Accueil » A Propos De... » Interviews » Interview des 3T, les neveux de Michael - 15/09/03

Interview des 3T, les neveux de Michael - 15/09/03

Interview des 3T par Karen, Lundi 15 septembre 2003 Hôtel Méridien Etoile (Paris).


Comment allez-vous ? ça fait si longtemps que l’on ne vous a pas vu.

TJ : Nous avons apprécié la vie. Nous avons travaillé notre musique et ce dès que nous avons terminé notre dernière tournée. Nous devions aussi nous occuper d’un procès que nous avions en cours.

Avec votre maison de disques ?

Taj : Non par rapport à notre mère. Notre mère est décédée.

Oui…

Taj : Nous devions être là afin de mettre le coupable en prison.

Donc vous avez retrouvé le meurtrier ?

TJ : Oh oui.

Taj : Nous devions nous rendre au tribunal presque tous les jours.

Je ne savais pas qu’elle avait été assassinée.

En cœur : oui…

C’est donc la principale chose que vous avez dû faire ces derniers temps…

TJ : Nous avions également un problème avec Sony Music America. Qui nous est retombé dessus à la suite des problèmes qu’avait eu Michael avec eux. On nous a bloqué et utilisé et ça nous a fait mal. Tout le monde a été touché … Et on a ensuite fait un autre album qui sortira cette année.

Vous savez que nos lecteurs les plus jeunes peuvent ne pas vous connaître. Pourriez-vous nous dire en quelques mots comment sont nés les 3t ?

Taj : En fait nous avons toujours fait de la musique. Rien qu’en regardant notre père et nos oncles sur scène et c’est à ce moment là que l’on a décidé qu’on voulait faire de la musique. A notre entrée au collège nous répétions et puis nous avons eu un contrat chez Sony Music qui nous a permit d’enregistrer notre album.

Donc c’était vraiment plus qu’un passe temps pour vous. Dès que vous avez vu votre famille vous vous êtes dit que c’était vraiment ce que vous vouliez faire ?

TJ : oh oui

Que se passe t il ensuite. Vous allez voir votre père et vous lui dîtes : “ Papa, on veut faire de la musique… ”

Taryll : On a toujours voulu faire un album et entendre nos voix sur un cd ou k7. Notre père nous a dit “ Il faut que vous travaillez dur, il faut s’entraîner encore et encore ”. Et c’est ce que nous avons fait. On a travaillé très dur. Notre père possède un studio à la maison. Il nous a donc enregistré et on a fait notre première maquette ensemble. C’est comme ça qu’on a vendu notre projet à Sony Music. On a travaillé pendant 2 ans, quand on avait 10 ou 12 ans et on a eu notre contrat.

Avez-vous appris à jouer d’instruments ?

Taryll : on joue tous à peu prêt des mêmes. Basse, guitare, batterie, les ordinateurs et autres machines pour le son, les percussions.

Quelles sont vos principales influences musicales ? Je suppose que votre famille est la première..

Taryll : oui notre famille arrive en premier.

C’est normal vu que vous avez grandi en les écoutant…

TJ : Oui nous sommes de grands fans même s’ils font partis de notre famille. Nous sommes de grands fans de leur musique.

Taryll : Les Beatles, leurs lyrics sont supers, les Bee Gees, le répertoire de la Motown. Sam Cook, Otis Redding. Nous écoutons plusieurs styles musicaux.

Qu’en est-il des sons d’aujourd’hui ?

Taryll : En fait on écoute surtout des chansons plus anciennes car elles ont de supers mélodies. Et je pense qu’il y a également des chansons d’aujourd’hui qui sont biens mais la plupart de celles que nos écoutons sont anciennes.

Ok, sinon, je me demandais pourquoi vous aviez choisi de signer chez MJJ ?

TJ : C’était une décision difficile. On ne voulait pas parce qu’on savait que les gens allaient dire que nous étions avec notre oncle mais en même temps nous pensions qu’il était important pour nous de faire notre propre musique. Quand nous avons signé j’avais 14 ans et la plupart des labels n’étaient pas chauds à l’idée de nous signer à cet âge là. En signant, chez MJJ nous étions sous contrôle en tant qu’ado et je crois que ça nous a aidé. Ça fait maintenant 8 ans que nous écrivons nos titres même si nous sommes toujours plus ou moins jeunes.

Et puis voici donc votre premier album Brotherhood, il rencontre un gros succès et tout…. Alors pourriez-vous nous dire comment s’est passée votre collaboration avec Michael Jackson ? Vous avez enregistré 2 titres avec lui à l’époque : “ Why ” et “ I Need You ”. Comment ça s’est passé en studio : travailliez vous avec votre oncle ou avec un artiste ?

TJ : Un peu des deux. A la base on bossait avec notre oncle jusqu’au jour où on a mis sa voix sur le titre. Pour “ Why ” on ne l'a pas vu en studio car sa participation était prévue pour l’album HIStory. Sa voix était déjà enregistrée. On a juste chanté notre partie à la suite. Pour “ I Need You ”, la chanson était finie et puis il est arrivé en studio et nous a dit : “ J’adore cette chanson, est-ce que je peux juste chanter quelque chose dessus ? ” C’est pour cela qu’on ne l’entend qu’à la fin.

Oh, ça n’est donc pas quelque chose que vous aviez décidé de faire ?

En cœur : non

TJ : “ I Need You ” était déjà terminée mais c’était notre oncle qui disait : “ J’adore cette chanson… ” Tout c ‘est fait en une fois et c’était tout simplement magique.

Comme je le disais l’album a été un gros succès alors pourquoi avoir quitté MJJ ?

Taryll : Il y avait une grosse guerre entre Sony Music et MJJ.
On voulait sortir notre album

Taj : On n’avait fini un album.

C’est ce que j’avais entendu

Taj : et il ne voulait pas le sortir. Ils l’ont gardé.

Et vous étiez toujours sous contrat avec eux à l’époque je suppose ?

Taryll : on ne pouvait aller nulle part.

Taj : On ne pouvait pas quoiqu’il arrive le sortir chez quelqu’un autre. Et puis nous avons enfin été libéré.

TJ : C’est comme sortir en prison à cause d’un crime qu’on n’a pas commis

Vraiment ?

TJ : C’est comme rester assis dans une prison. Tu veux juste sortir mais tu ne peux pas.

Taryll : On s’est senti piégé.

TJ : On l’était mais là on est enfin libre.

Cool. Donc maintenant parlons du nouvel album. Nous voulons tout savoir. Avec qui vous avez travaillé, quel est le style musical ?

Taryll : nous avons écrit et produit tout l’album sauf le single “ Stuck On You ”. Tout ce qu’on a vécu avant et jusqu’à aujourd’hui est conté dans les chansons de l’album. Il y a des chansons d’amour, des chansons qui bougent. De la musique qui fait se sentir bien. On appelle ça inventif quand on veut laisser sortir sa haine, ses frustrations et ouvrir son esprit en chantant.

Taj : il y a tout.

Taryll : il y a tout. On a passé de durs moments mes frères et moi et on a essayé de tout réunir sur cet album.

TJ : Une autre chose, très rapidement, il y a également de très bons musiciens des années 80 qui ont également jouer sur plusieurs titres des albums de notre famille.

Taryll : Comme “ Earth Song ”. Les musiciens ont beaucoup jouésur des titres de notre oncle comme “ Billie Jean ” (le guitariste).

TJ : C’est un album qui sonne très Jackson.

ça ne ressemble donc pas à votre premier album ?

Taryll : Un peu quand même car nous sommes les 3t et le son est toujours là. Mais c’est un peu différent.

TJ : Au début on essayait de faire nos propres sessions, nos propres sons et je crois qu’on y est arrivé avec certaines de nos ballades, les chansons les plus lentes. Nous avons toujours ce même son pour les chansons lentes. Pour les up tempos on s’est inspiré de ce qui nous faisait du bien dans le sang. Pour certains ça pourrait vraiment ressembler à du Jackson mais c’est ce qu’on est.

Mais vous en avez totalement le droit. Donc comment définiriez vous votre style musical ?

Taryll : Je dirais pop-rnb

Combien de temps avez vous travaillé sur cette album. Vous avez dit que votre album était prêt il y a quelques années.

Taryll : On a enregistré un autre album. On a dû tout recommencer. Quand nous avons quitté Sony on a dû tout recommencer.

Sony a gardé l’album que vous aviez enregistré ? Tout ce travail pour rien…

Taryll : exactement.

TJ : On en était à un point où on s’est dit qu’il fallait continuer à vivre et oublier ça. Les fans et la famille nous ont vraiment aidé à continuer. On veut d’ailleurs remercier nos fans pour ça.

Est-ce qu’il y a des duos sur cet album ?

TJ : Pas encore. Je pense pas qu’il y en aura parce que nous voulons être les 3t. Pour que les gens puissent vraiment savoir ce qu’on fait.

Quand pensez-vous qu’il sortira ? Il n’est toujours pas fini je crois…

Taryll : Non. Notre deadline est fixée au 15 octobre. C’est à cette date qu’on doit le rendre. Si tout va bien, il devrait ensuite sortir avant Noël.

TJ : on essaie

Pourquoi avoir choisi “ Stuck On You ” comme premier extrait ? Généralement on revient avec quelque chose de nouveau qui vous appartient comme votre bébé.

Taj : exactement.

TJ : Ce n’est certainement pas ce que les gens pourraient penser. On avait fini la moitié de l’album. On a vu le répertoire des chansons de Lionel Richie et on a enregistré un titre pour s’amuser. Et puis quand la maison de disques nous a demandé ce qu’on avait, on leur a répondu qu’on avait un peu plus de chansons et on l’a rajouté aux autres. Ils aimaient tellement cette chanson qu’ils ont voulu le sortir comme premier extrait.

Ce n’est donc pas ce que vous vouliez

TJ : En fait ça sonne pas vraiment 3t.

Taryll : C’est différent de ce qu’on a fait dans le passé.

TJ : Mais c’est toujours nous qui chantons et produisons. C’est toujours nous.

On s’attendait tous entendre quelque chose de nouveau de votre part…

Taryll : Mais c’est aussi bien car on voulait faire quelque chose à laquelle les gens ne s’attendraient pas. On obtient ainsi un peu plus de respect pour avoir tenter notre chance.

Au sujet de la vidéo, où l’avez vous tourné ? Qui était le réalisateur, combien de temps ça vous a pris ?

Taryll : on a vu le travail de plusieurs réalisateurs. Et on a choisi celui qui nous avait vraiment impressionné. On a aimé la manière avec laquelle il utilisait la caméra, ces autres vidéos et pubs. C’est quelque chose qu’on recherchait. On voulait faire notre grand retour et on voulait être sur qu’il y ait une certaine ambiance.

TJ : On l’a tourné à L.A.

C’est une magnifique maison…

Taj : C’est vrai.

Le photographe arrive et leur dit au revoir.. ;

TJ : goodbye and meurci

Je souris …

Tj : Tu te moques de mon français (un peu gêné)

Non… je regardais à qui vous parliez…

Taryll : A bientôt .. ; aviento. C’est avi ou abi ?

A bientôt…. Il y a un autre titre sur le single “ Stuck On You ” ; c’est “ Disappeared ” pourriez vous me parler de cette chanson ?

Taryll : J’adorerais faire ça.

Est-ce qu’il sera sur l’album ?

Taryll : Je pense qu’il y sera. Tu vois cette chanson c’est comme si on l’avait écrite avec le point de vue d’un fan. Si tu échanges les positions et que tu fais comme si c’était les fans qui chantaient ça prendra tout son sens. Certaines personnes pensent que c’est nous qui chantons pour une fille parce que les filles nous quittent tout le temps. Mais en fait ça parle du fait que nous avons disparu de la vie de nos fans. Comme si c’était quelque chose qu’ils avaient pu ressentir.

Vous nous avez abandonné !

Taj : C’est ce que dit la chanson

Taryll : Si tu écoutes cette chanson en sachant que ça vient d’un fan… On l’a écrit à partir du point de vue d’un fan. Du moins à partir de ce qu’on pensait qu’ils aient pu ressentir…

Qu’est ce que ça fait alors de refaire de la promo ?

Taryll : ça fait du bien, on se sent à la maison. On est excité, c’est comme un 2e rêve qui se réalise . Le premier c’était quand on a fait notre tournée et là on est de retour. ça fait plaisir de faire ce qu’on fait.

TJ : C’est important de savoir que la musique est jouée dans notre famille depuis que nous sommes très jeune. La musique est dans notre sang. Le fait de pouvoir partager notre musique c’est ce qui nous fait avancer. C’est vraiment excellent.

Justement qu’est ce que ça fait de grandir dans cette très grande famille ?

Taryll : On se sent très chanceux pour ça. Il y a des milliards de gens sur la planète et on a eu de la chance de faire parti de cette famille, d’être proches de gens si talentueux. C’est une très bonne famille. En tant qu’être humains ils sont très gentils. C’est quelque chose à laquelle nous avons assisté en grandissant et on a également appris à respecter les autres de la même manière qu’on se respectait soi-même. Il sont supers et on est très fiers de faire parti de leur famille.

N’avez vous pas eu peur justement ?

Taryll : De toute la pression ?

Les fans peuvent être fous quand on voit l’exemple des Jackson 5 ou Michael Jackson…

Taryll : Un des choses que notre famille nous a appris c’est de ne pas avoir peur. Aller au bout de ses rêves, n’avoir peur de rien et faire de son mieux. De temps en temps il y a de la pression mais nous sommes différents de Michael, Janet ou les Jackson.

Oui mais vous êtes des personnalités publiques qu’on reconnaît donc quand vous sortez. Je veux dire Michael a l’air si effrayé en public…

Taryll : Des fois ça fait peur parce que certains fans peuvent péter un câble et dépasser les limites. Tu veux leur donner de l’affection et les prendre dans tes bras mais il y a des fois où on ne sait pas. Ils peuvent te poignarder. Quand on est proche d’eux on ne sait pas. Ça peut être dangereux.

Diriez-vous que vous avez grandi dans une famille normale ?

TJ : Normale mais unique. On est toujours une famille, on des oncles tantes, père, mère, et des frères. Le principe est le même. La plupart de ma famille est sous les projecteurs car ils sont dans la musique. Le temps que nous passons ensemble est un peu différent. C’est super mais le temps en public est un peu différent aussi. On fait attention les uns aux autres.

Taryll : c’est vrai.

Vous voyez vous tous souvent ?

TJ : pas tant que ça.

Connaissez vous au moins vos cousins et cousines ?

TJ : on connaît tout le monde.

Donc vous n’apprenez pas que vous avez un cousin en lisant les journaux...

TJ : On se retrouve tous un jour par an. On essaie tous d’être là.

Taj: Family Day.

TJ : oui on l’appelle family day et même si il y a quelqu’un qui en rate un, en générale il sera au prochain. On y est toujours.

Préparez-vous une tournée ? Je sais que votre album n’est pas fini…

Taryll : oui complètement

TJ : au début de l’été

Par où allez-vous commencer ?

Taj : L’Europe d’abord.

TJ : oui l’Europe est notre priorité.

Est-ce que le single est sorti aux USA ?

Taj : pas encore.

En fait j’ai cherché sur internet et je ne l’ai pas vu..

TJ : En fait il est uniquement sorti en France. Puis bientôt en Europe et puis dans le monde.

Savez vous quelque chose au sujet de ce projet de réunion de Jacksons 5. Ça fait si longtemps qu’on en parle…

Taj : oui depuis toujours. On adorerait que ça arrive.

Tarryll : On espère que ça arrivera. On est de grands fans comme tout le monde.

Ne pensez-vous pas que ça va se réduire à une grande soirée où tous seront réunis comme pour le concert des 30 ans de carrière d’MJ ? Je n’ai vraiment pas le sentiment que tout ça arrivera un jour. Je veux dire revoir tout le monde en studio… Tout le monde a changé.

TJ : Tout à fait. Tout le monde à sa famille et ses propres priorités. Ça arrivera ou pas. Mais je pense qu’il y aura quelque chose un jour. Cette année ou la prochaine… ça me surprendrait qu’ils ne refassent rien. Ils doivent le faire. Ils ont tous la musique dans le cœur.

Pensez-vous à vos carrières solos ?

Taj : on a tous des ambitions parallèle à la musique. On adore la musique on a toujours été un groupe. Je voudrais être réalisateur, TJ veut être dans le business et Taryll veut produire d’autres artistes.

Tu penses créer ton propre label ? (à Taryll)

TJ : Je créerai le label et il m’appartiendra (rires).

Quel genre de film aimes-tu ? (à Taj)

Taj : j’adore les films d’action, les comédies. J’aime tous les styles de films. J’ai aussi aimé Titanic. Je regarde les comédies dramatiques et les comédies romantiques. J’aime tout.

Penses-tu un jour être acteur ?

Taj : je préfère être derrière la caméra.

Tu te sens plus en sécurité ?

Taj : oui c’est ça en sécurité (rire)

Bon les garçons je vais vous laisser

TJ regarde une des photos des MisTeeq et me dit en me montrant du doigt Aleesha : Elle ressemble à notre cousine !

Elle est anglaise.

TJ : Elle ressemble à notre cousine !

Taj : ça ressemble plus à Yashia.

TJ : non elle ressemble à Stacy, je suis désolé.

Qui est Stacy ?

TJ : la fille de Rebbie.

TJ : Si on montre ça à son mari il nous dire que c’est une jolie photo d’elle.

Vous pouvez garder le magazine.

Taryll : Stacy va halluciner.

Taj se tourne vers moi…

Taj : merci beaucoup, comment c’était ?

Très bien, j’avais un peu peur qu’il n’y est qu’un seul d’entre vous qui parle pour les deux autres…

Taj :C’est dur car on a eu un planning chargé aujourd’hui.

C’est ce que je me suis dis en voyant que j’allais être la dernière… Je me suis dit que vous alliez être fatigués.

Taj : On est content de refaire des interviews c’est juste qu’il faut qu’on s’y réhabitue.

Je suppose que tout le monde doit vous poser le même genre de questions...

Taryll :On adore ça…

TJ : Comment tu t’appelles ?

Karen…

Taryll : Karen

TJ : Merci Karen c’était une bonne interview.

Taryll : Oui une très bonne interview.

TJ : ça fait combien de temps que tu es journaliste ?

Ça fait un an que je travaille dans ce magazine.

Taryll : tu aimes ça ?

Oui, j’adore pouvoir parler à des gens que j’admirais avant

Taryll : Qui d’autre as-tu interviewé ?

Beyoncé, B2k et Big Brovaz, ils sont anglais.

Taryll : Ils étaient tous sympa ?

Oui mais avec B2K, c’était bizarre, il n’était que 2 sur 4 et tu pouvais sentir qu’ils étaient en début de carrière et qu’ils prenaient la grosse tête.

Taj : Oh mon dieu…

Mais pour Beyoncé, je l’ai vu un soir où elle faisait une interview en public pour une radio au VIP à Paris, vous connaissez ?

Taryll : Oui

Quand je l’ai vu je me suis qu’elle n’avait rien à voir avec les photos qu’on pouvait voir d’elle dans les magazines. Elle avait l’air plus « vraie », plus jeune et plus mince. Alors que dans les magazines elle est très maquillée et tout. Elle était assez froide, on avait l’impression qu’elle avait déjà des réponses toutes faites. Je me suis dit « mon dieu, je dois l’interviewer demain . J’espère qu’elle ne sera pas comme ça ». Quand je l’ai vu le lendemain, elle était beaucoup plus cool. Comme si elle m’avait invité chez elle. Elle avait l’air d’être plus à l’aise. Peut être parce qu’il n’y avait pas tous les fans autour. Je pense que c’est quelque chose d’important pour un artiste que de faire une interview dans le calme. D’ailleurs vous avez fait des interviews dans le salon du bas, tous les fan essayaient de vous voir à travers la vitre. Vous aviez de la chance de ne pas les voir parce que le journaliste avait l’air assez dérangé. Lui était face à eux.

Taryll : Es-tu déjà allez aux Etats Unis ?

Oui.

Taryll : Pendant combien de temps ?

2 fois un mois.

Taryll : 1 fois un mois puis une autre fois un mois ?

Oui.

Taryll : Oui.. parce que tu parles très bien anglais.

Merci. J’ai également de la famille en Californie…

Taryll : Où ?

Fremont et Hayward.

Taj : Waouh

Et j’ai aussi de la famille en Caroline du Nord pres de la base militaire de Forbragh.

TJ : Est-ce que tu serais capable de citer les 50 états ?

Non.. ;

TJ : Combien alors ? 30 ou 20 ?

Je pense que je devrais d’abord les écrire, je ne crois pas pouvoir tout sortir d’un coup…

TJ : 15 alors ?

Oui je pense.

TJ : Et si je te laissais 1 heure, ça serait toujours 15 ?

Si j’ai une heure je pense pouvoir tous les retrouver.

TJ : Donc tu les connais tous ?

Si j’ai le temps pour les retrouver, je pense. Tu sais que je ne connais même pas le nom de tous les départements français. Je ne sais même pas placer les grandes villes. C’est pas la peine de me demander de vous guider. Je vous conduirais forcément dans la mauvaise direction. (rires) Bref, combien de temps restez vous à Paris ?

Taryll : Encore pendant 2 semaines.

Waouh. Oh, vous vous rappelez de Cauet ?

TJ : Oui

Il vous a fait sentir ce fromage…

TJ : Oh oui

Ça avait l’air horrible… Qu’avez vous pensé de ça ? Je veux dire n’avez vous pas pensé : « On était absent pendant toutes ces années, et c’est la première chose que tu me demandes de faire en me revoyant »…

Taj : Oui je sais.

TJ : D’ailleurs j’ai commandé une pizza hier soir et je n’ai pas pu la manger car je sentais encore l’odeur de ce fromage.

Vous ne mangez donc jamais de fromage à part celui qui se trouve dans les pizza ou cheeseburger ?

TJ : Oui mais je trouve que le fromage français est différent. Je ne sais pas ce qu’il m’a donné.. Au fait c’était quoi ?

Je ne sais pas mais ça avait l’air de ne pas sentir très bon. Je ne me rappelle pas du nom.

TJ : Tu l’as vu à la télé ?

Non sur le net. Je ne savais pas que vous étiez dans cette émission. En fait j’ai cherché des infos sur vous et j’ai vu que vous étiez passés dans cette émission alors j’ai cherché la vidéo.

Taj : Oh tu as fait des recherches.

Oui.

Taj : Je suis sûr que tu étais très studieuse à l’école

Rires.. Non en fait je guettais votre retour depuis toutes ces années.

---

Fin.

Un grand merci à Karen pour cette interview exclusive.