audio – sur les titres en question et sur d’autres morceaux officiels contenant la voix de Michael, et a conclu que TOUTES les voix principales analysées (y compris celles enregistrées par Cascio) appartenaient à Michael Jackson.

MJFrance: Comment ça ? Alors les avis de Bruce Swedien, Matt Forger, Stewart Brawley, Michael Prince, Dr. Freeze, Teddy Riley, Greg Phillinganes et Dorian Holley ne suffisaient pas ? le doute existait encore ?

Communiqué: Sony Music a mené sa propre enquête en faisant appel aux services d’un deuxième expert musicologue réputé qui a également procédé à une comparaison des voix et en est venu à la même conclusion. L’on a fait écouter ces morceaux à deux personnes détenant une position importante dans l’industrie du disque et dont le rôle dans la carrière de Michael a été décisif. Ces deux personnes ont estimé que la voix principale était celle de Michael.

MJFrance: Qui sont ces personnes, leur noms ? Là aussi, tous les noms précités ne suffisaient pas ? Le doute existait encore ?

Communiqué: Pour en avoir le cœur totalement net, j’ai également contacté Jason Malachi, un jeune chanteur accusé à tort d’être un « sosie vocal » engagé pour figurer sur les chansons enregistrées par Cascio, et ai pu confirmer qu’il n’avait pas la moindre implication dans ce projet.

MJFrance: Le coeur totalement net ? Six producteurs et ingénieurs du son, un directeur musical et pianiste, un directeur vocal, des experts musicologues, deux personnes détenant une position importante dans l’industrie du disque et pour en avoir le coeur net on contacte Jason Malachi ??? Vous avez bien dit Jason Malachi ???

Communiqué: Compte tenu de l’abondance de preuves objectives obtenues suite aux enquêtes exhaustives précédemment décrites, Sony a décidé d’inclure trois des morceaux Cascio-Porte sur l’album ; ils estiment sans réserve que la voix principale figurant sur l’ensemble de ces titres est celle de Michael Jackson.

MJFrance: Jason Malachi quand même ! Il a fallu contacter Jason Malachi pour en avoir le coeur net ? On parle de l’héritage musical de Michael Jackson pour les générations à venir… Au moindre « coeur pas trop net », au moindre doute, ce titre aurait du être écarté.

Communiqué: Bien qu’il semble subsister des inquiétudes de la part de certaines personnes concernant l’authenticité de la voix principale, et ce malgré l’avis des personnes qui ont travaillé avec Michael et les conclusions de deux experts indépendants,

MJFrance: Pardon mais vous oubliez de préciser que vous avez aussi contacté Jason Malachi, c’était pour en avoir le coeur net…

Communiqué: c’est aux fans de Michael qu’il reviendra de juger ces chansons, il en a toujours été ainsi. Nous prenons les remarques des fans très au sérieux, et comme je viens de le dire, rien n’est plus important à nos yeux que la musique de Michael, son héritage et ses fans.

MJFrance: Si vous prenez les remarques des fans très au sérieux, pourquoi ne pas écarter ce ou ces titres de l’album par précaution ? 

Communiqué: À travers leur quête de vérité et la volonté de faire entendre leurs revendications, les fans de Michael font preuve d’une passion extraordinaire! Nous partageons cette volonté. Sur cette affaire, nous restons en contact avec ceux qui ont travaillé avec Michael en studio ou en tournée, et si nous obtenons de nouvelles informations, nous vous en informerons, vous ainsi que les fans.

MJFrance: De nouvelles informations ? Quoi ? encore des doutes ? Il se pourrait que de nouvelles informations arrivent concernant cette affaire ? Toutes les informations n’ont pas été données ?

Communiqué: Je vous remercie,

Howard

Me. Howard Weitzman.
Avocat de l’Estate de Michael Jackson
Santa Monica, Californie

English translation :

Thursday, November 11, the MJJCommunity website announced on http://www.mjjcommunity.com/forum/showthread.php?t=97916 they have received an official message coming from Howard Weitzman, lawyer representing the managers of Michael Jackson Estate on the title « Breaking News ». In reading this news, many questions and answers arise, some explanations would be the most welcome. MJFrance offers a few answers at the replay of this press release which we hope is official. No doubt the answers will never come, but some questions and observations remain unanswered then …

Update 13 November: Taryll Jackson, Michael Jackson’s nephew, who does not endorse Cascio titles and initially doubted the authenticity of this statement, said via his Twitter http://www.twitlonger.com/show/6uki8f he received confirmation that it was indeed from Howard Weitzman. But he still argues that this release contains « errors and omissions. »

Statment: Dear Fans

There is nothing more important to the Estate than Michael’s music, his legacy and his fans.

As the Michael album was being put together, it was decided to bring Teddy Riley on board to work on several songs, including « Breaking News, » a song Michael recorded with Eddie Cascio and James Porte in late 2007 while living at the Cascio family home with his children. Riley produced and submitted « Breaking News » to Sony for inclusion on the album.

MJFrance: It is said that Teddy Riley was hired to work on several songs including Breaking News. He produced the title and released it to Sony. But who hired Teddy Riley? The Estate or Sony? What was the real condition of these audio recordings? On what media were they recorded? Were they really usable? With a dignified processing?

At that time, no one ever mentioned that the vocals we heard on the Cascio songs, which were basically in demo format, might not be Michael. It was known, however, that the background vocals were a combination of Michael and James Porte.

MJFrance: Do James Porte really sing only in background vocals?

After the tracks were submitted to Sony, three of these Cascio songs were selected to be on the album, and « Breaking News » was one of the three. The day after the submission and selection of the album tracks, for the very first time, the authenticity of Michael’s vocals on the Cascio tracks was questioned.

MJFrance: When Sony has received the Cascio tracks, they had not been worked by Teddy Riley? It is said above when Teddy Riley submitted the title to Sony, nobody ever expressed any doubts. And now it is said that after the selection of songs by Cascio, doubts have been raised. Contradictary, don’t you think?

Because of these questions, I was immediately asked by co-Executors John Branca and John McClain to conduct an investigation regarding the authenticity of the lead vocals on the Cascio tracks.

MJFrance: Who were asking those questions? Legitimate persons? Names? How, in any doubt about the Michael Jackson music legacy, the Estate or Sony, do not the caution to exclude such a title? Lots of new titles are available. Why take this risk with the King of Pop, such a music legend?

Six of Michael’s former producers and engineers who had worked with Michael over the past 30 years – Bruce Swedien, Matt Forger, Stewart Brawley, Michael Prince, Dr. Freeze and Teddy Riley – were all invited to a listening session to hear the raw vocals of the Cascio tracks in question. All of these persons listened to the a cappella versions of the vocals on the Cascio tracks being considered for inclusion on the album, so they could give an opinion as to whether or not the lead vocals were sung by Michael. They all confirmed that the vocal was definitely Michael.

MJFrance: How did they come to confirm that the voice was Michael’s one? Usually, in listening to an a capella version of an artist, it is rare that someone expresses outside a personal opinion on a track, the singer’s voice is hers! Where are their official statements on this stage?

Michael’s musical director and piano player on many of his records over a 20-year period, Greg Phillinganes, played on a Cascio track being produced for the album, and said the voice was definitely Michael’s. Dorian Holley, who was Michael’s vocal director for his solo tours for 20 plus years (including the O2 Concert Tour) and is seen in the This Is It film, listened to the Cascio tracks and told me the lead vocal was Michael Jackson.

MJFrance: So many people and at each time the doubt exists so we would ask them?

These are all engineers, producers and musicians who worked on tours and/or in the studio with Michael when he was recording Bad, Thriller, Off The Wall, Dangerous, Invincible, HIStory and Blood On The Dance Floor, and they all reconfirmed their belief that the lead vocals were Michael’s voice on the Cascio tracks.

MJFrance: The slightest doubt, the slightest suspicion, however small it may be, should have left room to the precautionary principle: to put aside the doubtful titles when it comes to the music of Michael Jackson.

The Estate then retained one of the best-known forensic musicologists in the nation to listen to the vocals without any instrumental accompaniment (« a cappella »), and to compare them with a cappella vocals from previous Michael songs. This expert performed waveform analysis, an objective scientific test used to determine audio authenticity, on the Cascio tracks, as well as previously released tracks with Michael’s voice, and reported that ALL of the lead vocals analyzed (which included Cascio tracks) were the voice of Michael Jackson.

MJFrance: How? So the reviews of Bruce Swedien, Matt Forger, Stewart Brawley, Michael Prince, Dr. Freeze, Teddy Riley, Greg Phillinganes and Dorian Holley were not enough? The doubt still existed?

Sony Music conducted their own investigation by hiring yet a second well-respected forensic musicologist who also compared the a cappella lead vocals from Cascio tracks against previously released vocals of Michael’s, and found that Michael’s voice was the on all sets of the raw vocals. The Cascio tracks were also played for two very prominent persons in the music industry who played crucial roles in Michael’s career. Both of these individuals believed that the lead vocals were Michael’s.

MJFrance: Who are these people, their names? Again, all the names above were not enough? The doubt still existed?

Just to be absolutely certain, I also contacted Jason Malachi, a young singer who some persons had wrongfully alleged was a « soundalike » singer that was hired to sing on the Cascio tracks, and I confirmed that he had no involvement with this project whatsoever.

MJFrance: Just to be absolutely certain? Six producers and sound engineers, a musical director and a pianist, a vocal director, experts musicologists, two people holding a major position in the music industry and to get to the bottom of this, you contacted Jason Malachi?? Did you really say Jason Malachi ???

Sony decided that, given the overwhelming objective evidence resulting from the exhaustive investigations outlined above, they wanted to release a record that included three of the Cascio-Porte tracks – because they believed, without reservation, that the lead vocal on all of those tracks were sung by Michael Jackson.

MJFrance: Jason Malachi, anyway! You had to contact Jason Malachi to get to the bottom of it? We talk about the musical legacy of Michael Jackson for generations to come … At the slight incertainty, the least doubt, this title should have been rejected.

Although there still seem to be concerns being expressed in some quarters about the authenticity of the lead vocals, notwithstanding the opinion of those who worked with Michael, and two independent forensic analysts,

MJFrance: Sorry but you forget to mention that you have also contacted Jason Malachi, to get to the bottom …

ultimately, Michael’s fans will be the judges of these songs, as they always are. We take all fan comments very seriously, and as I’d stated above, there is nothing more important to the Estate than Michael’s music, his legacy and his fans.

MJFrance: If you seriously consider the comments from the fans, why not exclude such one or more tracks on the album as a precaution?

Michael’s fans are extraordinary in their quest for accuracy and their passions to raise their voices in a search for truth! We join with them in our care and concern for Michael. We are continuing to follow up with those who have worked in the studio or on tours with Michael, and if any new information comes to light, we will keep you and the fans advised.

MJFrance: New information? What? Still have doubts? Could it be that new informations come out on in this case? All informations were not given?

Thanks,

Howard

Howard Weitzman, Esq.
Attorney for the Estate Of Michael Jackson
Santa Monica, CA

MJFrance lance un appel à tous les fans et Fan-Club de Michael Jackson à travers le monde… Par le passé, nous nous étions unis contre le manque de promotion de l’album INVINCIBLE, sans réellement pu avoir inverser la tendance… Cette fois-ci, nous nous devons de faire quelque chose pour faire retirer les chansons dont nous avons un doute sur leur interprétation par Michael Jackson. Vous êtes fan, agissez au nom de la mémoire de Michael pour faire passer le mot à l’ensemble des fans clubs à travers la planète… Unissons nous !

Si vous voulez signer cette pétition, rendez-vous à l’adresse ci-dessous :

http://www.petitions24.com/michael

Pour les Fan-Club merci de nous contacter pour être inclus dans la liste des Fan-Club signataires : mjfranceteam@mjfrance.com

Des fan-clubs de Michael Jackson à travers le monde se sont rassemblés pour demander à l’estate de Michael Jackson et à Sony Music de retirer du futur album « Michael » les chansons produites avec ou par les frères Cascio.

La communauté internationale des fans de Michael Jackson est convaincue qu’un nouvel album de Michael Jackson ne devrait pas contenir des chansons dont l’origine est douteuse.

Tous les fan-clubs ont été inondés par les messages de leurs membres qui s’interrogeaient sur l’origine de ces morceaux et qui exprimaient de gros doutes quant à l’implication vocale de Michael Jackson sur ces titres.

Des réactions si fortes ne doivent pas être ignorées.

Les fans de Michael Jackson à travers le monde demandent à l’estate de Michael Jackson et à Sony Music de respecter notre ressenti et notre expertise en la matière.
Nous serons, après tout, les futurs acheteurs des produits que vous diffuserez.
Nous demandons que la sortie d’un nouvel album de Michael Jackson ne soit jamais entachée par le moindre doute concernant l’origine de certaines chansons.

L’origine des chansons des frères Cascio n’est pas suffisamment claire pour qu’elles soient incluses dans ce premier album depuis la mort de Michael Jackson.

Si vous décidiez de sortir l’album dans sa forme actuelle, les fans en garderaient un goût amer qui baignerait la sortie de tout projet à venir.
Nous savons qu’il existe suffisamment de chansons originales inédites pour compléter l’album sans avoir à exploiter celles dont l’origine comporte des doutes.

Les fans de Michael Jackson demandent à l’Estate de Michael Jackson et à Sony Music de prendre notre demande en considération et de respecter notre opposition face à la sortie de « Michael » dans sa forme actuelle.

Nous ferons ce que nous jugerons nécessaires pour rendre hommage et respecter le souvenir et l’héritage de Michael Jackson.

The United Michael Jackson fan-clubs of the world

MJFrance
jackson5abc.com
Jackson Source
mjackson.fr
MJJForum.it
mjjstreet.com 
MJQUEBEC
Breaking News is not sung by Michael Jackson
Forum Forever MJ
MJ Backstage
Black & White magazine
mjjsh.com
MJJNation
MJLEGEND
MJ Collection
Jackson Street.nl
Michael Jackzone
Secret Of Moonwalk
The Michael Jackson Australian Fan Club
MJPortal
MJ’s HideOut
Forum King Michael
MJCollectorland
Stéphane Boudsocq (journaliste RTL)
Les Minis Michael
El RincondePapaoso
Michael Jackson: Comenzó la Leyenda
HemerotecaMJ
Thrill Athens
The Michael Jackson Israeli Fan Club
MJJLatino.Net
The MICHAEL JACKSON Tunisian Fan Club
Michael Joseph Jackson International
Michael Jackson Fan-Club 3Generations
MJHQ
Official Michael Jackson Fan Club Chile: Dancing The Dream
Michael Jackson Database
Jackson Québec
Forum Michael Jackson01

 

English

MJ Fan-Clubs around the world: please contact us to add the name of your Fan-Club to this petition : mjfranceteam@mjfrance.com

Michael Jackson fan-clubs around the world have come together to ask the Estate of Michael Jackson and Sony Music to remove from the forthcoming « Michael » album the tracks produced with or by the Cascio brothers.

The international Michael Jackson fan community strongly feel that a new Michael Jackson album should not include songs that they feel are not Michael’s.
The overwhelming response that we, fan-clubs, have received from our members expressing doubts over the Cascio tracks should not be ignored.

Michael Jackson fans around the world ask that the Estate of Michael Jackson and Sony Music respect our feelings and our expertise in this matter.
We are the future supporters of all the products that you will put out.
We ask that no doubt as to the origin of a song should ever surround the release of a Michael Jackson album.

The origin of the Cascio tracks is not clear enough for them to be included in this first new album since Michael Jackson’s death.
Should you carry on with the release of the album as it stands, it would cast a shadow of doubt, discontent and frustration over any future release.

We know there are enough original unreleased songs to complete the album without the questionable ones.

Michael Jackson fans ask the estate of Michael Jackson and Sony Music to take our claim into consideration and respect our strong opposition to the release of « Michael » as it currently stands.

We will do what we deem necessary to honor the memory and legacy of Michael Jackson.

The United Michael Jackson fan-clubs of the world

MJFrance
jackson5abc.com
Jackson Source
mjackson.fr
MJJForum.it
mjjstreet.com 
MJQUEBEC
Breaking News is not sung by Michael Jackson
Forum Forever MJ
MJ Backstage
Black & White magazine
mjjsh.com
MJJNation
MJLEGEND
MJ Collection
Jackson Street.nl
Michael Jackzone
Secret Of Moonwalk
The Michael Jackson Australian Fan Club
MJPortal
MJ’s HideOut
Forum King Michael
MJCollectorland
Stéphane Boudsocq (journaliste RTL)
Les Minis Michael
El RincondePapaoso
Michael Jackson: Comenzó la Leyenda
HemerotecaMJ
Thrill Athens
The Michael Jackson Israeli Fan Club
MJJLatino.Net
The MICHAEL JACKSON Tunisian Fan Club
Michael Joseph Jackson International
Michael Jackson Fan-Club 3Generations
MJHQ
Official Michael Jackson Fan Club Chile: Dancing The Dream
Michael Jackson Database
Jackson Québec
Forum Michael Jackson01

You can sign the petition here : http://www.petitions24.com/michael

Fin septembre 2010, Harry Weinger, producteur des dernières sorties Michael Jackson & Jackson 5 chez Universal Motown, accordait une interview exclusive à l’incontournable site de fans des Jackson 5 intitulé J5Collector. Aujourd’hui, MJFrance vous propose la traduction de l’interview de celui qui se cache derrière des albums comme « Jackson Five Live At The Forum », « Jackson 5 I Want You Back! Unreleased Masters », « Jackson 5 Ultimate Christmas Collection », « Michael Jackson The Stripped Mixes » ou encore le sublime « Michael Jackson Hello World: The Motown Solo Collection ».

 

Harry Weinger travaille dans l’industrie du disque depuis plus de trente ans, dont une dizaine passées en tant que vice-président de A&R, chez Universal Music Enterprises, le département des droits d’auteur d’Universal Music, et a remporté deux Grammy Awards au cours de sa carrière. Son projet le plus récent a été la production de plusieurs compilations de classiques, parmi lesquelles le double CD « Jackson 5 Live At The Forum ». Harry a par ailleurs participé à « Génie sans frontières », le colloque consacré à la carrière de Michael Jackson au Columbia College de Chicago, en compagnie d’Ed Eckstine, Siedah Garrett, Greg Phillinganes et Ricky Lawson. Plus d’informations ici :http://www.colum.edu/cbmr/What_We_Do/Conferences/michael-jackson.php

Dans cette interview pour J5 Collector, HW dévoile en exclusivité les coulisses de la production de cet album exceptionnel.

Comment ce projet est-il né ?

En devenant responsable des catalogues musicaux chez Motown, j’ai hérité d’une boîte de cassettes DAT réunies par mes prédécesseurs comme source de recherche. Elle contenait une véritable mine de chansons envisagées pour le boxset Soulsation!, y compris des enregistrements des concerts au Forum de Los Angeles ainsi qu’au San Diego Arena. C’était incroyable à écouter, mais dur de décider quoi en faire ! Plusieurs années ont passé lorsqu’un ami, immense fan des J5, m’a vivement incité à réécouter les enregistrements, surtout qu’on allait bientôt célébrer le 40ème anniversaire du groupe [en automne 2009]. À l’époque j’écoutais beaucoup des morceaux studio inédits, d’ailleurs à l’origine, la compilation I Want You Back: Unreleased Masters devait contenir un disque de titres live. Mais après encore quelques écoutes, j’ai compris que tous les enregistrements des concerts du Forum devaient faire l’objet d’un disque séparé.

Pouvez-vous expliquer aux fans comment se déroule le processus à partir de la découverte des bandes ?

Toutes les cassettes ne sont pas forcément bien étiquetées, avec le titre, la date et le lieu de l’enregistrement. Il faut donc rechercher dans une base de données les bandes qui ont l’air de contenir du « live », c’est-à-dire des séquences de titres qui ne correspondent pas à un album existant mais contenant tout de même des titres connus. La base de données indique parfois un nom de lieu ou au moins une année, mais pour en avoir le cœur net on commande chaque bande multi-piste physique, et avec un peu de chance on tombe bel et bien sur des bandes live indiquant les titres, la date, le lieu et d’autres informations que la base informatique ne fournissait pas. Cela nous permet entre autres de connaître le nombre de concerts enregistrés, de savoir si deux magnétos ont été utilisés pour enregistrer le reste de la chanson ; autrement on se retrouve avec une chanson incomplète. Ensuite, on établit un inventaire des morceaux en vue de décider quoi en faire. Les bandes ont été converties au format numérique, ce qui m’a permis d’en faire des mixes bruts et de rassembler les pièces du puzzle. Pour le projet du Forum, on a pu constater que lors du concert de San Diego, d’une part les J5 avaient suivi la même set-list que la veille à Los Angeles – hormis Ain’t No Sunshine qu’ils ont rajoutée, et que d’autre part le public était globalement plus calme ce soir-là. Ils n’ont pas chanté Sunshine pendant la partie solo de Michael, mais à un autre moment du show. Mais comme vous avez pu l’entendre, leur interprétation était tellement géniale qu’il nous fallait absolument l’inclure sur le disque. Alors au lieu d’en faire un titre bonus séparé du reste de l’album, je l’ai incorporé à la partie solo de Michael. Kevin Reeves – l’ingénieur du son – et moi-même avons dû peaufiner le tout pour que la transition ne s’entende pas dans le mix final.

Pourquoi Motown ont-ils décidé d’enregistrer les concerts du Forum et pas ceux du Madison Square Garden ?

Difficile à dire. Question de logistique peut-être ? Les équipes de Motown étaient plus présentes à Los Angeles, alors c’était peut-être moins facile pour eux d’enregistrer [le groupe] à New York. À savoir pourquoi ils ont enregistré le concert ? Peut-être par curiosité, pour savoir ce que le groupe pouvait donner en live ou peut-être suite à une décision liée à la fureur J5 de l’époque, il y a peut-être eu une volonté de capturer ces instants.

D’après vous, pourquoi les concerts du Forum ne sont-ils pas sortis à l’époque ?

Plusieurs facteurs ont pu entrer en ligne de compte. Par exemple, le concert de 1970 a mal commencé et s’est mal terminé également. Il y avait des problèmes techniques au début, et à la fin l’hystérie était telle que les membres du groupe ont dû prendre leurs jambes à leur cou ! En 1972, la voix de MJ était en pleine mue. On disposait alors de solutions techniques qu’on n’avait pas auparavant, donc on était en mesure de contrôler les niveaux et de régler les différents problèmes de son. À certains moments, lorsque la voix de Michael se mettait à vaciller, on réduisait légèrement le son de la piste principale pour donner l’impression qu’il s’éloignait du micro, de manière à attirer l’attention de l’auditeur sur l’ambiance générale du concert et non sur les fausses notes éventuelles – sans prétendre pour autant que les ingénieurs de Motown n’auraient pas réussi à corriger le problème par la suite. Cela mis à part, je crois qu’il faut aussi songer à la situation du groupe à cette époque. Ils avaient déjà tellement de tubes en version studio. Pourquoi aller y intercaler des versions live ? Que ce soit du point de vue de Motown ou des J5, la sortie d’un album live était superflue.

Pourquoi n’existe-t-il aucun concert des J5 sur support DVD officiel ?

[La société] ne détient pas les droits de ces images. Il nous faudrait obtenir des licences ainsi que la permission de toutes les parties concernées. Le processus est long.

Nous fêterons bientôt le 40ème anniversaire de l’émission spéciale consacrée au concert Goin’ Back To Indiana (diffusée le 19 septembre 1971). Verra-t-on un jour la sortie CD du concert intégral ?

J’adorerais pouvoir produire le concert intégral et l’émission spéciale. J’aimerais qu’on soit en possession des deux avant de travailler sur l’un ou sur l’autre. Mais là encore, on n’a pas la main sur la vidéo.

Vous a-t-il fallu consulter un ou plusieurs membres de la famille Jackson pour la préparation de ce CD ?

Quand l’album est sorti on leur en a envoyé plusieurs exemplaires et ils ont adoré !

Quel est votre chanson préférée des Jackson 5 ?

Get It Together, produite par Hal Davis, d’ailleurs j’aurais aimé que ce titre soit plus long. Forcément, j’adore I Want You Back, mais j’ai toujours eu ce petit faible pour GIT, pour I Am Love aussi.

Selon vous, pourquoi ont-ils fait l’album Skywriter ?

Avec Skywriter, [Motown] a essayé de donner une image et un son plus mûrs au groupe – ils ont par exemple repris une chanson extraite d’un spectacle de Broadway [Corner of the Sky]. En écoutant les enregistrements inédits, j’ai été plus que ravi de découvrir des inédits de Skywriter – et ils sont incroyables ! On se demande sérieusement pourquoi ils ne les ont pas utilisés ! Mais on les garde en tête pour les futures compilations éventuelles de titres inédits. Les périodesSkywriter et Get It Together ont été très productives, autant que pendant la première année où ils enregistraient avec Bobby Taylor.

Les albums des J5 auront-ils droit à une version deluxe ?

(Une version deluxe est un double-CD de l’album studio original accompagné d’un second disque contenant des prises/versions alternatives des chansons existantes plus des inédits).

Je n’aime pas avoir à dire on verra… mais on verra ! Il reste encore énormément de choses dans le coffre. Malgré tous les morceaux exploités par Motown lorsque MJ était en plein succès de Thriller, puis en 1995 avec Soulsation!, il reste des tas d’enregistrements de qualité, parmi lesquels une version studio de Feelin’ Alright, une reprise de Yesterday des Beatles – initialement interprétée lors de leurs premiers concerts mais abandonnée par la suite, une reprise géniale de Up On The Roof [des Drifters], de super morceaux funk, des inédits [produits par] The Corporation dont Deke Richards pourra – je l’espère – s’occuper, et puis une chanson intituléeWe’re The Music Makers, un titre frais et up-tempo qui parle de choses similaires à We’re Here To Entertain You. Je vous jure, ces gamins avaient beau mener une vie frénétique, ils enregistraient à la même allure ! On trouve aussi des morceaux inachevés et selon moi pas terribles, ce qui était prévisible vu la quantité [de titres enregistrés].

Existe-t-il des versions alternatives des titres solo de Michael chez Motown ?

Motown n’avait pas pour pratique de conserver les différentes prises enregistrées ; ils ne gardaient que la prise master. Il y a donc peu de chances qu’une bande contenant plusieurs prises des séances d’enregistrement de Got To Be There  existe. Je n’ai pas connaissance d’un grand nombre d’inédits de Michael en solo, mais il y en a quelques uns.

Quel succès rencontre Live At The Forum jusqu’ici ?

Il marche plutôt bien. À ma connaissance, on en a vendu plus à l’étranger qu’aux États-Unis. Disons que si vous me voyez retravailler sur un nouveau projet, c’est que celui-ci se sera bien vendu.

En bonus, Harry Weinger a confié au site que le concert des J5 à Philadelphie en mai 1970 a été enregistré dans son intégralité. Des vidéos du spectacle circulent sur le net, notamment ABC et Thank You (Falettinme Be Mice Elf Agin) de Sly Stone. Harry indique également que la performance des J5 était fantastique, malgré un certain manque de dynamisme au niveau de la set-list du concert et la qualité moyenne du son de l’enregistrement. On apprend par ailleurs que lors de ce concert, les J5 ont chanté une reprise de Hum A Song (From Your Heart), le single de Lulu sorti à l’époque – qui n’a pourtant pas été un tube.

Les éditions Hachette Filipacchi Media viennent de sortir un livre intitulé « Michael Jackson: The Making Of « Thriller » 4 Days/1983 réalisé par Douglas Kirkland avec une introduction de Nancy Griffin.

Douglas Kirkland était le seul photographe autorisé à prendre des photos lors de la réalisation du clip de « Thriller » en 1983. Cet ouvrage apporte ce témoignage par la photo.


La couverture du livre propose en fait deux photos de Michael Jackson, la première comme il apparaît normalement dans le clip et la seconde en zombie. C’est un hologramme qui vous fait découvrir les deux photographies selon comment vous dirigez le livre.

Environ 200 photos illustrent ce livre qui a pour vocation de vous faire découvrir les dessous de la réalisation du plus célèbre clip-vidéo de l’histoire de la musique. Vous y découvrirez ainsi Michael Jackson sous toutes les coutures avec naturellement les détails de sa transformation en loup-garou et en zombie. La plupart des photos, soit une très grande majorité, sont inédites. Nous éviterons donc de vous en proposer ici tant nous pouvons être témoin de l’agréable sensation que d’avoir à les découvrir.

Le photographe Douglas Kirkland et la journaliste Nancy Griffin, également présente lors du tournage, vous font part dans ce livre de leur extraordinaire expérience à avoir vécu la construction de ce clip-vidéo. Toutes les photos étonnantes sont accompagnées par des interviews et des déclarations de célèbres musiciens et autres célébrités comme Steven Spielberg, Quincy Jones, Rod Temperton, Justin Timberlake, Alicia Keys, Berry Gordy, plusieurs membres de la famille Jackson, Ola Ray, Vincent Price et bien d’autres…

Vincent Price revient naturellement sur sa célèbre narration pour « Thriller ». A l’époque il eu le choix entre une rénumération de 20.000$ ou un pourcentage sur les ventes de l’abum. Il préférait alors prendre les 20.000$ ce qui fut une très grosse erreur mais il n’imaginait certainement pas qu’il venait de poser sa voix sur un titre de l’album qui allait devenir le plus vendu de toute l’histoire de la musique. Lorsque Johnny Carson de The Tonight Show lui fit remarqué qu’il aurait pu avoir des millions avec les royalties, Vincent Price répondit: « Je le sais… oh combien! »

MJFrance recommande ce livre à tous les amoureux du clip de « Thriller » et à tous ceux qui veulent encore découvrir des photos totalement inédites de Michael Jackson.

Annoncé actuellement en rupture de stock chez amazon.fr vous pouvez vous le procurer chez amazon.co.uk ou ce livre vous reviendra frais de port compris à environ 19,66€. Bien qu’annoncé sur la page en question pour une sortie le 6 octobre prochain, ce livre est bien disponible. Nous l’avons testé pour vous.

Livre: 196 pages
Dimension: 29,2 X 26cm.
Epaisseur: 1,8cm
Langue: Anglais

Communiqué de presse :

 

‘MICHAEL AVANT JACKSON’

photos et textes Todd Gray, préface Yves Bigot

– Enfin une monographie sur le roi de la Pop, consacrée à ses débuts

– Les plus belles années: 1974-1984 (Jackson Five, Stevie Wonder, Chuck Berry, Quincy Jones)

– 100% inédit

– Parution mi octobre, 144 pages 100 photos livre relié, 29.95€ isbn 978-2-916954

Extrait de la préface d’Yves Bigot: « Le plus frappant, lors de la cérémonie funéraire télévisée pour Michael Jackson au Staples Center de Los Angeles, où il répétait précédemment en vue de ce qui restera comme « le plus grand come-back qui n’a pas eu lieu », c’est combien le King of Pop autoproclamé a été réclamé, revendiqué, s’est vu réapproprié par sa communauté, celle des Afro-Américains. Et c’est bien celui-là que l’on retrouve dans ces clichés remarquables de Todd Gray, ce « Michael avant Jackson », membre d’une fratrie de neufs enfants de la balle de Gary, Indiana, qui apparaît aussi, en l’occurrence et d’une certaine façon paradoxale, totalement « Jackson » avant de devenir le Michael que toute la planète adule. »

Objet unique dans la galaxie de livres sur Michael Jackson, Michael, avant Jackson est un portrait fort, rare et intime, la seule monographie sur Michael Jackson et le seul livre qui présente de manière inédite Michael Jackson bouillonnant de virtuosité et en pleine ascension.

Le photographe Todd Gray a travaillé avec Michael Jackson pendant plusieurs années, bien avant que ce dernier ne lui demande de devenir son photographe personnel: une relation de 10 ans (1974-1984) qui allait s’étendre des premiers concerts des Jackson Five jusqu’à la sortie des premiers succès solo de Michael: Off the Wall et bien sûr Thriller.

Michael, avant Jackson rassemble une collection de photos inédites, intimes, pleines de fraîcheur et d’énergie: chez lui, en famille, avec ses fans, sur scène lors de concerts désormais mythiques, et sur le tournage du clip de Beat It.

Todd Gray, jeune photographe Noir à peine plus âgé que Michael Jackson, commente en outre ses propres photos dans Michael, avant Jackson et apporte des éléments de contexte uniques à propos du Roi de la pop.

«Mes photos de Michael le montrent joyeux, aimant la vie et séduisant, avant que les demandes insatiables de sa célébrité extraordinaire ne pèsent autant sur lui. Avec le recul, c’était vraiment l’époque de Michael avant Jackson.» Todd Gray

Auteurs:

Todd Gray a photographié Michael Jackson pendant 10 ans, souvent comme photographe désigné par Jackson. Il a réalisé de nombreuses couvertures d’albums et tourné des clips vidéo. Son travail photographique est présent dans les collections permanentes de grands musées américains et internationaux. Todd est actuellement professeur d’art et de photographie à la prestigieuse université Cal State à Long Beach et vit à Los Angeles.

Yves Bigot a été journaliste à Europe 1, France Inter, Rolling Stone et Libération. Il a dirigé les programmes de France 2, France 4, la RTBF, Arte Belgique et Endemol France, ainsi que deux maisons de disques: Fnac Music Production et Mercury


Vous pouvez feuilleter une partie du livre et le pré-commander chez amazon.fr

Vous êtes nombreux à avoir réussi, non sans mal, à mettre la main sur ce petit bijou que représente le double album des Jackson Five « Live At The Forum ». Bien que l’industrie du disque soit loin d’être dans une forme resplendissante, il est vraiment regrettable de constater qu’en 2010 il reste difficile d’arriver à se procurer un disque que l’on devrait pourtant trouver facilement dans n’importe quel magasin de disques digne de ce nom. A défaut de pouvoir le faire, il vous reste heureusement, et c’est un comble, les plateformes de ventes de disques par internet comme amazon.fr, fnac.com ou encore alapage.com qui annonce l’un des tarifs les moins attractifs du marché avec plus de 45 € pour ce double album. A titre de comparaison, MJFrance vous conseillerait plutôt d’aller faire un tour sur le site d’amazon angleterre ou vous trouverez votre bonheur pour moins de 15€. C’est à n’y rien comprendre.

Enfin bref, passé ce petit coup de gueule qui n’arrivera très certainement jamais jusqu’aux oreilles de ces chers vendeurs de disques qui se plaignent de ne jamais en vendre assez, étonnés parfois à se demander pourquoi, MJFrance vous propose aujourd’hui la traduction du livret de ce double album.

Si déjà, l’écoute des deux concerts permettait de comprendre comment la Jacksonmania se traduisait en ces années 70, le texte présent sur le livret aide à s’en imaginer les à-cotés. Quelle époque tout de même ! Et quel bonheur !


Le 2 mai 1970, alors que les Jackson 5 se posaient à l’Aéroport International de Philadelphie pour entamer leur première tournée officielle en tant que nouveau groupe à succès chez Motown, ils ont été accueillis par plus de 3000 fans en délire. Le Convention Hall de Philadelphie était la première étape de ce qui deviendrait un record, une tournée d’un an. Après le spectacle, le chahut régnait ; les frères ont eu besoin d’une escorte de police pour regagner leur hôtel en toute sécurité. La Jacksonmania battait son plein.Alors que les Jackson 5 se sont produits deux soirs de suite en juin au Cow Palace de San Francisco, puis au Forum d’Inglewood, dans la banlieue de Los Angeles, ils avaient fait leur deuxième apparition lors de l’émission populaire du dimanche soir de Ed Sullivan, et on les comparait déjà aux Beatles, que les Jackson Five avaient battu dans les classements grâce à ABC. Le concert du Forum lui-même avait déjà fait les gros titres puisqu’il avait été promu par la star des Lakers de Los Angeles, Elgin Baylor (à gauche sur la photo). Avec Jerry Butler en première partie (qui avait ce soir-là remplacé Ike et Tina Turner) et le groupe Rare Earth, qui avait chanté son remake plein d’énergie des Temptations, Get Ready, l’événement avait fait la sensation d’un vrai concert.Ce n’était pas la première apparition des Jackson 5 au Forum. Ils s’y étaient produits 10 mois plus tôt en première partie de Diana Ross & The Supremes, où leur bienfaitrice Madame Ross était la maîtresse de cérémonie, présentant le nouveau groupe avec le soutien supplémentaire des performances de Edwin Starr et The Edwin Hawkins Singers, qui venaient d’atteindre le top 10 avec Oh Happy Day. Alors que les J5 avaient été positivement notés, quoique brièvement, dans le Los Angeles Times, le concert a été timidement reçu par ailleurs.Quelques mois plus tard, les Jacksons 5 classaient trois titres numéro 1. Shelly Berger, la manager du groupe chez Motown, a audacieusement programmé les enfants un samedi au Forum. Quand on lui a dit à lui et à ses frères qu’ils allaient être de retour dans l’arène de 18000 places, Michael a demandé : « De qui ferons-nous la première partie ? ».

Ce gros concert n’a pas été sans son lot de problèmes. Des difficultés d’ordre technique ont entaché la chanson d’ouverture, « Stand », reprise de Sly & The Family Stone, empêchant sa sortie dans ce coffret. (Pendant un délai conséquent de 7 minutes, le maître de cérémonie Rick Holmes a partagé avec l’assistance tout ce qui concernant le signe astrologique de Michael -la vierge- ou le fait que Jackie était sorti diplômé du lycée la veille). Présageant du professionnalisme dont ils feront toujours preuve plus tard, les frères n’ont manqué aucun pas.

Avec seulement deux albums Motown à leur actif, les Jackson 5 ont mélangés des tubes, des morceaux populaires de l’album et des reprises intéressantes, en y incluant une version de « Feelin Alright » des Traffic, que Michael dédie à ses grands-parents assis au premier rang ; une reprise de « There Was A Time » de James Brown ; « It’s Your Thing » des Isley Brothers ; et un morceau d’Isaac Hayes, « Walk On By », qui deviendra bientôt un standard de ce concert. Le groupe est ensuite retourné à Sly avec « Thank You », une façon de montrer leurs harmonies mais aussi une sorte d’hommage pour Mme Ross, qui était dans l’assistance avec Berry Gordy et le producteur Deke Richards. Toutes les reprises prenaient leur sens – c’était des reprises standard pour tous les groupes de divertissements – mais les Jackson 5 n’étaient pas un simple groupe, et entre leurs mains certaines chansons, particulièrement celles de James Brown, donnaient un sentiment assez significatif de la couleur musicale du groupe.

Il est significatif aussi, que même si Motown a géré tous les aspects de leur carrière, avec des contributions créatives remarquables de la part de Suzanne de Passe, le groupe J5 qui a tourné sur le circuit tumultueux du Midwest était toujours le même ces dernières années – Jermaine à la basse, Tito à la guitare, Jackie au tambourin, Ronnie Rancifer aux claviers et Johnny Jackson à la batterie. (Le plus jeune frère Randy est arrivé aux congas en 1972). Leur funk énergique a prouvé que, au milieu de l’hystérie des fans, les J5 offraient un package complet.

Néanmoins, les gosses étaient là pour chanter des tubes et les frères Jacksons s’y sont contraints avec leurs trois singles numéro 1, en plus du tour de force de Michael, « Who’s Lovin You » et le titre solo de Jermaine « I Found That Girl ». Bien que Michael se démarque de ses frères, dans les premiers jours de la Jacksonmania il était clair que beaucoup de fans étaient là pour Jermaine, sex symbole du groupe à l’âge de 15 ans. Même MJ le savait : devant la frénésie qui augmentait il présentait « I Found That Girl » comme « la chanson que vous attendiez tous ». La frénésie atteignait son paroxysme au cours de la dernière chanson, « The Love You Save ». Un raz de marée de fans se précipitait sur la scène, obligeant le groupe à partir en courant pour sauver sa vie.
« A San Francisco et à Los Angeles, c’était comme si les murs s’effondraient, quand toutes les filles grimpaient en même temps sur scène », déclarait Michael dans Soul Magazine la même année. « Jermaine a laissé tomber sa guitare et a quitté le concert du Forum. Nous pouvions toujours obtenir une nouvelle guitare, mais il était plus difficile de le remplacer. C’est vraiment dommage, parce que nous ne pouvions pas terminer le concert tel que nous l’avions répété ».

Malgré un début chaotique et un final un peu abrupte, ils « auraient difficilement pu être plus impressionnants », écrivait Robert Hilburn dans le Times. « Les cinq jeunes frères sont plus que des artistes qui battent des records de ventes. Ils sont une comédie musicale et un phénomène de divertissement ».
Le concert du Forum a attiré plus de 18 675 fans et rapporté 105 000 dollars, ce qui était à l’époque un record pour l’endroit sur les quatre dernières années. Lorsque la tournée a repris à l’automne, et alors qu’il classait son quatrième single n° 1 avec « I’ll Be There », le groupe a continué à battre des records de fréquentation au cours des trois soirs à Boston, Cincinnatti (où ils ont chanté l’hymne national lors du premier match des World Series) et Memphis, qui avait été le théâtre deux ans plus tôt de l’assassinat de Martin Luther King Jr. Au lendemain d’une telle tragédie, la Jacksonmania montrait une nation allant de l’avant avec un quintet de frères, venant de Gary, dans l’Indiana, pour ouvrir la voie.

Quand les Jackson 5 sont retournés au Forum fin août 1972, c’était très différent. La Jacksonmania était toujours là, le dessin animé à succès du groupe diffusé le samedi matin avait débuté à l’automne 1971, la même semaine que leur émission spéciale sur ABC-TV, Goin’ Back To Indiana. Les frères étaient maintenant des stars bien établies et celui qui attirait le plus l’attention était Michael, qui était à trois jours de son 14ème anniversaire et venait de sortir son deuxième album solo. Jermaine, qui avait maintenant 17 ans, avait aussi enregistré un album solo.
Contrairement à leur dernière performance au Forum, ce samedi a été plutôt calme, bien qu’on entende clairement par endroit les changements dans la voix de Michael. Avec six albums studio à leur nom, les J5 ont dynamité le spectacle avec des tubes. En effet, « Sugar Daddy » était le seul nouveau single sur la compilation Greatest Hits, qui est sortie juste à temps pour Noël 1971.

L’une des performances mémorables est celle de Jermaine sur « I’m So Happy », qu’on a rarement entendue, et qui est la face B de style doo-wop de « Sugar Daddy ». Bien que Motown ait hautement promu Michael et Jermaine, parfois au détriment du groupe, sur « I’m So Happy » on peut entendre une unité finement réglée, avec Michael qui exécute joyeusement les choeurs. Plus tard Michael se permettait sa propre série avec des titres solo comme « Got To Be There », en passant par la profondément soul « Ain’t No Sunshine » et « Ben », qui deviendrait son premier single n° 1. Cinq semaines plus tard les J5 apparaissaient au concert Operation PUSH EXPO, filmé pour le documentaire Save The Children, une reprise du tube solo de Michael, « Wanna Be Where You Are », est d’ailleurs l’un des joyaux de cette bande sonore.

At The Forum capture l’ascension des J5 vers la célébrité et vers les sommets, et constitue la documentation la plus durable du phénomène connu sous le nom de Jacksonmania.

Le texte est de Mark Anthony Neal, professeur de la culture populaire noire à l’université de Duke. Il est l’auteur de nombreux ouvrages tels que Soul Babies: Black Popular Culture and the Post-Soul Aesthetic (2002), Songs in the Keys of Black Life: A Rhythm and Blues Nation (2003) ou encore New Black Man: Rethinking Black Masculinity (2005).

Traduction: Cat

 

Vous vous souvenez certainement du qualificatif que nous avions employé lors de la découverte du coffret Hello World, The Motown Solo Collection que nous avions alors défini comme une pure merveille.

Comment ne pas renouveller ce jugement avec ce double album des Jackson 5ive « Live At The Forum » qui a fini par atterrir dans nos mains ? Car une fois de plus, la réalisation de ce produit a été faite dans toutes les règles de l’art et du respect envers la genèse du groupe des Jackson 5 et de Michael Jackson en particulier.

Le boitier de ce double album est un boitier cartonné, au même titre que les anciennes réalisations d’Hip-O Select pour les albums In Japan! et Joyful Jukebox Music/Boogie. Une fois ouvert, il se décompose en 4 parties, une pour chacun des CD et deux parties renfermant, un livret pour l’une et une présentattion de chaque membre du groupe pour l’autre.

Nous éviterons ici de vous présenter des photos du livret afin de ne pas vous gacher le plaisir de la découverte, mais sachez que celui-ci propose des photos inédites des Jackson 5 dont certaines de Michael. Le texte est de Mark Anthony Neal, professeur de la culture populaire noire à l’université de Duke. Il est l’auteur de nombreux ouvrages tels que Soul Babies: Black Popular Culture and the Post-Soul Aesthetic (2002), Songs in the Keys of Black Life: A Rhythm and Blues Nation (2003) ou encore New Black Man: Rethinking Black Masculinity (2005).

Les deux concerts Live sont comme annoncés, « d’époque » et l’on ressent bien la ferveur du public, la fameuse jacksonmania des années 70 avec un Michael Jackson sur scène omniprésent. Les autres frères sont également bien présent et leurs interventions notables. Les Jackson 5 sont bien là, ils sont sur scène pour le plus grand plaisir du public réagissant souvent par de nombreux cris féminins, fruit du succès des cinq frères.

Comme si vous y étiez, comme si l’HIStoire se répétait, ce double Live nous transporte près de 40 ans en arrière. Et le plaisir de l’écoute est énorme. Merci aux Jackson 5, merci à Michael et merci à tout ceux qui ont permis de mettre à jour ces fabuleuses archives musicales.

N’oubliez-pas de consulter régulièrement le site officiel dédié à ce double albumhttp://j5live.tumblr.com, celui-ci vous permettra de découvrir d’autres archives.

Nombreux sont les fans qui attendent ce double album des Jackson 5 Live At The Forum qui contiendra le concert du 20 juin 1970 ainsi que celui du 26 août 1972. Ces deux concerts qui avaient lieu au Forum de Los Angeles seront proposés sur un double CD qui sortira le 29 juin 2010. Une version téléchargeable sera également proposée aux USA dès le 22 juin prochain.

Afin de vous remettre dans l’ambiance de ces deux concerts, MJFrance vous propose aujourd’hui de découvrir les compte rendus de ces deux concerts qui furent publiés par le magazine américain SOUL(America’s Most Soulful Newspaper). S’il fut un temps ou la presse américaine ne parlait que très peu de ses artistes noirs, le magazine SOUL, de son coté, fit le choix de les mettre en avant, non seulement en tant qu’artiste mais aussi et surtout en tant qu’êtres humains permettant aux lecteurs de les connaître d’avantage. C’est ainsi que dès 1969 le magazine publia sa première présentation des Jackson 5 dans son édition du 8 septembre, Jackson 5 qui firent la UNE du magazine dès le 1er juin 1970.

Le compte rendu du concert du 20 juin 1970 fut publié dans le numéro du 27 juillet 1970 ou pour l’occasion, ce fut Marlon Jackson qui fit la Une. Voici pour vous la traduction de cet article.

Les Jackson 5 battent le record de fréquentation dans deux villes.

Los Angeles, Californie – Les Jackson 5 ont battu le record de fréquentation avec leur concert au Forum de Los Angeles avec 18675 entrées payantes pour le deuxième des deux concerts joués en Californie. Pour le premier concert, au Cow Palace de San Francisco, des centaines de fans se sont vus refuser l’entrée de l’arène surchargée, dont la capacité en places assises est de 13514 sièges. Le concert de Los Angeles a rapporté 105 000 dollars aux Productions Elgin Baylor.
Dans la soirée du deuxième concert, le populaire groupe a été informé qu’il venait de devenir la premier groupe à dépasser les Beatles à la place de numéro un dans le classement des titres pop, et par deux fois.
Les Jackson 5 sont en train de gagner en popularité à une telle vitesse qu’on en est même étonné chez Motown Records. Cependant, le public est encore plus étonné. Michael Jackson est incroyablement à l’aise sur scène et est capable de contrôler le public qui vient voir le groupe en le tenant comme collé à son siège, hypnotisé par ses aptitudes innées en tant que show man.
L’ensemble du groupe a un attrait particulier pour les jeunes Noirs, surtout parce qu’ils sont eux-mêmes de jeunes Noirs ayant les mêmes origines que la plupart de leurs fans. Ainsi, le groupe représente virtuellement et de manière vibrante la plupart des gens qui les aiment et les admirent. Ces jeunes hommes sont de véritables héros vivants et leur jeunesse aide les millions de jeunes qui achètent leurs disques à s’identifier à eux plus facilement. Leur popularité grandissante laisse penser que leurs fans dépasseront aussi ceux des Beatles.
Ils ont tellement inspiré les jeunes de leur âge que beaucoup se sont mis à écrire des poèmes pour eux, à les dessiner, à composer des chansons et à former eux aussi des groupes, à les imiter aussi.
Garçons et filles sont unanimes.
En accord avec cette inspiration de la jeunesse, SOUL a demandé à l’un d’entre eux de livrer ses impressions sur le spectacle donné à Los Angeles par les Jackson 5.
Tal Hawkins est élève au lycée du Mont Carmel à Los Angeles. Il a 16 ans et il entrera en première en septembre. C’est avec une grande fierté que nous présentons ses impressions sur l’impact des Jackson 5 sur la scène musicale d’aujourd’hui.

Une soirée à garder en mémoire
par Tal Hawkins

La soirée du 20 juin 1970 restera éternellement dans les esprits de ceux qui ont assisté au concert des Jackson 5. C’est l’un des concerts les plus époustouflants de l’histoire du Forum. C’est un événement prenant qui a gardé le public totalement captivé toute la soirée malgré quelques problèmes de son. Un étalage de talent a été exposé ce soir-là sous la forme de trois actes.
Le premier avec le désormais populaire groupe Rare Earth. Le groupe est composé de six jeunes hommes avec un immense talent musical. Et ils ont pleinement exprimé leur talent ce soir-là. Ils ont chanté trois chansons, dont leur single qui vient de sortir, Get Ready, était le dernier. Tout en chantant Get Ready, ils ont chacun mis un peu de leur extravagance musicale individuelle, qui a attiré jusqu’à la fin l’attention de ceux qui assistaient au concert.
Parmi ceux qui ont contribué à cette exposition musicale, le joueur de congas a tiré son épingle du jeu lors de sa séquence. Un tonnerre d’applaudissements approprié lui a été dédié, comme reconnaissance de son talent. A la fin de leur performance le public leur a fait savoir qu’ils avaient réussi leur mission de divertissement.

Un changement soudain
A l’origine, le second acte aurait dû être tenu par Ike et Tina Turner. Mais Tina étant brusquement tombée malade, ils ont été incapables d’honorer leur engagement. Mais tout n’a pas été perdu, car un remplacement équivalent a été organisé en lieu et place de Ike et Tina Turner. J’ai nommé le très populaire Homme de Glace, Jerry Butler.
Jerry a proposé une performance composée de vieux titres et quelques chansons enregistrées par d’autres artistes. Dans son pantalon à pattes d’éléphant très à la mode, Jerry a affiché ses capacités bien connues de chanteur, démontrant à l’évidence qu’il est le seul et unique Homme de Glace.
Parmi ses nombreux hits, Jerry a chanté Moody Woman, Never Gonna Give You Up, Western Union Man, et d’autres encore. Tout en chantant ces chansons, M. Butler nous a ramené à l’époque où ces chansons ont été conçues, et à tous les souvenirs qui s’y rattachent. Tout ce que je peux dire c’est que ça n’a pas été une erreur de le choisir pour remplacer Ike et Tina Turner, et je parie que tout le monde pense la même chose.

La bonne partie
Maintenant la bonne partie arrive, la performance des Jackson 5. Une vaste présentation a été faite par le maître de cérémonie Rick Holmes. Puis les Jackson 5 sont entrés pour le troisième acte. Rien qu’en faisant ça ils ont immédiatement reçu l’impact d’un grondement infini et des hurlements provenant de tous les angles possibles.
A la fin de leur premier numéro Jermaine Jackson a connu un problème technique à cause de l’ampli de sa basse. Cet incident a causé une brève interruption du concert. Pendant cette légère pause Michael Jackson, le chanteur du groupe, a pris le micro et a dit : « Comment allez-vous ? ». Les filles du public ont répondu dans un grand chahut : « Bien ! ».
Quand le problème de guitare de Jermaine a été corrigé, le maître de cérémonie a exprimé ses regrets les plus profonds et a présenté à nouveau les Jackson 5. Sur ce, ils ont refait leur entrée et ont commencé à chanter leur deuxième chanson, vendue à plus d’un million d’exemplaires, I Want You Back.
Parmi les titres chantés, on trouve Who’s Loving You, qui a été applaudie à tout rompre, I Don’t Know Why I Love You, ABC, Zipp a Dee Doo Dah, It’s Your Thing, I Found That Girl, Stand,Walk On Bye, There Was a Time, Thank You, et le très difficile hit de Joe Cocker Feelin’ Alright.
Pour cette partie et pour les autres une lumière colorée inondait la salle pour l’égayer. La personne ou les personnes qui travaillaient sur ces lumières devraient être félicitées pour leur connaissance des effets de lumières. Les lumières égayaient les tenues des performers et les faisaient paraître vraiment bien.
Au milieu de leur performance Jermaine Jackson a chanté une chanson qui a une très belle mélodie, I Found That Girl. Jermaine a exécuté cette merveille avec un talent évident hérité de sa famille. Lui aussi a causé une immense explosion de hurlements de la part des filles, et même des garçons.
Une performance m’a tout particulièrement enthousiasmé, c’était Walk On By, dans laquelle Michael Jackson, Jackie Jackson et Marlon Jackson ont accompli une chorégraphie douce, élégante et rythmée, sur la musique de Tito Jackson, Jermaine Jackson, Johnny Jackson et Ronnie Rancifer.
Le point culminant du concert a été la prestation de danse de Michael Jackson sur There Was a Time. Il dansait comme James Brown, le Camel Walk et le Funky Chicken. Il a prouvé sans l’ombre d’un doute qu’il était véritablement un authentique show man.

Une sortie précipitée
Pour terminer le show les Jackson 5 ont chanté leur nouveau single numéro un, The Love You Save. A ce moment-là la foule a été incapable de se contenir, et avant que les Jackson 5 aient terminé la chanson, ils ont été submergés par les filles des premiers rangs, et par d’autres qui venaient de toutes les directions. Les Jacksons 5 se sont donc dépêchés de sortir par mesure de sécurité par l’arrière de la scène, pour regagner leur limousine conduite par un chauffeur, qui les a emmenés chez eux.
La foule est donc sortie, puisque le concert était terminé. Pour tout ça, je peux dire que ça a été un événement inoubliable qui restera dans l’histoire du Forum, et qui marquera l’histoire du show business.

MJFrance: Nous avons pu retrouver quelques photos de ce concert sur le tout premier livre écrit sur les Jackson 5, les voici pour vous.

Voici un autre compte rendu de ce concert, celui-ci fut publié par le journal local Gary Crusader.

Los Angeles – Le fabuleux groupe Motown, les Jackson Five, le groupe de chanteurs le plus passionnant de la nation, a battu le record de fréquentation du Forum de Los Angeles en jouant samedi soir (le 20 juin) devant un public de 18675 personnes entièrement debout. Les concerts des Jackson Five ont rapporté plus de 105 000 dollars. La performance des Jackson Five au Forum a été le point final triomphant de deux concerts consécutifs, qui avaient commencé à San Francisco vendredi (le 19 juin), où des milliers de fans ont afflué au Cow Palace, dont la capacité est de 13514 places. Les deux concerts ont rapporté 180 000 dollars.

Les deux concerts de Los Angeles et San Francisco ont été complets une semaine après la mise en vente des tickets. Juste avant l’ouverture du concert au Forum, le groupe Motown a été informé par les instances de l’industrie musicale qu’ils étaient devenus le premier groupe à avoir à deux reprises déchu les Beatles de leur place de numéro un dans les charts. Le single du moment des Jackson Five, The Love You Save, est numéro un du classement national.

Rayonnante de fierté, la star Diana Ross, qui a découvert les Jackson Five dans leur ville natale de Gary, dans l’Indiana, a été vue au concert du Forum, ainsi que le président de la Motown, Berry Gordy Jr. Le groupe des Jackson Five est composé de cinq frères : le chanteur leader, Michael, 10 ans ; Jackie, 18 ans ; Marlon, 11 ans ; Jermaine, 14 ans ; et Tito, 16 ans.

Un autre groupe Motown partageait les applaudissements, Rare Earth, dont le titre Get Ready a récemment atteint le million de ventes, et la deuxième place des charts, ainsi que The Ice Man (l’homme de glace), le chanteur Jerry Butler, qui ont donné une autre dimension à la soul pour ce concert réussi des Jackson Five.

MJFrance: Voici maintenant le compte rendu du concert du 26 août 1972 publié par le magazine SOUL le 23 Octobre 1972 qui en fait contient deux compte rendus différent dont l’un d’eux, a été écrit par David Gest que les fans de Michael Jackson connaissent bien comme ami de longue date de la famille Jackson.

Les Jackson 5 électrisent le Forum

18000 fans exposent leur âme et leur Jacksonmania

Ils ont probablement commencé à arriver vers 6h45 ce soir-là, dans une armée d’automobiles de toutes tailles et de toutes marques… certains d’entre eux avec des groupes d’amis, certains avec leur mère et leur père, d’autres étaient chargés de la garde de leurs jeunes frères et sœurs – en les réprimandant sévèrement s’il arrivait quelque chose. On jouait à guichet fermé, comme l’annonçait le fronton, mais toute personne dotée de bon sens n’en était pas surprise… car c’était le concert de l’année, en direct du Forum, de tout le pays – et peut-être même du monde entier – donné par le groupe de jeunes Noirs peut-être le plus talentueux du monde, les Jackson Five. L’heure était parfaite… 7h30… pour préserver l’heure du coucher des plus petits enfants, ainsi que les nerfs fragiles des parents pas encore convaincus, qui connaissaient le talent des Jackson, mais qui avaient peut-être juste besoin d’une « preuve » de plus pour l’être totalement.
Une fois à l’intérieur, l’espace caverneux du Forum bourdonnait de jeunes voix qui parlaient de Michael… ce qu’il allait faire et à quel point il était « supeeer » et à quel point il était « géniaaal » – en espérant qu’il chante Ben, Got To Be There et I Want You Back et tout le reste, mais principalement ces chansons-là, « Vraiment ! ». Les visages d’ébène, bruns ou beiges étaient encadrés de tresses, les corps fins vêtus de pantalons à taille haute, de blazers, de maillots de corps, de robes longues ou courtes moulantes. Les jeunes frères étaient impeccables dans leurs costumes ajustés, cool face à l’hystérie des « poulettes » mais vraiment aussi excités par le fait que ça se vérifie encore sur cette nouvelle étape pour les frères Jackson.
C’était aussi une affaire de famille… et les plus jeunes ont sans doutes dépassé leurs homologues plus âgés… il y avait des enfants de quatre, cinq, six ans, vêtus de leurs habits du dimanche, le visage rayonnant, qui serraient le main de Papa et Maman, mais en les tirant avec anxiété pour se rendre au plus vite à leur siège et regarder d’un œil vif vers la scène, s’interroger sur la présence de la rangée de micros et d’autres « trucs » sur la scène… tout en connaissant la réponse sur certaines choses mais pas toutes, en demandant à leur maman « quand Michael arriverait sur scène ». Et puis bien sûr il y avait les enfants sages, de sept, huit, neuf, et même dix ans, assis deux par deux… à qui on avait permis de sortir seuls pour aller voir leurs idoles… et qui chuchotaient malicieusement entre eux pour savoir si c’était bien Tom Cross de KGFJ qui était assis derrière eux.
C’était donc un show pour des enfants qui prouvaient leur pleine capacité de fans passionnés, dont l’indéniable allégeance et la fidélité à leurs héros était accablante ! Parés de fanions Jackson Five, d’affiches, de livrets souvenirs, ils ont afflué vers leurs sièges, faisant rapidement contrôler leurs billets et attendant avec impatience le grand moment. Jumelles et caméras ont vite été saisies pour capturer instantanément les visages de chaque membre du groupe.
Le groupe The Undisputed Truth, qui précédait les Jackson Five a reçu un accueil enthousiaste mais symbolique de leur carrière, avec leurs hits Smiling Faces et Poppa Was a Rolling Stone, mais pas autant que lorsque les cris aigus ont retenti lorsque les lumières se sont tamisées et que Johnny Soul, le maître de cérémonie, a présenté les Jackson Five.
De l’agitation ? Oui ! Les projecteurs balayaient en permanence le public tandis que les Jacksons Five entamaient leur premier morceau. On hochait la tête, on claquait des doigts et on bougeait son corps au rythme de la musique. Michael s’est éloigné, puis est revenu aux quatre coins de la scène pour taquiner les groupes de filles frénétiques qui se penchaient au balcon et tentaient désespérément de toucher sa main… et il l’a fait à plusieurs reprises tout au long du concert jusqu’à ce que ça arrive enfin… il touchait une main et des cris s’entendaient au-dessus de la foule alors que la chanceuse sautait et semblait au paroxysme de la joie, chérissant pour toujours cette main et ces doigts.
Inutile de dire que ça a été un énorme succès ; les Jackson Five ont donné un magnifique spectacle, précis et fluide dans leurs interprétations fantastiques et leur chant très juste. Mais le spectacle était dans la salle et les vagues de bons sentiments se ressentaient rien qu’en regardant les 18 000 fans en train d’observer leurs héros avec une vigueur inégalée… c’était vraiment spécial.
Rosalind Goddard

INGLEWOOD – Les Jackson Five font toujours des tubes, vendent des millions d’albums, remplissent les salles de concert et maintiennent le prestige qu’ils ont depuis 1969, quand les choses ont commencé à marcher pour ces jeunes garçons. Fin août, ils se sont produits au Forum d’Inglewood et une fois de plus la Jacksonmania a pris vie sous la forme de milliers de jeunes femmes criants les noms de Michael, Marlon, Jackie, Tito, Jermaine, et n’oublions pas le plus jeune, Randy, qui a fait sa première apparition en Californie. Leur charisme spécial n’a pas disparu.
Il n’est pas difficile de se rendre compte de la raison pour laquelle ils sont considérés comme le plus grand groupe Motown et pourquoi ils reçoivent autant d’attention. Leur prestation est bien chorégraphiée et bien répétée. Par moments leurs mouvements semblent si bien répétés qu’ils perdent un peu de la fluidité qui les rendrait un peu plus naturels. Ils caracolent sur scène de manière passionnante, mettant beaucoup de discipline dans leur prestation scénique, autant que dans leur musique.
Le concert n’a pas seulement révélé le groupe dans son ensemble, mais a aussi donné à Michael et à Jermaine une chance de faire leurs preuves en tant que chanteurs. Michael Jackson n’a aucun problème à se lamenter sur Wanna Be Where You Are et Got To Be There. Il bouge sur scène comme un petit ouragan, parcourant la scène de long en large pour chanter en direction des jeunes filles assises sur les côtés. Il a même parfois arrêté de leur serrer la main, rendant la foule déchaînée devant chaque mouvement et chaque geste qu’il faisait. La chanson la plus efficace a été Ben, où il a démontré sa puissance vocale, sa capacité, et son charisme en tant qu’artiste. Il l’a chantée de manière élégante, touchante, envoûtante, comme un vrai professionnel.
Jermaine prend aussi son propre chemin avec son premier album Motown, qui se porte plutôt bien dans les charts. Sa voix a la fraîcheur et la clarté du cristal et en même temps émet de la chaleur. Il a chanté I Found That Girl et son sigle du moment I Let Love Pass Me By. Son interprétation de Bridge Over Troubled Water a été des plus impressionnantes.
Le groupe a interprété plusieurs de ses tubes, comme ABC, I Want You Back, Never Can Say Goodbye, Goin’ Back To Indiana et Sugar Daddy. Chaque mélodie a créé un semblant de nostalgie à certains moments, à certains endroits, et à certaines personnes. Ces chansons n’ont pas perdu l’énergie et le rebond qui ont fait d’elles des classiques.
Randy Lucifer Jackson a été présenté au milieu du concert et a démontré son jeune talent pour les congas. Pour un enfant de cet âge il joue exceptionnellement bien des percussions, et a pu prouver qu’il pourrait un jour être l’attraction principale du groupe, si sa voix est aussi bonne que son jeu.
Le groupe a fait durer le spectacle pendant une heure et quart, sans aucun retard. Ils ont conclu sur The Love You Save et ont prouvé qu’ils étaient toujours aussi populaires, et si ça continue, ils deviendront probablement les nouveaux Mills Brothers.
The Undisputed Truth ont ouvert la première partie du concert avec des airs tels que Smiling Faces Sometimes et Papa Was a Rolling Stone. Leur performance contient quelques chorégraphies (le genre de chorégraphie permise par Motown pour la plupart de ses groupes) et quelques harmonies vocales très justes. Leurs voix semblaient vraiment puisantes et le groupe a montré beaucoup de potentiel.
David Gest

Sources: Universal Music / Soul / J5Collector / The Jackson 5 Ellen Motoviloff / MJFrance

Traduction: Pretty Young Cat