Quagmire : Comme je vous l'ai dit plus tôt, "Break Of Dawn" contient des paroles très particulières. C'est très sensuel et c'est la première fois qu'il parle de faire l'amour. Comment se sentait-il par rapport à cela quand vous avez effectué les enregistrements, dans quel état d'esprit était-il? Avait-il des souhaits particuliers lors de ces sessions?

Dr. Freeze : Non, il m'a juste dit qu'il adorait la chanson. Je ne lui ai pas donné de consigne, il savait exactement quoi faire. Il a pris les commandes de l'avion, moi je me suis simplement occupé du décollage.

Q : En gros, il disait: "Allez on fait ce couplet encore une fois, Ell..." Au fait, est-ce qu'il vous appelait Elliot?

F : Non il m'appelait toujours "Freeze"!

Q : Et vous, vous l'avez immédiatement appelé par son prénom?

F : Absolument! Nous étions vraiment proches. En fait, pour être précis, je l'appelais par son diminutif "Mike" plutôt que Michael.

Q : Vous avez mentionné les jeux vidéos tout à l‘heure. Vous rappelez-vous des jeux vidéo auxquels vous jouiez avec lui à cette époque?

F : Dans sa maison, il avait plein de jeux vidéo. Street Fighter, Mortal Kombat et aussi Flight simulator. On passait un temps fou à jouer à ça.

Q : Vous jouiez dans les studios ou vous vous rendiez à Neverland?

F : Oui, je suis allé à Neverland, pour me détendre et pour travailler. On a beaucoup travaillé là-bas. Il avait un studio au ranch. Donc on bossait là-bas et parfois il me disait : "Allez, on fait une pause Freeze! Va t'amuser un peu, va dans la salle de projection, va sur une attraction ou va te promener dans le zoo!" Neverland, c'était un peu comme un deuxième chez-moi.

Q : Je ne savais pas que vous aviez travaillé à Neverland! C'est intéressant car nous n'avons pas beaucoup de détails sur le studio de Neverland. Était-ce un studio professionnel?

F : Oui, complètement, il avait beaucoup de matériel professionnel, Pro Tools, des trucs du genre, vous voyez?

Q : Savait-il s'en servir tout seul?

F : Absolument, Michael était incollable dès qu'on parlait de studio.

Q : En fait, nous savons qu'il ne pouvait pas vraiment jouer d'un instrument, donc on s'est toujours demandé s'il était capable d'enregistrer quoi que ce soit tout seul et sans l'aide d'un ingénieur ou d'un producteur.

F : Il pouvait tout faire lui même. Vous savez, Michael était vraiment un « instrument vivant ». Il pouvait jouer quelques accords sur un clavier, il se débrouillait pas mal. Il savait aussi programmer des beats.

Q : Pour en revenir à "Break of Dawn", pouvez vous nous dire pourquoi Michael Jackson ne chante pas les chœurs de cette chanson?

F : Et bien parce qu'il aimait ma version du refrain. Il trouvait ça très beau, et il voulait tout laisser tel quel. Il aimait ma manière de chanter. Il ne voulait rien gâcher : il aimait la façon dont je l'avais enregistré. Ma marque de fabrique est de faire les chœurs pour toutes les chansons que j'ai produites ("Poison", "I Wanna Sex You Up"). Je fais ça depuis toujours, et Michael a adoré mon chant sur "Break of Dawn".

Q : D'où nous est venue votre inspiration pour les chansons "Break Of Dawn", "Blue Gangsta" et "A Place With No Name" ? Comment se déroule votre processus créatif?

F : "Break Of Dawn" est juste une ballade romantique que j'ai écrite un jour. Pour "Blue Gangsta" je voulais faire un nouveau "Smooth Criminal". Quelque chose de plus moderne et ancré dans les années 2000. C'était l'idée de départ. "A Place With No Name" est quant à elle une sorte d'échappée, une chanson où il vous suffit de fermer les yeux pour vous retrouver instantanément dans un monde merveilleux. En fait, cette chanson est inspirée de "A Horse With No Name" du groupe America. Les paroles de cette chanson sont très profondes. Je voulais la réactualiser, en faire une version années 2000.

Q : Avez-vous eu obtenu les droits auprès du groupe rapidement? Avez-vous demandé une autorisation?

F : Oh absolument, le groupe America a adoré l'idée. Ils ont trouvé cette "mise à jour" absolument formidable. Ils étaient vraiment enthousiasmés par ce projet. Par rapport à l’extrait qui a filtré sur internet, beaucoup d’éléments magnifiques ont été ajoutés à la chanson par Michael. C’est plus dense, beaucoup plus dense. Croyez-moi, quand vous allez l'entendre, vous allez prendre votre pied !

Q : Donc vous n'y toucherez pas, elle sortira telle que vous l'aviez finalisée avec lui?

F : La chanson qui sortira sera la toute dernière version sur laquelle nous avons travaillé. Elle sera drastiquement différente de l'extrait (de juillet 2009) et bien plus énorme. En fait, cette chanson est très cinématographique dans sa forme. Ça aurait été une chanson idéale pour un film comme Avatar, car on nous y montre un monde merveilleux, étrange, où les gens sont différents mais heureux. Cette chanson, c'est un peu comme une évasion de notre quotidien, c'est une chanson où l'on est littéralement transporté.

Q : À propos de "Blue Gangsta" : un remix a été fait par Tempamental sous le nom "No Friend Of Mine"…

F : Ce n'est pas le nom de la chanson, c'est juste le refrain qui contient ces quelques mots. Le vrai titre est "Blue Gangsta". Quand j'ai entendu ce remix, je n'en revenais pas. Beaucoup de gens m'ont appelé à cause de ça et je ne comprenais pas ce qui s'était passé. Le souci, c'est que je ne sais même pas qui a sorti la chanson! Cela reste un vrai mystère. Pourquoi avaient-ils fait ça ? D'où venait ce rap dans la chanson? Comment s'y étaient-ils pris? En fait, on ne savait rien de cette histoire, ni moi, ni Michael. On n'a vraiment pas compris d'où venait cette fuite...

Q : Il y a encore quelques semaines, personne ne savait trop quelle était l'origine réelle de cette chanson, et comment Michael Jackson avait été impliqué dans ce projet.

F : Ouais, je sais, c'est complètement dingue. Le nom de la chanson n'était même pas le bon ! [Dr Freeze chantonne le refrain de la chanson au téléphone : "You ain't no friend of mine, put you put me through, I'm the nah blue gangsta."] C'était juste le refrain. Cela met en évidence l’ignorance des gens qui sont à l’origine de ces fuites sur internet : ils prennent la chanson et la mettent en ligne sans en connaître l'origine.

Q : Chez les fans, on n’a pas trop compris de quel projet il pouvait s’agir. C’était bizarre. On se doutait que quelque chose clochait, mais on ne savait pas exactement quoi...

F : Oui, la chanson n'a pas été présentée au public comme il fallait. Un mec a juste volé le morceau, y a ajouté un rap, et l'a balancé sur le net. Je n'étais même pas crédité, pas plus que Michael ! Elle a juste atterri là, sans aucune explication logique...

Q : Avez-vous terminé d'autres chansons avec Michael Jackson autres que ces trois-là?

F : Nous avons fait quelques autres chansons, je ne pense pas que nous ayons finalisé quoi que ce soit. Je ne suis pas sûr que je puisse vous en dire beaucoup plus.

Q : Au total, combien avez-vous écrit de chansons pour Michael?

F : Oh, environ une trentaine, et j'ai dû en enregistrer peut être cinq ou six avec lui.

Q : Et vous avez ces chansons en votre possession aujourd'hui?

F : La plupart de ses inédits sont dans les coffres maintenant. On n’a aucun contrôle dessus. Ils gardent tout dans les coffres.

Q : Donc c'est la succession (l'Estate) qui s'en occupe?

F : Oui, tout à fait. C’est John McClain qui s’en occupe.

Q : C'est le patron!

F : Oui, c'est le patron!

Q : Avez-vous pu écouter des chansons inédites?

F : Oui, j'ai pu écouter la plupart d'entre elles. Mais je ne peux rien dire, désolé. Je n'ai pas le droit de dévoiler quoi que ce soit.

Q : On peut jouer à un petit jeu à la place. Je vous donne des noms de chansons, et vous me dites si oui ou non vous les avez entendues. Avez vous entendu "Escape"?

F : "Escape"? Ça ne me dit rien.

Q : "Fear", "Face", ça vous dit quelque chose?

F : Non, rien du tout

Q : Avez-vous écouté "Do You Know Where Your Children Are" ?

F : Je l’ai entendue aux studios.

Q : "Crack Kills" ?

F : Jamais entendu parler.

Q : The "Gloved One" ?

F : Non.

Q : En fait, ce serait plus simple si vous nous donniez des noms… Pourriez-vous nous donner le nom d'un inédit qui vous a particulièrement marqué et nous en parler un peu?

F : Il y a une chanson qu'on a faite ensemble, mais je ne sais pas s'il a finalisé ses parties vocales. Elle s'appelle "Rise Above It All". C'est une chanson que j'ai écrite et sur laquelle on travaillait.

Q : De quoi parlait-elle?

F : C'est une chanson optimiste. Si vous vous sentez mal, quoi qu'il se passe de mal dans le monde, soyez positif et essayez d'être le plus heureux possible en laissant de côté tout l'aspect négatif des choses. Surmontez la négativité ambiante, outrepassez les malheurs du monde, toutes les guerres, tous les enfants affamés et toutes les mauvaises choses. Rassemblez-vous, tenez-vous la main, levez les mains au ciel et dépassez tout cela. C'est un peu le thème de la chanson. Je ne peux pas vous affirmer s'il a ou non enregistré le chant, mais en tout cas, on a travaillé dessus. Il y a d'autres chansons sur lesquelles on a collaboré. La plupart de ces chansons sont des mid-tempo, mais je ne peux rien dire de plus.


Vous pourrez découvrir dès demain la troisième et dernière partie de cette interview intitulée: Dr. Freeze se livre : "Rencontrer Michael, c'était comme rencontrer le capitaine Kirk !"

Merci à Quagmire, Bud, Dovido et Tristan du forum MJFrance.