Les trois juges de la cour d'appel ont conclus unanimement que « Le mépris du [Dr Murray] pour la santé et la sécurité de M. Jackson a été démontré pendant le procès, que ce soit dans la manière avec laquelle il a administré un grand nombre de médicaments dangereux à M. Jackson sans avoir le matériel ou le personnel appropriés, ou dans la façon dont il a laissé M. Jackson sans surveillance », en ajoutant que « Les preuves ont montré que M. Jackson était une victime vulnérable et que le [Dr Murray] était dans une position de confiance et qu'il a violé la relation de confiance [avec son patient] en allant contre les standards de conduite professionnelle ».

Ils reprochent également au praticien de n'avoir jamais « reconnu sa responsabilité et d'avoir montré une absence de remords pendant tous les débats ».

L'avocate du Dr Murray, Valerie Wass, a affirmé que la décision était « décevante mais pas inattendue », la qualifiant de « simple premier pas ». Elle a précisé qu'elle se tournerait probablement vers la Cour suprême de Californie, ou demanderait une seconde opinion à la cour d'appel.

Source: Le Monde / lematin.ch.